Rejoignez-nous

Suisse

Une bière rock qui relie Gotthard et des artisans du houblon

Publié

,

le

Une bière rock qui relie des artisans du houblon et le groupe Gotthard. La Defrosted Ale. Brassée par Hoppy People à Sierre en Valais, cette bière blonde à la teinte orangée est la dernière création portée par Nicolas Wüst de Magnificients.

Une collaboration qui inclut aussi le spécialiste brassicole Yan Amstein.

David Bonjour, de la Brasserie Hoppy People, évoque une expérience inédite pour lui :

David BonjourHoppy People

Un produit, une bière en l'occurrence, placé au centre d’une expérience multisensorielle. Ce concept marketing est la marque de fabrique de Nicolas Wüst. Mais l’entrepreneur vaudois qui est derrière Magnificients n’aime pas ce terme "concept marketing" :

Nicolas WüstMagnificients

Defrosted Ale

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

A Lausanne, le Festival de la Cité essaimera sur 19 lieux

Publié

le

Le festival dévoilera sa programmation début juin (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Festival de la Cité dévoile les contours géographiques et architecturaux de sa prochaine édition, qui se tiendra du 5 au 10 juillet. Il investira cette année 19 lieux de Lausanne, essentiellement à la Cité, mais aussi le site muséal de Plateforme 10, près de la gare. Le scénographe belge Jozef Wouters a conçu une nouvelle scène pour la place du Château, baptisée la Châtelaine.

Le festival gratuit, qui va fêter sa 50e édition, propose chaque année plus de 80 spectacles étalés sur six jours. Il dévoilera sa programmation le 2 juin prochain.

Cette année 19 lieux artistiques accueilleront le public, alors qu'ils étaient 13 il y a dix ans, rappelle mercredi un communiqué. Certains lieux appartiennent à l'histoire du festival, comme la place Saint-Maur, d'autres ont été investis ou réinvestis plus tardivement.

Pont et cour du gymnase

Cette année, les festivaliers pourront s'arrêter au Grand Canyon, sur la route Pierre Viret, ou sur les Marches, au pont Bessières. Adossée à la face nord de la Cathédrale, une nouvelle scène pluridisciplinaire s'installe. Une scène de bal prend place dans la cour du gymnase de la Mercerie et l'expérience clubbing de la placette Bonnard, plébiscitée par la jeunesse, se poursuit.

Au-delà de la Cité, la Friche du Vallon, les Magasins de la ville, l'usine Tridel, les bois de Sauvabelin, le verger de l'Hermitage et la Tour de Sauvabelin seront réinvestis le week-end. Le festival invite aussi à découvrir le restaurant Via Valentino pour un spectacle ainsi que l'esplanade de Plateforme 10.

Enfin, en plusieurs décennies d'occupation, la place du château a accueilli toutes sortes de scènes, sous différentes configurations. La nouvelle Châtelaine, conçue sur-mesure par le scénographe, réalisateur de théâtre et plasticien Jozef Wouters, s'orientera face aux escaliers qui mènent à l'esplanade.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Une commission veut réduire plus vite la dette liée au Covid-19

Publié

le

Des dépenses extraordinaires ont été approuvées pour atténuer les conséquences liées au Covid, comme la fermeture des restaurants. Pour la commission, la dette doit être réduite plus rapidement (archives) (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

La dette liée au coronavirus devrait être réduite plus rapidement. Les bénéfices du passé doivent contribuer à réduire de moitié l'endettement extraordinaire, estime la commission des finances du Conseil national.

Des dépenses extraordinaires importantes ont été approuvées afin d'atténuer les conséquences liées au Covid-19. Elles ont conduit à un endettement supplémentaire de la Confédération. De 20,3 milliards en 2020, la dette devrait s'élever entre 25 et 30 milliards fin 2022.

Selon le droit en vigueur, ces dépenses extraordinaires doivent être remboursées en six ans. Cela équivaudrait à sortir quatre milliards de francs chaque année du budget ordinaire. "Impossible sans des coupes sévères dans le budget", a expliqué Roland Fischer (PVL/LU), président de la commission des finances du National, mardi à Berne lors d'une conférence de presse.

Le Conseil fédéral n'a justement pas prévu de programme d'allègement budgétaire ni de hausse d'impôts. En révisant la loi, il se donnerait jusqu'en 2035 pour rembourser la dette, soit le découvert du compte d'amortissement des dépenses extraordinaires. A coup de 2,3 milliards de francs par an.

Dans le détail, le gouvernement compte sur la distribution additionnelle de la Banque nationale suisse (BNS). Il l'estime à 1,3 milliard par an. Par ailleurs, il entend utiliser les soldes des crédits budgétisés mais non entièrement utilisés. Ces excédents de financement sont évalués à 1 milliard de francs par an en moyenne.

Réduire délai et dette

La commission des finances propose désormais un processus technique qui doit permettre de réduire à la fois la dette et le délai de remboursement. "L'idée est de ne pas trop traîner la dette dans le temps", selon Roland Fischer. Il y a trop d'argent en jeu et trop d'inconnues.

La Confédération a beaucoup épargné ces dix ou vingt dernières années. Il est donc justifié, aux yeux de la commission, de profiter de ces excédents en temps de crise, a poursuivi Gerhard Andrey, au nom de la commission (Verts/FR).

Concrètement, le compte de compensation du budget ordinaire de la Confédération affichait à fin 2021 un excédent de 23,5 milliards de francs. Environ la moitié serait prélevée pour l'affecter au remboursement de la dette Covid-19. Il resterait donc encore 12,5 milliards à rembourser.

Par conséquent, la commission des finances estime pouvoir ramener à 2031 le délai fixé pour rembourser la dette. Elle a pris sa décision de justesse, par 13 voix contre 11.

Indolore

La population suisse ne devrait pas remarquer ce processus avant tout technique, ont assuré les deux sénateurs. Et la Confédération garde encore quelque 12 milliards de francs dans ce compte de compensation du budget ordinaire pour de futures crises, qu'elles soient liées aux réfugiés ou au changement climatique, a précisé Gerhard Andrey.

Une minorité de gauche et verte-libérale aurait voulu aller plus loin et utiliser l'entier des 23,5 milliards de francs du compte de compensation pour résorber quasiment toute la dette. Mais la majorité n'a pas voulu franchir ce pas. Une autre minorité aurait voulu en rester au simple projet du Conseil fédéral.

La commission des finances a en outre refusé, par 18 voix contre 7, de comptabiliser l'ensemble des bénéfices distribués par la BNS comme des recettes extraordinaires. Cette proposition aurait permis de disposer de davantage de moyens pour réduire l'endettement, et donc aller encore plus vite. Mais il aurait fallu réduire les futurs budgets ordinaires de 667 millions de francs.

Au vote sur l'ensemble, la commission a approuvé le projet par 19 voix contre 0 et 6 abstentions. Le Conseil fédéral veut voir cette modification entrer en vigueur en 2023. Le National se penchera dessus dès la session d'été.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Mise en accusation pour l'attaque au couteau à Lugano

Publié

le

L'auteure de l'attaque au couteau de Lugano, le 24 novembre 2020, est mise en accusation pour tentative d'assassinat et d'acte terroriste au nom de l'Etat islamique. (archives) (© KEYSTONE/Ti-Press/PABLO GIANINAZZI)

Le Ministère public de la Confédération a déposé un acte d’accusation auprès du Tribunal pénal fédéral contre une Suissesse de 29 ans domiciliée au Tessin. Elle est l'auteure de l'attaque au couteau à Lugano du 24 novembre 2020. Une femme avait été grièvement blessée.

Le MPC lui reproche d'avoir agi dans le but de tuer ses victimes et de commettre un acte terroriste au nom du groupe Etat Islamique (EI), communique le ministère mercredi.

Selon l'acte d'accusation, la prévenue a agi intentionnellement et sans aucun scrupule. Elle a attaqué brutalement ses victimes, choisies au hasard, avec un couteau dans le but de les tuer et de répandre ainsi la terreur dans la population au nom de l'EI, de déclencher une large couverture médiatique et de propager ainsi l'idéologie de l'EI.

L'une des deux femmes visées a été grièvement blessée au cou. La deuxième victime a finalement réussi à maîtriser la prévenue avec d'autres personnes et à la retenir jusqu'à l'arrivée de la police.

Tentative d'assassinat

La Suissesse est accusée de tentative d'assassinat et d'infraction à la loi fédérale interdisant les groupes Al-Qaïda et Etat islamique et les organisations apparentées. Elle devra en outre répondre devant la justice de l'exercice illicite de la prostitution.

Elle a été placée en détention provisoire dès son arrestation le 24 novembre 2020 et se trouve en exécution anticipée de peine depuis août 2021.

L'agression au couteau s'était produite l'après-midi dans un grand magasin de Lugano. L'auteure était apparue dans une enquête de la police en lien avec le djihadisme. Elle voulait se rendre en Syrie en 2017 pour voir un djihadiste dont elle était tombée amoureuse. Elle avait cependant été arrêtée à la frontière turco-syrienne et renvoyée en Suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Le Grand Conseil veut assurer les financements de l'Université

Publié

le

Les députés fribourgeois ont voté un mandat demandant au Conseil d'Etat d'assurer des "moyens suffisants" à l'Université de Fribourg ces prochaines années (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les députés fribourgeois ont accepté mercredi un mandat demandant au Conseil d'Etat d'assurer des "moyens suffisants" à l'Université de Fribourg. Cette dernière est celle en Suisse qui dépense le moins par étudiant, avec 22'000 francs par an.

Le mandat a été accepté par 82 voix contre 17, sans abstention. Les 76 députés signataires demandent au Conseil d'Etat que la planification pluriannuelle 2023-2027 de l'Université de Fribourg soit pleinement intégrée dans le cadre de la planification financière de l'Etat pour la législature qui a débuté en janvier.

Défendant le texte, la députée PLR Antoinette de Weck, présidente du Sénat de l'Université de Fribourg, a indiqué que l'Université de Zurich dépensait 40'000 francs par an et par étudiant, alors que d'autres consacrent 30'000 francs. "Dans le paysage universitaire, qui n'avance pas, recule", a-t-elle averti.

Sous-investissement

"Chaque franc investi rapporte deux francs à la collectivité", a dit le député centriste Bernhard Altermatt. Tous les groupes ont salué le mandat, à l'exception de l'UDC qui n'a apporté qu'un soutien partiel. L'Université de Fribourg a cédé du terrain ces dernières années, a déploré Julien Vuilleumier au nom des Verts et alliés.

"Il faut cesser la politique des demi-mesures", a dénoncé le député socialiste Grégoire Kubski, pour qui le mandat doit constituer un "tournant". A l'instar d'autres, l'élu gruérien a mentionné un sous-investissement, un sous-entretien et une sous-dotation en personnel. L'Université de Fribourg compte quelque 11'000 étudiants.

Son budget annuel pourra ainsi être accru pour couvrir non seulement les adaptations "obligatoires" des moyens existants (indexation des salaires, augmentation des paliers du personnel et amortissements), mais aussi les nouveaux besoins (entretien, effectifs et manque à gagner lié à la révision de l'Accord intercantonal universitaire).

Pas de fractionnement

Le Conseil d'Etat, par la voix de Sylvie Bonvin-Sansonnens, chargée du dossier, n'a pas été suivi avec sa proposition de fractionner le mandat. Il ne voulait retenir que le seul volet attribuant des moyens supplémentaires pour l'entretien des infrastructures et la compensation du manque à gagner dû à la révision de l'AIU.

Le volet concernant l'attribution de moyens supplémentaires pour le financement des besoins en personnel additionnel s'en serait alors trouvé rejeté. L'exécutif a réitéré toutefois sa volonté de trouver des solutions financières équilibrées en faveur de l'Université, mais aussi des autres hautes écoles du canton.

A Fribourg, le mandat vise à obliger le Conseil d'Etat à prendre des mesures dans un domaine relevant de sa seule compétence. Il permet au Grand Conseil de veiller à ce que le gouvernement cantonal exécute les lois correctement et dans les délais.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Trafic de faux certificats Covid au centre de Granges-Paccot (FR)

Publié

le

Certains faux certificats présentaient un "test négatif" (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Plus de 160 faux certificats Covid ont été émis par des collaborateurs et collaboratrices du centre de dépistage de Granges-Paccot (FR). Identifiés, les auteurs présumés seront dénoncés à l'autorité compétente.

Le 13 décembre dernier, l'hôpital fribourgeois informait que plusieurs fraudes avaient été découvertes au centre de dépistage de Granges-Paccot, rappelle mercredi la police cantonale fribourgeoise dans un communiqué. L'établissement a déposé une dénonciation pénale auprès du Ministère public et une instruction pénale a été ouverte.

Dans une première phase, les investigations ont permis d'identifier plusieurs auteurs présumés, à savoir six femmes et deux hommes âgés entre 21 et 27 ans. Entre juin et décembre 2021, ces collaborateurs du centre de dépistage ont reconnu avoir émis, sans contrepartie, une cinquantaine de faux certificats présentant un "test négatif", pour eux-mêmes ou pour leurs proches, valables pour une durée de 48 ou 72 heures. Agissant de manière indépendante, leur but était de pouvoir se rendre dans des établissements publics et de loisirs.

Certificat contre rémunération

Trois autres collaboratrices du centre, âgées de 21 et 22 ans, sont par ailleurs soupçonnées d'avoir, entre septembre et début décembre 2021, généré et distribué 115 faux certificats de guérison ou de vaccination, d'une durée de six à douze mois. Ces documents ont été proposés gratuitement à des proches et contre rémunération pour d'autres bénéficiaires. Ceux-ci ont déboursé entre 100 et 300 francs par certificat.

Ces personnes auraient également émis un nombre indéterminé de faux certificats affichant un "test négatif". Ces faits ont été partiellement reconnus par les intéressées.

Les personnes impliquées ont été dénoncées au Ministère public pour faux dans les titres, faux dans les certificats et corruption. A ce stade de l'instruction, elles bénéficient toutefois de la présomption d'innocence.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X