Rejoignez-nous

Suisse Romande

Une micro-brasserie à Echallens qui a déjà tout d’une grande

Publié

,

le

Suite de notre découverte de quelques micro-brasseries vaudoises. La fabrication de bière à la mode artisanale qui a connu un véritable boom ces dernières années dans le canton. Elles sont aujourd’hui légion, principalement amateurs. Direction le Gros-de-Vaud, à Echallens à la Challensoise.

C’est un modèle presque unique : une micro-brasserie annexée à un bar à vin. La Challensoise a vu le jour il y a moins d’une année à Echallens. Elle est en fait la petite sœur du Cellier, une vinothèque implantée depuis déjà plusieurs années dans la zone industrielle de la localité.

Landry Pahud, associé à la Brasserie la Challensoise :

Landry PahudAssocié, La Challensoise

 

Et avoir un brasseur déjà expérimenté, ça aide forcément à monter sa brasserie :

Landry PahudAssocié, La Challensoise

 

Aujourd’hui, malgré son jeune âge, la Challensoise produit déjà des quantités de bière conséquentes. Landry Pahud :

Landry PahudAssocié, La Challensoise

 

Particularité de la Challensoise : la vente directe représente près des 2/3 des ventes. Il y a un bar et de longues tables pour profiter directement sur place des 4 bières différentes produites par la brasserie. Le tout avec une vue imprenable sur la salle de brassage.

Landry Pahud :

Landry PahudAssocié, La Challensoise

 

Aujourd’hui, la Challensoise compte 3 employés pour un 2,5 équivalent temps plein. Pour une micro-brasserie c’est une exception. Mais pour Landry Pahud c’est la preuve que l’on peut vivre de la bière :

Landry PahudAssocié, La Challensoise

 

Pour la suite, l’équipe de la Challensoise souhaite continuer à se développer. Notamment en élaborant des bières éphémères au gré des saisons.

Et pour en savoir plus sur la bière d’Echallens, rendez-vous sur leur page Facebook : « La Challensoise ».

 

 

 

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Un violent incendie a détruit un entrepôt à Vernier (GE)

Publié

le

Une dizaine de lances ont été nécessaires pour contenir l'incendie qui a ravagé dimanche après-midi un entrepôt à Vernier (GE). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Un entrepôt situé près de l'Aéroport de Genève à Vernier (GE) a été ravagé dimanche après-midi par un violent incendie. Ce bâtiment industriel était vide au moment du sinistre. Aucune victime n'est à déplorer.

L'alarme a été donnée à 12h55 pour un feu au 18 chemin de Batailles, a indiqué le porte-parole du Service d'incendie et de secours de Genève (SIS), le lieutenant Nicolas Millot. A l'arrivée des pompiers, le feu était "assez virulent" et "bien établi". Des renforts ont été immédiatement sollicités.

Cinquante pompiers du SIS, des volontaires de Vernier et de l'Aéroport de Genève ont participé à l'opération. Quinze engins et une dizaine de lances ont été nécessaires pour "maintenir le feu dans son volume initial". Il fallait éviter qu'il ne se propage à une menuiserie et à un stock de pneus à proximité.

Pour des raisons de sécurité, Skyguide a modifié temporairement les phases de décollage et d'atterrissage des avions. Les appareils n'ont utilisé qu'un seul tronçon de piste, côté Versoix, a précisé la porte-parole de l'Aéroport de Genève. Quelques retards étaient à prévoir en fin de journée pour les passagers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Le FC Zurich s'impose face à un Sion inoffensif

Publié

le

Le Zurichois Nikola Katic récupère un ballon qui échappe au Sédunois Luca Zuffi. (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Le FC Zurich poursuit sa remontée en Super League. Le champion en titre s'est imposé 1-0 sur la pelouse d'un FC Sion, une nouvelle fois, décevant. Les Zurichois se retrouvent à deux points de Sion.

Il n'y a pas eu de nouveau miracle pour les Valaisans. Revenus du Stade de Genève avec un point venu de nulle part, cette fois-ci, ils n'ont pu cacher leurs carences offensives face à un Zurich en verve avec un deuxième succès de suite.

Le niveau de la partie fut longtemps consternant. Avec un seul attaquant de pointe nominal - Ilyas Chouaref - les Sédunois ont connu toutes les peines à porter le danger devant la cage zurichoise lors de rares contre-attaques. Ce fut au contraire les Alémaniques qui se montrèrent le plus dangereux par l'intermédiaire du remuant Blerim Dzemaili, auteur de deux tirs retenus par Lindner avant de sortir sur blessure.

En deuxième période, les Valaisans se sont montrés un peu plus créatifs. Chouaref s'est lancé dans un solo impressionnant qu'il a très mal conclu. Le match basculait à la 58e minute sur une faute de main incontestable de Reto Ziegler. Le penalty n'avait rien de scandaleux, mais 3 minutes auparavant, la VAR n'avait pas retenu une main du Zurichois Marc Hornschuh qui avait, elle aussi, modifié la trajectoire du tir d'Itaitinga. Sous les sifflets, Jonathan Okita transformait son coup de pied de réparation pour l'ouverture du score (59e).

Le FC Sion demeure ainsi l'équipe la plus faible à domicile cette saison avec seulement huit points récoltés en dix matches. Fabio Celestini ne va pas manquer de travail au cours des prochaines semaines.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Le Valais déterminé à obtenir deux concessions de casino

Publié

le

L'attribution des concessions pour les casinos aiguise les appétits. En Valais, trois candidats sont en lice pour une seule concession envisagée par la Confédération alors que le canton en réclame deux. (Archives). (© KEYSTONE/ANDREE-NOELLE POT)

Le Conseil fédéral prévoit d'attribuer une seule concession de casino au Valais dès 2025. Mais le canton en réclame deux, l'une pour une maison de jeu en montagne, l'autre en plaine. Avec une seule concession, il s'estime "lésé".

"Le casino de Crans-Montana a démontré ces vingt dernières années qu’il était particulièrement rentable pour un casino de montagne. Sur cette base, il est par conséquent légitime qu’il obtienne le renouvellement de sa concession", juge Christophe Darbellay, chef du département valaisan de l'économie et de la formation, contacté par Keystone-ATS.

Mais le canton souhaite aussi un casino en plaine, "là où un potentiel encore non exploité de clientèle est possible", et a plaidé sa cause auprès du Conseil fédéral en mai dernier déjà. "Le Valais est un canton touristique, avec près de 4'260'000 nuitées hôtelières en 2019; par ailleurs, il bénéficie d’une population résidente de plus de 350'000 habitants, en constante augmentation", détaille le conseiller d'Etat.

Dès lors, selon lui, avec une seule concession, le Valais se retrouve lésé en comparaison avec d’autres cantons. Il désigne notamment le "Tessin, avec ses 350'000 habitants et 2'300'000 nuitées hôtelières et qui bénéficie de trois concessions. Ou les Grisons (200'000/ 5'250'000) qui en détiennent deux".

Pour Christophe Darbellay, "un casino supplémentaire en plaine pourrait drainer des flux importants de touristes et de pendulaires, notamment grâce à la proximité immédiate de la France, de la vallée d’Aoste et du Chablais vaudois". Enfin, d'un point de vue économique, "lorsque l’on projette sur 20 ans les seuls revenus fiscaux issus de l’impôt sur les casinos, nous constatons que le manque à gagner pour l’Etat du Valais serait de 116,5 millions de francs et pour la Confédération de 175 millions de francs", poursuit le Bas-Valaisan.

Trois candidats en lice

En tout en Valais, trois candidats sont sur les rangs pour décrocher une concession: le groupe Circus Casino France qui exploite actuellement le casino de Crans-Montana, la société Casino du Valais SA et la société Casino des Alpes SA.

Casino du Valais a abandonné son projet de construire une maison de jeu près du stade de Tourbillon et opté pour la transformation d'un ancien centre commercial sur la place des Potences à Sion, "un lieu facilement accessible par les transports privés et publics", précise le service de presse de la société. Casino du Valais SA est détenue par Kursaal-Casino AG Luzern qui développe le projet en partenariat avec VF Invest AG à Viège.

Quant à la société Casino des Alpes, elle est détenue par Christian Constantin qui porte son projet en partenariat avec le groupe français Barrière. "J'ai prévu de construire le casino à Martigny-Combe, à la sortie de l'autoroute A9, sur un terrain de 15'000 mètres carrés", précise le promoteur immobilier et président du FC Sion.

L'homme avait aussi lancé un projet de casino à Saxon, qu'il a finalement abandonné. "L'étude de rentabilité a démontré un différentiel de chiffre d'affaires sur vingt ans de plus de 100 millions de francs entre les deux projets", explique Christian Constantin, qui rappelle que l'utilité et la viabilité économiques font partie des critères de la Confédération.

Potentiel des casinos de plaine

Le promoteur valaisan est convaincu du potentiel des casinos de plaine par rapport à ceux de montagne: "Regardez les données publiées chaque année sur le site Internet de la Commission fédérale des maisons de jeu (CFMJ) en matière notamment d'impôts versés au canton et à la Confédération, ils parlent d'eux-mêmes!".

En 2019 par exemple, avant la crise du Covid, le casino de plaine de Mendrisio a versé 35,4 millions de francs environ à l'impôt sur les maisons de jeu, celui de Neuchâtel plus de 10,4 millions et celui de Locarno 7,8 millions alors que pour les casinos de montagne, celui de Davos a versé 548'000 francs environ, celui de Saint-Moritz 758'000 francs et celui de Crans-Montana 3,6 millions de francs.

"Cas exceptionnels et justifiés"

Toutes les concessions des maisons de jeu suisses expirent fin 2024 et la décision sur leur attribution devrait tomber en automne 2023. L'Etat du Valais entend "reprendre et compléter son argumentaire" prochainement, "lorsqu'il sera consulté par la Confédération".

Une seule concession pour le Valais, est-ce irrévocable? "Le Conseil fédéral a pris des décisions de principe. ll se réserve toutefois le droit, dans des cas exceptionnels et justifiés, de s'écarter de ces directives lors de l'octroi des concessions, si les conditions du marché le permettent et si les objectifs de la loi sur les jeux d'argent peuvent néanmoins être atteints", répond la CFMJ.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Une exposition à Genève sur le patrimoine culturel en péril

Publié

le

Des mesures ont été prises dans les musées en Ukraine, comme ici au Musée de l'histoire de la religion à Lviv, pour protéger les trésors patrimoniaux. Une exposition de photos à Genève revient sur ce sujet (archives). (© KEYSTONE/AP/BERNAT ARMANGUE)

La guerre en Ukraine menace l'héritage culturel du pays. Afin de protéger ce patrimoine national, des mesures ont été prises par les autorités. Une exposition de photos présentée à l'Université de Genève à partir du 7 février illustre cette problématique. A voir jusqu'au 1er mars.

Les musées en particulier ont été contraints d’évacuer leurs trésors pour les protéger. Les images exposées à UniDufour montrent ainsi les galeries vides du Musée national des arts Bohdan et Varvara Khanenko de Kiev, le plus important musée d'art d'Ukraine.

L’exposition, proposée en partenariat avec l’International Council of Museums-Suisse et le Musée national suisse, porte aussi un regard d'espoir sur l'avenir. L'inauguration se fera avec Yuliya Vaganova, directrice du Musée national des arts Bohdan et Varvara Khanenko de Kiev qui sera présente en visioconférence.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Motos sur les voies de bus: le MCG revient à la charge, en vain

Publié

le

Le MCG voulait relancer les tests pour autoriser les motos et les scooters à utiliser les voies de bus. Sa proposition a été refusée par la majorité du Grand Conseil (image d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

A Genève, le MCG voulait relancer les tests permettant aux motos et aux scooters de circuler sur les voies de bus afin de gagner du temps. La motion en ce sens lancée par le parti a été refusée vendredi par le Grand Conseil genevois.

Deux tests avaient déjà été menés en 2017 et 2018 sous l'impulsion de Luc Barthassat, alors ministre des transports. L'expérience n'avait pas été renouvelée par son successeur, Serge Dal Busco, qui avait communiqué les résultats peu concluants de ces tests.

Pour rappel, il avait été constaté que les motos avaient gagné deux minutes aux heures de pointe, mais que rien n'avait changé pour les autres usagers. De plus, les deux-roues motorisés avaient commis plus d'excès de vitesse.

Le MCG, l'UDC et le PLR ont remis en cause la pertinence de ces résultats, notamment en raison de la durée trop courte pendant lesquels ils ont été menés. Ces trois partis auraient voulu poursuivre les tests sur d'autres axes. Le PLR a plaidé pour une solution pragmatique.

Cette revendication a soulevé un tollé à gauche. "Autoriser les deux-roues motorisés sur les voies de bus était une mauvaise idée qui allait à l'encontre de la loi pour une mobilité cohérente et équilibrée", a souligné la Verte Marjorie de Chastonay. Acceptée en votation en 2016, cette loi donne la priorité aux transports publics et à la mobilité douce dans les centres urbains. La motion a été refusée par 49 voix contre 44.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Balance

L’époque présente est dynamique et permettra d’intéressantes rentrées d’argent que vous saurez gérer avec sagesse !

Les Sujets à la Une

X