Rejoignez-nous

Suisse

Résultat 2017 en hausse et baisse des prix pour les CFF

Publié

,

le

Les CFF ont enregistré un résultat positif de 399 millions de francs en 2017, en hausse de 4,8%. Le nombre de passagers continue d'augmenter, et des réductions de prix sont prévues à partir du 1er mai. Mais le personnel est inquiet.

Les billets dégriffés, en particulier aux heures creuses, seront vendus à un prix réduit jusqu'à 70%, contre 50% actuellement, ont annoncé les CFF mardi à Berne lors de leur conférence annuelle. Et les titulaires d'un abonnement général recevront un carnet de bons.

Le service téléphonique Rail Service sera en outre moins cher: c'est le tarif local qui sera appliqué, et non plus la facturation à la minute (1,19 franc). A travers ces baisses, la clientèle se verra "restituer" plus de 50 millions de francs, soulignent les CFF.

L'ex-régie fédérale compte aussi baisser les prix dans divers segments dès le prochain changement d'horaire. Un modèle d'indemnisation de la clientèle sera testé cet été pendant l'interruption totale de la ligne entre Lausanne et Puidoux-Chexbres (VD), soit durant sept semaines.

Trafic voyageurs

Le nombre de voyageurs transportés quotidiennement a augmenté de 1,25 à 1,26 million l'an dernier. Quant à la ponctualité, elle affiche une très légère hausse (+0,2) à 89%. "Très bonne" en Suisse orientale et dans la région de Zurich, elle s'est détériorée en Suisse romande à cause de travaux et des projets d'agrandissement de gares.

Quelque 480'000 clients possèdent un abonnement général (+1,7%) et 2,5 millions de personnes un abonnement demi-tarif (+5,7%). La part des billets achetés sur le site internet des CFF ou via l'application mobile s'élève désormais à un tiers (32,7%). Les ventes au guichet ne représentent plus que 14,8% du total.

Le résultat du trafic voyageurs s'affiche ainsi en hausse, à 186 millions de francs (139 en 2016), notamment grâce à l'amélioration du trafic international et à la forte croissance sur l'axe du Saint-Gothard.

Résultats par divisions

"Les CFF sont sur la bonne voie", se réjouit Monika Ribar, présidente du conseil d'administration. A 399 millions de francs, le résultat du groupe a progressé de 18 millions, grâce à une meilleure productivité, aux comptes des divisions Voyageurs, Immobilier et Infrastructure et au lancement du plan d'économies de RailFit20/30.

CFF Immobilier a légèrement amélioré son bilan, à 435 millions de francs (433 millions en 2016) avant paiements compensatoires. Le produit de la vente de biens immobiliers a diminué (de 225 à 207 millions), mais les produits locatifs ont crû à 480 millions (+6,4%).

Quant à la division CFF Infrastructure, après une perte de 103 millions en 2016, elle a vu son résultat remonter dans les chiffres noirs pour s'établir à 100 millions de francs. Ce montant alimentera les réserves légales, précisent les CFF.

Les indemnités allouées par la Confédération et les cantons - notamment pour l'entretien de l'infrastructure et les prestations de trafic régional - ont augmenté de 8,1% à 2,666 milliards de francs. Cette hausse s'explique notamment par le nombre accru de travaux d'entretien et de prestations d'exploitation.

CFF Cargo dans le rouge

Du côté du trafic marchandises, CFF Cargo a bouclé l'exercice sur une perte de 239 millions de francs. Si CFF Cargo International a amélioré son résultat malgré l'interruption de la ligne à Rastatt (D), CFF Cargo Suisse a vu le trafic par wagons isolés fondre de 14,5%. "Une tendance appelée à s'accentuer", estiment les CFF.

D'ici 2020, l'ex-régie fédérale compte supprimer 330 des 2200 postes actuels. A la fin de l'année 2023, CFF Cargo comptera environ 800 collaborateurs de moins, pour un effectif total de 1400 personnes; quelque 750 employés quitteront d'ici là l'entreprise "via les fluctuations naturelles".

Cette dernière veut renouer avec les chiffres noirs en 2020, notamment en exploitant les possibilités offertes par l'automatisation et le numérique. Une automatisation de l'attelage et des essais de freins est notamment prévue. Mais elle s'efforce aussi de développer les emplois de demain, assure le directeur des CFF Andreas Meyer.

"Faire plus avec moins"

Il s'agit de "faire plus, mieux et plus vite, avec moins", résume le directeur. "Il n'y a pas d'alternatives. Une entreprise qui ne procéderait pas ainsi péjorerait sa compétitivité." Une vision que ne partagent pas les syndicats. D'après le Syndicat du personnel des transports (SEV), l'entreprise n'est pas consciente de la valeur de son personnel. Et les négociations - en cours - de la convention collective de travail ne sont pas réjouissantes.

"La direction semble vouloir réduire cette CCT en pièces: moins de vacances, moins de protection contre le licenciement, des suppressions au niveau du salaire et des primes d'ancienneté, des réductions des revenus par le biais d'une participation aux frais d'une nouvelle assurance perte de gain en cas de maladie", déplore le SEV dans un communiqué.

(ATS)

CREDIT PHOTO : Keystone/ANTHONY ANEX

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Record de visiteurs dans les châteaux suisses en 2023

Publié

le

Les châteaux de Valère et Tourbillon, au-dessus de Sion, font désormais partie de l'association Les Châteaux suisses (archives). (© KEYSTONE/OLIVIER MAIRE)

Les châteaux suisses ont enregistré une nette augmentation du nombre d’entrées en 2023, avec plus de 1,3 million de visiteurs. L'association compte désormais 30 membres, dont deux nouveaux: Valère et Tourbillon en Valais et le château de Rapperswil (SG).

A partir du mois de mai, tous les châteaux de l’association situés dans treize cantons seront ouverts au public, a indiqué lundi celle-ci dans un communiqué. Après d’importants travaux de rénovation, le Château de Rapperswil ouvrira également ses portes à l’automne.

Et le 6 octobre aura lieu la neuvième Journée des Châteaux Suisses. Des activités autour du thème de l’année "Musique et fête" seront au programme. L'association fête ses dix ans d’existence cette année.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Un blessé grave dans la chute d'une dameuse à Glacier 3000

Publié

le

L'accident s'est produit lorsque la dameuse rentrait au garage (Image prétexte). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Une dameuse a chuté de près de 400 mètres dans une pente lundi matin sur le site de Glacier 3000 aux Diablerets (VD). Le conducteur a été grièvement blessé. Héliporté à l'hôpital, son pronostic vital est engagé.

L'accident s'est produit vers 08h35 alors que le conducteur rentrait sa machine dans le garage de la station supérieure. Pour une raison que l'enquête devra déterminer, la dameuse a basculé dans la pente située juste à côté du bâtiment, annonce lundi la police vaudoise.

L'imposant véhicule s'est immobilisé 400 mètres plus bas, fortement endommagé. Les secouristes de la station, appuyés par les membres de la colonne de secours, sont venus en aide au conducteur qui avait été éjecté de l'engin. L'homme, un habitant de la région âgé de 35 ans, a été transporté au CHUV à Lausanne en hélicoptère. La procureure de service a ouvert une enquête.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Une fois de plus, le Léman ne s'est pas assez brassé

Publié

le

Une fois de plus, le brassage des eaux du Léman est incomplet cet hiver, pour une douzième année consécutive relève la Commission internationale pour la protection des eaux du Léman, la CIPEL. (Image d'illustration © KEYSTONE/Alessandro della Valle)

Pour la douzième année consécutive, le brassage des eaux du Léman est resté incomplet cet hiver rapporte la CIPEL. La Commission internationale pour la protection des eaux du Léman a même observé cette année une profondeur de brassage inférieure à la moyenne des dix dernières années. Préoccupant selon elle.

Le Léman ne s'est pas assez brassé cet hiver. Et c'est loin d'être la première fois, car il s'agit de la douzième année consécutive que ce phénomène est observé par la CIPEL, la Commission internationale pour la protection des eaux du Léman.

Ce phénomène de brassage des eaux est important pour un écosystème. Sans ce phénomène, la concentration en oxygène des couches profondes reste à un niveau préoccupant pour la santé de l'écosystème lacustre.

Nicole GallinaSecrétaire générale de la CIPEL

Cette année 2024 est donc la douzième année consécutive sans un brassage complet du Léman. Une période qui égale le record précédent

Nicole GallinaSecrétaire générale de la CIPEL

Cet hiver, seuls les 100 premiers mètres du lac ont pu se mélanger avec efficacité. Une baisse de la profondeur moyenne de brassage, qui se situait à 150 mètres pour les années 2011 à 2023.

Nicole GallinaSecrétaire générale de la CIPEL

Pour un brassage complet, il faut que des critères météorologiques bien précis subviennent durant l'hiver. Avec le contexte de réchauffement climatique actuel, cela préoccupe la Commission internationale pour la protection des eaux du Léman :

Nicole GallinaSecrétaire générale de la CIPEL

Avec la hausse des températures hivernales, la perspective d'un brassage hivernal complet devient plus incertaine. Cela aurait des conséquences sur l'environnement du lac :

Nicole GallinaSecrétaire générale de la CIPEL

La CIPEL rappelle que le Léman est le plus grand lac d'Europe occidentale, avec un énorme volume d'eau. Il est dès lors impossible d'envisager une intervention humaine dans le cadre de ces brassages complets.

Continuer la lecture

Suisse Romande

Le Valais veut lutter contre le littering au bord des routes

Publié

le

En Valais, le nombre de déchets abandonnés le long des routes à plus de quadruplé en trois ans (image symbolique). (© KEYSTONE/LAURENT DARBELLAY)

En Valais, la quantité de déchets urbains qui jonchent le bord des routes est en forte augmentation. Pour contrer ce littering, le canton lance une campagne de sensibilisation.

"Il y a eu une explosion du nombre de déchets abandonnés le long des routes depuis 2020", indique lundi à Keystone-ATS le chef du service de la mobilité Vincent Pellissier. A titre d’exemple, dans le district de Monthey et une partie du district de St-Maurice (Massongex-Vérossaz et St-Maurice), le poids des déchets collectés est passé de plus de 7 tonnes en 2020 à plus de 21 tonnes en 2022, et a dépassé les 30 tonnes l'année dernière.

Le constat est le même dans tout le canton et dans le reste du pays, ajoute Vincent Pellissier dont le service a élaboré la campagne de sensibilisation. Des affiches seront placardées le long des routes valaisannes et dans les stations-service, détaille-t-il. Le littering est par ailleurs amendable au niveau communal, rappelle-t-il aussi.

Assez de poubelles

Ces déchets sauvages, tels que mégots de cigarettes, papiers, canettes ou bouteilles, ont un impact sur l’environnement, mais aussi sur la sécurité des travailleurs, relève encore le service de la mobilité dans un communiqué. Plutôt que de les jeter ou les abandonner sur la voie publique, ils doivent être jetés dans les endroits prévus à cet effet.

"Nous nous sommes assurés qu'il y ait suffisamment de poubelles le long des axes cantonaux et sur les aires de repos", note encore Vincent Pellissier qui se veut confiant quant à l’impact de cette campagne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Balance

Sur le plan financier, vous traversez une période délicate, il est donc conseillé de ne pas dépenser vos petits sous de manière excessive.

Les Sujets à la Une

X