Rejoignez-nous

Lausanne

Pascal Broulis brigue l'investiture du PLR vaudois pour les Etats

Publié

,

le

La pause politique aura été de courte durée pour Pascal Broulis, qui se lance dans une nouvelle bataille: l'élection au Conseil des Etats en 2023. (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Sa retraite politique aura été de courte durée: l'ancien conseiller d'Etat vaudois Pascal Broulis vise le Conseil des Etats aux Fédérales de 2023. Il brigue l'investiture du PLR au côté de Jacqueline de Quattro, pour garder le siège d'Olivier Français.

Le PLR Vaud a officiellement annoncé mardi matin les candidatures dans un communiqué. Seuls l'ancien grand argentier du canton de Vaud, 57 ans, et l'actuelle conseillère nationale, 62 ans, sont en lice. "C'est ainsi un ticket de deux personnalités expérimentées et reconnues pour leurs compétences qui sera soumis au congrès du 8 décembre à Savigny", indique le parti.

"L'envie, l'enthousiasme et la détermination sont toujours là. La Chambre des cantons m'intéresse et je la connais bien, notamment grâce à mon ex-fonction de président de la Conférence des gouvernements cantonaux", a expliqué à Keystone-ATS Pascal Broulis, "fédéraliste convaincu". "Je ferai campagne sous le slogan 'Investir pour le futur'", dit-il.

"Ouverture au monde, cohésion intérieure, finances publiques, énergie, climat, transports, 2e pilier, égalité femme-homme": ses priorités ne manquent pas pour la future législature 2023-2027. M. Broulis précise aussi qu'il fera du chantier ferroviaire de la gare de Lausanne "la priorité des priorités".

Courte pause politique

Sa pause politique aura ainsi été de courte durée. Il a quitté la Château de la capitale vaudoise en juillet dernier, annonçant à l'été 2021 qu'il ne rempilerait pas pour un cinquième mandat de ministre. Il avait été élu au Conseil d'Etat en 2002, assurant la présidence du gouvernement entre 2007 et 2012.

Le politicien de Sainte-Croix, d'origine grecque et banquier de formation, a d'abord été conseiller communal de 1985 à 1990. Il a ensuite accédé au Grand Conseil en 1990 à l'âge de 25 ans, où il siègera durant trois législatures jusqu'en 2002.

En 2009, Pascal Broulis est candidat à la succession de Pascal Couchepin au Conseil fédéral, mais ne figurera finalement pas sur le ticket PLR. A chaque élection cantonale en revanche, le centriste à fibre sociale caracole. En 2017, il est même le premier à dépasser les 100'000 suffrages.

Avec son "camarade de gouvernement" Pierre-Yves Maillard, le PLR a formé un tandem de choc, surnommé "Brouillard-Malice". Les deux artisans du "compromis dynamique" ont toujours veillé, avec succès, à ce qu'économie et social fassent bon ménage dans les projets du Conseil d'Etat. On pourrait retrouver ce duo à Berne aux Etats.

Aussi candidate au Conseil fédéral

Issue de l'ancien parti radical, Mme de Quatro siège à Berne dans la Chambre du peuple depuis décembre 2019. Elle est membre de la commission de la politique de sécurité. Juriste de formation, elle a parallèlement repris son activité d'avocate.

Au château St-Maire de Lausanne, Jacqueline de Quattro a effectué trois législatures au gouvernement cantonal. La ministre a d'abord dirigé le Département de la sécurité et de l'environnement de 2007 à 2013. En 2014, à la suite d'un remaniement, elle se retrouve à la tête du Département du territoire et de l'environnement jusqu'en 2019.

En 2017, elle s'était présentée comme candidate à la candidature pour succéder à Didier Burkhalter au Conseil fédéral, cédant finalement sa place à Isabelle Moret. Durant l'été 2021, elle avait renoncé à être candidate à la présidence nationale du PLR.

Cette native de Zurich, à la double nationalité suisse et italienne, ne s'est jamais arrêtée sur la case Grand Conseil, passant directement de municipale de la Tour-de-Peilz au Conseil d'Etat. Elle a aussi été présidente des Femmes radicales suisses de 2008 à 2010.

Ticket Maillard-Mahaim à gauche

Les candidatures étaient ouvertes jusqu'à vendredi dernier au PLR Vaud, après l'annonce du départ d'Olivier Français, qui ne se représente pas pour un troisième mandat. Jacqueline de Quattro s'était déjà publiquement déclarée le même jour dans les médias.

Lors du congrès, la direction du parti proposera de choisir entre les deux candidatures pour n'en désigner qu'une seule. "Les discussions sont en cours avec l'Alliance vaudoise et nous aurons probablement un ticket commun avec l'UDC", a dit à Keystone-ATS Marc-Olivier Buffat, président du parti cantonal.

A gauche, la situation est déjà connue. Pierre-Yves Maillard, président de l'Union syndicale suisse (USS), ancien conseiller d'Etat et actuel conseiller national, sera le candidat de poids des socialistes. Il figurera sur un ticket commun avec le conseiller national Raphaël Mahaim, qui a été désigné par les Verts.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Anne Papilloud collaboratrice personnelle de Nuria Gorrite

Publié

le

Anne Papilloud, alors députée, avait participé à une action de la grève des femmes en 2011, en compagnie de Cesla Amarelle, qui siégeait alors au Grand Conseil vaudois (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BRUN)

Anne Papilloud, la secrétaire générale du Syndicat suisse romand du spectacle, devient la collaboratrice personnelle de la conseillère d'Etat vaudoise Nuria Gorrite. Elle prendra ses fonctions de manière progressive d'ici au 1er mai 2023.

Anne Papilloud est au bénéfice d'un "riche parcours". Née en 1963, elle dispose d'une grande expérience institutionnelle et d'une fine connaissance des milieux associatifs et culturels, indique jeudi le canton dans un communiqué.

Elle a été tour à tour secrétaire générale du Parti socialiste vaudois puis collaboratrice personnelle des conseillers d'Etat socialistes Pierre Chiffelle et Anne-Catherine Lyon.

Entre 2008 et 2016, elle a siégé au Grand Conseil vaudois, élue du mouvement de la gauche radicale Solidarités. Elle est aujourd'hui secrétaire générale du Syndicat suisse romand du spectacle - à ce poste depuis près de 18 ans - ainsi que du grand syndicat de fonctionnaires vaudois, la FSF.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Vaud teste l'abaissement de la vitesse hors localité

Publié

le

Si les tests sont concluants, certains secteurs de route cantonale passeraient de 80 à 60 km/h (photo d'illustration). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA BELLA)

Vaud va tester l'abaissement de la vitesse, de 80 à 60 km/h, sur trois tronçons de routes cantonales hors localité. Objectif: juger la pertinence de cette mesure pour lutter contre le bruit routier.

Les trois secteurs ont été retenus sur les communes d'Aigle, Assens et St-Cergue. Au total, cela représente 3,5 km de routes, le long desquelles 2000 personnes sont concernées par le bruit routier. Les tests seront menés de mai à octobre.

Avec cette phase pilote, Vaud entend "faire la démonstration" que la réduction de la vitesse constitue "l'option la plus pratique, la plus efficace et la moins coûteuse" pour lutter contre le bruit routier, a indiqué jeudi devant la presse Nuria Gorrite, la conseillère d'Etat en charge des infrastructures.

La pose de revêtements phonoabsorbants et de murs antibruit ont certes aussi leur utilité, mais leur installation coûte cher, impacte le paysage et n'est pas toujours suffisante, a-t-elle relevé. Et de rappeler "la responsabilité" du canton, via l'Ordonnance fédérale contre le bruit, de lutter contre ces nuisances dont les répercussions sur la santé "ne sont plus à démontrer."

En passant à 60 km/h sur ces routes cantonales, le but est de gagner un à trois décibels, a souligné Laurent Tribolet, chef de la division entretien au sein de la Direction générale de la mobilité et des routes. Cet objectif sera mesuré "sur le terrain", où habitants et usagers seront également sondés via un questionnaire.

Il a précisé que les zones sélectionnées l'avaient été en raison notamment de leur densité, avec au moins 100 habitants par kilomètre en dépassement des valeurs limites de bruit.

Pas d'amende

Aucune sanction n'est prévue durant la phase test pour les personnes qui ne respecteraient pas la nouvelle limitation. Seuls des radars "sympathiques", qui signifient uniquement au conducteur si sa vitesse est correcte, seront posés. "Nous voulons rendre les usagers attentifs, et non pas remplir les caisses du canton", a dit Nuria Gorrite.

A noter encore que la perte de temps, due à cette diminution de vitesse, est estimée à environ 15 secondes par kilomètre.

Si la phase test s'avère concluante, l'abaissement de vitesse pourrait ensuite s'appliquer, dès 2024, sur certaines routes hors de localité. Le canton a déjà ciblé 23 km de routes cantonales (sur 1500 km en tout) qui pourraient, à terme, passer à 60 km/h. Environ 10'000 résidents pourraient en profiter.

Obtenir l'adhésion

Nuria Gorrite a reconnu que la question des limitations de vitesse était "sensible" et suscitait "beaucoup d'émotion", comme lors de l'instauration du 30 km/h de nuit à Lausanne, en septembre 2021. La ministre socialiste a insisté sur la nécessité d'arriver à "un compromis acceptable" en dialoguant avec plusieurs parties prenantes, les communes concernées mais aussi le TCS, l'Automobile Club ou encore l'ATE.

Comme il l'a été avec le 30 km/h de nuit à Lausanne, mais aussi désormais à Vevey et Vich, Vaud semble pionnier en Suisse avec ces mesures. "Je n'ai pas eu connaissance de tels tests en Suisse. Ceux-ci ont toutefois déjà été menés ailleurs en Europe, par exemple au Pays-Bas", a remarqué Nuria Gorrite.

Selon le décompte du canton, 140'000 personnes sont touchées par le bruit aux abords des routes vaudoises. Sur ce total, 126'000 le sont en traversée de localité, où le 30 km/h de nuit protégerait déjà 100'000 habitants à Lausanne et ailleurs. Quant à la réduction de la vitesse hors localité, les mesures envisagées par le canton doivent bénéficier à 10'000 résidents.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

La croissance du PIB vaudois va ralentir cette année

Publié

le

La croissance de l'économie vaudoise devrait ralentir cette année (photo d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Après une hausse de 2,7% en 2022, le PIB vaudois ne devrait plus croître que de 1,3% cette année. Si la demande intérieure reste robuste, le ralentissement de la conjoncture mondiale va peser.

Un redémarrage progressif est possible en 2024, avec un PIB vaudois en hausse de 1,8%, selon les dernières prévisions de l'institut CREA, publiées jeudi par la Banque cantonale vaudoise (BCV), l'Etat de Vaud et la Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie (CVCI).

Les perspectives vaudoises sont légèrement supérieures à celles de l'ensemble du pays, sachant que le PIB suisse devrait gagner 1% cette année puis 1,6% en 2024, selon le SECO.

Le degré d'incertitude reste néanmoins élevé "en raison notamment des tensions géopolitiques, de la hausse des prix et des taux d'intérêt, ainsi que du risque de crise énergétique qui reste présent, en particulier pour l'hiver prochain", indiquent les auteurs de la publication dans leur communiqué.

Différences entre secteurs

Les perspectives restent "favorables" pour plusieurs branches vaudoises. La chimie-pharma et le commerce devraient afficher "une forte croissance" (plus de 2%), tant cette année qu'en 2024. L'hôtellerie-restauration devrait suivre la même évolution, "ce qui reflète un rattrapage après un effondrement de l'activité en 2020" en raison du coronavirus.

Dans les services publics et parapublics, une croissance modérée (de 0,5% à 2%) est attendue en 2023 et 2024. Après une croissance marquée cette année, les transports et les communications pourraient connaître une stagnation (entre -0,5% et 0,5%) l'an prochain. Dans les services financiers, une stagnation est attendue en 2023, puis "une croissance modérée" en 2024, poursuit le communiqué.

Les services aux entreprises et les activités immobilières pourraient afficher "un repli modéré" (entre -0,5% et -2%) cette année, mais une "croissance marquée" en 2024. Un recul "modéré" est aussi possible en 2023 dans l’industrie des machines et l’horlogerie, suivi d'une stagnation en 2024. Dans la construction, des reculs modérés sont attendus jusqu'en 2024.

Le PIB vaudois est publié quatre fois par an. Les prochaines prévisions seront connues en avril.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Après trois ans d'attente, l'opéra Davel est présenté à Lausanne

Publié

le

Pour la première fois, un Opéra est consacré à la vie du major Davel (photo d'illustration) (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Trois cents ans après sa mort, le major Davel débarque dimanche prochain à l'Opéra de Lausanne. Cette création originale relate le parcours du célèbre patriote vaudois, et plus particulièrement ses derniers jours avant qu'il ne soit décapité à Vidy pour s'être rebellé contre le joug bernois.

Après les livres, peintures, statues et autres pièces de théâtre, c'est la première fois qu'un opéra est consacré à Davel. Il concrétise un vieux rêve du directeur de l'Opéra de Lausanne, Eric Vigié, qui avait confié cette commande à un trio 100% vaudois: Christian Favre (musique), René Zahnd (livret) et Gianni Schneider (mise en scène).

Quatre représentations

Programmé à quatre reprises, le 29 janvier puis les 1er, 3 et 5 février, cet opéra en deux actes constitue l'un des temps forts de "l'année Davel" en terre vaudoise, où plusieurs événements ont été imaginés pour marquer le tricentenaire de la mort du révolutionnaire, le 24 avril 1723.

Initialement toutefois, c'est en 2020 que l'oeuvre aurait dû être présentée, avant que la pandémie ne chamboule tout. Autant dire que l'attente a été longue, à commencer pour Christian Favre, "très excité" à l'idée de faire enfin entendre sa musique.

Interrogé par Keystone-ATS, le compositeur raconte avoir été longtemps obsédé par cet opéra, "habité presque jour et nuit" durant les trois années qu'aura duré la conception de sa partition, remise en septembre 2019. "C'est un travail gigantesque qui ne vous lâche pas. Il m'est parfois arrivé de me lever la nuit pour écrire un passage", se rappelle-t-il.

Oeuvre sombre et lumineuse

Christian Favre reconnaît avoir été "fasciné" par la figure du major Davel, dont il ne connaissait que les grandes lignes biographiques avant de se documenter pour créer son opéra. "Son histoire se confond avec celle de l'humanité, avec celles des femmes et des hommes qui acceptent de mourir pour un idéal. L'histoire de Davel est universelle et intemporelle".

A se plonger avec passion dans la vie de Davel, il dit s'être "attaché et même presque identifié" à son personnage principal, dont il a découvert être né à six kilomètres de distance: Morrens pour le major, Echallens pour le compositeur.

Malgré son issue dramatique, et le fait qu'un cachot tient lieu de décor principal à l'opéra, Christian Favre relève avoir apporté des touches de lumière à son oeuvre. Il mentionne, par exemple, "la gaieté" d'une scène de vendanges à Cully ou la "tendresse" des airs de la mère de Davel.

Le personnage de la Belle Inconnue, qui aurait révélé à Davel son destin, permet aussi au compositeur d'ajouter un halo de "mystère" à son opéra. Sa musique se fait, en revanche, plus "cinglante" quand entre en scène le "méchant" de l'histoire. A savoir Jean-Daniel de Crousaz, le notable lausannois qui a trahi Davel en le dénonçant aux Bernois.

Une première

Pianiste et ancien professeur à la Haute école de musique de Lausanne (HEMU), Christian Favre s'est déjà illustré avec plusieurs compositions, dont un Requiem, qui avait d'ailleurs convaincu Eric Vigié de lui confier la composition de Davel. Mais jamais encore il ne s'était attaqué à un opéra. Il explique l'avoir construit en imaginant plusieurs leitmotivs, en attribuant "des notes caractéristiques" à chacun des personnages, comme cela se fait souvent à l'opéra.

Christian Favre ne s'est toutefois pas inspiré directement d'un compositeur ou d'un opéra pour ses débuts dans l'art lyrique. Il dit s'être laissé guider par sa sensibilité, ainsi que par la masse des oeuvres qu'il a interprétées et étudiées durant sa vie. "Je compose avec trois siècles de musique dans ma tête", affirme-t-il.

Au-delà des quatre représentations lausannoises, on ne sait pas encore ce qu'il adviendra de l'opéra Davel. Des projets avaient été initiés pour le présenter ailleurs, mais tout est tombé à l'eau avec le coronavirus, indique Christian Favre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Grande rétrospective consacrée au Belge Léon Spilliaert

Publié

le

La mer est l'un des sujets de prédilection de l'artiste belge Léon Spilliaert. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Fondation de l’Hermitage à Lausanne consacre une grande rétrospective à Léon Spilliaert. Dès vendredi et jusqu'au 29 mai, l'exposition "Avec la mer du Nord" réunit une centaine d'oeuvres de l'un des artistes belges les plus importants du début du XXe siècle.

Léon Spilliaert, né à Ostende en 1881 et décédé à Bruxelles en 1946, n'est pas un inconnu à L'Hermitage. A deux reprises, la Fondation a déjà présenté ses oeuvres, six dans l'exposition consacrée à la Belgique dévoilée en 2007 et une lors de celle sur le thème de l'ombre en 2019, a rappelé mercredi la directrice de la Fondation de l'Hermitage, Sylvie Wuhrmann, lors d'une visite de presse.

Toute la carrière de l'artiste

"La fascination que suscite l'oeuvre mystérieuse, un peu inquiétante et très originale de l'artiste, nous l'explorons maintenant dans cette exposition monographique. Avec 103 oeuvres, provenant de 54 collections différentes, notre projet se démarque par son ampleur" a-t-elle poursuivi.

Réalisée presque exclusivement sur papier, l'oeuvre de Spilliaert est souvent réduite à ses premières années, marquées par le noir, l'encre de Chine. Elle est cependant d'une grande diversité. "Nous en explorons toutes les facettes et redonnons de la place à la couleur", a souligné Mme Wuhrmann.

"Une vingtaine d'oeuvres sont d'ailleurs présentées au public pour la première fois", a complété Anne Adriaens-Pannier, grande spécialiste de l'artiste et commissaire de l'exposition.

Effets de lumière

Autodidacte, formé au contact de la littérature de son temps et persuadé de son destin d'artiste élu, "Léon Spilliaert est né dans une famille bourgeoise d'Ostende, station balnéaire très en vogue au milieu du XIXe siècle", a-t-elle raconté.

De santé fragile, doté d'un caractère introverti et rêveur, ce fils d'un parfumeur remplit ses cahiers d'écoliers de dessins étranges et réinvente le monde de manière singulière. Il arpente la digue, sensible aux effets de lumière qu'il retranscrira dans ses paysages marins.

Brièvement passé par l'académie de Bruges au tournant du siècle, l'artiste développe rapidement son propre style, nourri de ses lectures (Maurice Maeterlinck, Emile Verhaeren, Arthur Schopenhauer et Friedrich Nietzsche). Il est marqué par les ½uvres de James Ensor, Edvard Munch, Odilon Redon, les nabis ou encore Fernand Khnopff, relève Anne Adriaens-Pannier.

Encre de Chine

Mélangeant les techniques graphiques, l'Ostendais tisse des liens avec le symbolisme et l'expressionnisme contemporains. Il semble annoncer, dans ses paysages les plus radicaux, simplifiés à l'extrême, l'abstraction géométrique et le minimalisme. Mais "dès le début, il cherche sa propre vision de l'art", décrit la commissaire.

Jusqu'à la Première Guerre mondiale, Spilliaert utilise avant tout le lavis d'encre de Chine, l'aquarelle, le pastel et le crayon de couleur. Il déploie son talent dans des paysages d'une sobriété confinant à l'abstraction: le ciel, la mer, le contour de la digue vibrant d'une lumière sourde.

Les rares personnages peuplant ces rivages mélancoliques sont le plus souvent des femmes: une demi-mondaine au regard distant, une femme de pêcheur guettant le retour des navires, exprimant un profond sentiment d'isolement.

Autoportraits prisés

Les représentations humaines culminent avec les autoportraits particulièrement saisissants de l'artiste, "très prisés et recherchés", note l'historienne de l'art. Spilliaert y questionne autant son statut que la limite entre reflet et réalité.

Dans ses natures mortes, d'étranges flacons disposés devant un miroir et d'inquiétantes poupées se muent en compagnons silencieux de l'artiste. Pour Sylvie Wuhrmann, ces pièces sont d'une extrême modernité, mais aussi profondément enracinées dans la grande tradition flamande. "On ne peut s'empêcher de penser à Rembrandt", observe-t-elle.

Marines flamboyantes

Après 1920, Spilliaert utilise intensément l'aquarelle et la gouache. Il crée des marines flamboyantes et extrêmement lyriques, qui tendent à l'abstraction pour certaines. "C'est le point d'orgue de l'exposition", a lancé Anne Adriaens-Pannier.

Dans les années 1930 et 1940, l'artiste revient sur un sujet de jeunesse - les arbres - à l'occasion de longues promenades en forêt. Dans ces ½uvres dont se dégage un sentiment de paix mêlé à de l'étrangeté et une pointe d'inquiétude, l'artiste offre des images atemporelles de la nature, fascinantes par leur composition virtuose et leur simplicité.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Scorpion

La liberté au travail ! Vous en rêviez pour avoir les coudées franches et n’avoir plus de comptes à rendre. Eh bien, voilà, elle est là !

Les Sujets à la Une

X