Rejoignez-nous

Vaud

Tronçon Vennes-Chexbres: des travaux conséquents en 2024

Publié

,

le

En 2024 de gros chantiers sont à nouveau prévus sur l'A9 entre Chexbres et Vennes, notamment l'assainissement des tunnels de Chauderon et de Criblette (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Encore de nombreux gilets orange sur les bords de l’A9 ces cinq prochaines années. L’Office fédéral des routes a présenté le calendrier des travaux prévus sur l’axe Vennes-Chexbres jusqu’en 2028. Et les interventions, chiffrées à près de 270 millions de francs, seront nombreuses. La plus importance: l'assainissement du tronçon Lutry-Bourg-en-Lavaux et de ses deux tunnels.

La Confédération va injecter 270 millions de francs pour des chantiers sur l’A9. L’Office fédéral des routes a présenté ce mardi le calendrier des travaux des cinq prochaines années pour le tronçon qui relie Vennes et Chexbres. Il comprend de multiples interventions en 2024 déjà, dont la pose de panneaux d’avertissements et de vitesse qui s'adaptent au trafic ou la création de stations de traitement des eaux.

Deux tunnels à assainir

Mais le plus gros dossier sera l’assainissement total de l’axe Lutry-Bourg-en-Lavaux. Un chantier qui s’étalera sur cinq ans et qui comprend l’assainissement des tunnels de Chauderon et de la Cribelette. Effectuer des travaux au sein de ces ouvrages représente un véritable défi, comme nous l’explique Olivier Floc’hic, porte-parole de l’Office fédéral des routes.

Olivier Floc'hicPorte-parole de l'Office fédéral des routes

Les automobilistes qui empruntent l’axe Lausanne-Vennes doivent donc encore s’attendre à au moins 5 ans de chantiers. 70% de l'autoroute entre Vennes et Chexbres aura été assaini d’ici là. Mais quand les usagers vont-ils finalement voir le bout du tunnel de ces chantiers? On retrouve Olivier Floc'hic.

Olivier Floc'hicPorte-parole de l'Office fédéral des routes

Et à combien de fermetures de l'autoroute complètes ou partielles les automobilistes doivent-ils s'attendre? Réponse cette fois de Frédéric Rondeau, chef de projet pour l'Office fédéral des routes.

Frédéric RondeauChef de projet à l'Office fédéral des routes

Frédéric Rondeau n'a toutefois cité qu'une unique opération exceptionnelle. Il s'agit de la démolition du passage supérieur de Chenaule, qui relie le nord et le sud de Pully, pour le reconstruire à l'identique. Ce chantier, technique car situé sous une ligne à haute tension, impliquera la fermeture de l'autoroute le week-end du 13 juillet.

Le tunnel de Belmont en vue

Et n'oublions pas que l'Office fédéral des routes espère faire aboutir un autre projet de taille sur ce même axe entre Vennes et Chexbres: l’agrandissement du tunnel de Belmont. Le dossier fait actuellement face à une levée de boucliers, avec le dépôt de dizaines d'oppositions et d'une pétition munie de plus d'un millier de signatures. Un recours est entre les mains du Tribunal administratif fédéral. L'incertitude autour de ce projet a d’ailleurs obligé l’Office fédéral des routes à revoir ses plans. Olivier Floc'hic.

Olivier Floc'hicPorte-parole de l'Office fédéral des routes

Vevey-Glion pas en reste

Notons encore que l'Office fédéral des routes investira aussi quelque 8 millions de francs sur le tronçon Vevey-Glion. Il est notamment prévu de revoir les voies de déviation mais aussi de colmater les fissures du tunnel.

 

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Hôpital Riviera-Chablais: objectif d'assainissement pas atteint

Publié

le

La hausse des prix a pesé sur le dernier exercice de l'Hôpital Riviera-Chablais (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'Hôpital Riviera-Chablais (HRC) ne respectera vraisemblablement pas son plan de retour à des comptes équilibrés pour l'année qui s'étend de juillet 2022 à juin 2023. Cette situation est due à des facteurs exogènes sur lesquels l'établissement a peu d'influence, comme l'inflation ou la hausse des prix des matières premières et des médicaments.

Le Grand Conseil vaudois a approuvé mardi le rapport de la commission interparlementaire valdo-valaisanne qui exerce la haute surveillance sur l'établissement intercantonal. Il a notamment fait le point sur la situation financière de l'hôpital de Rennaz (VD).

Le programme de retour à l'équilibre a permis de dégager des économies importantes. Mais contrairement aux années 2021 et 2022, l'objectif pour 2023 ne sera vraisemblablement pas atteint. "Au lieu de 8,2 millions, le déficit projeté se situe à 12 millions de francs", a expliqué en plénum Aurélien Clerc (PLR).

Ce déficit s'explique par l'inflation, les hausses de prix des matières premières et des médicaments, ainsi que par celle des taux d'intérêt. De plus, les mois d'avril et mai 2023 ont été marqués par une baisse inexpliquée d'activité en soins aigus qui a également touché d’autres hôpitaux romands.

La commission, qui recommandait d'approuver ce rapport annuel, craint que l'HRC ne puisse pas atteindre l'équilibre financier espéré en 2026 sans une augmentation des tarifs DRG. Elle attire également l'attention des deux Grands Conseils sur "l'exposition considérable" de l'hôpital aux risques des taux d'intérêt, et à leurs conséquences sur les charges financières.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Un an de plus pour élaborer un congé parental vaudois

Publié

le

Les députés unanimes ont accordé un délai supplémentaire au Conseil d'Etat vaudois (archives). (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Le Conseil d'Etat vaudois souhaite présenter un contre-projet à l'initiative socialiste pour un congé parental de 34 semaines. Il a obtenu mardi du Grand Conseil un délai supplémentaire d'un an pour lui soumettre un préavis.

L'initiative de la gauche et des syndicats prévoit un congé de 34 semaines, dont seize iraient à la femme, quatorze à l'autre parent et quatre semaines à se partager entre les deux. Déposée en juin 2022, elle avait recueilli plus de 13'000 signatures.

D'une manière générale, le gouvernement souscrit aux buts généraux de l'initiative, mais il estime que le projet entraîne des coûts trop importants. Il a besoin de temps supplémentaire pour présenter un contre-projet direct avec des coûts supportables à long terme. Le Conseil d'Etat entend notamment étudier de plus près les modèles genevois (24 semaines au total) et tessinois (18 semaines).

La prolongation du délai a été votée à l'unanimité. La députée Monique Ryf (PS), membre du comité d'initiative, a soutenu cette proposition qui permettra au Conseil d'Etat de trouver la solution "la meilleure possible".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Pétition et propositions pour sauver la verrerie de Saint-Prex (VD)

Publié

le

Les salariés ont présenté l'état intermédiaire de leurs travaux pour la sauvegarde du site (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La pétition "Non à la fermeture de Vetropack" a été remise mardi aux autorités vaudoises. Le texte, muni de 5003 signatures, demande le maintien des 175 emplois du site de Saint-Prex (VD), la dernière verrerie industrielle de Suisse. Dans le cadre de la procédure de consultation, le personnel a fait lundi une première série de propositions à la direction.

La représentation des employés a présenté à la direction l'état intermédiaire de ses travaux et a défendu son projet pour la sauvegarde de la verrerie. La procédure de consultation a été prolongée, et court désormais jusqu'au 30 avril.

Le projet des employés "permettrait au groupe de développer son usine la plus écologique et innovante d'Europe", expliquent les syndicats Unia et Syna dans un communiqué. Il présente notamment "un potentiel pour la réduction de la consommation énergétique ainsi que des solutions innovantes pour la réduction de l'empreinte carbone".

Pétition et sensibilisation

Mardi, une délégation des salariés, accompagnés de syndicalistes, se sont rendus au Grand Conseil pour sensibiliser les députés à l'importance de maintenir la dernière verrerie de Suisse. Ils ont remis au chancelier et au président du Grand Conseil une pétition de plus de 5000 signatures, "récoltées en moins d'un mois", a expliqué à Keystone-ATS Nicole Vassali, d'Unia Vaud.

Ce texte demande aux autorités de mettre en place un cadre qui permette la sauvegarde du site, proche du village et de la gare. "Nous voulons un positionnement clair du Grand Conseil et du Conseil d'Etat sur l'affectation du terrain, qui doit rester à vocation industrielle et ne pas servir à la spéculation immobilière", a relevé la syndicaliste.

Le Département de l'économie, de l'innovation, de l'emploi et du patrimoine (DEIEP) d'Isabelle Moret a par ailleurs confirmé à Keystone-ATS qu'une séance de conciliation tripartite s'était tenue mardi en fin de matinée entre la conseillère d'Etat, les dirigeants et les employés, représentés par les syndicats. Sans vouloir donner plus de détails.

Sceller la vocation industrielle d'un site

Une motion déposée mardi au Grand Conseil prévoit un renforcement de la LATC (loi sur l'aménagement du territoire) et du Plan directeur cantonal afin de sceller à très long terme la vocation industrielle et artisanale des terrains affectés aujourd'hui à ces activités.

A Saint-Prex, l'objectif est aussi d'éviter une délocalisation qui serait néfaste pour l'environnement. Si le site ferme, le verre recyclé en Suisse devra être transformé à l'étranger avant d'être réimporté. "C'est très bien de parler d'économie circulaire, mais il y a des investissements à faire en Suisse", a ajouté Mme Vassali.

En mars déjà, le Grand Conseil a voté une résolution qui demandait à Vetropack et au Conseil d’Etat d’étudier des solutions alternatives à une fermeture. Les conseillers aux Etats Pierre-Yves Maillard et Pascal Broulis - tous deux anciens conseillers d'Etat - ont apporté leur appui aux employés qui se battent contre cette fermeture.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Beijing 2022

Maison suisse à Paris: zone et soirée dédiées au canton de Vaud

Publié

le

Le canton de Vaud, qui abrite notamment le siège du CIO, investira la Maison suisse lors des JO de Paris (photo d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le canton de Vaud bénéficiera d'un espace au sein de la Maison suisse lors des Jeux olympiques de Paris de cet été. Une soirée vaudoise y sera notamment organisée le 27 juillet, en présence de quatre membres du Conseil d'Etat.

Cet espace proposera "une immersion dans une quinzaine d'écrans qui projetteront des images représentant différents atouts du canton", annonce mardi l'Etat de Vaud.

Installée à l'ambassade de Suisse de Paris, la Maison suisse exposera aussi une oeuvre inédite imaginée par l'Ecole cantonale d'art de Lausanne (ECAL). Intitulée "Vaud-o-rama", elle plongera le spectateur "dans les multiples facettes du canton."

La présence vaudoise à Paris vise notamment à "affirmer la place de choix du canton" dans l'accueil de nombreuses fédérations sportives et des organisations sportives internationales, à commencer par le CIO.

En organisant une "soirée vaudoise" le 27 juillet, le canton souhaite aussi renforcer ses liens avec son voisin français. Christelle Luisier (présidente du Conseil d'Etat et ministre des sports), Isabelle Moret (économie et innovation), Valérie Dittli (finances et agriculture) et Frédéric Borloz (formation) seront de la partie.

Le lendemain, ils assisteront, comme le veut la tradition, au repas offert par la Fondation Lausanne capitale olympique au CIO et aux fédérations sportives internationales installées dans le canton de Vaud.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Taureau

Vos besoins de liberté sont totalement indéniables, mais avez-vous déjà envisagé que le fait de céder pourrait vous apporter un mieux-être authentique ?

Les Sujets à la Une

X