Rejoignez-nous

Suisse

Stadler débutera sa production au Kazakhstan dès l'année prochaine

Publié

,

le

Fin 2022, Stadler Rail a annoncé une commande d'une valeur de 2,3 milliards d'euros au Kazakhstan (archives). (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Stadler Rail, qui a décroché une grosse commande au Kazakhstan en décembre, devrait être en mesure d'effectuer les premières livraisons à la société locale de chemins de fer (KTZ) en 2025 à partir de l'usine acquise, qui devra entre-temps être remise en état.

La production devrait débuter à l'été 2024 et la première livraison est attendue pour fin 2025, a indiqué vendredi à AWP un porte-parole de l'industriel de Bussnang. "Pour l'heure, nous anticipons un effectif de près de 400 collaborateurs en période de pointe", c'est-à-dire à partir de 2026.

Mais avant de pouvoir débuter la production, le constructeur de matériel roulant va devoir rénover entièrement l'usine Tulpar, dont Astana cherchait à se défaire depuis longtemps et qui à en croire le portail d'information Orda, est en train de vendre ses actifs industriels sur internet, des pièces détachées aux machines-outils, "en passant par les disques de meulage et les porte-serviettes".

Interrogé sur le volume d'investissement nécessaire à la remise en état de l'usine, le porte-parole de Stadler a articulé un "montant en millions à un chiffre", sans plus de précisions.

Mi-décembre, le groupe avait annoncé une commande de KTZ d'une valeur de 2,3 milliards d'euros pour la livraison de 537 wagons-lits d'ici 2030, ainsi que des services de maintenance pour une période de 20 ans.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hockey

Le LHC déjà dos au mur ?

Publié

le

Connor Hughes sera forcément sous pression jeudi soir lors de l'acte II (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Lausanne n'a pas créé la surprise dans l'acte I de la finale de National League mardi, malgré un départ idéal avec une ouverture du score dans le premier tiers.

Battu 2-1 sur la glace des Zurich Lions, le LHC se doit de réagir devant son public jeudi dès 20h.

Le capitaine Michael Raffl et ses équipiers devront se montrer plus efficaces que lors du match no 1. Après avoir exploité un "power play" à la 15e minute grâce à Damien Riat, ils n'ont notamment pas su profiter d'une nouvelle supériorité numérique au début du deuxième tiers alors qu'ils menaient encore 1-0.

Les Zurich Lions, forts de leurs 9 succès en 9 matches joués dans ces play-off, paraissent de plus en plus sereins. Ils font payer la moindre erreur à leurs adversaires, et Lausanne en a fait la cruelle expérience avec ces deux buts encaissés en un peu plus de trois minutes à la mi-match.

Dominé mardi, le "Z" a encore une fois fait parler sa force tranquille. Simon Hrubec a livré la marchandise devant le filet zurichois, avec 34 arrêts, et Derek Grant devant le but adverse, avec son 9e but dans ses play-off pour le 2-1 victorieux. Côté lausannois, on espère un retour du défenseur suédois Christian Djoos, malade et forfait pour le match no 1.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Pas de millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Lors du prochain tirage samedi, 12,5 millions de francs seront en jeu. (image symbolique) (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto mercredi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher les numéros 1, 12, 22, 29, 30 et 37. Le numéro chance était le 4, le rePLAY le 3 et le Joker le 125699.

Lors du prochain tirage samedi, 12,5 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

https://jeux.loro.ch/games/swissloto/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

En appel, l'ex-secrétaire général réfute tout enrichissement

Publié

le

L'affaire de l'ancienne Fondation de Beaulieu à Lausanne et de son ex-secrétaire général, qui n'a cessé de se dégonfler et a même abouti à un acquittement, aujourd'hui rejugé en appel, ne concerne qu'une petite partie de la vraie débâcle financière du Palais de Beaulieu (archives). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

L'affaire de l'ancienne Fondation de Beaulieu à Lausanne a rebondi mercredi en appel au Tribunal cantonal. Acquitté en première instance en août dernier, son ex-secrétaire général s'est à nouveau défendu de tout enrichissement personnel. Le parquet, lui, demande cette fois huit mois de prison avec trois ans de sursis pour gestion déloyale aggravée.

Le Ministère public vaudois avait initialement requis dix mois de prison avec trois ans de sursis, mais le Tribunal d'arrondissement de La Côte à Nyon avait blanchi Marc Porchet pour ce seul chef d'accusation retenu. Il avait jugé qu'il n'y avait pas eu de "système Porchet", dans ce qui ne concerne qu'une petite partie de la débâcle financière du Palais de Beaulieu à Lausanne, soit six cas de refacturations.

Ses trois juges avaient même estimé qu'il y avait "une absence d'intention" de celui qui avait à l'époque une double casquette (secrétaire général de la Fondation et patron de sa fiduciaire mandatée). Le tribunal correctionnel de Nyon s'était aussi dit convaincu qu'il n'était "pas mû par un enrichissement illégitime".

Aucune faute pénale donc, mais les juges avaient retenu une "faute civile", de l'ordre de 84'000 francs, concernant les marges bénéficiaires "importantes" dans lesdites refacturations.

"Je déplore me retrouver seul"

Toutes les parties ont fait appel contre ce jugement. Le Ministère public veut remettre le curseur sur l'élément subjectif, soit la question de l'intention de la gestion déloyale. La partie plaignante - la Fondation Beaulieu aujourd'hui dissoute - souhaite obtenir une révision à la hausse du montant de l'indemnité à la charge du prévenu. La défense, elle, conteste la faute civile et les conclusions allouées à la partie plaignante".

Mercredi, Marc Porchet a redit avoir "essayé de faire du mieux possible". "Je m'excuse si je n'ai pas fait toujours tout juste ou de manière assez précise. Mais je n'ai jamais cherché à nuire ni à m'enrichir. Je me suis investi sans compter", a-t-il affirmé, estimant avoir toujours fait preuve de loyauté, valeur cardinale à ses yeux.

Aujourd'hui "surendetté" à hauteur de 700'000 francs, il s'est dit "effaré de voir que personne ne cherche à savoir où sont passés les millions de perte" de la vraie débâcle de Beaulieu. "Je déplore me retrouver seul" devant la justice.

"On se trompe de cible"

Son avocat, Me Stefan Disch, a plaidé à nouveau l'acquittement. Il a redit que son client n'était pas responsable de la déconfiture de Beaulieu. "On se trompe de cible, d'homme et sur la qualité de l'homme. La Fondation, c'était toute sa vie. Pas un instant il a été agi dans une perspective déloyale de profit à tout prix".

Il est revenu sur la genèse des premiers soupçons à l'encontre de M. Porchet sur la base de "l'audit bâclé" commandé par la Ville de Lausanne. Puis il a vertement critiqué le communiqué de presse de décembre 2017 du Conseil d'Etat annonçant le dépôt d'une plainte pénale pour malversation, articulant un montant de 27 millions de francs.

"C'est monstrueux, c'étaient des mensonges éhontés. Les faits de cette plainte sont absolument faux. M. Porchet paie le prix de ce crime de dénonciation calomnieuse depuis bientôt sept ans", a affirmé Me Disch.

Il a repris sinon dans les grandes lignes sa défense de première instance, rappelant que le tarif horaire de refacturation de 135 francs était modeste et que les marges bénéficiaires l'étaient aussi au regard des risques entrepreneuriaux pris par son client, des charges d'infrastructures à intégrer et du contexte de surcharge de travail.

"Voulue et cultivée"

Le procureur François Danthe, a, lui aussi, repris ses principaux arguments, à savoir la "double casquette porteuse d'un conflit d'intérêts patent", la "confiance trahie" envers la Fondation Beaulieu et la "gestion dysfonctionnelle".

"M. Porchet a agi de façon intentionnelle, mû par une volonté de s'enrichir personnellement", a-t-il réaffirmé. Selon lui, la structure de la gestion complexe de Beaulieu était "organisée, recherchée, voulue et cultivée".

Le verdict de la Cour d'appel du Tribunal cantonal est attendu dans les cinq jours.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Fin du droit de recours pour les projets de moindre importance

Publié

le

Philipp Matthias Bregy (Centre/VS) vise avec son projet à éviter qu'une demande de construire un logement déposée par un simple privé ne se voie confrontée au recours d'une organisation environnementale (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Les organisations environnementales ne doivent pas pouvoir faire recours contre des projets de construction de logements de petite et moyenne importance. Le National a adopté mercredi par 113 voix contre 72 un projet de commission. Le dossier part au Conseil des Etats.

Faisant suite à une initiative parlementaire de Philipp Matthias Bregy (Centre/VS), le projet vise à éviter qu'une demande de construire un logement déposée par un simple privé ne se voie confrontée au recours d'une organisation environnementale. Cela crée une situation déséquilibrée dans les moyens pouvant être engagés dans la procédure, selon le Valaisan.

Le droit de recours des organisations ne doit donc pas s'appliquer aux projets de constructions situés dans une zone à bâtir d'une surface de plancher inférieure à 400 m2.

La gauche et le PVL ne voulaient pas entrer en matière, relevant l'importance du droit de recours des organisations pour protéger l'environnement et le patrimoine. Lors du débat de détail, ils ont tenté en vain de faire passer des limitations moins strictes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Des instants précieux vous attendent en compagnie de personnes que vous aimez beaucoup. Moments qui seront une véritable bouffée d'air frais loin des soucis.

Les Sujets à la Une

X