Rejoignez-nous

Économie

SIX: feu vert de la Finma pour sa Bourse en cryptoactifs

Publié

,

le

La plateforme boursière de SIX dédiée au négoce d'actifs numériques a été initiée en 2018. L'autorisation du régulateur ouvre la voie à la prochaine étape du développement d'un futur écosystème (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

L'opérateur de la Bourse suisse SIX a reçu l'approbation de la Finma pour exploiter une bourse et un dépositaire central de titres pour des actifs numériques en Suisse. La date de lancement de cette plateforme reste à préciser.

Le feu vert de l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) permet à SIX Digital Exchange (SDX) "de mettre en service la première infrastructure de négociation, de règlement et de conservation numérique réglementée et entièrement intégrée au monde pour les actifs numériques", selon le communiqué paru vendredi.

La plateforme boursière de SIX dédiée au négoce d'actifs numériques a été initiée en 2018. L'autorisation du régulateur "ouvre la voie à la prochaine étape du développement d'un futur écosystème".

Aucune date de lancement de cette Bourse en cryptoactifs, initialement prévu mi-2019 avant d'être plusieurs fois reporté, n'a été précisée.

Le processus d'approbation "nous a permis de définir notre offre, notre stratégie et de construire un nouvel écosystème pour aider nos clients à répondre aux demandes croissantes de retour commercial auxquelles ils sont confrontés de la part de leurs parties prenantes", a précisé Thomas Zeeb, membre du conseil d'administration de SIX.

Le mois dernier, SIX a annoncé l'arrivée de David Newns le 6 octobre pour prendre la direction de SDX.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Le gouvernement allègera les restrictions en février

Publié

le

Le premier ministre français Jean Castex a fait des annonces "accommodantes". (© KEYSTONE/AP/Francois Mori)

Le gouvernement a annoncé jeudi soir la levée, courant février, de la plupart des restrictions prises pour freiner l'épidémie: fin du port du masque en extérieur et du télétravail obligatoire, réouverture des discothèques et retour des concerts debout.

"Nous pourrons courant février lever la plupart des restrictions prises pour freiner l'épidémie à la faveur du nouveau pass vaccinal qui entrera en vigueur lundi prochain", a annoncé le Premier ministre, Jean Castex, lors d'une conférence de presse à Matignon.

A partir du 2 février, le port du masque ne sera plus obligatoire en extérieur, les jauges dans les lieux recevant du public abandonnées et le télétravail "ne sera plus obligatoire", mais recommandé, a détaillé le chef du gouvernement.

Deux semaines plus tard, se sont les discothèques, fermées depuis le 10 décembre, qui pourront rouvrir et les concerts debout seront à nouveau autorisés. La consommation au comptoir sera également possible dans les bars. Tout comme la consommation dans les stades, les cinémas et les transports.

Pass quand même

Le gouvernement a également annoncé que le pass vaccinal, succédant au pass sanitaire pour les personnes d'au moins 16 ans, entrera en vigueur à partir de lundi "sous réserve de la décision du Conseil constitutionnel" vendredi. Le Conseil y est apparemment favorable.

Ce pass servira à accéder aux activités de loisirs, aux restaurants et débits de boisson, aux foires, séminaires et salons professionnels et aux transports publics interrégionaux.

Côté écoles, Jean Castex "envisage" un allègement du protocole sanitaire pour les établissements scolaires au retour des vacances de février, soit pas avant le 7 mars, date où tous les enfants (des trois zones) seront rentrés de vacances.

Les adolescents entre 12 et 17 ans pourront par ailleurs avoir un rappel de leur vaccination, "sans obligation", dès lundi.

L'exécutif fait face à une situation paradoxale: si le nombre de cas positifs continue à augmenter - et à battre des records à plus de 300'000 contaminations quotidiennes sur la moyenne des sept derniers jours -, la pression sur les services de réanimation tend à décroître.

Les services de soins critiques, qui hébergent les cas les plus graves, accueillaient au total jeudi 3842 patients du Covid. Ce chiffre décline depuis plusieurs jours même si, plus généralement, les hospitalisations continuent à augmenter.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

Le gendarme financier US inflige une amende à Credit Suisse

Publié

le

L'autorité américaine de surveillance des marchés financiers Finra inflige une amende de 9 millions de dollars à Credit Suisse. Il est reproché à la banque de ne pas avoir respecté les lois et règles sur les valeurs mobilières destinées à protéger les investisseurs (archives). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

L'autorité américaine de surveillance des marchés financiers Finra inflige une amende de 9 millions de dollars à Credit Suisse. Il est reproché à la banque de ne pas avoir respecté les lois et règles sur les valeurs mobilières destinées à protéger les investisseurs.

Le numéro deux bancaire helvétique aurait notamment violé les règles de la Securities and Exchange Commission (SEC) et de la Finra relatives à la divulgation de conflits d'intérêt dans des rapports de recherche, indique le gendarme financier jeudi dans un communiqué. Il est également demandé à la banque de certifier qu'elle a mis en place des procédures pour garantir le respect de ces règles.

La Finra a constaté que Credit Suisse a violé la règle de protection des clients de deux manières, détaille le communiqué. Premièrement, la banque n'a pas conservé le contrôle de milliards de dollars de titres qu'elle détenait pour le compte de clients, comme cela était requis. Deuxièmement, à de nombreuses reprises, l'établissement n'a pas calculé avec précision sa réserve client obligatoire.

Conflits d'intérêts omis des rapports

En outre, de 2006 à 2017, la Finra a constaté que Credit Suisse avait publié plus de 20'000 rapports de recherche contenant des informations inexactes sur des conflits d'intérêts potentiels et plus de 6000 rapports de recherche qui omettaient des informations obligatoires. Credit Suisse a notamment omis de mentionner que les sociétés faisant l'objet des rapports de recherche avaient été ses propre clients aux cours des mois précédent les publications.

Enfin, le gendarme financier a constaté que Credit Suisse n'avait pas conservé plus de 18,6 milliards d'enregistrements dans un format conforme aux exigences.

Credit Suisse a accepté les conclusions de la Finra sans les admettre ni les nier, précise le communiqué.

Interrogée par AWP, une porte-parole de la banque a indiqué que celle-ci était "satisfaite que cette affaire soit désormais réglée". "La banque a pleinement collaboré avec la Finra et résolu les problèmes qui provenaient principalement d'erreurs de codage dans les systèmes de Credit Suisse", a-t-elle indiqué dans une prise de position.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Endress+Hauser ouvre un bureau de distribution à Bussigny

Publié

le

Le spécialiste bâlois des techniques de mesure et d'automation Endress+Hauser a ouvert en janvier un bureau de distribution à Bussigny (VD) (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Le spécialiste des techniques de mesure et d'automation Endress+Hauser a ouvert en janvier un bureau de distribution à Bussigny. L'entreprise y occupera dix collaborateurs, selon un communiqué du groupe bâlois publié jeudi.

Les employés auront pour tâche d'aider les clients à améliorer les produits et les processus de fabrication, a encore fait savoir l'entreprise. Elle réagit également à la forte croissance du marché en Suisse romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

L'OCDE optimiste pour les perspectives de croissance de la Suisse

Publié

le

La levée des principales restrictions sanitaires ont dissipé une bonne partie des nuages qui encombraient l'horizon des entreprises helvétiques. (archive) (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'OCDE est optimiste pour la croissance économique de la Suisse, estimant que le pays est parvenu à surmonter la pandémie de coronavirus sans trop de dégâts.

Des risques subsistent cependant dans les secteurs financier et de l'immobilier. La Confédération peut mieux faire en matière d'environnement et de parité, a estimé l'institution internationale.

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a nettement revu à la hausse ses prévisions de croissance pour la Suisse dans sa nouvelle étude économique sur le pays. Elle anticipe désormais un produit intérieur brut (PIB) en progression de 3,5% en 2021, contre +2,9% dans ses précédentes estimations. En 2020, la croissance avait chuté de 2,6% sous l'impact de la pandémie.

L'institution a par contre laissé inchangées ses projections pour 2022 à +3,0% et table désormais pour l'année suivante sur +1,8%.

"Les principales restrictions imposées à la vie économique ont en grande partie été levées au cours de l'année 2021, stimulant l'activité économique", a résumé l'OCDE dans son étude.

Cette dernière cite des entreprises compétitives à l'international, une main-d'oeuvre hautement qualifiée et le poids relativement modeste des activités d'hébergement et de loisirs dans l'ensemble de l'activité comme facteurs ayant contribué à atténuer les retombées négatives de la pandémie de coronavirus.

"L'économie suisse a fait preuve d'une forte résilience durant la pandémie", a estimé le secrétaire général de l'OCDE, Mathias Cormann, lors d'une conférence de presse. Selon ce dernier, le PIB helvétique a déjà renoué avec ses niveaux d'avant la crise pandémique au premier semestre 2021. Mais améliorer le taux de vaccination de la population "demeure une très importante priorité afin d'assurer une solide reprise", a-t-il souligné.

L'inflation devrait également rester contenue. Après une progression de 0,6% en 2021, le renchérissement des prix à la consommation devrait monter à 1,1% cette année, avant de refluer à 0,8% la suivante. On est bien loin des 5,4% sur un an enregistrés en décembre au Royaume-Uni et des 5% dans la zone euro.

Tourisme et événementiel durement touchés

Le ministre de l'économie Guy Parmelin a pour sa part souligné que les mesures prises par la Suisse, notamment avec les indemnités en cas de réduction de l'horaire de travail, se sont traduites "par un ralentissement économique moins important en comparaison avec d'autres pays de l'OCDE".

"Il est réjouissant d'entendre que nous avons su prendre les bonnes décisions, mais il est clair que la crise n'est malheureusement pas encore terminée, la vague actuelle et le nouveau variant du virus l'ont bien montré", a averti le conseiller fédéral.

Le chef du Département de l'économie, de la formation et de la recherche a noté que "certains domaines et entreprises ont été beaucoup plus touchés par la crise que d'autres" comme le tourisme et l'événementiel. "Le défi consiste maintenant à continuer à soutenir les branches fortement touchées par la crise et les groupes de personnes vulnérables, sans pour autant retarder les changements structurels de l'économie", a-t-il ajouté.

Le Conseil fédéral a ainsi mis en place un programme de relance pour le tourisme et a temporairement étendu la promotion de l'innovation pour les PME.

Important écart de salaires

Des risques subsistent cependant, notamment dans le secteur financier. Pour l'OCDE, "le caractère approprié des volants de fonds propres et de liquidités du système financier suisse ont contribué à la stabilité", mais "plusieurs institutions prises individuellement risquent de voir leurs fonds propres s'épuiser en cas de choc négatif".

Les économistes craignent que "des défauts de paiement et des corrections de marché puissent se concrétiser plus tard (...), lorsque les aides massives des pouvoirs publics, en Suisse et à l'étranger, auront été supprimées".

Quant au marché immobilier résidentiel, les déséquilibres ont continué de s'y accumuler.

Hormis l'économie, l'OCDE s'est également intéressée à d'autres sujets. Elle estime ainsi qu'en matière de réduction des gaz à effet de serre, la Suisse "n'a pas encore adopté des mesures suffisantes pour y parvenir", bien qu'elle se soit fixé l'objectif de réduire à zéro ses émissions nettes de gaz à effet de serre d'ici 2050.

L'écart "considérable" de rémunération entre hommes et femmes constitue également une préoccupation.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Soupçon d'entente dans le domaine de l'entretien des routes

Publié

le

Les limiers fédéraux de la concurrence suivent la piste d'un cartel romand de l'entretien des routes. (archive) (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Commission de la concurrence (Comco) a ouvert une enquête pour faire la lumière sur d'éventuelles ententes entre sociétés dans le domaine de l'entretien des routes. Le régulateur a effectué des perquisitions auprès de plusieurs entreprises romandes.

Le gendarme de la concurrence "dispose d'indices selon lesquels quatre entreprises des cantons de Fribourg, du Jura, de Neuchâtel et de Vaud auraient conclu des accords de soumission", a précisé la Comco jeudi dans un communiqué. Les noms des sociétés concernées n'ont pas été dévoilés.

Les firmes incriminées "sont soupçonnées d'avoir coordonné leurs offres et prix pour des adjudications publiques pendant plusieurs années" dans le domaine de l'entretien routier, a poursuivi la Comco.

L'enquête devrait durer environ deux ans.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

La journée va être éprouvante : vous allez devoir changer vos méthodes de travail et réviser vos jugements… Pas simple !

Les Sujets à la Une

X