Rejoignez-nous

Suisse

Un Brunch à la ferme réduit fait le plein de visiteurs

Publié

,

le

En compagnie de Markus Ritter, le président de l'Union suisse des paysans et conseiller national (Le Centre), Karin Keller-Sutter a participé dimanche au brunch à la ferme dans une exploitation de Kleinwangen. (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Malgré la météo et le Covid-19, le Brunch à la ferme a connu un nouveau succès pour sa 29e édition. Dans un format réduit d'un tiers, pandémie oblige, plus de 200 exploitations ont fait le plein de public et accueilli deux conseillers fédéraux.

Le Brunch de cette année avait pour devise "petit par la taille, grand par le goût", écrit l'Union suisse des paysans (USP), organisatrice de l'événement, dimanche dans un communiqué. En raison de la pandémie de coronavirus et des mesures de protection, le nombre d’exploitations participantes s’est vu réduit d’à peu près un tiers.

Par conséquent, les places ont été prises d’assaut et de nombreuses fermes ont vite affiché complet. L'affluence a atteint quelque 70'000 personnes, a précisé à Keystone-ATS une porte-parole de l'USP.

Les buffets ployant sous des quantités de plats magnifiquement présentés ont charmé les papilles des invités, enthousiastes, précise l'USP. Quel meilleur préalable aux objectifs de l'événement: rapprocher ville et campagne et promouvoir la compréhension mutuelle.

Le président de la Confédération Guy Parmelin à Bouloz (FR) sous une pluie battante et la conseillère fédérale Kartin Keller-Sutter à Kleinwangen (LU) ont apporté le soutien de l'Etat aux agriculteurs en participant au brunch dimanche.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Culture

Le MEG met en scène le combat autochtone pour l'environnement

Publié

le

Les peuples autochtones protègent 80% de la biodiversité de la planète. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La nouvelle exposition du Musée d'ethnographie de Genève (MEG) intitulée "Injustice environnementale - Alternatives autochtones" se veut "engagée". Elle aborde la problématique du changement climatique à travers le regard d'artistes issus de populations autochtones.

Les peuples autochtones sont particulièrement vulnérables aux dégradations environnementales, souligne mercredi le MEG. Ils cultivent une étroite dépendance au milieu naturel pour leur subsistance et leur bien-être. D'un autre côté, ils ont aussi un rôle à jouer dans la recherche d'alternatives.

Leurs savoirs qui permettent, de génération en génération, de préserver la biodiversité, les écosystèmes, les sols et l'eau pourraient s'avérer précieux pour le reste de l'humanité. L'exposition montre comment ces sociétés défendent leur droit à disposer de leurs terres et à transmettre leurs connaissances.

De grandes responsabilités

Le visiteur est accueilli par une grande mappemonde qui indique la présence des peuples autochtones, éparpillés sur tous les continents. Réunis, tous ces peuples forment une population de 500 millions d'individus. Ensemble, ils protègent pourtant 80% de la biodiversité de la planète.

La particularité des peuples autochtones, que ce soit les Ts'msyen d'Alaska, les Amazighs du Maroc, les Anishinaabeg d'Amérique du Nord ou les Samis de Fenno-Scandinavie, est de réparer ce qui semble irréparable et de percevoir l'être humain comme lié au reste de la nature dans un équilibre fragile.

L'exposition du MEG s'est faite en collaboration avec des représentants des populations autochtones, qui ont pu activement participer aux processus décisionnels. "Injustice environnementale - Alternatives autochtones" se veut aussi écologiquement responsable, avec des décors et du mobilier conçus avec des matériaux recyclés.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Swiss desservira le même nombre de destinations qu'avant la crise

Publié

le

La fréquence des vols en revanche reste réduite, ce qui se traduit par une capacité équivalente à environ la moitié de celle d'avant la crise (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La compagnie aérienne Swiss desservira bientôt à nouveau 90 destinations, le même nombre qu'en hiver 2019, avant l'éclatement de la crise pandémique.

Dans son horaire d'hiver publié mercredi, le transporteur à croix blanche indique que 81 destinations seront desservies à partir de Zurich, et 26 depuis Genève. La fréquence des opérations en revanche reste réduite, ce qui se traduit par une capacité équivalente à environ la moitié de celle d'avant la crise.

Sur les vols au départ de Kloten, 21 seront des long-courriers. La filiale de Lufthansa a par ailleurs annoncé la reprise du vol Genève-New York à mi-décembre, à raison de quatre rotations hebdomadaires.

L'horaire d'hiver, qui couvre la période du 31 octobre 2021 au 27 mars 2022, a toutefois été séparé en deux phases, celle communiquée ce mercredi n'allant que jusqu'au 16 janvier. La deuxième partie devrait être publiée "dans le courant du mois d'octobre".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 1894 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Les appels à la vaccination sont maintenus au coeur de la 4e vague. (© KEYSTONE/AP/Armando Franca)

La Suisse compte mercredi 1894 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore cinq décès supplémentaires et 63 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 39'096 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,84%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 26'588, soit 307,56 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,82. Les patients Covid-19 occupent 26,9% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 75,70%.

Au total 10'236'498 doses de vaccin ont été administrées et 53,88% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 11'687'400 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 6'069'782 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 830'251 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 10'540'033 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'643 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 32'470.

Le pays dénombre par ailleurs 13'874 personnes en isolement et 14'822 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent NA autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Le Valais veut renforcer la maîtrise du vélo des 8-12 ans

Publié

le

Le Valais veut renforcer l'éducation routière et améliorer la maîtrise du vélo chez les 8-12 ans (archives). (© KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT)

Le Valais veut renforcer l'éducation routière et améliorer la maîtrise du vélo chez les 8-12 ans. Il lance en collaboration avec la Fédération cycliste valaisanne et le TCS Section Valais, le projet VELOVE qui sera intégré dans le programme scolaire.

Ce projet vise à promouvoir la mobilité douce et à s'assurer que les enfants qui s'aventurent en vélo sur les routes sont suffisamment formés et à l'aise, indique mercredi à Keystone-ATS Mathieu Vouillamoz, chef du groupe de la prévention routière au sein de la police cantonale. Actuellement, les élèves de 5H à 8H bénéficient d'une heure de prévention routière liée à la circulation à vélo par année dispensée par la police.

L'un des passages de cette dernière consiste à tester les capacités (tourner, freiner, lever un bras) des enfants sur un petit parcours, ajoute Mathieu Vouillamoz. Les parents reçoivent ensuite un petit compte-rendu détaillant si leur enfant peut aisément circuler sur la route ou s'il a besoin de plus d'entrainement.

"Lors de ces visites, nous avons constaté que les agents passaient parfois beaucoup de temps à expliquer comment faire du vélo, et moins sur les règles de circulation", note-t-il, relevant que le niveau des élèves peut être très différent d'une commune à une autre.

Cours avec des moniteurs

Le projet VELOVE vient répondre à ce problème. Dès cette année, les jeunes pourront ainsi travailler des exercices pratiques centrés sur l'agilité et l'équilibre grâce à des moniteurs de la Fédération cycliste valaisanne (FCVs) qui viendront avant la visite de la police. "On commence par détailler les règles de base comme l'importance du port du casque ou de la tenue vestimentaire, puis on passe à la pratique", explique Steve Morabito président de la FCVs, qui a déjà testé le projet dans sa phase-pilote l'année dernière.

Le cours dure entre 1h et 1h30. Durant ce laps de temps, les élèves font vraiment des progrès incroyables", ajoute-t-il. En amont, de cette mini-formation, un contrôle vélo sera organisé gratuitement par le TCS Section Valais. Cette offre déjà existante restera valable pour toutes les écoles, indépendamment de leur participation à VELOVE, note le canton du Valais dans un communiqué.

Une mallette pour les écoles

Outre la venue des moniteurs, les établissements scolaires "se verront remettre une mallette portable contenant le matériel nécessaire (mini-cônes, craies,...) pour créer un parcours d'entrainements vélo pour les élèves ainsi qu’un livret avec des exercices pédagogiques, développé en collaboration avec la HEP", explique Steve Morabito. Cette mallette mini-gymkhana, conçue par le TCS, permet aux institutrices et instituteurs d'aborder le sujet avec leurs élèves en classe ou durant les heures de gym.

Initié par le canton du Valais, en collaboration avec la FCVs et le TCS Section Valais, le projet VELOVE a pour but principal la maîtrise du vélo chez les élèves de 5H-6H ainsi que l’apprentissage des règles de la circulation routière et du balisage chez les élèves de 7H-8H. Le but est que toutes les classes puissent avoir accès au moins une fois à toutes les étapes.

Le projet, qui débute officiellement cette année, a obtenu un soutien financier pour sa réalisation dans le cadre de l’Agenda 2030 de développement durable du canton du Valais.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Evacuation des eaux: communes et canton pourraient mieux faire

Publié

le

La Cour des comptes a adressé une série de recommandations pour améliorer la gestion des eaux usées dans le canton de Vaud (Photo d'illustration © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La gestion de l'évacuation des eaux pourrait être améliorée dans le canton de Vaud. Un audit de la Cour des comptes recommande notamment une inspection plus régulière des canalisations et une accélération des projets régionaux de STEP.

La Cour des comptes s'est penchée sur un échantillon représentatif de Plans généraux d'évacuation des eaux (PGEE), issus de huit communes (Avenches, Bex, Lausanne, Morges, Premier, Puidoux, Vevey, Villars-le-Terroir) et trois associations intercommunales en Lavaux (ACPRS), dans le Vallon du Nozon (AIVN) et sur la Côte (APEC). Le rôle du canton a aussi été examiné. Et surprise, Vaud ne possède pas de vision globale, comme nous le confirme Guy-Philippe Bolay :

Guy-Philippe Bolay
Président - Cour des Comptes (VD)
Guy-Philippe BolayPrésident - Cour des Comptes (VD)

Il ressort de l'audit que "le rythme d'inspection des canalisations est trop bas" dans la plupart des communes, principalement pour des questions de coûts, relève le président de la Cour des comptes, Guy-Philippe Bolay, interrogé par Keystone-ATS.

Selon les recommandations de la branche, les canalisations publiques devraient être contrôlées tous les 10 à 15 ans. Or, sur les entités auditées, seules Morges et l'APEC respectent cette fréquence.

Le suivi des rejets dans les lacs et ruisseaux devrait également être renforcé. Il s'agirait de davantage contrôler, par exemple en cas de fortes pluies, d'éventuelles sources de pollution. Les plus petites communes sont aussi invitées à améliorer l'infiltration ou la rétention d'eau de pluie pour éviter que celle-ci n'inonde les canalisations, poursuit M. Bolay.

Guy-Philippe Bolay
Président - Cour des Comptes (VD)
Guy-Philippe BolayPrésident - Cour des Comptes (VD)

Régionalisation

Le magistrat souligne également que la vision en matière de STEP doit être désormais "plus régionale que communale". Des regroupements entre communes sont impératifs, notamment pour réunir des compétences techniques en matière de traitement des micropolluants. L'audit a montré que les communes étaient globalement conscientes de cette nécessité, en témoignent les nombreux projets en cours.

Guy-Philippe Bolay
Président - Cour des Comptes (VD)
Guy-Philippe BolayPrésident - Cour des Comptes (VD)

Le canton devrait toutefois accélérer ce processus de régionalisation avec des mesures incitatives, estime la Cour des comptes. "Cela pourrait être des subventions pour financer des études. Une fois que l'on sait combien cela va coûter, il est plus facile de démarrer un projet", remarque M. Bolay.

Les quelque 400 PGEE établis dans le canton entre 1997 et 2019 sont très différents les uns des autres. Pour la prochaine génération de PGEE, le canton devra veiller à une meilleure harmonisation des pratiques, poursuit l'audit.

A l'instar des Plans directeurs communaux (aménagement du territoire), les Plans généraux pour l'évacuation des eaux devraient aussi devenir contraignants. "Dès qu'un PGEE est validé, les autorités devraient suivre ce qu'elles ont prévu de faire" explique M. Bolay.

Trois refus sur 70

La Cour des comptes aurait aussi aimé qu'un processus d'arbitrage par le Conseil d'Etat soit instauré en cas de divergences entre différents services, par exemple entre la Protection des eaux et la Direction générale du territoire. Cette recommandation a toutefois été refusée par le canton, qui estime la coordination actuelle suffit.

Deux autres recommandations sur les 70 émises par la Cour des comptes ont été refusées. Les communes de Vevey et Premier ont estimé qu'une inspection plus régulière des canalisations privées n'était pas possible, pour des raisons de coûts.

Environ 7 milliards de francs ont été investis depuis 1960 dans le canton pour la protection des eaux. Pour ces 20 prochaines années, la remise à niveau des infrastructures et le traitement des micropolluants est estimée à 1,2 milliard.

Guy-Philippe Bolay
Président - Cour des Comptes (VD)
Guy-Philippe BolayPrésident - Cour des Comptes (VD)

Rappelant une étude de 2017, qui avait montré un déficit de financement des communes, M. Bolay prévient que les taxes devront être augmentées pour payer les nouveaux PGEE.

Robin Jaunin avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X