Rejoignez-nous

Lausanne

Vaudoise aréna: l'audit externe ne relève aucune faute grave

Publié

,

le

Toute l'affaire a pour toile de fond la construction de la Vaudoise aréna, qui devait à tout prix être prête pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ), début janvier à Lausanne. (©KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)
L'audit externe sur les difficiles conditions de travail à la Vaudoise aréna n'a relevé aucune faute grave ni de travail illégal de nuit. La gouvernance sera toutefois revue mais aucune démission n'a été annoncée, ni à la direction ni au Conseil d'administration (CA).

"Il y a eu des carences et des faiblesses dans l'organisation et le management liés à la nouvelle ampleur de l'exploitation" de la Vaudoise aréna, a reconnu mardi Alain Gillièron, vice-président du CA du Centre sportif de Malley (CSM SA) en présentant les résultats de l'audit devant la presse. Mais aucune faute grave ni aucune illégalité dans le travail de nuit n'ont été constatés, a-t-il résumé. "Il n'y a pas eu d'amateurisme", selon lui.

L'audit n'a pas non plus révélé de "rupture de confiance ou de conflit entre la très grande majorité du personnel, la direction et le CA. Ce dernier a donc renouvelé sa confiance au directeur Christophe Huybrechts et au président du CA Jean-Jacques Schilt, ancien syndic de Lausanne, pourtant passablement critiqués dans cette affaire.

Suivant l'audit, M. Gillièron a tout juste admis des attitudes "parfois autoritaires et peu à l'écoute" de M. Schilt et "une propension à foncer sans toujours regarder en arrière et parfois un manque d'empathie" de M. Huybrechts.

Course contre la montre

Toute l'affaire a pour toile de fond la construction de la Vaudoise aréna, qui devait à tout prix être prête pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ), début janvier à Lausanne. La vingtaine d'employés du CSM ont été mis sous forte pression durant cette phase. Des durées de travail allant jusqu'à 20 heures par jour et du travail de nuit sans autorisation avaient notamment été dénoncés par les employés du nouveau complexe sportif de l'ouest lausannois.

Informé, le conseiller d'Etat vaudois en charge de l'économie Philippe Leuba avait invité le CA du CSM SA, propriétaire et exploitant de la nouvelle patinoire de Malley, à commander un audit externe. Celui-ci a livré ses conclusions le 4 mai.

Dispense officielle du canton

Il s'avère en fait que CSM SA est dispensé de demande d'autorisation pour le travail de nuit, souligne l'audit. Le canton de Vaud l'a récemment confirmé, alors que cela avait été remis en question par le syndicat Unia.

Selon l'ordonnance applicable relative à la Loi sur le travail, CSM SA "bénéficie d'un régime dérogatoire en tant qu'installation de sport et de loisirs, ainsi que d'entreprise fournissant des services destinés à des manifestations". Les suppléments pour le travail de nuit effectué ont été intégralement payées aux collaborateurs. "Cela représente 31'000 francs pour 3500 heures effectuées par 14 personnes", a précisé M. Gillièron.

Une prime de 1000 francs a en outre été versée à chaque employé pour "la charge de travail très importante" en vue des JOJ, début janvier à Lausanne.

Cinq litiges à régler

Si l'audit relève aussi un climat de travail "bon et meilleur" au printemps 2020 qu'en 2019, cinq différends sont encore à régler concernant cinq employés, actuellement en arrêt maladie et représentés par Unia. Une audience était prévue ce mercredi devant l'Office cantonal de conciliation et d'arbitrage en cas de conflits collectif de travail.

L'audit recommande malgré tout d'importantes mesures pour améliorer les conditions de travail, notamment en vue du doublement prévu du personnel d'ici la mise en exploitation complète de la Vaudoise aréna, avec l'ouverture de la piscine "pas avant janvier 2021".

Le CA a décidé d'accélérer la révision du règlement du personnel, de créer une commission du personnel ainsi qu'un poste de spécialiste en ressources humaines et un autre en finances. En cas de problème, les employés de CSM SA pourront désormais bénéficier de prestations de médiation et de soutien auprès d'un organisme externe de prévention et gestion de conflits. Enfin, l'agenda de la fin des travaux sera revu.

Le CA revoit aussi la gouvernance et le management. Une nouvelle répartition des tâches et responsabilités entre la direction et le Conseil d’administration est prévue. Le cahier des charges de M. Schilt a été allégé, notamment de la gestion du personnel qui revient à M. Gillièron.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Un journal de quartier disparaît à Lausanne

Publié

le

Le journal du quartier de Chailly à Lausanne va s'arrêter après 505 numéros (photo d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Chailléran, le journal du quartier de Chailly à Lausanne, va disparaître après 50 ans d'existence et plus de 500 numéros. Le journal a perdu 20'000 francs l'an dernier, 10'000 francs sur les publicités et autant sur les cotisations et abonnements.

Révélée vendredi par 24 heures, l'information a déjà été annoncée aux abonnés. "Nous avons jusque-là puisé dans nos réserves mais celles-ci ne suffisent plus et il nous faut arrêter avant de contracter des dettes", écrit le journal dans son édition de mai.

Le Chailléran était tiré à 10'500 exemplaires, dix fois par année. Il publiera son 505e et ultime numéro en juin.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Théâtre Vidy-Lausanne: un spectacle décalé au club d'aviron

Publié

le

Augustin Maillefer (deuxième depuis la gauche) a participé aux Jeux olympiques de Rio (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Théâtre de Vidy, à Lausanne, propose de partir à la découverte de l'aviron. Dès mardi, Frédéric Ferrer dévoilera un spectacle loufoque mais bien documenté. Pour rire et s'instruire avec la complicité du rameur suisse Augustin Maillefer.

Frédéric Ferrer vient à Lausanne pour une nouvelle étape de son cycle de conférences décalées dédiées à l’olympisme. Le spectacle se tient hors les murs - sur scène et sur l'eau - au club d'aviron de la capitale olympique, à quelques longueurs de rames du CIO.

Depuis 2018, le scientifique touche-à-tout et acteur expert en boniments logiques s'est attaqué à une série de disciplines des Jeux olympiques (JO), dont le 400 mètres, le lancer du disque ou encore le saut en hauteur. Sur les rives du Léman, quatre soirs durant, il s'intéressera à la discipline du "quatre de couple sans barreur", soit un bateau de quatre athlètes avec deux rames chacun.

Avec un athlète des JO

Comme à chaque fois, un athlète prend part au spectacle, pour un échange et une démonstration. A Lausanne, ce sera le Renanais Augustin Maillefer, 29 ans, qui a participé aux Jeux olympiques de Londres en 2012 et de Rio en 2016. Titulaire d'un master en sciences du sport, il étudie actuellement à la Haute Ecole pédagogique.

Entre absurde et rigueur scientifique, Frédéric Ferrer livre un regard inédit sur le sport. Cette approche séduit autant les amateurs de bons mots que les spécialistes: "Le Lausanne-Sports Aviron se réjouit d'accueillir un tel événement culturel, qui met en lumière et interroge notre discipline, souvent peu connue", relève Romain Loup, président du club, cité dans un communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Anthony Braizat succède à Meho Kodro

Publié

le

Anthony Braizat reprend les rênes de Stade Lausanne Ouchy. (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Le Français Anthony Braizat succède à Meho Kodro comme entraîneur du Stade Lausanne Ouchy. L'ex-joueur et Ligue 1 et ancien joueur et entraîneur de Servette arrive en provenance du Stade Nyonnais.

Braizat (44 ans) s'est notamment fait connaître comme coach en menant Yverdon en Promotion League en 2017 puis le Stade Nyonnais au tour final de Promotion League, avec un jeu attrayant à la clé, lors de la saison écoulée, relève mercredi le Stade Lausanne Ouchy, qui évolue en Challenge League.

Comme son prédécesseur Meho Kodro, dont le contrat n'a pas été reconduit, il sera assisté au SLO de Dalibor Stevanovic et Zoran Lemajic. "Sa mission sera de continuer à faire progresser l'équipe en proposant un jeu attractif", relève la direction du club lausannois.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Le directeur de la prison de la Croisée à Orbe quitte son poste

Publié

le

La prison de la Croisée à Orbe (VD) se cherche un nouveau directeur ou une nouvelle directrice dès le 1er septembre prochain (archives). (© Keystone/SALVATORE DI NOLFI)

Le directeur de la prison de la Croisée à Orbe (VD) va quitter sa fonction au 31 août prochain, a indiqué mercredi le canton. Florian Dubail a passé plus de huit années à la direction d'établissements pénitentiaires vaudois. Son poste va être mis prochainement au concours.

Arrivé le 1er avril 2014 au Service pénitentiaire (SPEN) pour reprendre la direction de la prison du Bois-Mermet et de l’Etablissement du Simplon, à Lausanne, Florian Dubail a mené de nombreux projets de première importance pour le Service pénitentiaire, explique le Conseil d'Etat dans un communiqué.

Il a ensuite repris la direction de la prison de la Croisée en novembre 2021, où il s'est notamment impliqué dans le projet de sécurisation de l'établissement, récemment mis à l'enquête publique.

Titulaire d'une licence en sciences forensiques (UNIL) complétée par un master of Economic Crime Investigation (HES-SO), M. Dubail avait débuté son parcours professionnel en qualité d'inspecteur scientifique à la police neuchâteloise puis avait rejoint la police jurassienne où il était devenu adjoint au commandant.

L'intérim sera assuré par Valérie Petignat, directrice adjointe de la Croisée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Près de 5000 personnes pour la 10e Fête du Slip à Lausanne

Publié

le

Cette 10e édition de la Fête du Slip (FdS) était la première sous la direction de Valentina D'Avenia, qui a repris le flambeau après Stéphane Morey. (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La 10e édition de la Fête du Slip (FdS) à Lausanne a connu une bonne affluence. Près de 5000 personnes ont accouru durant quatre jours au festival des sexualités et des genres, qui proposait du 19 au 22 mai une programmation d'arts vivants, de cinéma, de porno alternatif, de musique, d'arts visuels et de médiation culturelle. Elles ont pu découvrir près de 70 artistes issus de 22 pays.

"Parler des futurs possibles, c'est aborder les corps que l'on désire incarner, des relations affectives, familiales, sexuelles et sensuelles que l'on invente hors des modèles patriarcaux et coloniaux qui nous ont été proposés, et c'est aussi chercher dans les ancestralités des modèles et outils qui ont été silencés, mais qui nous ont précédés. C'est chercher aussi des liens interespèces", a résumé la nouvelle directrice du festival, Valentina D'Avenia.

Après deux années marquées par la pandémie, la FdS a renoué majestueusement avec la fête, se félicitent les organisateurs dans un communiqué publié mardi. "Sensuelle, plurielle et internationale", selon eux, cette édition 2022 a mêlé "ambiance festive, partage, découverte, désir, magie, spiritualité, utopie et amour".

Le festival s'est déroulé dans plusieurs lieux incontournables de la culture lausannoise: l'Arsenic, les Docks, la Galerie HumuS, le Théâtre Sévelin 36, l'espace d'exposition Urgent Paradise, Radio 40, La Becque et, pour la première fois, le Casino de Montbenon.

Un des temps forts

Le public avait le choix entre deux expositions, deux longs-métrages, plus de 40 courts et moyens-métrages, des performances, des tables rondes, des concerts et des soirées DJ.

En ouverture du festival, le collectif mythique et jamais produit en Suisse romande Young Boy Dancing Group a été l'un des temps forts de la manifestation, selon les organisateurs. Il a pris possession de l'Arsenic avec une performance où "la matérialité des corps rencontre l'éthéralité de la lumière".

Cette 10e édition était la première sous la direction de Valentina D'Avenia, qui a repris le flambeau après Stéphane Morey. Ce dernier avait cofondé le festival et l'avait dirigé depuis, d'abord en duo avec sa soeur Viviane Morey durant huit ans, puis seul après le retrait de la cofondatrice de la direction opérationnelle début 2020.

Le festival attire généralement entre 3000 et 6000 spectateurs. Son budget était d'environ 300'000 pour ce 10e anniversaire. L'édition 2020 avait été annulée en raison de la pandémie du coronavirus.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X