Rejoignez-nous

Vaud

L'innovation vaudoise décryptée

Publié

,

le

Une étude s’intéresse aux visages de l’innovation dans le canton de Vaud. La CVCI, la BCV et Innovaud présentent ce jeudi « Vaud innove », un large état des lieux des forces et faiblesses de la région.

À travers plusieurs chapitres, qui seront publiés de manière hebdomadaire, cette étude aborde différents thèmes : la recherche, les entreprises, le financement, les conditions-cadres, les compétences ou encore la culture… Elle pose plusieurs questions : quelle est l’importance de l’innovation pour l’économie de la région ? Qui sont les acteurs ? Ou encore comment se positionne le canton par rapport aux autres places du globes ?

À l’heure où de nombreux classements internationaux existent, cette étude entend montrer une autre réalité. Joao-Antonio Brinca, responsable Stratégie et organisation à la BCV :

Joao-Antonio Brinca
Responsable stratégie et organisation, BCV
Joao-Antonio BrincaResponsable stratégie et organisation, BCV

Avec l’importance des hautes écoles et des entreprises très actives dans les secteurs à composante technologique, les auteurs de l’étude parlent d’un véritable écosystème d’innovation dans le canton de Vaud :

Joao-Antonio Brinca
Responsable stratégie et organisation, BCV
Joao-Antonio BrincaResponsable stratégie et organisation, BCV

À la base de l’innovation en terres vaudoises, il y a les hautes écoles. Si le canton était un pays, il serait 7e mondial au classement des meilleurs chercheurs, selon une étude de l’université de Stanford. Les effectifs de recherche universitaire du canton ont presque doublé depuis 2000 :

Joao-Antonio Brinca
Responsable stratégie et organisation, BCV
Joao-Antonio BrincaResponsable stratégie et organisation, BCV

La formation et les compétences sont indispensables à l’innovation selon l’étude mais cela passe aussi par un état d’esprit. L’envie d’entreprendre, la tolérance de l’échec, c’est une vraie culture, aux Etats-Unis notamment.  Mais les choses évoluent en Suisse :

Joao-Antonio Brinca
Responsable stratégie et organisation, BCV
Joao-Antonio BrincaResponsable stratégie et organisation, BCV

Les entreprises, notamment les PME et les grands groupes portent l’innovation dans les secteurs à composantes technologiques. Elles représentent 5% du total des sociétés mais contribue à 17% du PIB et 9% des emplois. Il y a tout de même un facteur limitant pour l’écosystème vaudois : sa taille, très petite en comparaison internationale :

Joao-Antonio Brinca
Responsable stratégie et organisation, BCV
Joao-Antonio BrincaResponsable stratégie et organisation, BCV

Les auteurs de l’étude appellent ainsi les acteurs de l’innovation à plus de spécialisation et à se focaliser sur des domaines spécifiques pour conserver leur rang.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Piétonne renversée et tuée sur un parking du Signal de Bougy

Publié

le

L'accident s'est produit sur l'un des parkings du site du Signal de Bougy (archives). (© KEYSTONE/SDN)

Une piétonne de 80 ans a été renversée par une voiture qui quittait sa place de parc en marche arrière dimanche après-midi sur un parking du Signal de Bougy (VD). Malgré les soins prodigués, elle est décédée sur place.

L'accident s'est produit vers 15h40 sur un parking du parc de loisirs de la commune de Bougy-Villars. Selon les premiers éléments recueillis, une automobiliste de 75 ans a perdu la maîtrise de sa voiture alors qu'elle quittait sa place de parc en marche arrière.

Elle a heurté une piétonne qui se trouvait derrière le véhicule. Puis elle a tamponné un véhicule stationné à l'opposé, lequel a été projeté contre un autre, parqué en contrebas, a expliqué lundi la police cantonale vaudoise. La victime et la conductrice sont toutes deux domiciliées dans la région lausannoise.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Giulia Steingruber ne sera pas en finale du saut

Publié

le

Giulia Steingruber n'a pas atteint la finale individuelle espérée. (© KEYSTONE/Manuel Lopez)

Giulia Steingruber ne disputera pas la finale olympique du saut. Elle a manqué le coche pour 0,05 point en qualifications, un crève-coeur pour la médaillée de bronze des JO 2016 dans la discipline.

L'ex-sportive suisse de l'année et sextuple championne d'Europe - quatre fois au saut - se consolera difficilement avec son accès à la finale du concours général de jeudi. Elle y participera grâce à sa 23e place des qualifications (à deux par nation), pour 24 qualifiées.

Dans l'ensemble, au vu de sa préparation largement perturbée par des blessures, Giulia Steingruber, apparue avec un gros bandage à une cuisse, a plutôt bien défendu ses chances. L'exécution de sa figure favorite en saut, la Chosovitina, n'a cependant pas atteint le niveau d'exécution espéré. Son deuxième saut, un Yurchenko doublement vrillé, lui a très bien réussi, mais le niveau général était trop élevé.

Au final, la Saint-Galloise s'est fait chiper de peu la 8e et dernière place qualificative du saut par Angelica Melnikova, en compétition sous la bannière olympique. Elle ne sera ainsi que remplaçante pour la finale de dimanche, comme aux JO de Londres en 2012.

La superstar de la gymnastique, l'Américaine Simone Biles, a dominé ces qualifications du saut mais a complètement raté son affaire au sol, sortant même du praticable.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Une piste d'essai Hyperloop se construit à l'EPFL

Publié

le

Le banc d'essai circulaire de 120 mètres de long simule une piste Hyperloop infinie. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'EPFL et la start-up Swisspod construisent sur le campus un banc d'essai circulaire Hyperloop, le premier opérationnel en Europe. Leur objectif est de tester et d'améliorer la technologie de transport ultra-rapide sous vide.

Le système Hyperloop, plus propre que l'avion et plus rapide que le train, pourrait révolutionner la mobilité longue distance, écrit vendredi l'EPFL dans un communiqué. Les projets se multiplient à travers le monde et la haute école lausannoise n'est pas en reste.

Un banc d'essai circulaire de 40 mètres de diamètre et 120 mètres de long vient d'être inauguré. Il permettra de valider des hypothèses nécessaires à la réalisation d'un système Hyperloop, tant du point de vue de l'infrastructure que de la capsule de transport.

Le banc d'essai se présente sous la forme d'un anneau de fonte en aluminium, bourré de capteurs. L'infrastructure, conçue et gérée par le Laboratoire des systèmes électriques distribués (DESL), permet de simuler une piste Hyperloop infinie à une échelle de 1 sur 6.

Travail conséquent encore à faire

Un des gros défis d'Hyperloop est le système de propulsion. Pour en réduire le coût, l'idée est que ce ne soit pas l'infrastructure, mais le véhicule qui transporte l'énergie nécessaire à sa propulsion. Ce véhicule serait alors doté d'un moteur linéaire, mais des développements technologiques conséquents sont encore nécessaires pour atteindre ce but, reconnaît l'EPFL.

La piste d'essai permettra de tester et valider un nouveau moteur à induction linéaire, développé dans le cadre du projet Limitless, soutenu par une bourse Innosuisse. Il s'agira aussi d'étudier et d'optimiser les aspects fondamentaux de la propulsion électromagnétique et de la lévitation des capsules. Selon la start-up Swisspod, citée dans le communiqué, une solution pourrait être mise sur le marché d'ici quatre à cinq ans.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Le chef du Pont de Brent s'installe à l'école hôtelière de Glion

Publié

le

Stéphane Décotterd quitte le Pont de Brent pour Glion. (Image d'archives - ©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le chef Stéphane Décotterd quitte le Pont de Brent pour s'installer avec sa brigade au restaurant Bellevue de l'école hôtelière de Glion (VD). Le nouveau restaurant ouvrira ses portes le 23 septembre prochain.

A Glion, Stéphane Décotterd et sa femme Stéphanie géreront deux restaurants: le restaurant gastronomique et panoramique de l'ancien hôtel Bellevue ainsi qu'un bistrot adjacent, annonce jeudi le groupe Sommet Education.

Le chef - deux étoiles au Michelin - sera soutenu par sa propre brigade ainsi que par les équipes en place à Glion. "Après 10 ans au Pont de Brent, c'est une belle opportunité, un nouveau défi", a expliqué le chef à Keystone-ATS. "L'aventure continue, à sept kilomètres de distance. Dans un nouveau restaurant, tout refait il y a quatre ans. Un lieu somptueux, avec une vue époustouflante".

Produits locaux

Stéphane Décotterd part à Glion pour créer un nouveau restaurant, "pas pour faire de l'enseignement", précise-t-il. "Des étudiants seront accueillis dans nos équipes sous forme de micro-groupes. Et des masterclasses pourront être données hors des heures d'ouverture".

Il poursuivra "sa quête vers l'excellence, offrant une cuisine plus que jamais locale, inventive et éco-responsable", relève le communiqué. Une forme de cuisine qui lui est "chère", dit-il.

Le nouveau restaurant de Glion et son bistrot attenant - qui doivent encore être baptisés - constituent un "bel outil de travail", ajoute-t-il. "Le Pont de Brent est une très belle maison historique, mais on ne peut pas pousser les murs. C'est limité au niveau de la place", glisse-t-il. Il y assurera son dernier service le 28 août.

Dix ans chef du Pont de Brent

Né à Billens (FR), Stéphane Décotterd s'est formé dans divers restaurants. En 2005, il est revenu au Pont de Brent pour travailler avec Gérard Rabaey, chef triplement étoilé qui a rendu célèbre le lieu. Stéphane Décotterd lui a succédé en 2011 et a décroché deux étoiles au Michelin et 18 points au Gault-Millau, des distinctions qu'il détient encore et espère maintenir dans son nouveau restaurant.

En 2018, le chef a renoncé aux fruits exotiques, produits de la mer et autres produits importés pour privilégier une cuisine avec des produits et les terroirs locaux. Glion Institut de Hautes Etudes (GIHE) est une école hôtelière réputée qui est membre du groupe Sommet Education.

Continuer la lecture

Genève

Michel Mayor devient conseiller sur la diplomatie scientifique

Publié

le

Michel Mayor représentera la Fondation pour Genève au sein du Geneva Science and Diplomacy Anticipator. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Prix Nobel de physique vaudois Michel Mayor rejoint le Geneva Science and Diplomacy Anticipator (GESDA). Dans un accord dévoilé mercredi à Verbier (VS), il devient conseiller de cette entité qui veut faire de Genève la capitale de la diplomatie scientifique.

M. Mayor représentera la Fondation pour Genève au sein du GESDA. Celui-ci a été lancé en 2019 par la Confédération, le Canton et la Ville de Genève pour identifier les futurs défis scientifiques et en faire des solutions pour la société.

Le partenariat a été dévoilé en présence du conseiller fédéral Ignazio Cassis et du président du gouvernement genevois Serge Dal Busco. Il a été signé par le président du GESDA Peter Brabeck-Letmathe et celui de la Fondation pour Genève Marc Pictet.

Le premier se félicite des "alliances grandissantes de GESDA qui permettent de repérer les percées scientifiques et les transformer en solutions pour l'avenir". Le second s'est dit "convaincu qu'en unissant nos forces et nos réseaux, nous pouvons contribuer à accélérer la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable des Nations Unies".

Discussion avec une proche de Biden

Le GESDA va organiser en octobre à Genève un mini-Davis de la diplomatie scientifique. Des centaines d'acteurs seront présents, dont des dirigeants d'organisations internationales. L'une des principales conseillères scientifiques du président américain Joe Biden, la directrice adjointe du nouveau Bureau pour la politique scientifique et technologique Alondra Nelson, sera également présente.

Parmi les composantes attendues, le GESDA va dévoiler son radar sur les solutions, un indice annuel pour évaluer l'impact des futures avancées scientifiques sur les 5 à 25 années qui suivent. Sur des questions allant de l'intelligence artificielle (IA) à l'éco-régénération en passant par l'anticipation scientifique.

Le GESDA explore des actions concrètes comme un CERN informatique, un accord international et une organisation pour des standards sur l'IA, ainsi qu'un effort pour accélérer la décarbonisation de l'économie. Ou encore une cour mondiale traitant les plaintes sur les différentes questions scientifiques.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Verseau

Votre bel état d’esprit vous porte. Vous élaborez de vastes plans avec la certitude de pouvoir les mener à bien.

Publicité

Les Sujets à la Une

X