Rejoignez-nous

Suisse

Sulzer vend ses activités en Russie et quitte le pays

Publié

,

le

Sulzer va entreprendre avec effet immédiat la cession de ses filiales en Russie où il est présent depuis plusieurs décennies et emploie 300 collaborateurs. (archives) (© KEYSTONE/MELANIE DUCHENE)

Sulzer quitte la Russie. Le groupe industriel de Winterthour a décidé d'entreprendre avec effet immédiat la cession de ses filiales dans le pays dans lequel il est présent depuis plusieurs décennies, y employant 300 collaborateurs. Aucun détail financier n'a filtré.

"Le conseil d'administration regrette la nécessité de cette décision après des décennies d'activité en Russie", écrit mardi l'entreprise zurichoise dans un communiqué. Mais après avoir soigneusement examiné les options possibles, le retrait et la cession des activités représente la meilleure solution pour toutes les parties prenantes.

Sulzer assure ses 300 collaborateurs du meilleur soutien possible dans le cadre du processus de cession. La semaine dernière, le groupe industriel avait indiqué que ses activités en Russie représentaient 2,7% du chiffre d'affaires total de 2021. Les commandes se sont effondrées dans ce marché de 80% au premier trimestre en comparaison annuelle.

Sanctionné en Pologne

La société avait indiqué début avril se tenir prête à suspendre ses activités si les sanctions venaient à être renforcées. Sulzer fournit des produits nécessaires au fonctionnement d'infrastructures cruciales, telles que l'acheminement de l'électricité et l'approvisionnement en eau.

Jeudi dernier, Sulzer a aussi fait part de la fermeture de ses deux sites en Pologne, le pays ayant inscrit l'entreprise sur sa liste de sanctions en raison de son actionnaire de référence, l'oligarque russe Viktor Vekselberg, lequel détient 49% des parts de l'entreprise via Tiwel Holding. Les deux filiales locales, Sulzer Pumps Wastewater Poland et Sulzer Turbo Services Poland, sont fermées avec effet immédiat.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Université de Lausanne: mieux comprendre les enjeux du numérique

Publié

le

Les événements se tiennent en ville ou sur le site de l'UNIL (Image prétexte). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

L'Eprouvette, le Laboratoire Sciences et société de l'Université de Lausanne (UNIL), a concocté un nouveau programme de médiation scientifique dédié aux cultures numériques. Le grand public et les écoles sont conviés à des ateliers, des conférences, des cours publics ou encore des repas avec des scientifiques et des experts du digital.

Ces événements se tiennent dès octobre et sont programmés à la fois à l'UNIL et en ville, annonce lundi l'Eprouvette. Au programme: des sujets variés comme apprendre les bases de la programmation d'un jeu vidéo, discuter du stockage et des risques liés aux banques de données en ligne ou encore s'interroger sur l'impact de notre consommation numérique sur l'environnement.

Six ateliers sont offerts aux gymnases et aux écoles professionnelles du canton. Il est notamment proposé aux enseignants d'intégrer le jeu vidéo dans le programme scolaire pour mieux comprendre l'écriture et la narration, ou pour parler d'écologie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Les Suisses invités à observer les migrateurs ce week-end

Publié

le

A l'image des hirondelles, des milliards d'oiseaux s'envolent actuellement en direction du sud pour y passer l'hiver (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP/ROTHERMEL)

Birdlife international et les associations ornithologiques invitent le grand public à observer la migration de milliards d'oiseaux ce week-end. Des stands d'observations se dresseront dans plus de 50 endroits de Suisse les 1er et 2 octobre.

"Dans la perception publique, les changements liés au climat passent presque aussi inaperçus que les mouvements aériens de milliards d'oiseaux", indique lundi BirdLife Suisse dans un communiqué. "Avec l'EuroBirdwatch, les journées internationales des oiseaux migrateurs, BirdLife International veut attirer l'attention sur la migration des oiseaux ainsi que sur leurs besoins et les menaces qui pèsent sur eux."

A cette occasion, des événements auront lieu ce week-end dans près de 45 pays. En Suisse, une cinquantaine de stands seront mis sur pied. Organisés par les sections locales de BirdLife et d'autres associations ornithologiques, "ils permettront également d'identifier et de compter les oiseaux de passage."

Selon BirdLife, le changement climatique affecte déjà un tiers des espèces menacées dans le monde. Une étude bibliographique de BirdLife International montre que près d'un quart des 570 espèces d'oiseaux étudiées sont négativement affectés par le changement climatique et seulement 13% connaissent des répercussions positives.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Le prix du gaz chute fortement en Europe

Publié

le

Malgré l'accalmie sur le marché du gaz naturel, les tarifs du TTF sont encore six fois plus élevés en moyenne, en raison de craintes sur des difficultés d'approvisionnement. (archives) (© KEYSTONE/EPA ANP/SEM VAN DER WAL)

Le prix du gaz naturel en Europe chutait lundi midi brièvement sous la barre des 170 euros, un plus bas en deux mois, le marché étant rassuré par les afflux abondants de gaz naturel liquéfié (GNL) avant le début de l'hiver.

Peu avant 13h00, le TTF ("Title Transfer Facility") néerlandais, référence du marché européen sur le marché du gaz naturel, s'établissait à 171 euros le mégawattheure (MWh). Le repli de ce contrat atteignait 7,9% en 24 heures, 7,0% sur une semaine et 37,8% sur une base mensuelle. Sur un an, la progression s'établit cependant toujours à 121,6%.

Les analystes de Trading Economics expliquent cette baisse par "l'offre abondante en GNL, notamment en provenance des Etats-Unis, qui permet aux pays de remplir leurs stocks en prévision de l'hiver". Les sites de stockages sur le Vieux continent sont ainsi remplis à environ 90%, ont-ils précisé. S'ajoutent à cela les interventions des autorités publiques pour limiter l'envolée des prix de l'énergie.

Malgré cette accalmie, les tarifs du TTF sont encore six fois plus élevés en moyenne, en raison de craintes sur des difficultés d'approvisionnement.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Manifestation à Berne contre la hausse de l'âge de la retraite

Publié

le

En marge de leur protestation contre la hausse de l'âge de la retraite, les manifestantes ont annoncé la grève des femmes le 14 juin prochain (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Plusieurs centaines de femmes se sont réunies lundi à la mi-journée à Berne pour protester contre la hausse de l'âge de la retraite. Le "oui" dimanche du peuple suisse constitue "un grand pas en arrière en matière d'égalité", ont-elles dénoncé.

Les Femmes socialistes et leurs co-présidentes, Tamara Funiciello et Martine Docourt, ont appelé à cette action sur la place de la gare. Il n'est pas anti-démocratique de manifester contre un résultat de votation, a lancé Tamara Funiciello à la foule. Ce qui est anti-démocratique, c'est plutôt que l'égalité inscrite depuis 40 ans dans la Constitution ne soit toujours pas appliquée.

"Ce qui a été décidé hier est une honte", s'est exclamée la Bernoise. L'action de protestation de lundi est "la première déclaration de guerre à l'intention des hommes blancs, riches et âgés" qui ont décidé que les femmes devaient travailler plus longtemps, a-t-elle ajouté.

Résultat serré

"Les femmes portent cette société gratuitement", a poursuivi Tamara Funiciello. Les politiques ont visiblement oublié la dernière grande grève des femmes de 2019 et ses revendications. Il est temps de leur rafraîchir la mémoire, a-t-elle ajouté.

"Nous ferons grève le 14 juin 2023", indiquait une banderole des manifestantes. "Nous sommes là, nous sommes bruyantes, parce que vous nous volez nos rentes" scandait la foule après l'intervention de Mme Funiciello.

Pour la première fois depuis 25 ans, une grande réforme de l'AVS a été acceptée dimanche de justesse par le peuple suisse. Avec 50,6% de oui, il a été décidé d'augmenter de l'âge de la retraite des femmes de 64 à 65 ans, et ainsi donc de l'aligner sur celui des hommes. En outre, dès 2024, la taxe sur la valeur ajoutée sera augmentée de 0,4 point de pourcentage, à 8,1% en faveur de l'AVS.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

A Lausanne, la liste des blessés s'allonge

Publié

le

L'entraîneur du Lausanne HC, John Fust a des soucis pour composer son équipe. (© KEYSTONE/Alessandro Crinari)

Lors de chaque saison, les clubs doivent composer avec des joueurs blessés. En ce début de saison, c'est à Lausanne que l'infirmerie se remplit après chaque match.

Ouverture de la saison contre Bienne, Emilijus Krakauskas doit quitter rapidement ses coéquipiers. Quelques jours plus tard, il explique sur Instagram que sa saison est terminée. Le soir d'après à Davos, c'est Michael Raffl qui ne termine pas le match en raison d'une blessure à un pied qui va le tenir éloigné de la glace quelques semaines.

A Lugano samedi soir, Andrea Glauser s'est fracturé la cheville et en a pour six semaines. Très bon devant la cage, Ivars Punnenovs est lui aussi annoncé blessé lors de la défaite de dimanche soir contre Zurich. Pièce maîtresse du LHC, Jiri Sekac n'a de son côté pas pu finir la rencontre et sa disponibilité pour le match de mardi face à Rapperswil n'est pas encore connue.

A cette liste s'ajoute l'absence depuis le début de la saison de Tim Bozon, ainsi que la suspension de Miika Salomäki et la maladie de Ronalds Kenins!

Comme un parasite

Il y a dix jours, le contingent pléthorique du LHC suscitait quelques moqueries. De nombreuses personnes se demandaient s'il était possible d'aligner six lignes en attaque. Aujourd'hui la situation a bien changé et John Fust ne serait pas contre un rapatriement de Guillaume Maillard, prêté à Bienne jusqu'au début du mois de novembre. Sauf que l'attaquant vaudois, auteur de deux buts en deux matches, ne peut pas revenir avant, même en cas de situation exceptionnelle.

Cette situation exceptionnelle, justement, va de pair avec le sport professionnel. Et comme bien souvent, ce sont les Américains qui savent trouver la meilleure formule. Aux Etats-Unis, on parle "d'injury bug", soit un insecte qui viendrait parasiter le vestiaire en faisant tomber les athlètes...comme des mouches.

Du côté des joueurs lausannois, point de fatalisme ni d'excuses. "Oui, ça peut expliquer cette baisse de niveau durant le match de dimanche, ce sont des joueurs importants qui manquent, a relevé Jason Fuchs. Mais au final on a une assez bonne équipe pour battre n'importe quel adversaire avec notre contingent, donc ce n'est pas une excuse. Mais c'est sûr que ça fait un petit quelque chose et tu veux aussi te battre pour eux."

La faute à pas de chance#?

Habituel partenaire d'Andrea Glauser, Joël Genazzi va devoir se trouver un nouveau "copain de cortège" pour les six semaines à venir: "C'est clair que Glauser, tu ne le remplaces pas. C'est un bon joueur. Mais tous les clubs perdent des joueurs, il ne faut pas chercher des excuses mais trouver des solutions. On n'a pas eu d'entraînement entre les deux matches de samedi et dimanche, donc on n'a pas pu s'adapter. Mais on a fait la préparation et on a changé les paires. Ce n'est donc pas aussi grave que certains pourraient le penser. On est des professionnels, on sait comment les autres jouent donc ça devrait aller."

Si par définition on impute ces problèmes de blessures à la malchance, on peut aussi y regarder de plus près et voir que les blessures de Glauser et Sekac sont intervenues sur des tirs bloqués. Quintessence du don de soi et de la solidarité, le "block shot" implique un bon timing pour ne pas finir avec le corps violenté par le caoutchouc. Or en regardant les deux actions des joueurs lausannois, on s'aperçoit qu'ils sont arrivés avec un peu de retard et une technique déficiente. Peut-être en raison d'une certaine fatigue.

Ce qui est certain, c'est que John Fust ne peut pas se permettre de perdre deux joueurs par rencontre. Espérons que Lausanne déniche un puissant insecticide pour chasser ce très ennuyeux parasite...

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X