Rejoignez-nous

Vaud

Echallens refuse l'ouverture des magasins ouverts jusqu'à 20h

Publié

,

le

Les citoyens d'Echallens ont refusé dimanche d'étendre l'horaire d'ouverture des magasins à 20h00. (Photo d'illustration - ©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les Challensois ont refusé dimanche d'étendre les horaires d'ouverture des commerces de la commune jusqu'à 20 heures. Ils ont accepté à 65,55% le référendum contre la prolongation prévue dans le préavis adopté par la Municipalité et le législatif en février.

Au décompte final, 1452 votants ont refusé le préavis contre 763 oui, selon le procès-verbal. La participation s'est élevée à 54,46%.

Le projet prévoyait que les commerces ouvrent jusqu’à 20h00 au lieu de 19h00 en semaine (18h00 au lieu de 17h00 le samedi) ainsi que six nocturnes annuelles. Très exagérés, les nouveaux horaires auraient péjoré les conditions de travail du personnel de vente. Ils n’auraient aucunement servi les intérêts des petits commerces, relève le syndicat Unia Vaud dans un communiqué publié à l'issue du scrutin.

"C'est une excellente nouvelle", a commenté le responsable du secteur tertiaire Unia Vaud Giorgio Mancuso. "Cela montre que la population est sensible à la thématique des conditions de travail du personnel de vente".

CCT cantonale en vue

"Deux ans après Nyon, et sans oublier Genève ce jour, cette nouvelle victoire est un signal clair contre les extensions d’horaires d’ouverture des magasins. Ce sont des arguments de poids pour les négociations en vue d'une convention collective de travail cantonale du secteur", a-t-il ajouté. Celles-ci doivent débuter dès l’an prochain.

Soutenu par le syndicat, le comité référendaire interpartis "Touche pas à mes horaires" avait réuni 1078 signatures pour le référendum, alors que 618 paraphes étaient nécessaires. L'Association des commerçants de la capitale du Gros-de-Vaud n'avait pas donné de mots d'ordre.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Les délogés de la Rouvraie gardent leur appartement

Publié

le

Les habitants des immeubles de l'Avenue du Parc-de-la-Rouvraie 4 et de la Route Aloys-Fauquez 26 avaient remis une pétition à la Municipalité et au Conseil communal en 2019. (©KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Les habitants de deux immeubles de la Rouvraie, à Lausanne, n’auront pas à quitter leur appartement. Alors qu’ils s’étaient vu signifier la résiliation de leur bail en 2018 en vue de travaux de rénovation, ils ont signé ce printemps une convention avec la société propriétaire, Credit Suisse.

Résiliation de bail annulée pour les habitants de deux immeubles de la Rouvraie, à Lausanne. Une convention a été signée ce printemps entre les locataires et Credit Suisse, propriétaire des bâtiments. L’histoire a commencé en 2018, lorsque les locataires des 160 appartements ont reçu une résiliation de bail. La raison : un projet de rénovation des deux immeubles. S’en est suivi notamment la création d’une association pour contester cette décision, une pétition munie de 5'000 signatures et trois années de discussions et négociations. Président de l’association qui réunit les locataires, Alain Joly nous expose la solution trouvée.

Alain JolyPrésident de l'association AF26-R4

Un dénouement surprenant

La conduite des travaux se fera donc par roulements. Un soulagement pour les locataires. Fervent soutien des habitants dans ce dossier, le conseiller communal PS Benoît Gaillard s’est, de son côté, se dit surpris.

Benoît GaillardConseiller communal PS

Loyers à définir

Une inconnue demeure, malgré cette convention: quelle augmentation pour les loyers? On retrouve Alain Joly.

Alain JolyPrésident de l'Association AF26-R4

Précisons que nous ne sommes pas parvenus à joindre les propriétaires.

Continuer la lecture

Vaud

Hôpitaux du Nord vaudois: année 2021 impactée par la pandémie

Publié

le

Le centre de dépistage drive-in a atteint des records de fréquentation (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les Etablissements hospitaliers du Nord vaudois (eHnv) bouclent l'exercice 2021 sur un déficit de 4,8 millions de francs. Malgré une aide des autorités cantonales, les impacts de la pandémie se sont fait ressentir sur le résultat.

Le résultat financier est tout de même meilleur que prévu puisque le budget tablait sur un déficit de 5,8 millions de francs, relève jeudi l'établissement dans un communiqué. Les eHnv prévoient un retour à l'équilibre d'ici 2025, afin de faire face aux besoins de financement pour l'agrandissement du site hospitalier d'Yverdon-les-Bains et la construction d'un nouvel hôpital à Orbe.

D'une manière générale, l'année 2021 a été marquée par une intense activité liée à la pandémie. Le centre de vaccination et celui de dépistage ont atteint des records de fréquentation, avec des pics allant jusqu'à 575 dépistages par jour.

Le Covid-19 n'a pas épargné les équipes - les eHnv comptent quelque 1700 collaborateurs - qui, en plus d'une activité accrue, ont dû jongler avec des effectifs réduits par les quarantaines et les isolements, ajoute l'hôpital.

Un bon nombre d'opérations, annulées lors des première et deuxième vagues, ont pu être transférées vers le centre de chirurgie ambulatoire DaisY. Cette nouvelle annexe qui borde l'hôpital yverdonnois a accueilli plus de 4000 patients en 2021. Le service d'oncologie a administré 6000 traitements, soit un millier de plus qu'en 2020, avec une fréquentation mensuelle de 300 patients.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Le futur gouvernement vaudois s'est réparti les tâches

Publié

le

La répartition des départements vaudois a suscité quelques surprises (Archives © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le gouvernement vaudois a procédé à une vaste redistribution de ses départements, après les élections cantonales du printemps. Sans surprise, Christelle Luisier devient la nouvelle présidente. Dès juillet, Frédéric Borloz reprend l'école, Valérie Dittli les finances.

A l'issue de deux séances de travail, le Conseil d'Etat s'est réparti les départements pour la législature 2022-2027 qui s'ouvre le 1er juillet. Il a entériné à l'unanimité une nouvelle organisation, qui amène plusieurs modifications, parfois inattendues.

Un changement était certain: avec le passage à une majorité de droite, Nuria Gorrite (PS) allait devoir abandonner la présidence qui revient désormais à Christelle Luisier (PLR), seule élue dès le premier tour le 20 mars dernier. Celle-ci conserve l'épineux dossier des relations avec les communes, le logement et reprend le sport, ainsi que les affaires extérieures et la chancellerie qui sont rattachées administrativement à la fonction présidentielle.

Ecole et finances

Surprise en ce qui concerne l'école et les finances: le département de la formation - la dénomination exacte sera annoncée courant juin - revient au PLR Frédéric Borloz. Après la non-réélection de Cesla Amarelle (PS), la gauche avait demandé que la droite reprenne ce département exposé qui a déjà par le passé fait tomber plusieurs têtes à gauche.

Le PLR "assume" ses engagements électoraux, écrit le parti dans un communiqué. A ce poste, il entend "restaurer des priorités dans la formation professionnelle et apaiser un climat scolaire tendu".

Dittli après Broulis

La jeune élue du Centre (ex-PDC) Valérie Dittli, qui est peu expérimentée et ne pourra s'appuyer sur aucun élu de son parti au Grand Conseil, reprend la fiscalité et l'analyse financière - aujourd'hui entre les mains du grand argentier Pascal Broulis, qui ne s'est pas représenté - ainsi que l'agriculture.

Valérie DittliFuture Conseillère d'Etat vaudoise

Isabelle Moret (PLR) sera en charge de l'emploi et de la promotion économique, de l'asile, ainsi des immeubles et du patrimoine. Pas de bouleversement pour Rebecca Ruiz, qui reste à la tête de la santé et de l'action sociale. Elle sera la vice-présidente du Conseil d'Etat du 1er juillet 2022 au 30 juin 2023, poste attribué par tournus.

Culture chez Gorrite

Nuria Gorrite garde la mobilité, le service du personnel, l'accueil de jour des enfants et s'adjoint la culture - un domaine autrefois couplé à l'école - et le service des autos. Enfin, le Vert Vassilis Venizelos dirigera le Département en charge de l'environnement, de l'enfance et de la jeunesse, de même que les curatelles, la police et les prisons.

Le plan climat fera l'objet d'une co-présidence entre Christelle Luisier et Vassilis Venizelos. A terme et après sa fusion avec le Bureau de la durabilité, la nouvelle entité redéfinie fera l'objet d'un rattachement au département en charge de l'agriculture, précise le communiqué du gouvernement.

Assermentation le 28 juin

La cérémonie d'assermentation des nouvelles autorités se déroulera le 28 juin prochain, avant l'entrée en fonction du 1er juillet. Le Conseil d'Etat s'attellera ensuite à l'élaboration de son programme de législature, pour lequel la Constitution impose un délai de réalisation de quatre mois.

Les détails avec Robin Jaunin :

Répartition des départements du Conseil d'Etat vaudois

Robin Jaunin avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Économie

La promotion économique vaudoise se porte bien

Publié

le

Philippe Leuba a vanté jeudi le dynamisme de l'économie vaudoise (Archives © KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Le dynamisme économique vaudois ne faiblit pas. C'est ce qui ressort des résultats 2021 de la promotion économique dévoilés ce jeudi sur le site de Station R, incubateur de start-ups basé à Renens.

L'an dernier, le Service de la promotion de l'innovation et de l'économie (SPEI) a soutenu 237 entreprises vaudoises, représentant 3400 emplois. Ces sociétés ont bénéficié d'aides directes de 6,03 millions de francs, un montant record.

A cela s'ajoutent des aides indirectes de près de 8 millions, versées notamment pour financer des infrastructures ou les implantations d'entreprises via Innovaud.

Philippe LeubaConseiller d'Etat en charge de l'innovation - VD

Signe de l'efficacité de la promotion économique vaudoise, l'effet de levier, soit le rapport entre l'argent versé par le canton et celui investi par les entreprises soutenues, a fortement progressé. Il s'est élevé à 3,41 (1 franc versé par l'Etat a généré pour 3,41 francs d'investissements privés), contre 2,77 en 2020 et 3,07 en 2019.

Pour le conseiller d'Etat Philippe Leuba, il s'agit du "meilleur baromètre", du "facteur clef" pour évaluer la promotion économique. Cet indicateur montre que l'argent public n'est pas destiné à "arroser" les entreprises, mais à "déclencher des investissements privés."

Cheffe du SPEI, Andreane Jordan Meier a renchéri en expliquant que la "nette" hausse de l'effet de levier constituait "la preuve" du dynamisme économique vaudois, "un signe très fort que les entreprises croient en leur avenir."

Andreane Jordan MeierCheffe du service de la promotion de l’économie et de l’innovation du canton de Vaud

"Champion du monde" des brevets

Parmi les autres indicateurs favorables, Mme Jordan Meier a remarqué que Vaud était "le champion du monde" du dépôt de brevets. Une affirmation étayée par des chiffres européens, dans lesquels la Suisse caracole en tête avec Vaud comme meilleur contributeur parmi les cantons.

Proportionnellement à la population, "Vaud est plus innovant que la Silicon Valley", a déclaré Philippe Leuba. "C'est une réalité dont les gens n'ont souvent pas conscience", a-t-il ajouté, vantant le "maillage étroit" entre hautes écoles, entreprises privées et impulsions de l'Etat.

Philippe LeubaConseiller d'Etat en charge de l'innovation - VD

Autre record enregistré en 2021, les start-ups vaudoises ont levé 1,02 milliard de francs, dépassant pour la première fois la barre du milliard. "C'est colossal", a commenté Philippe Leuba.

Sociétés étrangères séduites

En matière d'implantations d'entreprises, 29 sociétés étrangères provenant de 13 pays, et dont les perspectives dépassent les 500 emplois créés à cinq ans, se sont installées en 2021 sur sol vaudois.

Après un tassement dû à la pandémie, ces chiffres sont repartis à la hausse. Et ils ne devraient pas faiblir ces prochaines années, en dépit des troubles à l'international, à commencer par la guerre en Ukraine.

Patrick BarbeyDirecteur d'Innovaud

Renforcer l'industrie

Ces prochaines années, Vaud continuera de miser sur ses secteurs de prédilection: santé, alimentation, économie numérique, sport ou encore robotique.

Le canton veillera aussi à ne pas miser uniquement sur le tertiaire, mais à se diversifier. Il s'agira alors de "renforcer le pôle industriel qui est le secteur qui crée le plus d'emplois", a souligné Andreane Jordan Meier.

Robin Jaunin avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Culture

A l'Alimentarium, un voyage rétrofuturiste dans l'alimentation

Publié

le

La nouvelle exposition de l'Alimentarium de Vevey explore les représentations futuristes de l'alimentation. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

L'Alimentarium invite à plonger dans le passé pour découvrir comment la science-fiction imaginait la nourriture de demain. Le musée veveysan fait résonner ces imaginaires avec ce que pourrait être l'alimentation des générations à venir. A découvrir dès vendredi.

"Que mangerons-nous en 2049" demande "FOOD2049", la nouvelle exposition temporaire de l'Alimentarium. Celle-ci occupe le deuxième étage de l'institution et s'interroge sur les perceptions et tendances passées et actuelles concernant l'alimentation du futur.

Entre robots et aliment unique

Le musée a retenu quatre thèmes: le premier s'intéresse à la robotisation, un thème récurrent dans les représentations futuristes de l'alimentation. Au début des années 1900, Hugo Gernsback imagine le Scienticafé, un restaurant où les convives sont nourris par des tubes. Tout est liquéfié. Les ustensiles sont devenus obsolètes.

L'espace Cybercocagne dessine un futur où les humains sont libérés de l'obligation de se faire à manger. Une "cuisine intelligente" exécute nos ordres et anticipe nos besoins. Plus loin, l'Aliment unique suscite peurs et espoirs. Enfin, la section Nouvelles terres propose des solutions pour garantir la sécurité alimentaire face au changement climatique et à l'accroissement de la population.

Changer ses habitudes

Trois grands courants de pensée "structurent notre appréhension du futur", résume le musée. Pour certains, le progrès des sciences et de la technologie assurera l'avenir alimentaire de l'humanité. Pour d'autres, un changement dans les habitudes et modes de consommation est nécessaire. Pour d'autres enfin, les plus pessimistes, la sécurité alimentaire des générations futures n'est pas assurée.

En marge de l'exposition, ouverte jusqu'en mars 2023, l'Alimentarium propose une série d'événements et d'ateliers, notamment samedi en lien avec la Nuit des musées de la Riviera. Au menu un DJ set "Star Wars" et des ateliers culinaires sur la "Superfood de l'espace".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Poissons

Vous pourriez bien vous surprendre à rêver d’amour et de tendresse en imaginant de jolis voyages lointains l’être aimé. Savourez !

Les Sujets à la Une

X