Rejoignez-nous

Genève

Les arrêts sur demande concerneront aussi les trams genevois

Publié

,

le

Les trams des TPG circuleront dès le 12 décembre sur le principe des arrêts sur demande, comme les bus et les trolleybus le font depuis 4 ans (Image d'illustration © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Dès le 12 décembre prochain, les arrêts sur demande seront aussi la norme sur le réseau de trams, indiquent lundi les Transports publics genevois (TPG). Cette pratique avait été introduite sans encombre il y a quatre ans pour les bus et les trolleybus.

La mesure vise à fluidifier les courses, améliorer la progression des véhicules et réaliser des économies sur l'entretien de la flotte, expliquent les TPG dans un communiqué. Une campagne de communication démarrera ces prochains jours pour avertir les usagers de cette extension aux trams des arrêts sur demande.

Par ailleurs, les TPG annoncent que la ligne 2 sera prolongée de Onex-Marché jusqu'à Cressy et la ligne 7 ira jusqu'au Bout-du-Monde. Ces nouveaux parcours seront réalisés grâce à des trolleybus équipés de batteries de dernière génération qui offrent une plus grande autonomie, évitant la pose de nouvelles lignes aériennes.

La ligne 11 verra aussi son parcours prolongé jusqu'à la gare des Eaux-Vives. Son horaire sera aussi renforcé aux heures de pointe dès le 12 décembre. Elle deviendra ainsi une ligne de ceinture autour de la Ville de Genève, offrant la possibilité d'éviter le centre et remplacera sur ce tronçon la ligne 21, indiquent les TPG.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Des coquilles de bronze pour guider les pèlerins à Genève

Publié

le

Des coquilles de bronze en forme de triangle indiquent désormais aux pèlerins le chemin à suivre à travers Genève pour rejoindre Saint-Jacques de Compostelle en Espagne. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Un nouveau balisage composé de coquilles de bronze scellées dans le sol guide désormais les pèlerins qui passent par Genève en empruntant le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Ce dispositif financé par des donateurs a été inauguré officiellement lundi.

"Le moment est particulièrement bien choisi pour cette inauguration, car le monde va de plus en plus vite en misant sur la quantité et l'accumulation", a déclaré Marie Barbey-Chappuis, maire de la Ville de Genève. Selon la magistrate, la marche est ainsi un éloge à la sobriété.

Les Amis du Chemin de Saint-Jacques, qui sont à l'origine de ce nouveau balisage, avaient rendez-vous lundi en début d'après-midi au bout du pont de Mont-Blanc sur la rive droite, où se trouve la première coquille. Le Surveillant du Chemin a remis symboliquement le bourdon, soit un long bâton de marche, au donateur qui a financé la coquille.

Parmi les marcheurs qui découvraient ce nouveau balisage, de nombreux anciens pèlerins. Parmi eux, Monique, une retraitée de Vésenaz qui a mis deux mois et demi pour atteindre seule Saint-Jacques de Compostelle en Espagne, soit un périple de plus de 1900 kilomètres. Après des épreuves marquantes, ce voyage lui a permis "de déposer ses sacs", a-t-elle expliqué.

Chaque année, près de 100'000 personnes empruntent l'itinéraire Via Jacobi, soit la portion du chemin qui passe par la Suisse. Il s'agit d'une estimation, car il n'existe pas de comptage précis pour cette activité plutôt solitaire et discrète, a relevé Pierre Leuenberger, président des Amis du Chemin de Saint-Jacques.

Des coquilles triangulaires

Le nouveau balisage compte 41 coquilles en bronze en forme de triangle. La Ville de Carouge a aussi 25 coquilles sur son territoire. La pointe du triangle indique la direction à suivre pour trouver la prochaine coquille. A Genève, le chemin va de Versoix jusqu'à la frontière française à Bardonnex en passant par Compesière.

Depuis 2008, le Chemin de Saint-Jacques suisse fait partie des quelque dix grands itinéraires nationaux. La Via Jacobi est balisée sur quelque 780 km, mais 475 km suffisent pour traverser la Suisse, car il existe plusieurs variantes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

La justice examine les responsabilités dans l'incendie des Tattes

Publié

le

L'incendie des Tattes avait provoqué un mouvement de panique parmi les résidants. Certains d'entre eux n'ont pas hésité à sauter des fenêtres pour échapper aux fumées (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le procès de l'incendie accidentel du foyer pour migrants des Tattes s'est ouvert lundi devant le Tribunal de police de Genève, huit ans après les faits. Seuls quatre des cinq prévenus dans ce dossier se sont présentés devant le juge.

Un résidant avait perdu la vie lors de l'incendie, mort par asphyxie. De nombreux autres occupants s'étaient extirpés du bâtiment en sautant des fenêtres pour échapper aux fumées, certains se blessant grièvement en tombant au sol. Le drame avait marqué les esprits à Genève.

L'accusé qui ne s'est pas présenté au tribunal, un ancien occupant du foyer qui s'est enfui sans donner l'alerte en voyant de la fumée sortir d'une chambre, sera jugé en son absence. Il avait déjà fait défaut au début du mois, lors d'une première convocation devant le tribunal. Le procès avait dû être renvoyé pour cette raison.

Dans cette procédure, un ancien coordinateur de la sécurité incendie du foyer des Tattes doit répondre d'homicide et de lésions corporelles par négligence. Selon l'acte d'accusation, il aurait omis de prendre des mesures suffisantes pour éviter qu'un départ de feu ne tourne à la tragédie.

Pas de nouvelles accusations

Sophie Bobillier et Laïla Batou, avocates de certains plaignants, ont tenté d'obtenir que ce responsable soit jugé pour homicide intentionnel par dol éventuel. Leur demande a toutefois été rejetée. Le Tribunal de police a en effet estimé qu'aucun élément dans le dossier ne permettait de retenir d'autres infractions.

Deux agents de sécurité présents la nuit du sinistre se trouvent aussi sur le banc des accusés. Le Ministère public genevois leur reproche d'avoir voulu éteindre l'incendie au lieu d'immédiatement procéder à l'évacuation du bâtiment. Leur attitude aurait conduit à la propagation de la fumée dans les étages.

Un ancien résidant des Tattes est également prévenu dans cette affaire. Cet Algérien de 52 ans est jugé pour incendie par négligence. C'est dans sa chambre que le feu s'est déclaré. Une chambre où il fumait et cuisinait en compagnie d'autres migrants, violant ainsi les règles de sécurité du foyer.

Il conteste

Interrogé par le président du tribunal Olivier Lutz, le prévenu a contesté les faits. Il a affirmé qu'à son arrivée au foyer, il n'a jamais été informé de l'interdiction de fumer et de cuisiner dans les chambres. Il a aussi déclaré être persuadé avoir débranché sa plaque de cuisson et avoir éteint les mégots en quittant sa chambre.

Le procès se poursuit lundi après-midi avec l'interrogatoire des autres accusés. Il est prévu de durer jusqu'à jeudi.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Lutte contre le sida: dépistages gratuits du VIH aux HUG

Publié

le

Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) proposent jeudi 1er décembre des dépistages gratuits du VIH (image d'illustration). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) proposent jeudi, à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, des dépistages gratuits du VIH. Toute personne qui se présentera à l'entrée principale de l'établissement pourra effectuer un test de manière anonyme.

Des stands d'information seront à disposition du public. Les HUG évoqueront aussi l'arrivée en Suisse d'un nouveau traitement contre le VIH par injections intramusculaires qui est déjà proposé à certains patients depuis le mois d'avril.

En Suisse, 17'350 personnes sont séropositives. Depuis quelques années toutefois, le nombre de nouveaux cas déclarés diminue régulièrement. En 2021, 318 nouveaux cas ont ainsi été recensés contre 1300 en moyenne par an dans les années 1990. Cette diminution s’explique notamment par le fait que beaucoup de personnes séropositives connaissent leur statut sérologique grâce au dépistage.

Un certain nombre de personnes sont toutefois toujours dépistées à un stade tardif de l’infection au VIH, augmentant ainsi les risques de séquelles et de mortalité. La prévention et le dépistage restent donc des outils essentiels dans la lutte contre cette maladie, relèvent les HUG. Une table ronde en ligne ouverte au public sera aussi proposée à l'occasion de cette journée mondiale.

https://www.hug.ch/evenement/journee-mondiale-lutte-contre-sida-depistage-table-ronde

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Voie dégagée pour la réalisation du tram Nations-Grand-Saconnex

Publié

le

Des arbres seront coupés le long de la route de Ferney pour réaliser le tram Nations-Grand-Saconnex, regrettent les opposants. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, la réalisation de la ligne de tram Nations-Grand-Saconnex ne subira pas de contretemps. Un référendum avait été lancé contre la constitution, au profit de l'Etat de Genève, d'emprises sur des terrains propriété de la commune. Invités à se prononcer dimanche, les électeurs du Grand-Saconnex ont accepté ce transfert à une majorité de 51,54%.

Le taux de participation a atteint 38,84%, indique le site de l'Etat de Genève. Le nombre de oui s'est élevé à 1485, contre 1396 non. La ligne de tram Nations-Grand-Saconnex doit être mise en service en 2026. L'investissement se monte à 193 millions de francs. La Confédération subventionne 40% du budget.

Pour réaliser le projet, il est nécessaire, pour la commune du Grand-Saconnex et des privés, de céder provisoirement ou définitivement à l'Etat de Genève, des terrains leur appartenant. 29 parcelles sont concernées, représentant 2,5 hectares en tout. Le Conseil municipal de la commune avait accepté l'opération.

Un comité référendaire de citoyens et d'associations de quartier s'était toutefois constitué pour empêcher ce transfert. Ce comité ne s'opposait pas à la construction d'une ligne de tram, mais déplorait le gigantisme de l'ouvrage et le fait qu'il mettra en péril certains espaces verts et que des arbres centenaires seront sacrifiés.

Du côté des autorités, on s'est défendu en indiquant que le projet de tram et son tracé avaient fait l'objet d'une vaste consultation et que, tout au long du processus, la population a pu donner son avis. Elles rappellent que ce projet ferroviaire a été déclaré d'utilité publique cantonale et régionale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

L'art et la nature investissent le pont de la Machine

Publié

le

"Les Allumé-es" s'installent à Quartier Libre SIG, au pont de la Machine, jusqu'au 30 avril 2023 (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Cinq artistes engagés pour la planète, français et suisses, exposent des oeuvres lumineuses et interactives à Quartier Libre SIG, à Genève, dès jeudi et jusqu'au 30 avril prochain. "Les Allumé-es" présentent des installations qui donnent à réfléchir sur l'impact de l'homme sur l'environnement et sur les modes de consommation de la société contemporaine.

Djeff, Geneviève Fabre Petroff, Ludo, Marko 93 et Philippe Echaroux ont créé des oeuvres sur le thème "de la formidable énergie de la nature". Le soleil, le vent, les animaux, les plantes et les arbres sont leurs sources d'inspiration, précisent dimanche le Musée en Herbe et Little Beaux-Arts, qui sont à l'origine de l'exposition.

A travers une scénographie immersive, le visiteur est invité à découvrir 8 oeuvres dans des espaces dédiés à chaque artiste. Au-delà des murs du pont de la Machine, en extérieur, une installation de Phlippe Echaroux, constituée de deux projections d'images, sera aussi présentée à la tombée de la nuit.

L'exposition "Les Allumé-es" se veut ludique et pédagogique. Elle vise un large public et est accessible aux enfants dès 3 ans, relèvent les Services industriels de Genève (SIG) dans un communiqué. Les installations exposées consomment peu d'énergie et sont fabriquées à partir de dispositifs LED.

Le public pourra littéralement plonger dans les oeuvres, s'y immerger, être un acteur. Il pourra ainsi se faire capturer dans une toile d'araignée géante, déclencher du vent, observer la chlorophylle monter dans une feuille, se voir pousser des fleurs sur la tête ou s'émerveiller devant des lucioles.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X