Rejoignez-nous

Suisse

Travail à temps partiel: les rôles traditionnels ont la peau dure

Publié

,

le

Un sondage vient conforter les stéréotypes, qui ont la peau dure. (© KEYSTONE/CHRISTOF SCHUERPF)

Selon un sondage sur le travail à temps partiel, une majorité des personnes interrogées est encore attachée au rôle de l'homme comme pourvoyeur principal de la famille. A gauche, on préfère une répartition égalitaire du travail rémunéré.

Pour les personnes interrogées, le taux de travail idéal pour un père qui a des enfants scolarisés est de 80%, peut-on lire lundi dans le sondage de l'institut privé Sotomo. Pour les mères, le pourcentage idéal est de 60% aux yeux des femmes interrogées. Les hommes le situent eux à 50%.

Répartition égalitaire du travail rémunéré

Les personnes diplômées de l'enseignement supérieur, les jeunes, ainsi que les personnes plus proches des partis de gauche, préfèrent une répartition égalitaire du travail rémunéré.

Dans la pratique, les mères d'enfants à charge travaillent en moyenne à 55%, les pères à 91%. Les couples et les parents proches des partis de gauche ne travaillent pas moins que ceux proches de l'UDC. De même, les personnes proches de l'UDC ont indiqué le taux d'occupation le plus bas (56%) dans le cas où elles seraient financièrement à l'abri du besoin.

Toutefois, sur cette question, les différences entre les camps politiques sont relativement faibles - en moyenne, les personnes interrogées souhaiteraient travailler trois jours par semaine si l'argent ne jouait aucun rôle.

Positions contradictoires

Dans l'ensemble, les auteurs de l'étude ont constaté chez les personnes interrogées "un champ de tensions considérable" concernant leur attitude vis-à-vis du travail à temps partiel. Ainsi, une majorité est d'avis qu'en raison de la pénurie de main-d'½uvre qualifiée, il faudrait en fait travailler davantage. De même, plus de deux tiers des personnes interrogées estiment "qu'en Suisse, nous travaillons trop".

Cette tension conduit à des revendications politiques apparemment contradictoires. Ainsi, les personnes interrogées sont majoritairement favorables à une place de crèche garantie pour tous et à un soutien financier des parents qui gardent eux-mêmes leurs enfants. "La population se prononce en faveur du soutien des familles, indépendamment de l'effet sur la participation au marché du travail", écrivaient les auteurs de l'étude.

Ces derniers interprètent également comme favorable aux familles le net oui à la semaine de quatre jours : environ deux tiers des personnes interrogées soutiennent une telle réduction de la semaine de travail régulière.

La pression sur les mères passe mal

Selon l'étude, l'exigence récemment accentuée de faire face à la pénurie croissante de main-d'½uvre qualifiée en augmentant le taux d'activité des mères a du mal à passer. Il s'agirait même du groupe que les personnes interrogées mettraient en dernier lieu à contribution.

En revanche, les personnes travaillant à temps partiel et sans enfant suscitent certaines réserves. Ainsi, près de 50% des sondés sont d'avis que les travailleurs à temps partiel sans enfant devraient augmenter leur taux d'occupation afin de contrecarrer la pénurie de main-d'½uvre qualifiée.

En outre, une nette majorité s'est prononcée pour que les travailleurs à temps partiel qui gagnent en réalité bien leur vie n'aient pas droit à des avantages, par exemple en ce qui concerne les frais de garderie ou les primes d'assurance maladie.

Dans le cadre de l'étude, plus de 2000 personnes ont été interrogées à la fin de l'an dernier. Les résultats sont représentatifs pour la population qui parle les langues nationales en Suisse alémanique et en Suisse romande.

L'étude a été réalisée par l'institut de recherche privé Sotomo en collaboration avec l'initiative geschlechtergerechter.ch. Cette organisation veut lancer un débat non dogmatique sur les questions de genre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Le FC Sion brise une malédiction de 28 ans

Publié

le

La joie d'Ilyas Chouaref après son but qui donne la victoire au FC Sion. (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Le FC Sion n’a pas raté son grand retour en Super League. Il s’est imposé 2-1 à Berne face aux Young Boys pour briser une malédiction vieille de 28 ans.

Il fallait, en effet, remonter à 1996 pour retrouver la trace d’un succès des Sédunois en championnat sur terre bernoise. Celui de ce dimanche 21 juillet désormais historique a été acquis sur des réussites de Dejan Djokic (39e) et d’Ylyas Chouaref (66e) qui ont répondu à l’ouverture du score de Silvère Ganvoula à la 16e. Même si les faits de jeu lui ont été favorables – on pense au poteau de Filip Ugrinic à la 56e et à l’expulsion de Jaouen Hadjam à la 59e -, le FC Sion n’a rien volé. Avec une seule recrue – Djokic – titularisée au coup d’envoi, il a témoigné du même état d’esprit que la saison dernière. L’humilité a bien chassé le bling bling.

Champions en titre, les Young Boys songeaient sans doute à une autre issue pour la grande première de Patrick Rahmen à la tête de l’équipe. Mais le nouvel entraîneur a pu mesurer toute la fragilité de sa défense, avec un axe central bien léger composé de Sandro Lauper et d’Anel Husic. Il a été, par ailleurs, "trahi" par son capitaine David von Ballmoos dont la responsabilité est largement engagée sur l’égalisation sédunoise. On peut se demander peut-être si le choix de pousser Anthony Racioppi vers la porte de sortie est vraiment fondé.

Mais le coaching de Patrick Rahmen ne fut également pas le plus avisé. Pourquoi n’a-t-il pas remplacé à la pause Hadjam qui était sous la menace d’un second carton jaune et qui a donné très vite des signes d’irascibilité ? A onze contre dix, le FC Sion n'a pas manqué l'aubaine pour signer cette victoire qui lance d'une manière idéale sa saison.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Matteo Berrettini double la mise

Publié

le

Matteo Berrettini: une finale expéditive pour un deuxième titre à Gstaad. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Matteo Berrettini (ATP 82) est à nouveau le roi de Gstaad. Six ans après la victoire qui a véritablement lancé sa carrière, le Romain s’est à nouveau imposé dans l’Oberland.

Il a battu 6-3 6-1 Quentin Halys (ATP 192) en moins d’une heure de jeu dans une finale interrompue plus d’une demi-heure par la pluie. Matteo Berrettini a enlevé dix des onze derniers jeux de cette partie pour cueillir le neuvième titre de sa carrière, son deuxième en 2024 après son succès en avril à Marrakech. Cette victoire dans l’Oberland permet à l’ancien no 6 mondial de figurer à nouveau parmi les cinquante premiers du classement de l’ATP. Longtemps freiné par des blessures, il semble en mesure de retrouver très vite les sommets.

Victorieux vendredi de Félix Auger-Aliassime et samedi de Stefanos Tsitsipas, Matteo Berrettini s’avançait comme le grandissime favori de cette finale. Après avoir écarté trois balles de 4-2 dans un jeu au cours duquel il fut mené 0-40, l’Italien a livré un véritable cavalier seul. Issu des qualifications, Quentin Halys n’a pratiquement opposé plus aucune résistance après avoir concédé le premier break à 3-3.

Avec 51 jeux de service remportés sur les 52 qu’il a livrés lors de ses cinq matches, Matteo Berrettini a fait parler la poudre dans ce Swiss Open. Seul le Colombien Daniel Galan, en huitième de finale, est parvenu à ravir le service de l’Italien qui excelle vraiment dans les conditions de l’altitude. A Gstaad, il n’a, ainsi, concédé qu’une seule défaite en trois participations, en 2022 face à Casper Ruud dans une finale qui lui avait longtemps tendu les bras.

undefined

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Deux personnes se noient dans des lacs zougois

Publié

le

Les eaux des lacs du canton de Zoug peuvent se révéler dangereuses : deux personnes se sont noyées samedi (phto prétexte). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Deux personnes décédées ont été repêchées dans les eaux zougoises en l'espace de deux heures samedi après-midi. Un homme sans vie a été retrouvé dans un établissement de bains à Oberägeri et une femme morte dans le lac de Zoug à Hünenberg See, a indiqué la police.

Le corps de l'homme a été découvert samedi en début d'après-midi par des nageurs près de l'Ägeribad, à quelques mètres de la rive, a indiqué dimanche midi la police cantonale zougoise. L'homme a ensuite été ramené sur la terre ferme et réanimé par des particuliers et un maître-nageur. Les mesures de réanimation n'ont pas permis de sauver l'homme.

A 15h45, les forces d'intervention se sont rendues à Hünenberg See, où des badauds ont trouvé le corps sans vie d'une femme sur la rive du lac de Zoug. Le décès n'a pu être que constaté, a indiqué la police.

Les identités des personnes décédées n'étaient pas encore claires dimanche et faisaient l'objet d'une enquête complémentaire. Afin de déterminer la cause du décès, les deux corps ont été transportés à l'Institut de médecine légale de Zurich. Selon les investigations menées jusqu'ici par la police zougoise et le ministère public du canton de Zoug, rien n'indiquait dimanche après-midi qu'un tiers était intervenu.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Lausanne: dès vendredi, des films en plein air au parc de Milan

Publié

le

Le Jardin botanique servira de cadre à une partie des projections (image d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le cinéma en plein air "Les Toiles de Milan" revient dès vendredi pour une nouvelle édition au coeur de Lausanne. Les trois premières soirées se dérouleront au parc de Milan, les trois suivantes au Jardin botanique voisin.

Du 26 au 28 juillet, les cinéphiles ont rendez-vous au parc de Milan pour trois soirées combinant courts et longs-métrages inédits en salles en Suisse romande. Vendredi, "Hundreds of Beavers" ouvrira les feux, une comédie déjantée - en hommage au cinéma muet - où un trappeur doit affronter une armée de castors.

Du 29 au 31 juillet, le Jardin botanique servira de cadre aux projections, elles aussi précédées d'un court-métrage. Le lundi 29, un film d'animation documentaire est à l'affiche: "They Shot the Piano Player" raconte la vie d'une figure de proue de la bossa nova brésilienne dans les années 60 - le pianiste Francisco Tenório Jr. - puis sa disparition sous la dictature argentine.

En clôture, le 31 juillet, les organisateurs proposent "We are the Guardians" un documentaire sur les gardiens de la forêt amazonienne et leur lutte pour protéger leur terre et leur culture. La projection sera précédée d'une visite guidée du Jardin botanique.

Les projections débutent à 21h45. Le nombre de places est limité, mais la réservation n'est pas possible. L'entrée est libre. En cas de pluie, les films sont montrés à la Maison de quartier Sous-Gare.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Ce dimanche s'annonce des plus agréables en tous points. Votre esprit vif et votre humour sont de véritables passeports pour toutes les invitations !

Les Sujets à la Une

X