Rejoignez-nous

Suisse

Roche: autorisation à durée limitée de Gavreto par Swissmedic

Publié

,

le

Le médicament sera disponible pour les patients en Suisse d'ici la fin octobre. (Archives) (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Roche annonce avoir obtenu de Swissmedic une autorisation à durée limitée de Gavreto (pralsetinib) pour le traitement des patients atteints de certains cancers présentant des anomalies du gène RET.

Ce médicament sera disponible pour les patients en Suisse d'ici la fin octobre.

"Gavreto est un médicament de type thérapie ciblée, administré par voie orale une fois par jour, conçu pour viser de manière sélective les anomalies du gène RET, y compris les fusions et les mutations, quel que soit le tissu d'origine", explique Roche dans un communiqué vendredi. Les fusions et les mutations de ce gène "sont des facteurs pathologiques clés dans de nombreux cancers".

L'autorisation accordée par l'Institut suisse des produits thérapeutiques (Swissmedic) porte sur les indications du cancer du poumon non à petites cellules et du cancer de la thyroïde présentant tous les deux une fusion du gène RET ainsi que du cancer médullaire de la thyroïde présentant une mutation du gène RET.

Le feu vert repose sur des données issues de l'étude ouverte de phase I/II Arrow qui se déroule aux Etats-Unis, dans l'Union européenne et en Asie.

Gavreto est le sixième médicament du portefeuille de produits contre le cancer du poumon de Roche autorisé par Swissmedic et le premier traitement ciblé contre le cancer de la thyroïde à être autorisé, ajoute le laboratoire bâlois.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Centre: Gerhard Pfister dénonce l'explosion des coûts de la santé

Publié

le

Le président du Centre Gerhard Pfister (au centre) a été accueilli à Arbedo Castione par les conseillers nationaux tessinois Fabio Regazzi et Giorgio Fonio. (© KEYSTONE/TI-PRESS/Maria Linda Clericetti)

Le président du Centre Gerhard Pfister a dénoncé samedi l'explosion des coûts de la santé et la "discrimination" qui frappe les couples mariés en matière d'AVS. Il a également pris position sur les défis politiques auxquels la Suisse est actuellement confrontée.

S'exprimant devant les délégués de son parti réunis à Arbedo (TI), le Zougois a estimé que l'initiative du Centre pour un "frein aux coûts" de la santé, soumise en votation le 9 juin, "a de bonnes chances": "La population estime que le système de santé est désormais incapable de se réformer de lui-même", a-t-il dit dans un discours musclé prononcé dans les trois langues nationales.

Il a rappelé que le comparateur en ligne Comparis anticipe une hausse des primes de 6% en moyenne pour cette année, soit bien au-dessus de la moyenne de 3,8% qui avait longtemps prévalu. "Des mesures ciblées permettraient d'économiser jusqu'à six milliards de francs par année et ceci sans perte de qualité", a-t-il relevé.

Le président du Centre a également rappelé que la votation du 9 juin portera aussi sur "l'initiative d'allègement des primes" du PS. "Pour notre parti, l'initiative va trop loin, mais il est clair que les réductions de primes sont importantes pour l'équilibre social, nous soutenons donc le contre-projet indirect du Conseil fédéral", a-t-il dit.

Discrimination à supprimer

Gerhard Pfister s'est aussi prononcé sur la "discrimination" des couples mariés en matière d'AVS, ceux-ci recevant au maximum 150% du montant total alors que les couples non mariés reçoivent deux rentes entières. "Notre initiative veut enfin supprimer cette discrimination".

Le conseiller national zougois a encore évoqué les défis sociaux et politiques "énormes" auxquels la Suisse est actuellement confrontée. Il a assuré que son parti "est prêt à relever ces défis, dans les domaines de la politique de sécurité, de l'immigration, de l'énergie et de nos relations avec l'UE, en proposant des solutions constructives".

Gerhard Pfister a pris la parole après le discours de bienvenue du conseiller national Giorgio Fonio, vice-président de la section tessinoise du Centre. Il a rappelé que l'assemblée des délégués se tient au Tessin, "d'une part sur la proposition des sections du Tessin et des Grisons pour modifier le nom du parti en italien et en romanche et d'autre part parce que le parti tessinois a récemment obtenu d'excellents résultats aux élections communales" d'avril.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

L'UDC lance une initiative "pour la protection des frontières"

Publié

le

L'UDC a annoncé samedi à Bâle le lancement d'une initiative "pour la protection des frontières" pour mettre fin "aux abus de l'asile". (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

L'UDC lance une initiative "pour la protection des frontières". "En protégeant nos frontières, nous protégeons notre patrie", a déclaré samedi son président Marcel Dettling, en ouverture de l'assemblée extraordinaire du parti à Bâle.

"Nous avons perdu depuis longtemps le contrôle de nos frontières. Nous ne savons plus qui entre dans notre pays", a lancé le conseiller national schwyzois Marcel Dettling. "Les frontières ne sont plus protégées" et "le chaos de l'asile se poursuit sans relâche" et provoque une hausse de la criminalité.

Les autres partis au Parlement "empêchent nos solutions et ne font rien pour remédier au chaos de l'asile, c'est maintenant à la population d'agir", a déclaré Marcel Dettling. C'est pour cette raison que le parti lance l'initiative populaire "stop aux abus en matière d'asile (initiative pour la protection des frontières)".

Migrants "difficilement intégrables"

"Trop de migrants demandeurs d'asile sont issus de cultures qui méprisent les femmes, sont criminels et peu ou pas formés, bref, sont difficilement intégrables", a déclaré le Schwyzois. "Il est plus difficile aujourd'hui pour un Américain hautement qualifié d'entrer en Suisse que pour un Somalien analphabète".

Selon Marcel Dettling, on peut appeler la situation actuelle "la migration irrégulière ou migration d'asile". Il s'agit d'une migration "qui nous est imposée, dont nous ne voulons pas, qui nuit à notre pays, qui perturbe notre cohabitation, met en danger et détruit notre sécurité et coûte des milliards de francs d'impôts".

En 2023, la majorité des 30'000 "soi-disant demandeurs d'asile" sont arrivés en Suisse en 2023 "avec l'aide de bandes criminelles de passeurs". Ces demandeurs d'asile ont "traversé d'innombrables pays tiers sûrs" avant d'arriver en Suisse. Il s'agit "d'un modèle commercial criminel", selon le président de l'UDC.

La catégorie "admis provisoirement" créée dans le domaine de l'asile sert à "dissimuler l'ampleur du problème". Sur 100'000 personnes admises provisoirement, 800 ont vu leur statut levé ces dix dernières années et le Conseil fédéral n'a réussi à en faire sortir du pays que 112, selon Marcel Dettling.

Contrôles systématiques aux frontières

L'UDC a demandé des contrôles systématiques aux frontières, mais le conseiller fédéral Beat Jans a combattu cette proposition. "Il pourrait regarder ce que font ses homologues en Autriche et en Allemagne" qui ont introduit des contrôles aux frontières qui ont porté leurs fruits, a affirmé le président de l'UDC.

L'UDC a voulu remettre à Beat Jans des propositions "pour améliorer la situation actuelle". "M. Jans n'a toutefois pas jugé utile de nous recevoir dans son bureau. Il semble avoir d'autres priorités et préfère rencontrer Nemo pour débattre du troisième sexe plutôt que nous parler de la sécurité du pays", a déclaré le président de l'UDC.

Dans son discours, Marcel Dettling a aussi critiqué "les soi-disant amis des Palestiniens" qui occupent les universités et qui sympathisent avec le Hamas, "une bande de terroristes meurtriers". "Les détracteurs de gauche d'Israël s'allient à des musulmans antisémites".

L'initiative, qui exige la réintroduction des contrôles systématiques aux frontières, sera présentée en détail et discutée dans le dernier point à l'ordre du jour de l'assemblée extraordinaire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Deux expositions à Genève sur les chansons qui évoquent des lieux

Publié

le

Les rappeurs de Marekage Streetz chantent un hommage à leur ville, Genève, en mettant en lumière ses paradoxes. Un des titres à découvrir dans la nouvelle exposition de l'UNIGE "Voyage enchanté: chansons et imaginaires géographiques" (image d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

L'Université de Genève (UNIGE) présente deux expositions sur des chansons populaires qui font référence à des villes ou des endroits connus. L'une détaille les ressorts des imaginaires géographiques qui traversent ces titres et l'autre permet de tester ses connaissances musicales de manière ludique.

Jusqu'au 28 juillet, le public est invité à la salle d'exposition de l'UNIGE à embarquer dans un voyage sentimental à travers 174 titres de musique populaire, allant de Fréhel à Madonna, de Brel à Orelsan, en passant par Taylor Swift, Shakira, Desireless et Miriam Makeba. Il y aura une authentique Fiat 500, un jukebox et un cinéma miniature, histoire de se mettre dans le bain musical.

Cette exposition s'inspire des trois ouvrages édités par Jean-François Staszak et Raphaël Pieroni, chercheurs au Département de géographie de l'UNIGE. Le premier, "Monde enchanté" (2021) explore la relation entre lieux et chansons. Le deuxième, "Villes enchantées", porte sur les liens entre monde urbain et musique. Le troisième, "Voyage enchanté" (2024), évoque les chansons du voyage.

Un jeu en ligne https://geoenchantee.ch/jeu/ complète cette exposition. Chacun peut tenter en quinze questions d'identifier des titres connus. On y retrouve par exemple "Smoke on the Water" de Deep Purple, qui fait référence à Montreux (VD). Un incendie s'était déclenché au Jazz Festival en 1971 à cause d'une fusée éclairante. De quoi faire ensuite un tube planétaire.

La deuxième exposition est installée jusqu'au 7 juillet aux Bains des Pâquis. Elle est conçue comme un jeu de piste où il faut deviner quelles chansons se cachent derrière quinze affiches.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Les reportages de Jean Revillard exposés à Genève

Publié

le

La Bibliothèque de Genève présente "Retour forcé à la vie sauvage", une exposition en plein air des photographies de Jean Revillard sur la migration, la prostitution et la précarité. Le reportage du Genevois sur les réfugiés à Calais (F) avait remporté un World Press Award en 2008 (archives). (© KEYSTONE/EDDY RISCH)

La Bibliothèque de Genève présente dès lundi "Retour forcé à la vie sauvage", une exposition en plein air d'une trentaine de photographies de Jean Revillard sur la migration, la prostitution et la précarité. L'institution est dépositaire du fonds d'atelier du Genevois, décédé subitement en 2019, à 51 ans.

Photographe de presse, Jean Revillard a développé des projets sur les réfugiés à Calais (F) et une prostituée de Turin (I), notamment. Autant de témoignages engagés sur des gens ordinaires brutalement poussés dans un espace "hors du monde". La cabane dans la forêt est le signe de leur existence incertaine, note la Bibliothèque de Genève.

Connu internationalement, le travail de Jean Revillard a été primé à plusieurs reprises. Celui sur les migrants a remporté deux World Press Award, en 2008 et en 2009.

Présentée dès lundi au parc des Bastions, l'exposition prendra ses quartiers à la rotonde du Mont-Blanc à partir du 12 juin. Elle reviendra ensuite à la promenade des Bastions du 1er au 14 juillet.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X