Rejoignez-nous

Hockey

Les Lions ne font qu'une bouchée des Aigles

Publié

,

le

À deux matchs de la fin de la saison régulière, le Lausanne Hockey Club atteint l'objectif qu'il s'était fixé en début de saion: accéder aux playoffs. ©KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

Lausanne s’est imposé 4-0 face à Genève Servette mardi à la Vaudoise Aréna. Retour sur un derby sous haute tension.

Quel GSHC les Lausannois allaient-ils rencontrer pour ce dernier derby du lac de la saison? Celui qui est venu à bout des meilleures équipes européennes pour remporter la Champions Hockey League? Ou celui qui est à la peine en championnat? Peut-être un peu des deux.

Le début du match, en tout cas, était équilibré. Les deux équipes se sont créé des occasions. Et surtout, les deux gardiens étaient dans une excellente forme. "Le premier tiers, c'était vraiment un très beau match de hockey, un très beau tiers, juge Tim Bozon, attaquant du LHC. Il n'y avait pas d'arrêts de jeu, ça patinait fort."

Une rencontre aux antipodes du dernier match des Lions, samedi dernier à Zurich. "Le plus important pour nous, c'était de revenir sur des bonnes bases. On avait pas bien joué à Zurich, admet le n°94 lausannois. On était pas du tout au niveau du top 1, 2 ou 3 de la ligue et on s'était dit qu'il fallait mieux jouer que ça ce soir." Et mardi soir, la réussite s'est notamment trouvée dans la capacité du LHC à aller récupérer le puck.

Tim BozonAttaquant du LHC

Minute de panique

Et puis il y a eu cet enchaînement. Connor Hughes qui se fait une grosse frayeur, mais le puck est finalement sauvé. Tim Bozon qui tente un tir, qui passe à côté. Puis la patinoire qui s’enflamme et du sang qui s'accumule sur la glace.

Christian Djoos et Teemu Hartikainen se sont chargés contre la bande, au niveau du banc du GSHC. Résultat, le défenseur lausannois a basculé en avant, et son pied, et donc son patin, s'est élevé avec l'effet de balancier. Problème: le visage de l’attaquant servettien était pile dans l'axe. Entre le joueur au sol, ses coéquipiers qui commencent à s'en prendre aux lausannois, croyant d'abord à un geste volontaire, et les sifflets du public, la Vaudoise Aréna a vécu une minute de chaos.

Et vu la quantité de sang, on a d'abord pu croire au pire, mais Hartikainen a rapidement pu se relever, le visage entre les mains, et partir au vestiaire. Le Finlandais a également très vite rassuré ses supporters en postant une photo sur les réseaux sociaux: “le patin a touché l'oreille, pas la gorge, donc je vais bien” a-t-il écrit. "Une grosse pensée pour lui, parce que c'est des choses qu'on veut pas voir et qu'on voit trop souvent en ce moment, lance Tim Bozon après le match. Ça fait froid dans le dos."

Entre buts et bagarres

Il aura fallu attendre le deuxième tiers pour voir Lausanne ouvrir le score. C'est Damien Riat qui a su prendre le très bon centre de Jason Fuchs et envoyer le palet au fond des filets (26e).

Et la patience de la Vaudoise Aréna pour voir ce premier but sera récompensée avec un deuxième goal 9 minutes plus tard. Cette fois, c'est Jiri Sekac qui, au centre, trompe Jussi Olkinuora (assist: Jason Fuchs). La fin du tiers sera marquée par la punition de quatre joueurs, deux dans chaque équipe, à cause d'une bagarre générale.

Roger Karrer, Josh Jooris, Jiri Sekac et Damien Riat ont tous quatre été exclus 2 minutes de la glace. ©KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

Dans le 3e tiers, c'est Tim Bozon et Jason Fuchs qui ont mis un point final aux espoirs de Genève Servette. Le n°94, après plusieurs tentatives au cours du match, a réussi à s'échapper. En face à face avec Olkinuora, il a finalement gagné son duel. C'est 3-0 pour Lausanne.

Et à peine une minute plus tard, alors qu'à nouveau, une bagarre avait explosé, envoyant Cody Almond et Valtteri Filppula sur le banc d’infamie, c'est Jason Fuchs qui a joué la carte de l'échappée. Et c'est 4-0 pour les Lions.

Rester humble

Grâce à ce succès, le Lausanne HC valide non seulement son ticket pour les playoffs, mais il s'assure aussi une place dans le Top 4. Alors qu'il reste deux matchs en saison régulière à jouer, est-ce que cela va influencer l'état d'esprit de l'équipe?

Tim BozonAttaquant du LHC

Le mot d'ordre, c'est celui-là: humble. "Il y a eu beaucoup de promesses ces dernières années où on s'enflamme, on vend du rêve, mais au final c'est sur la glace que ça se passe, lâche Tim Bozon. Et on revient de tellement loin, c'était tellement une catastrophe l'année passée qu'on peut pas s'enflammer." Et pour ces prochains jours, la préparation passera par une chose: le travail.

Tim BozonAttaquant du LHC

Après une fin de saison à la porte des pré-playoffs l'année dernière, l'expérience des playoffs sera donc quelque peu nouvelle pour les Lions. Mais Tim Bozon est confiant: "On est pas arrivés là par hasard".

"Des papillons dans le ventre"

Mardi soir, l'alignement des Lions voyait revenir Miikka Salomäki en première ligne après une absence de quelques semaines à cause d'une blessure. Mais c'était aussi la première titularisation de Léonardo Fuhrer. L'attaquant est arrivé à Lausanne il y a quelques semaines, après avoir fait la saison de Swiss League avec Martigny. Il nous explique comment il a appris qu'il serait sur la feuille de match pour le derby.

Léonardo FuhrerAttaquant du LHC

Et un derby contre Genève Servette, ce n'est pas n'importe quoi comme match pour une première apparition. Celui qui a été le meilleur buteur et deuxième meilleur compteur en Swiss League avoue avoir eu des "papillons dans le ventre et quand on m'a donné le premier shift, j'étais plus qu'heureux." Surtout que Léonardo Fuhrer n'a pas eu beaucoup d'occasions de montrer de quoi il était capable depuis son arrivée chez les Lions.

Léonardo FuhrerAttaquant du LHC

Pour ce match, Geoff Ward a décidé de l'envoyer sur la glace pour jouer les powerplays. Comment ça s'est passé pour le néo-lausannois?

Léonardo FuhrerAttaquant du LHC

Les prochains matchs pour le LHC, ce sera samedi à Berne, et lundi à Malley face à Zoug.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hockey

National League: Zurich doit réagir devant son public

Publié

le

Simon Hrubec doit plaider coupable sur le 3-2 du LHC jeudi (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

L'Acte III de la finale des play-off se disputera ce samedi. Sur leur glace, les Zurich Lions tenteront de reprendre la main après leur défaite 4-2 de jeudi à Lausanne.

Après neuf victoires de rang, Zurich a concédé son premier revers dans ces séries finales. Saura-t-il rebondir face à un adversaire qui veut croire que le scénario de la demi-finale contre Fribourg-Gottéron se reproduira ? Les Vaudois avaient perdu le premier match de la série avant d'aligner quatre succès lors des quatre rencontres suivantes...

La pression est en tout cas dans le camp zurichois. Et notamment sur les épaules du gardien Simon Hrubec, impressionnant dans ses neuf premières sorties dans ces play-off, mais pas à son avantage sur le but décisif jeudi, le 3-2, inscrit par Damien Riat après une longue passe de Robin Kovacs. En face, Connor Hughes a en revanche prouvé une nouvelle fois qu'il pouvait tenir la baraque.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Robin Kovacs, de buteur à passeur

Publié

le

Robin Kovacs (à droite) accepte avec professionnalisme son rôle de joker (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Damien Riat a inscrit le 3-2 décisif du succès du LHC jeudi lors de l'acte II de la finale contre Zurich. Buteur devenu passeur sur cette action, Robin Kovacs s'adapte à son rôle de joker.

Si Lausanne est revenu à égalité dans la série, c'est en partie grâce à lui. A la 51e minute et alors que le score était de 2-2, Robin Kovacs a chipé le puck à Christian Marti, a foncé dans la zone de défense zurichoise et a servi un caviar à Damien Riat. L'attaquant suédois a fait honneur à son prénom Robin en assistant son acolyte Batman Riat.

"J'essaie d'aider l'équipe du mieux que je peux, comme je ne joue pas tout le temps, explique le Suédois avec humilité et professionnalisme. Lors de ce match, je me sentais bien, j'avais les jambes fraîches. Ces temps j'ai de la peine à marquer, alors j'essaie de me rendre utile d'une autre façon."

Passeur émérite

Et ce n'est pas la première fois que celui qui était vu comme un serial buteur lors de son arrivée en Suisse en 2022 se mue en passeur émérite. A l'occasion du deuxième match de la demi-finale contre Fribourg, c'est déjà lui qui avait offert le but de la victoire à la 107e minute à Jason Fuchs.

L'ancien attaquant d'Örebro se sent-il pousser des ailes lors des deuxièmes actes? "Non, il n'y a rien de spécial, glisse-t-il en souriant. Ce qui est sûr, c'est que ce sont des goals importants. Et si j'ai un poil plus de chance, peut-être que je peux marquer deux buts dans ce deuxième match."

A la 58e, Kovacs a en effet trouvé le poteau de Simon Hrubec. Le Suédois s'est consolé en voyant que les Zurichois ont concédé une pénalité et que le LHC a inscrit le 4-2 dans la foulée.

Sincère et touchant, Kovacs n'a jamais donné l'impression de pester malgré la difficulté de sa situation. Le Suédois a travaillé dans son coin sans faire des vagues. "J'ai vécu une situation difficile pendant la saison, raconte-t-il. J'ai vraiment cherché à m'entraîner le mieux possible. J'essaie de saisir ma chance à chaque fois qu'elle se présente et d'aider l'équipe. On verra si j'ai la chance de jouer le prochain match."

Aider l'équipe comme il peut

Comme le prochain match est agendé à Zurich samedi et que Kovacs est aligné lors des rencontres à domicile, il y a doute sur sa participation à l'acte III. Sait-il pourquoi il joue à domicile et pas à l'extérieur? "Il faut demander à Geoff (réd: Ward, le coach). Je me contente d'être prêt le mieux possible chaque jour. Si je ne suis pas dans l'alignement, je vais apporter mon soutien à mes coéquipiers, et si je joue je vais donner le meilleur pour aider l'équipe."

Samedi, c'est à Zurich que les Vaudois tenteront de prendre l'avantage en allant s'imposer sur la glace du "Z". Logiquement, Robin Kovacs y croit. "On n'était pas très satisfait de la manière dont on a joué mardi à Zurich, conclut-il. Là nous avons joué notre jeu de la bonne façon. Ca sera une série intéressante à suivre."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Lausanne sort les crocs et relance la série

Publié

le

Après avoir marqué l'unique but lausannois lors de l'Acte I, Damien Riat a marqué le but décisif dans l' Acte II. ©KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

Lausanne a mis fin à l’invincibilité de Zurich. Devant son public, le LHC s’est imposé 4-2 et revient à 1-1 dans la série.

Après une minute, des tentatives de shoots s’étaient fait voir d’un côté comme de l’autre. Mais c’est Zurich qui a inscrit le premier but. Après un tir dangereux de Denis Malgin, c’est Sven Andrighetto qui a trompé Connor Hughes (4e, assist: Denis Malgin). Le portier lausannois a mis la mitaine vers le bas, mais le puck est parti en pleine lucarne.

"Ce soir on a joué 55 minutes je dirais, explique Damien Riat, attaquant du LHC. Les premières 5 minutes, ils sont venus un peu plus forts que nous et ils ont marqué ce but. Mais on n’a rien lâché, on n’a jamais paniqué. Et on est revenu dans ce match après 5 minutes."

Le LHC a d’ailleurs eu une chance de revenir au score dans la foulée grâce à un powerplay. Mais leurs adversaires ont su suivre rapidement la rondelle pour empêcher Lausanne de poser son jeu, malgré quelques bons shoots.

Avant la série, Jason Fuchs nous l’avait dit: avec Zurich, il faut savoir être patient. Savoir attendre 5 minutes et 34 secondes exactement. C’est le temps qu’il a fallu à la 3e ligne lausannoise pour égaliser. Et quelle action! Michael Raffl a mis en échec Mikko Lethonen contre la bande. De quoi dégager le puck. Christian Djoos a récupéré à la ligne bleue et a remis en direction du centre. Les trois attaquants ont ensuite offert une très belle séquence. Tim Bozon qui passe à  droite, Ken Jäger qui repasse à gauche et Michael Raffl à la finition (10e, assists: Ken Jäger et Tim Bozon).

La suite de la période a vu le LHC évoluer en boxplay à deux reprises. Zurich, en supériorité numérique, a pris son temps pour faire circuler le puck. Conséquence: peu de tentatives et les quelques tirs ont été déviés.

Les Lions lausannois marquent leur territoire

Les hommes de Geoff Ward sont revenus du vestiaire remontés à bloc. À la 22e, ils se sont montrés dangereux avec Jiri Sekac qui est entré dans la zone offensive pour servir ensuite Théo Rochette sur sa droite. Celui-ci a pu centrer, mais le tir d’Antti Suomela a ensuite fini sa course sur Simon Hrubec.

Sueurs froides quelques instant plus tard avec un tir zurichois qui a touché le poteau. Avec l’effet d’optique, on aurait pu croire qu’il avait franchi la ligne, mais non. Lausanne a néanmoins dominé ce tiers, passant de nombreuses minutes dans sa zone offensive. Chose qui a été plus difficile en powerpay cependant.

La Vaudoise Aréna s'est embrasée ce jeudi. Au moment des interviews, plusieurs minutes après la sirène finale, le kop chantait encore. "C'est irréel, j'en ai la chair de poule, a confié Robin Kovacs. C'est incroyable ce qu'ils nous donnent." KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

C’est donc logiquement que les Lions ont repris l’avantage. Cody Almond est allé embêter les Zurichois qui avaient le puck pour les en déposséder et pousser la rondelle vers Ronalds Kennins. Là, c’était une question de vitesse. Le Letton a directement servi Tim Bozon qui après un impressionnant sprint a pris le temps pour armer, tirer et marquer (38e, assists: Ronalds Kennins et Cody Almond).

Des petites erreurs zurichoises

En début de troisième tiers, les Lausannois effectuaient un excellent travail défensif devant la cage de leur gardien, empêchant notamment Derek Grant d’égaliser. Mais une faute de Fabian Heldner les a mis dans une situation délicate. À 5 contre 4, les ZSC Lions ne se sont pas fait prier. Sur une passe de Denis Malgin qui a traversé toute la largeur de la glace (et donc du jeu), Sven Andrighetto a envoyé un shoot qu’on a eu de la peine à voir passer. Le puck s’est faufilé sous le bras de Connor Hughes. C’est l’égalisation (43e, assists: Denis Malgin et Dean Kukan).

Être patient et ne pas paniquer. On commence à connaître la chanson, mais Lausanne la maîtrise à la perfection. Peu à peu, les Lions Vaudois ont continuer à prendre l’ascendant sur leurs opposants. Et c’est ainsi que Damien Riat, en association avec Robin Kovacs, a pu aller prendre l’avantage (51e, assist: Robin Kovac). Il nous explique cette action.

Damien RiatAttaquant du LHC

L’attaquant suédois a-t-il vu son coéquipier, ou a-t-il senti qu’il était là pour réceptionner la passe? "Non, je l’ai vu arriver, rigole-t-il. Je n’arrive pas à marquer en ce moment, mais je peux passer. C’est fantastique." Une belle récompense pour lui qui apparaît, puis disparaît de l’alignement depuis plusieurs mois. "J’essaie de travailler le plus possible et quand je suis sur la glace, j’essaie juste d’aider l’équipe, explique Robin Kovacs. Aujourd’hui je me sentais bien, j’étais frais et c’était fantastique de faire cette passe et de permettre à Damien de marquer."

Deux jours auparavant, quelques erreurs avaient coûté deux buts à Lausanne. Jeudi à la Vaudoise Aréna, la tendance s’est inversée.

Damien RiatAttaquant du LHC

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par National League (@nationalleague.ch)

Un effort d'équipe

Robin Kovacs a eu une chance de marquer quelques minutes après le 3e but. Seul face à Hrubec, le puck, à ras de la glace, a heurté le poteau. Il ne manquait rien pour qu’il passe du côté du filet. Sur cette même action, Rudolfs Balcers a été pénalisé pour un coup de crosse. À deux minutes et 3 secondes de la fin du match, Lausanne s’est ainsi vu offrir une belle chance de tuer le match.

Donnez à manger aux Lions, ils se montreront indomptables. Les Vaudois n’auront eu besoin que de 11 secondes pour inscrire le 4-2. Un échange entre Lawrence Pilut et Jason Fuchs a laissé le temps au défenseur suédois de bien se positionner. Pratiquement de la ligne bleue, il a tiré. Devant la cage, Michael Raffl a dévié. Et Lausanne s’est imposé, brisant la série parfaite que Zurich était en train de réaliser dans ces playoffs.

Avec un match tous les deux jours, cette phase finale du championnat, c’est une question d’ajustements. La rencontre de ce soir a prouvé que le travail effectué entre les deux actes a payé.

Damien RiatAttaquant du LHC

Mais alors, qu’est-ce qui a fait la différence ce jeudi?

Damien RiatAttaquant du LHC

En amont de la série, on pouvait se demander s’il allait s’agir d’un duel entre un groupe soudé et des individualités. Lausanne a maintenant construit un bon noyau, avec cette belle ambiance que l’on connaît depuis le début de la saison. Et Damien Riat confirme, cette victoire, elle est due à toute l’équipe.

Damien RiatAttaquant du LHC

Le LHC revient à 1-1 dans la série. Le prochain match, ce sera samedi à Zurich où les hommes de Geoff Ward tenteront de faire le break.

Continuer la lecture

Hockey

Damien Riat: "Un incroyable travail d'équipe"

Publié

le

Damien Riat a inscrit le 3-2 décisif pour Lausanne (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Buteur pour son troisième match d'affilée, Damien Riat retrouve son flair au meilleur des moments. Mais le numéro 9 du LHC refuse les louanges.

"C'est vraiment l'équipe qui a fait la différence ce soir." Auteur du 3-2 décisif, Damien Riat ne tire pas la couverture à lui. Mais il accepte de raconter son but: "On est calme, on reste dans le milieu. On récupère le puck et je vois les Zurichois à la traîne. Robin (réd: Kovacs) fait un travail magnifique et me met un puck parfait sur la palette."

Le LHC s'est finalement imposé 4-2 et a infligé à Zurich sa première défaite des play-off. Les Vaudois ont aussi su battre Simon Hrubec à quatre reprises, un bel exploit au vu des séries réalisées par le gardien tchèque. "Il est gros dans le but, il prend beaucoup de place, analyse Damien Riat. Le truc c'est d'essayer de le faire bouger de gauche à droite, on l'a vu à la vidéo."

Au-delà de l'observation du gardien adverse, on a le sentiment que les Vaudois ont bien appris de leur défaite mardi. "Le premier match, on se regardait beaucoup entre les deux équipes, raconte le Genevois. Mais on a beaucoup analysé pour gommer nos erreurs. On sait qu'ils ont des joueurs techniques. Mais si on les contient, ils peuvent perdre des pucks et on ne leur a pas laissé grand-chose à l'intérieur."

Profiter des moments forts

Et les joueurs de Geoff Ward ont presque joué 60 minutes. "On en a joué 55, précise Riat. Parce que lors des cinq premières, ils sont venus forts."

Mais les Lions lausannois ont su marquer sur des moments forts et profiter du momentum en laissant peu de place à leurs adversaires en zone défensive. "On reste calme, on joue notre jeu et on saisit les opportunités quand elles se présentent", note encore l'ailier du LHC.

Le but va être maintenant de répéter l'opération samedi pour l'acte III après deux matches de très bonne facture. "Il n'y a pas de secret, on doit récupérer des pucks, bloquer des tirs et faire payer les petites erreurs", conclut-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Derrière un calme apparent, des conflits se profilent dans votre duo... Gardez votre sang-froid et privilégiez la discussion plutôt que la colère dans votre coin.

Les Sujets à la Une

X