Rejoignez-nous

Suisse

"Salaire. Temps. Respect" la grève du 14 juin

Publié

,

le

La grève des femmes sera placée sous la devise "Salaire.Temps. Respect". (©KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ)

Le 14 juin, la Suisse sera rappelée à l'ordre en matière d'égalité entre hommes et femmes. L'Union syndicale suisse (USS) a placé la grève des femmes sous la devise "Salaire. Temps. Respect". Trois axes de revendications pour enfin obtenir la fin des discriminations.

L'égalité entre hommes et femmes est inscrite dans la Constitution suisse depuis 1981. Pourtant, les salaires de femmes restent de près de 20% inférieurs à ceux des hommes. Concrètement, le manque à gagner s'élève à 660 francs par mois en moyenne pour l'unique raison d'être une femme.

Sur l'année, ce sont 10 milliards de francs de moins pour le même travail et la même performance, a indiqué lundi devant la presse Vania Alleva, vice-présidente de l'USS. Les raisons de cette discrimination sont connues: le travail des femmes est souvent moins valorisé et les possibilités de carrière sont souvent freinées en raison de la maternité.

Conséquences, 53% des femmes ont un salaire net de moins de 4000 francs par mois et environ 70% touchent moins de 5000 francs. En outre, cette discrimination dure toute la vie puisque les femmes touchent actuellement une rente vieillesse réduite de plus d'un tiers. Comme environ 40% de l'écart salarial ne peut être expliqué, l'USS a des revendications bien précises pour le 14 juin.

Salaire

La faîtière syndicale demande un salaire minimum de 4000 francs par mois pour tout le monde et des conventions collectives de travail (CCT) qui couvrent les branches à forte proportion féminine. "Nous voulons des salaires et des taux d'occupation qui permettent de gagner décemment sa vie", ont insisté les femmes syndicalistes.

Plus d'argent, c'est en finir avec des situations de précarité financière qui forcent certaines à devoir assumer plusieurs mini-jobs parallèles, du harcèlement et des violences sexistes. L'USS exige aussi que la loi révisée sur l’égalité soit mise en oeuvre au plus vite. Celle-ci, adoptée en décembre, rend l’analyse de l’égalité des salaires obligatoire pour les entreprises occupant au moins 100 personnes.

Temps

La faîtière syndicale veut en outre des investissements dans les crèches, les écoles à horaire continu, les soins à domicile et la prise en charge d’adultes ayant besoin de soins et d’assistance. Il s'agit de décharger les femmes du travail non rémunéré et de mieux concilier vie familiale et vie professionnelle.

Parmi les autres revendications pour plus de temps figurent le plein temps réduit à 30-35 heures hebdomadaires ou le congé paternité d'au moins huit semaines et le congé maternité d'au moins 18 semaines et la répartition égale d'un congé parental d'au moins 24 semaines. "Nous rejetons également le travail sur appel et la disponibilité permanente", a souligné Vania Alleva.

Respect

Enfin, l'USS revendique le respect. Les syndicats veulent une protection étendue contre le licenciement en cas de maternité, la tolérance zéro en cas de violence à l'égard des femmes, la prévention efficace contre le harcèlement et l'allègement du fardeau de la preuve en cas de harcèlement sexuel.

Les préparatifs de la grève du 14 juin vont bon train. Une trentaine de collectifs de grève locaux et régionaux sont prévus: Genève, Vaud, Valais, Jura, Neuchâtel, Fribourg, Grisons, Tessin, Schaffhouse, Zurich, Berne, Glaris, Schwyz, St. Gall, Nyon et Lucerne pour les plus importants.

A ces collectifs locaux s’ajoutent des groupes centrés autour de thématiques spécifiques comme la formation et les hautes écoles, les soins, les femmes catholiques, les journalistes, etc. La grève se veut décentralisée afin de porter les revendications des femmes partout où elles travaillent et où elles vivent, écrit l'USS.

 

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hockey

Lausanne coulé par Zurich au 3e tiers-temps

Publié

le

Le Zurichois Dominik Diem protège son puck de l'attaque de Cory Emmerton. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

A Malley, Zurich a remporté le duel des Lions de National League. Les joueurs de Rikard Grönborg ont battu Lausanne 5-1 grâce à un troisième tiers de feu enlevé 5-0.

Pour son 900e match en National League, Tobias Stephan espérait certainement une issue favorable. Mais alors qu'ils étaient plutôt bien dans leur match, les Lausannois ont sombré au début du troisième tiers.

Contraints de commencer cette troisième période en infériorité numérique, les Vaudois ont en plus vu Martin Gernat rejoindre le banc des pénalités. A 5 contre 3, Lucas Wallmark a trouvé le patin de Jelovac pour égaliser avec un peu de chance.

Mais derrière, le "Z" a continué à avancer et en 56 secondes Willy Riedi puis Christian Marti ont plongé la patinoire dans une ambiance bien morose. Paresseux et peu impliqués, les Zurichois ont été payés au tarif maximal.

Mais les Lausannois ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes pour ne pas avoir été capables de faire la différence avant. Et notamment au cours d'une période médiane dominée par les hommes de John Fust.

La fatigue, oui, mais...

Si les Vaudois ont d'ailleurs assez logiquement ouvert le score à la 32e par l'entremise de Jason Fuchs à la suite d'un puck de Gernat parti en chandelle et récupéré "à la volée" par l'ancien Biennois, ils auraient dû enfoncer le clou et profiter de ces moments. Et même avant cette réussite, les Lausannois avaient eu deux grosses chances de marquer par Pedretti en contre à la 23e et par Audette une minute plus tard.

Alors oui, les Vaudois sont rentrés de Lugano à 3h30 du matin dimanche et la fatigue a dû se faire sentir au cours du match. C'est pour cette raison qu'ils auraient dû profiter de leur domination durant les quarante premières minutes. Car une fois Zurich dans le match, les Lausannois ont paru bien timides.

Privé d'Andrea Glauser pour six semaines en raison d'une cheville fracturée, John Fust pourrait aussi devoir composer sans Jiri Sekac dès mardi pour la réception de Rapperswil. L'attaquant tchèque n'est pas réapparu au deuxième tiers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

L'acteur oscarisé Eddie Redmayne au Zurich Film Festival

Publié

le

L'acteur britannique Eddie Redmayne était dimanche au Zurich Film Festival pour présenter son dernier film "The Good Nurse" mais aussi recevoir un Oeil d'or. (© Keystone/ENNIO LEANZA)

L'acteur oscarisé Eddie Redmayne n'a pas chômé dimanche au Zurich Film Festival (ZFF): le Britannique a parlé de son travail, reçu un Oeil d'or et présenté son nouveau film "The Good Nurse". Selon lui, le ZFF a été le premier à croire en lui.

Il y a 15 ans, l'acteur de 40 ans était déjà venu au ZFF présenter "Savage Grace", dans lequel il jouait au côté de Julianne Moore. "C'était le premier festival de cinéma auquel j'ai assisté", a déclaré Eddie Redmayne dans son discours dimanche soir.

Et il l'a remercié pour l'encouragement qu'il avait alors ressenti. "A l'époque, je travaillais déjà comme acteur, mais, en même temps, je travaillais aussi dans un pub". Le Zurich Film Festival l'a soutenu alors qu'il ne croyait pas encore en ses capacités, a-t-il expliqué.

Entre-temps, Eddie Redmayne a reçu en 2014 l'Oscar du meilleur acteur pour son rôle de Stephen Hawking dans "The Theory of Everything" (Une merveilleuse histoire du temps) et possède de nombreux autres trophées. Il a souligné que l'Oeil d'or récompensant l'ensemble de sa carrière signifiait néanmoins beaucoup pour lui. "Le ZFF aura toujours une place spéciale dans mon c½ur".

Redmayne joue un tueur en série

Eddie Redmayne tient le rôle principal dans le thriller "The Good Nurse" (Meurtres sans ordonnance) de Tobias Lindholm, qui revient sur l'histoire vraie de Charles Cullen, le tueur en série le plus dangereux de l'histoire du New Jersey. Lorsqu'il travaillait comme infirmier, il a assassiné des centaines de patients par surdose. Le film était montré en première européenne à Zurich.

Eddie Redmayne partage l'affiche avec Jessica Chastain. L'actrice américaine incarne Amy, une infirmière qui découvre les agissements de Charles Cullen et risque sa vie pour découvrir la vérité.

Dans l'après-midi déjà, alors qu'Eddie Redmayne parlait de son travail dans le cadre d'une master-class, des célébrités du cinéma foulaient le tapis vert du Zurich Film Festival. Les acteurs Liam Neeson et Diane Krüger sont venus présenter leur dernier film "Marlowe". Ce thriller noir de Neil Jordan se déroule dans le Hollywood des années 1930 et traite de la mystérieuse disparition de l'ex-amant d'une riche héritière.

D'autres stars sont attendues d'ici à la fin de cette 18e édition du Zurich Film Festival le 2 octobre. Lundi, Charlotte Gainsbourg recevra un Oeil d'or d'honneur pour l'ensemble de sa carrière. Jeudi, ce seront deux artistes oscarisés, l'acteur Sir Ben Kingsley et la compositrice Rachel Portmann, qui seront récompensés.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Yverdon: la gauche en tête du 1er tour de la complémentaire

Publié

le

Seule candidate de la gauche, Ella-Mona Chevalley a réalisé le meilleur score au premier tour de l'élection complémentaire à la Municipalité d'Yverdon (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Ballotage général ce dimanche à Yverdon-les-Bains. Aucun des cinq candidats alignés pour prendre la succession du démissionnaire PLR Jean-Daniel Carrard n’est parvenu à décrocher la majorité absolue. La candidate de la gauche, Ella-Mona Chevalley, a tiré son épingle du jeu.

Pas encore de successeur pour le démissionnaire PLR Jean-Daniel Carrard à Yverdon-les-Bains. Le premier tour de l’élection complémentaire de ce dimanche s’est soldé par un ballotage général. Trois candidats se sont cependant démarqués. C’est la candidate de Solidarité et écologie, soutenue par la gauche, qui a terminé la course en tête. Ella-Mona Chevalley a comptabilisé 1'784 suffrages. Si elle confirme au second tour, la gauche occuperait 6 des 7 sièges de la Municipalité. Mais la bataille du premier tour a été rendue plus facile par des adversaires PLR-Centre-UDC dispersés. Ecoutez à ce propos Ella-Mona Chevalley.

Ella-Mona Chevalley

Le deuxième à se démarquer, c’est justement le PLR François Armada avec 1'642 voix. Il devance l’UDC Pascal Gafner de 300 voix. Loin devant les deux derniers candidats Laurent Thiémard pour les Vert’libéraux et Anne-Laure Vallon pour le centre.

Alliance vaudoise en vue

Une chose est sûre : l’union devrait être à l’ordre du jour pour le 2ème tour du côté de la droite et du centre. L'’UDC Pascal Gafner devrait se retirer de la course.

Pascal GafnerCandidat UDC

L’enjeu pour la droite : conserver un deuxième siège à la Municipalité face aux cinq sièges de la gauche. Le PLR François Armada appelle également une alliance de ses voeux.

François ArmadaCandidat PLR

Les partis ont jusqu’à mardi pour déposer une liste en vue du second tour de l’élection complémentaire.

Rappelons que la Municipalité actuelle est à majorité de gauche. Elle est composée de trois socialistes, deux verts et d’un PLR. Les différents partis ont jusqu’à mardi pour déposer une candidature en vue du second tour.

Continuer la lecture

Économie

La gauche soulagée de l'échec de la réforme de l'impôt anticipé

Publié

le

Pour les partisans de l'abolition de l'impôt anticipé sur les obligations, la réforme aurait permis d'éviter que des recettes fiscales ne partent à l'étranger. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La gauche se réjouit de l'échec de la suppression partielle de l'impôt anticipé dans les urnes, une réforme qui n'aurait selon elle profité qu'aux riches et aux multinationales. Pour la droite et les milieux économiques, la complexité du sujet a notamment pesé.

Le refus par le peuple de ce projet est un "non" pour remettre en Suisse la culture de travailler ensemble, a estimé le conseiller national Samuel Bendahan (PS/VD) sur la RTS. La réforme a été faite de manière beaucoup trop unilatérale, selon lui.

Pour le Vaudois, il serait temps de faire des réformes "où tout le monde peut gagner, pas seulement les personnes les plus riches ou les grosses multinationales". Selon lui, l'argument selon lequel les réformes profitent toujours aux mêmes et que rien n'est fait pour les classes populaires et moyennes, a porté dans la campagne.

Pour le coprésident du PS, Cédric Wermuth, les Suisses ont compris qu'il ne s'agissait que d'une subvention pour quelques-uns. "Cela divise le pays. Nous devrions vraiment arrêter avec cette politique, a déclaré le conseiller national argovien à la radio alémanique SRF.

Les citoyens ont montré pour la deuxième fois cette année qu'ils en ont assez de la politique fiscale d'Ueli Maurer et des partis bourgeois, qui ne profite ni à la population, ni aux PME, se réjouissent les Vert-e-s.

Un projet complexe

La modification de la loi sur l'impôt anticipé est un projet complexe, a relevé le conseiller national Thomas Matter (UDC/ZH) sur les ondes de la radio SRF. Cela a joué un rôle décisif dans son rejet par le peuple.

L'issue serrée de la votation constitue toutefois un signe positif à ses yeux. "Personnellement, je suis presque encore positivement surpris". Ces dernières années, plusieurs projets fiscaux allégeant la charge fiscale de l'économie ont été rejetés. "Mais ce dernier résultat montre que l'on prend de plus en plus conscience du fait que l'on affaiblit ainsi notre prospérité", relève M. Matter.

De leur côté, les Vert'libéraux regrettent une "occasion manquée". Le parti continuera de s'engager pour un renforcement de la place économique du pays dans le domaine du marché des capitaux étrangers.

Pour le Centre, la réforme aurait aussi profité à la population. "Rien que les économies sur les coûts d'intérêts, jusqu'à 200 millions de francs par an, auraient pu alléger les budgets de la Confédération, des cantons et des communes", relève le conseiller national Philipp Kutter (ZH).

Arguments "démagogiques"

Les adversaires de la suppression de l'impôt anticipé sur les obligations "ont réussi à faire peur avec des arguments démagogiques", déplore le conseiller national Olivier Feller (PLR/VD). Il cite notamment des pertes de recettes fiscales fortement grossies ou une réforme qui favoriserait soi-disant la fraude fiscale.

Le Vaudois, interrogé par Keystone-ATS, remarque tout de même un rejet moins net que pour la votation sur la suppression du droit de timbre d'émission. Mais une partie de la classe moyenne votant habituellement au centre-droit a sans doute estimé que l'on a déjà fait beaucoup pour l'économie et la place économique et qu'il est temps de faire quelque chose pour les personnes, analyse M. Feller.

L'enjeu de la réforme de l'OCDE

Pour la droite, le centre et les milieux économiques, il s'agit de réussir à nouveau à montrer qu'une économie prospère est favorable au bien commun. Le prochain enjeu est maintenant celui de la mise en oeuvre de la réforme fiscale de l'OCDE, fondamentale pour l'économie suisse. "Nous n'avons pas le droit d'échouer", alerte M. Feller.

Un point de vue partagé par l'Union suisse des arts et métiers (usam). La faîtière des PME regrette une occasion manquée dimanche de rapatrier des recettes fiscales en Suisse et de remédier à un désavantage lié au lieu d’implantation dans la concurrence fiscale internationale, dans la perspective de l’introduction du taux d’imposition minimal exigé par l'OCDE.

Avec ce "non", la Suisse a manqué l'opportunité de rapatrier des recettes fiscales et des activités commerciales, abonde economiesuisse. La suppression partielle de l'impôt anticipé aurait été un pas important pour maintenir l'attractivité de la place économique suisse.

L'association SwissHoldings, qui réunit les 61 plus grandes entreprises de l'industrie et des services cotées en bourse, prend acte du rejet d'un projet "qui aurait profité à toute la Suisse". Elle regrette une occasion manquée de renforcer le marché des capitaux étrangers et de simplifier le financement de ses membres.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Des femmes appellent à une nouvelle Grève des femmes en juin 2023

Publié

le

Les Femmes socialistes dénoncent "une gifle pour toutes les femmes" (archives). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Après le "oui" à la hausse de l'âge de la retraite des femmes dimanche, les femmes de gauche appellent à une manifestation lundi à 12h00 à Berne et à une nouvelle Grève des femmes en juin 2023. Les femmes paysannes plaident pour davantage d'égalité.

"Nous sommes en colère. Le oui d'aujourd'hui à l'augmentation de l'âge de la retraite des femmes n'est pas seulement un grand pas en arrière en matière d'égalité, c'est une gifle pour toutes les femmes. Nous ne laisserons pas passer ce résultat", ont indiqué les femmes socialistes dans un communiqué dimanche.

"Les femmes qui ne comptent que sur l'AVS pour vivre à la retraite paient le prix fort de cette réforme. Elles n'ont pas les moyens de prendre une retraite anticipée et certaines d'entre elles finiront leur vie professionnelle au chômage ou en arrêt pour des raisons de santé", a dit la militante neuchâteloise Léa Ziegler, responsable de la communication du syndicat des services publics (SSP), à Keystone-ATS.

Economiser sur le dos des femmes

"Nous avons pu constater une fois de plus à quelle vitesse on économise sur le dos des femmes et contre leur volonté. Notre mobilisation commence aujourd'hui pour une grève le 14 juin", a déclaré Lirija Sejdi du collectif bernois de la Grève des femmes dans un communiqué.

De son côté, l'Union suisse des paysannes et des femmes rurales (USPF) juge primordial de poursuivre sans relâche les efforts pour assurer une véritable égalité entre hommes et femmes. Il s'agit en particulier d'assurer l'égalité des salaires et une meilleure conciliation entre la famille et l'activité professionnelle.

L'accès au travail à temps partiel pour les hommes est un autre thème important pour cette organisation. Celle-ci attend du Parlement des améliorations claires dans le cadre de la réforme de la LPP.

Les femmes paysannes plaident encore pour une valorisation du travail de "Care" encore majoritairement effectué par les femmes et une répartition équitable des rôles pour l'accomplissement de ces tâches.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Taureau

Vous allez montrer, dès votre réveil, votre côté le plus tendre… ça donnera l’idée de faire de même à ceux qui vous entourent !

Les Sujets à la Une

X