Rejoignez-nous

Vaud

Appel à la CPEV pour des investissements plus écologiques

Publié

,

le

Parmi les soutiens au mouvement Divest, le Prix Nobel de Chimie Jacques Dubochet, l’ancien secrétaire d'Etat à l'éducation et à la recherche Charles Kleiber, l’ancien conseiller aux Etats Luc Recordon, mais aussi des jeunes de la Grève du Climat. (Photo: D.R.)

Un mouvement citoyen, Divest Vaud, demande à la Caisse de pension de l'Etat de Vaud (CPEV) de tenir compte de l'urgence climatique. Il a créé une plateforme en ligne où les affiliés peuvent exiger de leur caisse un désinvestissement dans les énergies fossiles.

Si les jeunes étaient dans la rue ce vendredi 24 mai pour manifester, ce ne sont pas les seuls à s’inquiéter du changement climatique. Douze personnalités romandes se sont réunies cet après-midi pour lancer un message. Elles demandent à la Caisse de pension de l’Etat de Vaud de développer une stratégie d’investissement respectant l’Accord de Paris sur le climat. En s’engageant dans le désinvestissement des énergies fossiles, la CPEV pourrait donner un signal fort et améliorer ses rendements, estime le mouvement réuni sous le nom de Divest. Etienne Schaufelberger, coordinateur de Divest Vaud :

Etienne SchaufelbergerCoordinateur de Divest Vaud
Selon une étude du WWF, la CPEV a de "bonnes-pratiques-en amélioration" en matière d'investissements responsables, mais elle peut faire mieux d'après Divest. Etienne Schaufelberger :
Etienne Schaufelbergercoordinateur de Divest Vaud

divest-cpev.ch a été mis en place pour récolter des signatures. Parmi les soutiens au mouvement Divest, le Prix Nobel de Chimie Jacques Dubochet, l’ancien secrétaire d'Etat à l'éducation et à la recherche Charles Kleiber, l’ancien conseiller aux Etats Luc Recordon, mais aussi des jeunes de la Grève du Climat. Margherita Anastopoulos, 18 ans, en fait partie :

Margherita Anastopoulos Membre de la Grève du Climat

Risque financier

Dans son appel à la CPEV, Divest Vaud réclame une stratégie d'investissement qui respecte l'Accord de Paris sur le climat, celui-ci prévoyant de limiter la hausse des températures à 1,5 degré. "Voulons-nous que nos retraites participent à un meilleur avenir ?", a écrit le mouvement dans son appel aux affiliés de la CPEV.

Outre la question de la responsabilité écologique, Divest Vaud a affirmé que les investissements fossiles constituaient un risque financier pour les assurés. Philippe Thalmann, professeur d'économie à l'EPFL :

Philippe ThalmannProfesseur d'économie à l'EPFL

Un processus évolutif

Contacté par Keystone-ATS, le président de la CPEV, Stephen Sola, a relevé que les questions environnementales figuraient parmi les priorités de la caisse. "Cela fait plusieurs années que nous travaillons sur des stratégies d'investissement en lien avec le climat", a-t-il souligné.

Stephen Sola a toutefois reconnu qu'il y avait "encore du travail" et que ce processus devait se faire "de façon évolutive", sachant que la CPEV doit avant tout assurer la pérennité des prestations aux assurés. "Nous ne pouvons pas nous permettre de péjorer le rendement de la caisse. C'est une stratégie assez fine à mener", a-t-il dit.

A Genève également

Divest Vaud n'est pas le seul groupe à avoir de telles revendications. A Genève également, la Caisse de prévoyance de l'Etat (CPEG) a été critiquée pour sa lenteur sur le thème climatique. "Au lieu d'investir dans les énergies vertes, la CPEG préfère entamer un dialogue avec les entreprises des combustibles fossiles", a déploré jeudi le Groupe d'assurés pour le désinvestissement dans un communiqué.

Ce groupe, qui réunit une centaine d'assurés de la CPEG, réclame notamment une décarbonisation du portefeuille, avec comme objectif une diminution de 50% de l'empreinte carbone d'ici 2025. Il affirme avoir demandé, en vain, une discussion avec la CPEG à ce sujet.

(ROMEO/KEYSTONE-ATS)

Mobilisation en baisse pour le climat à Lausanne

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Des handicapés descendent dans la rue à Lausanne

Publié

le

Une centaine de manifestants se sont mobilisés samedi à Lausanne pour soutenir les droits des personnes en situation de handicap. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les personnes en situation de handicap veulent avoir davantage leur mot à dire dans les décisions qui les concernent, comme dans le choix de leur lieu de vie. Avec le slogan "Rien sur nous, sans nous", une centaine de manifestants se sont mobilisés samedi à Lausanne.

Durant la journée, plusieurs actions ont été menées pour "secouer le cocotier". Au centre-ville, le public pouvait notamment tester un parcours de sensibilisation en chaise roulante, découvrir des moyens auxiliaires ou encore rencontrer un chien d'assistance.

L'opération "Livres vivants" où une personne donne en direct son "récit de vie" a remporté un grand succès. "Certaines personnes sont ressorties en pleurs de ces face-à-face sans voyeurisme", a expliqué samedi à Keystone-ATS Anne-Catherine Reymond, secrétaire générale de Cap-Contact, association d'entraide romande.

Point d'orgue de l'événement, un cortège inclusif a rassemblé sous la pluie une cinquantaine de personnes, notamment des handicapés avec leur famille et accompagnants. Plusieurs d'entre eux avaient pris place sur un char tiré par un tracteur, ou une calèche emmenée par deux chevaux. "C'est ma vie, c'est mon choix" ou encore "Des soins à la maison SVP" titraient pancartes et banderoles.

Pas d'autre choix que l'institution

Selon les associations, les personnes en situation de handicap se sentent souvent laissées pour compte. La Suisse est encore loin de satisfaire aux exigences de la Convention de l'ONU relative aux droits des personnes handicapées (CDPH), qu'elle a pourtant signée.

Son article 19 garantit le droit à une vie autonome, ce qui implique que les personnes concernées aient accès à des services d'aide et d'accompagnement de proximité. "Ce qui n'est malheureusement souvent pas le cas, les personnes n'ayant pas d'autre choix que d'aller en institution", a expliqué Anne-Catherine Reymond.

Le nombre de places en établissement socio-éducatif (ESE) augmente alors qu'il devrait baisser, selon la responsable. "Trop souvent l'argent va aux institutions. Le bénéficiaire reste le parent pauvre du système. Il a encore très peu son mot à dire".

Adhérer au petit protocole

Les associations demandent à la Suisse d'adhérer au petit protocole facultatif de la convention, qui est plus contraignant. Il permet de recourir auprès du Comité des droits des personnes handicapées de l’ONU, lorsque les tribunaux suisses n'entrent pas en matière ou rejettent les demandes.

"Je connais le cas d'un jeune, déficient intellectuel, qui va être changé d'institution contre sa volonté. Si la Suisse avait adhéré au petit protocole, nous aurions pu porter l'affaire plus haut", explique Mme Reymond.

Une pétition réclamant cette adhésion a été lancée. Elle vise à recueillir quelque 10'000 signatures d'ici la mi-octobre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne pose une plaque commémorative pour Renée Delafontaine

Publié

le

Lausanne pose une nouvelle plaque commémorative pour honorer les femmes qui ont marqué son histoire (photo d'illustration). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La Ville de Lausanne pose une plaque commémorative pour rendre hommage à Renée Delafontaine (1921-2006). La pédagogue s'est fait connaître pour son travail dans l'accompagnement des personnes handicapées.

Avec la pose de cette plaque, qui fait suite à celles consacrées à Jaquette de Clause et Anne Cuneo, Lausanne vise à "réhabiliter la place des femmes dans l'histoire et l'espace public lausannois", écrit la Municipalité dans son communiqué. La plaque de Renée Delafontaine a été placée sur le mur d'entrée de l'avenue des Bergières 35, lieu de création de sa Fondation.

Née à Puidoux, Renée Delafontaine a ouvert en 1955 à Lausanne le premier externat pour personnes en situation de handicap mental, les Matines, future Fondation Renée Delafontaine. Elle a ensuite continué son action en ouvrant plusieurs ateliers protégés.

"Son action influence la mise sur pied, dans le canton de Vaud, de l'enseignement spécialisé et de la formation des professionnelles et professionnels de l'action sociale", poursuit le communiqué.

En 1981, Renée Delafontaine a reçu le titre de docteur honoris causa de l'Université de Lausanne. Elle est ensuite devenue, en 1997, la première femme à se voir décerner le Prix de Lausanne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Septembre Musical attire 15'000 spectateurs

Publié

le

Les Petits Chanteurs de Vienne se sont notamment produits lors de cette édition de Septembre Musical (archives). (© KEYSTONE/EPA EFE/DAVID DE LA PAZ)

Achevée jeudi, la 76e édition du Septembre Musical Montreux-Vevey a réuni 15'000 spectateurs. Onze concerts payants, dont cinq ont affiché complet, et une trentaine d'événements culturels gratuits ont été proposés entre le 19 et le 29 septembre.

Cette édition a mis à l'honneur l'Autriche avec ses grands compositeurs, mais aussi avec la musique folklorique, la pop et même du rock-metal. Dans leur communiqué de bilan, les organisateurs se réjouissent d'avoir pu attirer 25% de jeunes (enfants et étudiants) parmi leurs spectateurs. Ils expliquent cela par des tarifs adaptés, des médiations culturelles et un concert d'ouverture consacré à "Pierre et le loup" de Serge Prokofiev.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Plan directeur de Lausanne: la Commission veut plus d'ambition

Publié

le

La question de la mobilité divise toujours autant gauche et droite à Lausanne (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La commission du Conseil communal de Lausanne, chargée de se pencher sur le Plan directeur communal (PDCom), a livré son verdict après huit séances. Une majorité de ses membres souhaite que la Ville en fasse davantage, notamment en matière de mobilité, tandis qu'une minorité regrette une politique des transports qui défavorise la voiture.

Présenté en mars 2021 par la Municipalité, le PDCom dessine les grands principes du développement urbain de la capitale vaudoise à un horizon de dix à quinze ans. La commission du Conseil communal y a toutefois apporté "des modifications importantes", indique vendredi la Ville de Lausanne dans un communiqué.

Sur les questions d'urbanisation, les commissionnaires proposent "d'intégrer plus systématiquement la création de logements abordables et la protection des locataires dans les projets d'urbanisme". La mixité sociale et la "répartition juste" des équipements publics ont également été inscrites comme objectifs.

Aéroport de la Blécherette visé

En matière d'environnement, la commission propose aussi d'ajouter des mesures supplémentaires. Comme par exemple "la nécessité de réduire les nuisances sonores et polluantes de l'aéroport de la Blécherette", poursuit le communiqué.

Sur la mobilité également, la majorité de la commission aimerait davantage d'ambition du PDCom. Les itinéraires piétons devraient, par exemple, pouvoir se développer sur des parcelles privées, "si c'est nécessaire pour des cheminements courts et directs".

La commission dit aussi attendre une "offensive associant rues cyclables, augmentation et généralisation du stationnement, amélioration du marquage et du balisage". Les transports publics devraient, eux, être plus rapides par "une priorisation aux carrefours".

"Absence de vision" dit la droite

Quant à la place utilisée par le transport individuel motorisé, elle doit tendre "à être réduite en faveur des autres modes et d'autres usages de l'espace public". Sens uniques, blocs de quartiers sans aucun transit possible, limitation à 30 km/h sur l'ensemble du réseau sont d'autres mesures avancées par la commission.

Le PLR et l'UDC ont déposé conjointement un rapport de minorité, qui conteste plusieurs modifications du PDCom. Les deux partis de droite dénoncent notamment "une absence totale de vision globale de la mobilité à Lausanne", poursuit le communiqué de la Ville. Selon les opposants, avec la diminution de la place consacrée à la voiture, le libre choix de mode de transport n'est pas respecté.

La minorité estime aussi que Lausanne n'a pas la compétence de généraliser le 30km/h sur l'ensemble de son territoire puisque lavitesse routière demeure de compétence cantonale. Cette vision n'est toutefois pas partagée par le reste de la commission, relève le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Le Centre de formation professionnelle de Vennes inauguré

Publié

le

Avec sa collègue Isabelle Moret, le conseiller d'Etat Frédéric Borloz a inauguré vendredi le nouveau Centre de formation professionnelle de Vennes (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Trois nouveaux bâtiments en bois donnent naissance au Centre de formation professionnelle de Vennes, sur les hauts de Lausanne. Ils ont été inaugurés vendredi par les conseillers d'Etat vaudois Frédéric Borloz, en charge de la formation, et Isabelle Moret, responsable des constructions. Le chantier n'aura duré qu'une année pour un coût total de 16,64 millions de francs.

Il permettra à la fois de poursuivre le développement du Centre d'orientation et de formation professionnelles (COFOP) et de mettre à disposition de nouveaux locaux pour les apprenties et apprentis en informatique de l’Ecole technique - Ecole des métiers de Lausanne (ETML), a indiqué vendredi le Canton dans un communiqué.

Le COFOP occupe ce site du nord de Lausanne avec pour voisins le Biopôle et la Maison de l'Environnement. Grâce à ces nouvelles installations, il peut désormais se développer en accueillant 30 apprenties et apprenties supplémentaires (+10%), notamment dans les métiers de bouche, explique le Canton.

Ces bâtiments permettent aussi aux élèves de l'ETML, futures informaticiennes et informaticiens, de bénéficier de nouveaux locaux. Le nombre de places dans cette filière très demandée va ainsi progressivement augmenter de 150 places en 2022 à près de 200 dès 2025, souligne-t-on. Au total, ce nouveau site de la formation professionnelle vaudoise accueillera plus de 500 jeunes en formation.

Troisième site en bois

Le Centre de formation professionnelle de Vennes est composé de trois bâtiments en bois avec une structure en sapin et épicéa des forêts cantonales et des façades en mélèze, est-il précisé. Pour une utilisation minimum du béton, seules les fondations sont dans cette matière.

La surface utile de plancher est de 3200 m2, comprenant notamment 17 salles de classe et un restaurant. La signalétique extérieure reprend de manière originale le design des panneaux routiers suisses.

Il s'agit du troisième site de l'Etat de Vaud construit quasiment exclusivement en bois en moins d’une année, après l’extension du Gymnase de Burier et la Maison de l’environnement, inaugurées en 2021, rappelle-t-il. Avec ses panneaux photovoltaïques sur les toits et sa production de chaleur par sondes géothermiques, le nouveau site de formation de Vennes a décroché un label de construction durable.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Au cœur du foyer, ça va passer ou casser, mais une chose est certaine, vous refuserez catégoriquement ce qui ne vous plaît plus !

Les Sujets à la Une

X