Rejoignez-nous

Suisse Romande

La droite garde cinq des sept sièges au Conseil d'Etat fribourgeois

Publié

,

le

Le Conseil d'Etat fribourgeois sorti des urnes dimanche comprend toujours cinq ministres de droite et deux ministres de gauche. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La droite a conservé dimanche sa majorité au Conseil d'Etat fribourgeois, l'UDC signant au passage son retour après 25 ans d'absence. La gauche n'a pas réussi à gagner un siège, le PS cédant même son deuxième fauteuil aux Verts, qui reviennent aussi aux affaires.

Le verdict du 2e tour de l'élection au Conseil d'Etat n'aura pas réservé de surprise. L'entente fribourgeoise, conclue entre les trois partis bourgeois après le 1er tour du 7 novembre, a réussi à placer ses cinq candidats, avec deux PLR, deux centristes et un UDC, le Centre perdant tout de même son troisième siège dans l'aventure.

Le candidat sortant PLR Didier Castella a réalisé le meilleur score, avec 52'847 suffrages. Le Gruérien, élu en 2018 lors d'une complémentaire pour remplacer la verte démissionnaire Marie Garnier, a salué l'esprit d'équipe qui a prévalu dans la bataille. Sur le plan personnel, il a relevé sa "volonté de travailler ensemble".

Retour de l'UDC

Deuxième, le centriste sortant Olivier Curty, issu de la minorité germanophone, a signé une solide performance, avec 51'653 suffrages. Dans le camp du Centre (ex-PDC), la satisfaction était aussi de mise avec le score du sortant Jean-Pierre Siggen, qui a redressé la barre après son neuvième rang le 7 novembre et en grand danger d'éviction.

Quatrième avec 44'185 suffrages, ce dernier s'est montré soulagé à son arrivée sur le site Miséricorde de l'Université de Fribourg. "Je suis très content", a-t-il dit à Keystone-ATS, en saluant le vote compact de son camp. "J'ai toujours été élu par une entente, en 2013 comme en 2016", a ajouté le ministre de l'instruction publique.

Le podium est complété par le deuxième PLR Romain Collaud (nouveau), sa troisième place bénéficiant de 49'745 suffrages. L'entente fribourgeoise a enfin placé au sixième rang l'UDC Philippe Demierre, avec 40'710 suffrages. Son élection met fin à 25 ans de disette pour son parti et la présence de feu Raphaël Rimaz au gouvernement.

Les Verts aussi

Philippe Demierre était rayonnant à l'heure des interviews dimanche, marquant de la sorte sa joie immense. Sa performance est d'autant plus notable qu'il a devancé le président sortant du Conseil d'Etat Jean-François Steiert (PS), septième seulement avec 40'317 suffrages, alors qu'il avait fini premier le 7 novembre.

Chez les socialistes, l'élection a tourné à la soupe à la grimace. La deuxième candidate, la conseillère nationale Valérie Piller Carrard (8e avec 39'545 suffrages), n'a pas convaincu pour assurer le siège vacant de sa camarade de parti Anne-Claude Demierre. C'est son deuxième échec personnel après l'élection complémentaire de 2018.

Le deuxième siège du PS s'en va finalement dans les rangs des Verts, qui reviennent dans l'exécutif cantonal après plus de trois ans d'absence. Présidente sortante du Grand Conseil, Sylvie Bonvin-Sansonnens a pris la cinquième place (41'047 suffrages). A l'instar du législatif, les socialistes reculent au profit des Verts.

PS grand perdant

L'alliance de gauche avait pourtant placé ses cinq candidats dans les huit premiers après le 1er tour du 7 novembre. "Elle a peut-être eu les yeux plus gros que le ventre", a constaté un observateur, avec un ticket à quatre qui comprenait encore Sophie Tritten (Centre Gauche-PCS), arrivée en neuvième position avec 36'262 suffrages.

Les socialistes possédaient une double représentation au Conseil d'Etat depuis 1981, tout comme le Centre en détenait trois d'ailleurs. Pour mémoire, la troisième candidate centriste le 7 novembre, Luana Menoud-Baldi, s'était retirée, histoire de sauver le siège de Jean-Pierre Siggen et de sceller l'alliance de droite.

Le Conseil d’Etat pour 2022-2026 se compose toujours de cinq élus de droite (Didier Castella, Olivier Curty, Romain Collaud, Jean-Pierre Siggen et Philippe Demierre) et de deux de gauche (Sylvie Bonvin-Sansonnens et Jean-François Steiert). En termes de rapport de forces, c'est le statu quo au regard de la législature écoulée.

Contrairement à d'autres cantons, la répartition des directions n'interviendra pas ces prochains jours à Fribourg. Elle devrait intervenir à l'occasion de la reconstitution des autorités lors de la semaine du 13 au 17 décembre.

Le taux de participation a atteint 41,38%, contre 37,63% il y a trois semaines.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Lausanne

L'UDC Jean-François Thuillard devient président du Grand Conseil

Publié

le

Jean-François Thuillard a été élu mardi à la présidence du Grand Conseil vaudois (archives). (© KEYSTONE)

Jean-François Thuillard est le nouveau premier citoyen du canton de Vaud. Le député UDC et syndic de Froideville, agriculteur et supporter du LHC, a été élu pour une année à la présidence du Grand Conseil.

Vice-président jusqu'ici, Jean-François Thuillard était le seul candidat en lice mardi après-midi. Sur les 121 bulletins valables comptabilisés, il a récolté 104 voix. Dix bulletins blancs ont aussi été dénombrés ainsi que sept voix éparses.

L'élu de 58 ans a dit sa "reconnaissance" d'accéder au perchoir. Devant ses collègues, il a d'abord rendu hommage à son prédécesseur, le Vert'libéral Laurent Miéville. Pour le "remercier", il avait réquisitionné les Brigands du Jorat, dont il est membre, et le président sortant a quitté la salle ligoté.

Pour son année présidentielle, Jean-François Thuillard a déclaré vouloir travailler "dans la continuité" de ses prédécesseurs, en permettant "des débats vigoureux" tout en veillant "au respect" des opinions de chacun.

De Froideville à Lausanne

Cela fait douze ans que le député du Gros-de-Vaud siège au Parlement vaudois. Il s'y est fait surtout connaître en présidant durant cinq ans la Commission des infrastructures liées aux transports et à la mobilité. "Jusqu'ici, cela a été le moment fort de ma carrière de député", reconnaît-il, interrogé par Keystone-ATS.

Au sein de cette commission, il dit avoir aimé les aspects "concrets" du travail de député. "On vote un crédit pour une route et, quelques mois plus tard, on peut aller voir le résultat sur le terrain", illustre-t-il.

Outre le Grand Conseil et un bref passage comme vice-président de l'UDC Vaud (2013-2015), Jean-François Thuillard est engagé de longue date dans sa commune de Froideville. Il a rejoint le Conseil communal en 1985, avant d'entrer à la Municipalité en 2002 et de devenir syndic en 2016.

Il s'est aussi présenté plusieurs fois sur la liste UDC pour accéder au Conseil national. Sans succès toutefois, "et sans aucun regret", précise-t-il.

Voyages, hockey et euphonium

Agriculteur de profession, Jean-François Thuillard exploite un domaine qui regroupe diverses cultures et une centaine de génisses, et bientôt une halle pouvant accueillir plus de 15'000 poulets. C'est son fils, à qui il est en train de remettre l'exploitation, qui assure désormais le gros du travail. "Je m'occupe de l'administratif et lui donne des coups de main", raconte-t-il.

Marié et père de trois enfants, grand-père depuis peu, le nouveau président du Grand Conseil est aussi un fervent voyageur. "Hormis l'Océanie, je suis allé sur tous les continents", souligne-t-il. Ces dernières années, il a enchaîné les voyages exotiques, par exemple en Tanzanie ou à Sao Tomé-et-Principe, un archipel au large du Gabon. Il a aussi récemment passé une semaine sur un catamaran dans les Caraïbes.

Jean-François Thuillard est aussi un passionné de hockey sur glace, un sport pratiqué par ses fils. Il était notamment à Prague en mai dernier pour suivre l'épopée de l'équipe de Suisse jusqu'en finale du championnat du monde. Il se rend aussi "très régulièrement" à la Vaudoise aréna pour soutenir son club de coeur, le Lausanne HC. "Je n'ai pas manqué un match des derniers play-off" qui ont vu le LHC arriver jusqu'à la finale, assure-t-il.

Jean-François Thuillard adore aussi la musique même si, "faute de temps", il ne joue plus autant qu'il le souhaiterait. Il raconte néanmoins avoir longtemps pratiqué l'euphonium (ou tuba ténor) au sein d'un orchestre de bal et de la fanfare du Jorat.

Vice-présidence

Comme le veut la tradition, une réception sera organisée le 3 septembre dans sa commune pour fêter son accession à la présidence du Grand Conseil. Près de 1000 invités sont attendus à Froideville.

A noter finalement que Jean-François Thuillard sera entouré par Stéphane Montangero (PS) et Patrick Simonin (PLR), élus respectivement mardi en tant que 1er et 2e vice-présidents du Grand Conseil.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Militantes féministes agressées: résolution validée, mais critiquée

Publié

le

Le Grand Conseil a soutenu une résolution condamnant les agressions en marge de la grève féministe (archives). (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Les députés vaudois ne sont pas parvenus à s'entendre unanimement sur une résolution condamnant l'agression de deux femmes en marge de la Grève féministe à Lausanne. L'UDC a critiqué la "récupération politique" et les "amalgames" de la gauche radicale.

Le 14 juin en fin de soirée, sur l'esplanade de Montbenon, un "groupe d'individus" a agressé physiquement des militantes, les provoquant également avec des saluts nazis, a rappelé l'une des auteures de la résolution, Joëlle Minacci (Ensemble à gauche - POP). Deux personnes ont été frappées au visage et emmenées aux urgences au CHUV.

Les prises de parole se sont multipliées en lien avec cette résolution. L'unanimité a été de mise pour condamner cette "lâche agression" et apporter un soutien aux victimes. Tous ont aussi dénoncé cette atteinte à la liberté d'expression et aux droits démocratiques.

En revanche, plusieurs membres de l'UDC et certains PLR ont critiqué la "récupération politique" et les "amalgames" de la gauche radicale. En cause: un communiqué de presse d'Ensemble à gauche diffusé après ces agressions. Un texte qui mentionne "la montée des partis de la droite dure - du Rassemblement national en France à l'UDC en Suisse - et de leurs discours de haine", et qui qualifie ces partis de "groupes fascistes violents."

L'UDC a dénoncé les affirmations contenues dans ce communiqué. Le ton est monté entre plusieurs députés des deux côtés de l'hémicycle, tandis que d'autres élus ont appelé à éviter les "divisions" sur un tel sujet et à sortir "de la sphère politique".

Au vote, la résolution a finalement été soutenue par 87 membres du Grand Conseil, contre 29 oppositions et 13 abstentions.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Vaud: recherche familles d'accueil pour migrants

Publié

le

Au début de la crise ukrainienne, de nombreux réfugiés ont été hébergés chez des particuliers (image prétexte). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'Etablissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM) lance un appel aux personnes qui souhaitent héberger un migrant. Il rappelle le rôle "essentiel" des familles d'accueil dans le processus d'intégration.

L'EVAM et l'Organisation suisse d'aide aux réfugiés (OSAR) encouragent les personnes qui ont une chambre disponible à envisager de rejoindre le projet "Héberger un migrant". Cette initiative offre un accompagnement personnalisé par les équipes de l'EVAM et un soutien financier, rappellent mardi les partenaires.

Le projet "Héberger un migrant" incarne une solidarité "exceptionnelle" de la société civile vaudoise, particulièrement mise en évidence lors de la crise ukrainienne, poursuit le communiqué. Début 2022, Vaud comptait 46 personnes hébergées chez 31 familles. A fin octobre, ces chiffres avaient grimpé à 942 personnes accueillies chez 506 familles. Plus de 2000 Ukrainiens avaient en outre trouvé refuge chez des particuliers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Interstices, nouveau festival à Plateforme 10

Publié

le

Après BDFIL, Booklovers et La Nuit des Images (photo) et avant d’accueillir le festival de Locarno, le quartier des arts accueille la première édition d’Interstices. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La saison des festivals continue à Plateforme 10 avec la première édition d’Interstices. Entièrement consacré à la musique pour piano et claviers, ce nouvel événement proposera treize concerts de vendredi à dimanche dans divers lieux de Lausanne. L'entrée est gratuite.

D'un concert à l’aube au bord du lac aux orgues de l’Eglise St-François en passant par l’esplanade et les musées de Plateforme 10, Interstices réunira un parterre de musiciens de premier plan: de l’Ensemble Contrechamps à la pianiste française de renom Vanessa Wagner.

Lors de ces trois jours de concerts, le festival proposera notamment une installation sonore immersive en continu et en création ainsi qu'un piano qui joue tout seul. Les claviers sous toutes leurs formes seront à la fête (piano à queue, accordéon, orgue de barbarie, claviers électroniques, organetto médiéval, ondes Martenot, harmonium, grand orgue).

Le Festival Interstices est une déclinaison du Festival Variations, musiques pour piano et claviers. Il a été initié par "Le Lieu Unique" à Nantes et créé par Patrick Gyger, directeur de Plateforne 10 et son équipe d’alors en 2017.

Objectif: révéler la richesse des musiques jazz, électronique, expérimentale, traditionnelle ou pop, tout en célébrant le mélange des genres de la création musicale contemporaine.

plateforme10.ch/interstices

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Si les choses ne se déroulent pas comme vous le souhaitez dans votre vie, c’est que vous devez, vous-même, rectifier le tir ! Alors au boulot !

Les Sujets à la Une

X