Rejoignez-nous

Lausanne

Après un audit, l'Université de Lausanne revoit son dispositif

Publié

,

le

Le nouveau recteur Frédéric Herman veut renforcer le dispositif contre le harcèlement (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Egratignée par un audit, l'Université de Lausanne (UNIL) renforce son dispositif contre le harcèlement sexuel. Enfin, a réagi le syndicat SSP qui tire à boulets rouges sur l'ancienne direction et sur le Groupe Impact de gestion des conflits à l'Etat de Vaud.

L'audit externe a été réalisé sur proposition de la conseillère d'Etat Cesla Amarelle, après le classement de deux dénonciations visant des professeurs, une décision critiquée par le syndicat. L'objectif n'était pas de refaire l'enquête, mais de déterminer si les processus mis en place étaient propres à protéger "l'émergence de la parole des femmes victimes ou témoins de propos sexistes".

Ce qui n'a pas été entièrement le cas, relève l'audit et reconnaît l'UNIL. La direction "a pu mesurer la difficulté à appliquer le triple objectif qui est le sien", à savoir une tolérance zéro à l'égard du harcèlement sexuel, un contexte favorisant l'émergence de la parole et la prévention, écrit-il mercredi sur son site internet.

Nouveau cadre dès 2022

La nouvelle direction de l'UNIL - le recteur Frédéric Herman est entré en fonction en août - en tire les conséquences. Elle a lancé une consultation auprès notamment des associations estudiantines et des syndicats afin de déployer, dès 2022, un "dispositif ambitieux".

La Haute Ecole annonce vouloir "agir en profondeur". Elle propose de créer une cellule d'écoute et d'accompagnement, indépendante et autonome. Cette cellule servirait de porte d'entrée "simple et unique" pour identifier les besoins et prendre les mesures adaptées. C'est l'une des principales recommandations de l'audit.

Concernant les enquêtes administratives, la direction de l'UNIL a décidé de faire appel à de nouveaux prestataires. Cela se décidera au cas par cas et ce ne sera pas forcément le groupe Impact. Et les dysfonctionnements qui échappent à la définition stricte du harcèlement bénéficieront de mesures d'accompagnement.

Mieux informer

Dans son audit de douze pages, Karine Lempen, professeure ordinaire à la Faculté de droit de l'Université de Genève, recommande aussi de mieux informer les potentielles victimes - ici des doctorantes - sur les différents statuts - témoin ou plaignante - lors d'une procédure d'investigation. Le statut de plaignante donne davantage de droits.

L'audit recadre le groupe Impact, dont les conclusions vont "au-delà de ce qui est requis". Dans le premier cas, le groupe conclut à des "propos isolés, anciens, sortis de leur contexte, voire mensongers". Dans le deuxième, il parle "d'emballement émotionnel".

"De telles considérations", souligne l'audit, "ont pour effet de mettre les personnes alléguant un harcèlement sexuel sur le banc des accusées". Elles ne sont "manifestement pas propres à protéger l'émergence de la parole" et "portent atteinte au droit des personnes plaignantes de ne subir aucun préjudice du fait de leur démarche".

De plus, la reprise intégrale de ces conclusions par l'UNIL a été comprise comme "une remise à l'ordre" des doctorantes. Elle a "contribué à susciter un sentiment d'injustice", regrette l'audit.

Syndicat très critique

Le syndicat SSP, qui suit ce dossier depuis presque deux ans, salue les mesures annoncées par l'UNIL, mais estime qu'il y a encore "un travail énorme à effectuer" pour faire évoluer les procédures et les mentalités. A ses yeux, le Groupe Impact et l'ex-direction de l'UNIL ont "totalement discrédité leur fonction", "incapables de comprendre les dynamiques du sexisme et du harcèlement".

"Les missions du groupe Impact sont appelées à évoluer", écrit pour sa part le canton dans un communiqué. Le Conseil d'Etat réaffirme sa "tolérance zéro" et rappelle qu'il avait été pionnier en 1999 avec la création du groupe Impact pour gérer les conflits au travail et le harcèlement.

Le gouvernement lance une réforme en profondeur du Règlement relatif à la gestion des conflits au travail et à la lutte contre le harcèlement. L'objectif est notamment de "clarifier les modalités et le périmètre d'intervention" dudit groupe. Un groupe de travail a été constitué. Un projet de révision sera présenté au Conseil d'Etat courant 2022.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Culture

Karine Meylan prend la tête du Musée romain de Lausanne-Vidy

Publié

le

Karine Meylan entrera le 15 juin prochain dans sa fonction de nouvelle directrice du Musée romain de Lausanne-Vidy. (© Ville de Lausanne)

Une femme va prendre la direction du Musée romain de Lausanne-Vidy. La Municipalité lausannoise a nommé vendredi Karine Meylan, actuelle conservatrice à l'ArchéoLab de Pully. Elle remplacera dès le 15 juin Laurent Flutsch à la suite de son départ à la retraite.

"Son expertise dans les disciplines de la muséologie, de l'archéologie et de la médiation culturelle lui permettra de poursuivre l'excellent travail mené par M. Flutsch au musée ces vingt dernières années et de faire face aux futurs enjeux notamment en matière d’accès à la culture", écrit la Ville dans un communiqué.

Née en 1981, Karine Meylan est titulaire d'un Master à l'Université de Lausanne en archéologie gallo-romaine, histoire ancienne et histoire ainsi que d'un certificat en pratique muséale de l'International Council of Museums (ICOM). Elle termine actuellement un doctorat en archéologie à l'Université de Lausanne, spécialisée dans le domaine de la médiation des sciences historiques.

Elle dispose d'une grande connaissance du domaine muséal de l'archéologie pour avoir travaillé plus de dix ans commeconservatrice à l'ArchéoLab et comme commissaire d'exposition, notamment à la Villa romaine d'Orbe-Boscéaz, au Musée des Arts et des Sciences de Sainte-Croix et à l'UNIL, détaille la Municipalité.

Hommages à Laurent Flutsch

La Municipalité de Lausanne témoigne aussi à Laurent Flutsch sa vive reconnaissance pour avoir, depuis plus de vingt ans, permis au Musée romain de Lausanne-Vidy de se positionner comme une institution de premier plan dans le domaine de l'archéologie en Suisse romande.

"Les nombreuses expositions présentées sous sa direction ont attiré et émerveillé des générations d'écoliers et marqué un public de tous âges par le caractère unique de l'expérience qui leur était offerte, en alliant intelligence, humour, originalité et rigueur scientifique", salue-t-elle.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Le canton propose la vaccination de rappel aux 12-15 ans

Publié

le

Vaud recommande la vaccination de rappel aux jeunes âgés de 12 à 15 ans (archives). (© Keystone/MARTIAL TREZZINI)

Le canton de Vaud offre aux jeunes de 12 à 15 ans la possibilité de se faire injecter en rappel une dose de Pfizer contre le coronavirus. Les autorités sanitaires proposent ce "booster", uniquement sur rendez-vous, via les filières pédiatriques existantes dans les centres de vaccination du CHUV (Lausanne), de l'HRC (Rennaz), de l'HIB (Payerne), les eHnv (Yverdon), l'EHC (Morges) et du GHOL (Nyon).

Cette vaccination de rappel est recommandée aux jeunes âgés de 12 à 15 ans par l'OFSP et la commission de vaccination, pour "augmenter leur protection contre une infection bénigne et contre d'autres répercussions négatives (quarantaine, isolement) et de réduire le risque de transmission à des contacts étroits (personnes vivant sous le même toit), en particulier à des personnes qui présentent une immunodéficience sévère et qui sont moins bien protégées malgré la vaccination", rappelle vendredi le canton.

Par ailleurs, les autorités politiques et sanitaires annoncent aussi que le centre de tests de Beaulieu à Lausanne sera également ouvert aux personnes asymptomatiques dès lundi. Uniquement sur rendez-vous. Le canton dit vouloir répondre à la forte demande de tests PCR pour ces personnes-là dans la perspective des vacances de février.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Région de Morges: nouveau dépôt pour les bus MBC

Publié

le

Selon des prévisions, la part modale des transports en commun dans le district de Morges pourrait tripler à l'horizon 2030. Pour les MBC, la compagnie régionale de trains et de bus, cela correspond à une augmentation du nombre de courses de 130% (archives). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Conseil d'Etat vaudois demande au Grand Conseil d'accorder une garantie d'emprunt de 66,6 millions de francs pour construire un nouveau dépôt pour les Transports de la région Morges Bière Cossonay (MBC) à Denges. Remplaçant l'actuel dépôt à Tolochenaz, il servira au stationnement et à l'entretien des bus de toute la région morgienne.

Selon les prévisions, la part modale des transports en commun dans le district de Morges pourrait tripler à l'horizon 2030, explique jeudi le gouvernement dans ses décisions hebdomadaires. Pour les MBC, la compagnie régionale de trains et de bus, cela correspond à une augmentation du nombre de courses de 130%. Et à un quasi doublement du nombre de véhicules, dont une majorité de bus articulés, pour assurer le trafic urbain et régional.

C'est dans ce contexte de forte progression que les MBC veulent construire à Denges un nouveau dépôt pour l'entretien et le stationnement des bus de la région. Il viendra remplacer le dépôt de Tolochenaz, dont la capacité n'est plus suffisante et qui ne permet pas la maintenance des bus articulés, précise le Conseil d'Etat.

Budget total de 83 millions

La mise à l’enquête a été faite en automne 2020 et l'autorisation de construire a été délivrée à la fin 2021. Le budget du projet s'élève à près de 83 millions de francs. Le canton soutient cette démarche avec une garantie d'emprunt. En plus de celle-ci, les MBC bénéficieront d'une garantie d'emprunt fédérale, leur permettant d'accéder à des taux préférentiels sur le marché des emprunts.

Le nouveau projet prévoit la construction de deux bâtiments reliés en sous-sol, destinés à l'entretien et au stationnement d'une centaine de bus. Dans la perspective du développement d'une flotte de bus électriques, il sera possible d'équiper le site d'une infrastructure pour l'approvisionnement énergétique.

Des bureaux et locaux sont également prévus, tout comme le réaménagement de la route cantonale en bordure du site. L'actuel dépôt de Cossonay reste en activité, pour les bus qui sont mis en service dans la région du Pied-du-Jura. Quant au dépôt de Tolochenaz, il sera vendu, indique encore le canton.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne lance la 4e édition de son budget participatif

Publié

le

Le conseiller municipal lausannois David Payot lance une 4e édition du budget participatif de la ville (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Budget participatif lance sa quatrième édition avec son lot d’améliorations. Les Lausannois seront à nouveau appelés aux urnes pour décider comment répartir une enveloppe de 175'000 francs entre les projets qui auront été déposés par des associations lausannoises ou des groupes d’habitants.

Les projets peuvent être déposés sur la plateforme "Lausanne participe" jusqu’au 31 mai. Pour accompagner les intéressés, la Fondation pour l'animation socioculturelle et ses lieux seront mobilisés cette année pour promouvoir le Budget participatif et accompagner les Lausannois lors de permanences, annonce la Ville jeudi dans un communiqué.

Cette dernière organisera quant à elle un événement-rencontre entre les porteurs de projet et ses services techniques, lors de l'étude de faisabilité. A travers cette démarche participative, les habitants ont, dans un premier temps, l’occasion de déposer des projets qui leur tiennent à c½ur et susceptibles d’améliorer la qualité de vie de leur quartier,

Dans un second temps, tous les Lausannois sont invités à prendre part à l’organisation de leur Ville en votant pour leurs projets préférés. Une manière de mettre en valeur la citoyenneté et le lien social, aussi bien pour la forme que pour le fond, selon David Payot, directeur de l’Enfance, de la jeunesse et des quartiers, à l'origine des budgets participatifs.

Le montant à disposition est de 175'000 francs. Chaque projet peut coûter au maximum 20'000 francs, souligne encore le communiqué.

https://participer.lausanne.ch/processes/budget-participatif

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Conservatoire de Lausanne: un audit pour démêler les dissonances

Publié

le

Le Conservatoire de musique de Lausanne vit une période difficile depuis l'an dernier. (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Le Conservatoire de musique de Lausanne (CL) est en crise. Ses six doyens ont démissionné en bloc, dénonçant une gouvernance "inconséquente, autoritaire et dangereuse". La direction regrette, met en place une Commission musicale intérimaire et annonce un audit.

La démission collective du décanat a été soutenue à l'unanimité par l'assemblée générale de l'Association des professeurs (APC), réunie dimanche soir, selon un communiqué du syndicat Sud. Cette décision intervient pratiquement un an après l'annonce par la direction du CL d'une baisse des salaires des enseignants, d'une hausse des écolages et d'une adaptation des mesures pédagogiques.

"Le corps décanal qui fait vivre l'établissement, qui l'encadre et qui lui donne les bases pour offrir un travail de très grande qualité et conquérir une réputation et des résultats que tout le monde reconnaît, quitte ses postes, car il est empêché de remplir sa mission par une direction qui mène, à tout prix, une gouvernance inconséquente, autoritaire et dangereuse pour la vie même du CL", écrit le syndicat représentant l'APC.

Ils ont démissionné de leurs rôles de doyens, représentant une partie de leur occupation au sein du Conservatoire, mais poursuivent leurs missions d'enseignement, précise-t-on.

Déficit annuel à combler

Confronté à un déficit annuel de 300'000 francs, l'institution avait affirmé en février 2021 devoir prendre des mesures pour assurer sa survie. Sa direction indiquait vouloir abandonner "le taux horaire privilégié" dont bénéficient les plus anciens collaborateurs, qui seront désormais placés sur le même taux que leurs collègues.

Elle expliquait qu'elle ne pouvait plus maintenir une échelle de salaires supérieure aux recommandations de la Loi sur les écoles de musique (LEM). En revanche, aucun licenciement n'était prévu. Le Conservatoire de Lausanne compte environ 1200 élèves et 80 professeurs. Son budget 2021 se montait à 8,1 millions de francs.

Dans l'actuelle rupture avec la direction, les doyens déplorent "une politique autoritaire qui aboutit à la dégradation des prestations et de la qualité dans le but d'imposer une stratégie d'austérité et une gestion verticaliste", et ce "à n'importe quel prix". Selon eux, cela compromet également les prestations dont bénéficient les élèves, l'équilibre général de l'école et les conditions de son développement.

Ils évoquent aussi une "situation de risque psychosocial" mettant en cause les conditions de santé et d'intégrité des doyens et des enseignants. Ceux-ci "n'en peuvent plus de cette situation où la direction refuse le dialogue, l'échange, la participation et la négociation".

Résultat de l'audit en mai

Le Conseil de fondation et la direction de la Haute école de musique et du Conservatoire de Lausanne (HEMU-CL) ont réagi mercredi dans un communiqué. "Cette décision radicale est évidemment regrettable et nous questionne sur les malentendus profonds qu'elle révèle", écrivent-ils. Ils estiment en revanche que c'est la partie adverse qui a "progressivement mis fin au dialogue et refusé les offres de médiation".

Les hauts dirigeants de l'école annoncent la mise en place immédiate d'une Commission musicale intérimaire afin d'assurer la continuité de service et d'éviter d'impacter les élèves. Elle est composée de membres de la direction et du conseil des directeurs de l'HEMU-CL.

Un audit sera par ailleurs mené dès le 1er février afin de permettre d'objectiver les problématiques de climat de travail et de gouvernance, indiquent-ils. Il avait été annoncé le 1er décembre au corps enseignant à la suite de leurs revendications et de la désolidarisation des doyens envers la gouvernance du CL, précisent-ils.

Les résultats sont attendus pour le mois de mai 2022. Ils permettront d'établir un plan d'action et de prendre des décisions qui s'imposeront, selon les hauts responsables.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Vierge

La nouveauté est favorisée. Mais peut-être devrez-vous en passer par une formation ou quelques journées de séminaire…

Les Sujets à la Une

X