Rejoignez-nous

Suisse

Les cas de cancer en augmentation, mais la mortalité diminue

Publié

,

le

Le cancer du poumon entraîne 3200 décès par année, ce qui en fait la principale cause de décès dus au cancer en Suisse (archives). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Le risque de mourir du cancer est en baisse en Suisse chez les hommes comme chez les femmes. Le nombre de cas et les décès sont toutefois en augmentation en raison du vieillissement de la population.

De manière générale, le risque de développer un cancer diminue chez les hommes et reste stable chez les femmes, indique le rapport 2021 sur le cancer en Suisse, publié jeudi. C'est la troisième édition de ce bilan établi par l'Office fédéral de la statistique (OFS), l'Organe national d'enregistrement du cancer et le Registre du cancer de l'enfant.

Ce rapport analyse les années 2013 à 2017. Durant cette période, environ 23'100 nouveaux cas de cancer ont été diagnostiqués chaque année chez les hommes et 19'650 chez les femmes. Par rapport aux cinq années précédentes, ces chiffres correspondent à une hausse d'environ 3350 cas, hommes et femmes confondus.

Vieillissement de la population

Selon, les estimations, le nombre de nouveaux cas devrait atteindre 48'000 environ en 2021, soit 26'000 au sein de la population masculine et 22'000 dans la population féminine. La hausse est due principalement à la forte progression du nombre de personnes âgées, note l'OFS.

L’augmentation du nombre de cas n'est pas liée à une augmentation du risque de développer un cancer, lequel est resté pratiquement inchangé chez les femmes et a même légèrement baissé chez les hommes entre 2003 et 2017.

Au cours des deux dernières décennies, le taux d'incidence annuel moyen a augmenté de 0,8% chez les garçons et les adolescents et de 1,4% chez les filles et les adolescentes. Dans le même temps, les taux de mortalité ont baissé dans ces classes d'âge grâce aux progrès thérapeutiques.

Quatre types de cancer dominent

Chez les hommes, le cancer de la prostate, le cancer du poumon et le cancer colorectal représentent 50,3% des nouveaux cas enregistrés chaque année. Chez les femmes, 51,1% des nouveaux cas sont imputables au cancer du sein, au cancer du poumon ou au cancer colorectal.

Les autres types de cancer représentent tous moins de 7% des nouveaux cas annuels. Chez les enfants, les cancers les plus fréquents sont les leucémies, les tumeurs cérébrales et les tumeurs se développant à partir de tissu embryonnaire immature.

De 2013 à 2017, environ 9400 hommes et 7650 femmes sont décédés du cancer en moyenne chaque année. En Suisse, la part des décès imputables au cancer est ainsi de 30% pour les hommes et de 23% pour les femmes.

Chez les hommes, 21% de ces décès sont dus au cancer du poumon, 14% au cancer de la prostate et 10% au cancer colorectal. Chez les femmes, 18% sont causés par le cancer du sein, 16% par le cancer du poumon et 10% par le cancer colorectal.

Chez les enfants, la plupart des décès sont dus à une leucémie ou à une tumeur cérébrale. Au total, le cancer du poumon entraîne 3200 décès par année, ce qui en fait la principale cause de décès dus au cancer.

Baisse du risque d'un tiers en 30 ans

De 1988 à 2017, les taux de mortalité liée au cancer ont diminué en moyenne de 28% chez les femmes et de 39% chez les hommes. Cela signifie que les femmes ont aujourd'hui un risque de mourir du cancer réduit d'un tiers par rapport aux femmes du même âge il y a 30 ans. Chez les hommes, cette baisse est encore plus importante.

Durant la période 2013-2017, le taux de survie à cinq ans a atteint 64% chez les hommes et 67% chez les femmes tous types de cancer confondus. Cela représente une hausse de 3% pour les deux sexes par rapport à la période de 2003 à 2007. Le taux de survie à cinq ans dépasse même 85% chez les enfants.

Comparée à neuf pays européens, la Suisse présente, pour tous les cancers réunis, un taux d'incidence faible. Quant au taux de mortalité, elle affiche le deuxième plus bas pour les hommes et le plus bas pour les femmes, et elle se place en milieu de classement pour ce qui est du taux de survie à cinq ans.

Peu de services de suivi

Dans un communiqué, la Ligue contre le cancer a déploré que la Stratégie nationale contre le cancer approuvée par la Confédération et les cantons se soit achevée l'an dernier sans aucun plan pour la suite. Elle note également que le système de santé suisse propose peu de services de suivi coordonnés au terme de la phase de traitement.

La Ligue comble cette lacune en proposant un éventail varié d'offres gratuites de conseil et de cours aux personnes qui vivent avec un cancer ou qui ont la maladie derrière elles. Elle propose aussi un soutien pour se réinsérer sur le marché du travail. En effet, une personne sur cinq perd son emploi dans les cinq ans qui suivent le diagnostic.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

La panne de l'application du certificat Covid résorbée

Publié

le

Vendredi soir, le pass covid est tombé en panne pendant une trentaine de minutes (image d'illustration) (© KEYSTONE/PIERRE ALBOUY)

L'application du passeport Covid est soudainement tombée en panne vendredi soir pendant une trentaine de minutes. Le certificat ne pouvait pas être actualisé et indiquait une "signature non valable". La panne semblait être résolue peu avant 21h00.

La panne a d'abord été signalée sur Twitter par 20 Minuten et le Blick. Contacté par Keystone-ATS, l'Office fédéral de la santé publique a renvoyé à l'Office fédéral de l'informatique et de la télécommunication (OFIT), qui a développé l'application.

L'OFIT n'avait pas encore répondu à Keystone-ATS. La cause de la panne reste encore inconnue.

Depuis le 13 septembre, le certificat Covid est obligatoire en Suisse pour tous les événements qui ont lieu en intérieur (bars, restaurants, musées, cinémas, établissements sportifs, sport, concerts, etc). Il faut être guéri, testé ou vacciné, et présenter un certificat sous forme papier ou s'affichant dans une application.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Baromètre électoral: l'UDC creuse l'écart, resserrement derrière

Publié

le

Le ministre de la santé Alain Berset et le président de la Confédération Guy Parmelin, au premier plan, ont multiplié les apparitions en cette année marquée par la pandémie. (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

L'UDC conforte sa place de premier parti de Suisse loin devant le PS à mi-législature, selon le Baromètre électoral de la SSR. Derrière, les positions se resserrent, le PLR, Le Centre et les Verts se trouvant quasi ex-aequo au 3e rang.

Par rapport aux élections fédérales de l'automne 2019, l'UDC gagne un point de pourcent, à 26,6%. Le PS conserve sa 2e place, à 15,8% (- 1). Malgré la pandémie de Covid-19, on observe une situation très stable, relève vendredi l'Institut Sotomo à l'origine du sondage pour la SSR.

Le PLR subit le plus fort recul (- 1,5 point), à 13,6%. Le Centre, qui a entretemps bénéficié de la fusion entre le PDC et le PBD, ne perd qu'un demi-point de pourcent, à 13,3%, tandis que les Verts se maintiennent à 13,2%. Ce sont les Vert'libéraux qui réalisent la meilleure progression (+ 2 points), les mettant en embuscade à 9,8%.

Si on se réfère non pas aux dernières élections mais au baromètre de l'an passé, l'UDC gagne même 2,5 points en un an, mettant fin à une tendance négative amorcée en 2019. Les auteurs de l'étude relèvent qu'alors qu'ils sont quasi ex-aequo, PLR, Centre et Verts comptent respectivement deux, un et aucun représentant au Conseil fédéral.

Défis

Interrogés sur les principaux défis auxquels la Suisse doit faire face, les près de 28'000 sondés font passer le changement climatique, avec 44% des citations, devant la lutte contre les pandémies (32%).

Les mesures sanitaires adoptées par le Conseil fédéral ont suscité des critiques quant à la restriction des libertés individuelles au point que 17% des électeurs classent aujourd'hui la protection des libertés individuelles parmi les trois défis politiques les plus importants, selon le Baromètre de Sotomo.

Ainsi, les libertés individuelles sont presque aussi souvent citées que la sécurité sociale (18%). Pour l'UDC en particulier, la question des libertés est un ajout bienvenu à ses thèmes centraux traditionnels que sont l'immigration et la relation avec l'Union européenne, qui ont eu tendance à s'essouffler ces dernières années.

Désintérêt pour les primes maladie

Ce sont surtout les deux thèmes compétitivité, économie et chômage, pression sur les salaires qui sont moins souvent mentionnés que l'année dernière. Il y a un an, la crainte du chômage et d'une crise économique comme conséquences de la pandémie était grande. Aujourd'hui, les préoccupations concernant l'économie et l'état de l'emploi semblent s'être largement estompées.

Cela a des répercussions surtout pour le PLR et le PS, l'économie et le social étant les thèmes centraux de ces deux partis. Il n'est donc pas surprenant, selon Sotomo, que ceux-ci aient plutôt perdu de leur audience par rapport au dernier sondage.

Par rapport aux élections de 2019, ce sont surtout les primes d'assurance maladie qui ont perdu de l'importance. Il y a deux ans à peine, 43% des personnes interrogées plaçaient les primes parmi les trois principaux défis politiques. Elles ne sont aujourd'hui plus que 14%.

Peu de différences régionales

Les principaux défis politiques ne diffèrent pas fondamentalement entre les régions linguistiques. La lutte contre la pandémie est moins centrale aux yeux des électeurs et électrices de Suisse romande où elle est un des principaux défis politiques pour 19% des sondés, contre 34% en Suisse alémanique.

La différence entre les deux régions sur les autres défis ne dépasse pas 2 points, sauf sur la réforme de la prévoyance vieillesse (un défi pour 26% des Romands et 30% des Alémaniques) et la sécurité sociale (13% contre 19%). La Suisse italienne se distingue surtout sur le thème de l'indépendance et la souveraineté, qui y remporte 10 points de pourcent de plus que dans les autres régions (28% contre 18%).

Berset et Parmelin

Le Covid pèse aussi sur la perception par les sondés de l'influence des conseillers fédéraux. Déjà considéré comme particulièrement influent avant le début de la pandémie 20 mois plus tôt, à 46%, il n'est pas étonnant que le ministre de la santé Alain Berset ait fait un bond impressionnant dans l'évaluation. Ainsi trois quarts des sondés classent le socialiste parmi les deux personnes les plus puissantes en fonction.

Outre Alain Berset, seul le président en exercice Guy Parmelin (UDC) a gagné en influence depuis 2019, passant de 4% à 21%, selon les personnes interrogées. En revanche, Karin Keller-Sutter (PLR) est en net recul, de 50% à 31%. Viola Amherd (Le Centre) ainsi qu'Ignazio Cassis (PLR) sont considérés comme étant les moins influents.

Le sondage, effectué par l'institut Sotomo pour le compte de la SSR, s'est déroulé du 29 septembre au 3 octobre. Près de 28'000 personnes y ont participé, une partie via le site de la SSR, l'autre un panel recruté en ligne par Sotomo. L'échantillon a été pondéré afin d'être représentatif statistiquement. La marge d'erreur est de +/- 1,3%.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Frolik signe à Lausanne jusqu'en 2023

Publié

le

Michael Frolik (ici sous le maillot tchèque) débarque au LHC (© KEYSTONE/MELANIE DUCHENE)

Les rumeurs étaient bien fondées. No 10 de la draft 2006 de NHL, Michael Frolik débarque à Lausanne.

L'ailier tchèque de 33 ans s'est engagé jusqu'au terme de la saison 2022/23, a annoncé le LHC dans un communiqué.

Vainqueur de la Coupe Stanley 2013 avec Chicago, Michael Frolik a disputé 905 matches de NHL, réussissant 403 points au total. Le double médaillé de bronze des championnats du monde (2011, 2012) reste toutefois sur deux saisons compliquées, lui qui n'avait pas réussi à se faire une place au sein de l'effectif des Canadiens de Montréal durant l'exercice 2020/21.

"Le fait d'avoir joué plus de 900 matches en NHL en dit beaucoup sur les qualités évidentes de Michael", explique le coach du LHC John Fust, cité dans le communiqué. "Il peut évoluer au centre ou à l'aile, possède des qualités défensives impeccables et a un niveau d'aptitude qui va nous aider dans notre jeu", ajoute-t-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Rappel d'un masque de protection respiratoire défectueux

Publié

le

Le masque LAIANZHI KN95 que les acheteurs ne devraient pas utiliser. (© Swiss health Protection GmbH)

La société Swiss Health Protection GmbH procède au rappel d'un masque de protection respiratoire. La protection qu'il offre est insuffisante.

Le masque respiratoire concerné est le LAIANZHI KN95 type KM1095, a indiqué vendredi le fabricant en collaboration avec le Bureau de prévention des accidents (BPA). Les clients ont pu acheter ce masque dans des pharmacies et des points de vente au détail.

Les personnes concernées sont invitées à cesser de les utiliser, car elles risquent des problèmes de santé. Elles peuvent ensuite les ramener dans les magasins où elles les ont achetés et pourront les échanger contre un autre modèle.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Nouvelle zone vaudoise pouvant accueillir plusieurs milliers d'emplois

Publié

le

Le canton de Vaud envisage de délocaliser son Service des automobiles et de la navigation (SAN) sur un nouveau site à cheval sur les communes de Lausanne et de Romanel-sur-Lausanne, objet d'un plan d'affectation cantonal (Archives © Keystone/DOMINIC FAVRE)

Le Conseil d'Etat vaudois a donné son feu vert à la création d'un plan d'affectation cantonal (PAC) sur le site stratégique de développement d'activités de Vernand, situé sur les communes de Lausanne et de Romanel-sur-Lausanne. Ce PAC permettra de valoriser cette zone pouvant potentiellement accueillir plusieurs milliers d'emplois, surtout dans le secteur secondaire.

Localisée dans le périmètre du projet d'agglomération Lausanne-Morges (PALM), le secteur pourrait permettre la création d'environ 25'000 m2 de surface plancher supplémentaire pour l'implémentation d'un parc technologique et industriel au rayonnement régional, cantonal voire supra cantonal, a indiqué vendredi le canton dans un communiqué.

Le gouvernement envisage aussi d'implanter sur ce site de 38 hectares le futur Service des automobiles et de la navigation (SAN), un projet pour lequel il octroie d'ailleurs un crédit d'étude complémentaire de 200'000 francs, explique le Conseil d'Etat. Construits en 1964 sur les hauts de Lausanne, le bâtiment et les installations techniques du service sont actuellement saturés.

Selon une première et provisoire planification, le nouveau SAN pourrait voir le jour en 2026.

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Poisson

Techniquement très convaincant, vous inspirez confiance. Une réunion de travail vous amènera à une sortie complète des sentiers battus…

Les Sujets à la Une

X