Rejoignez-nous

Suisse

La Suisse pollue surtout à l'étranger

Publié

,

le

Le directeur de l'OFEV, Marc Chardonnens, et la vice-directrice Karine Siegwart ont présenté lundi aux médias le rapport Environnement Suisse 2018, approuvé vendredi dernier par le Conseil fédéral. (©KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Trois quarts de l'impact environnemental de la Suisse se situe à l'étranger: c'est l'une des conclusions du rapport Environnement Suisse 2018. Il en ressort aussi que l'alimentation est le secteur qui a le plus d'impact, suivi par le logement et la mobilité.

Bien que les émissions de gaz à effet de serre de la Suisse aient diminué de 10% entre 1990 et 2016 à l'intérieur du pays, elles ont augmenté à l'étranger. En 2015, l'empreinte de gaz à effet de serre de la Suisse s'élevait à 14 tonnes d'équivalents CO2 par personne. "Le seuil supportable pour la planète se situe à 0,6 tonne", a souligné lundi devant la presse Karine Siegwart, vice-directrice de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV).

Et d'ajouter que l'empreinte hydrique de la Suisse a crû de 28% entre 2000 et 2015. Cette dernière a un impact presque exclusivement à l'étranger. Depuis 1996, la part de l'empreinte hydrique de la Suisse située à l'extérieur du pays se monte à 99%, peut-on lire dans le rapport. L'impact environnemental se fait également sentir sur les habitats naturels et sur la diversité des espèces.

De manière générale, la Suisse consomme beaucoup plus que la planète ne peut le supporter. Selon Karine Siegwart, l'impact environnemental de la Suisse devrait être réduit de deux tiers pour être tolérable. Pour rappel, en ratifiant l'Accord de Paris, la Suisse s'est engagée à réduire d'ici 2030 50% de ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990.

Alimentation

En Suisse, deux tiers de l'impact environnemental sont imputables à trois secteurs: l'alimentation (28 %), le logement (24 %) et la mobilité (12 %). Dans le domaine de la consommation alimentaire, ce sont les produits d'origine animale qui ont l'incidence la plus importante (44%), suivi par les boissons (18,6%), avant tout le vin, la bière et le café, précise le rapport.

Interrogé sur la nécessité de réduire sa consommation de viande, le directeur de l'OFEV, Marc Chardonnens, a tout d'abord rappelé que notre consommation de viande a beaucoup évolué et qu'il n'y a pas si longtemps, en manger était encore un luxe. Il a ensuite invité chacun à réfléchir à sa consommation.

Dans le domaine du logement, ce sont avant tout l'énergie utilisée pour le chauffage et l'électricité consommée par les ménages qui pèsent dans la balance environnementale. Au niveau de la mobilité, la palme revient au carburant pour les moyens de transports privés et aux voyages en avion.

Améliorations

Tout n'est pas noir pour autant. La qualité des eaux et de l'air s'est par exemple améliorée en Suisse depuis 2000, même s'il reste de progrès à faire au niveau des concentrations d'ozone, de poussières fines et de dioxyde d'azote dans l'air. Les forêts se portent aussi plutôt bien d'un point de vue environnemental, a relevé Marc Chardonnens.

(ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Médecins cantonaux pour une obligation générale du port du masque

Publié

le

Photo prétexte (KEYSTONE/Urs Flueeler)
L'obligation du port du masque dans les transports publics n'est pas suffisante pour les médecins cantonaux. Le président de la faîtière, Rudolf Hauri, serait favorable à une obligation du port du masque dans tout l'espace public.

D'un point de vue épidémiologique, il serait recommandé de porter un masque de protection dans tous les magasins et endroits où il y a des rassemblements de personnes, a indiqué jeudi Rudolf Hauri sur les ondes de la radio alémanique SRF.

Dans une autre émission, l'épidémiologiste à l'EPFL Marcel Salathé s'est aussi félicité du port obligatoire du masque dans les transports publics. En principe, un masque de protection est utile partout où la distance minimale ne peut être respectée et où la traçabilité n'est pas possible. Il est convaincu que le port des masques sera étendu à d'autres domaines de la vie publique.

M. Salathé, tout comme le président de l'Association des médecins cantonaux de Suisse Rudolf Hauri, salue par ailleurs la quarantaine imposée aux voyageurs en provenance de pays à risque, ordonnée mercredi par le Conseil fédéral. Une quarantaine n'est cependant pas un séjour en prison. Elle contient un élément de liberté, a rappelé M. Hauri.

Capacités des cantons en question

La mise en œuvre de la quarantaine est une tâche supplémentaire afin de retracer la chaîne d'infection, estime M. Hauri. Toutefois, les médecins cantonaux sont préparés et peuvent faire appel à des tiers tels que la Ligue pulmonaire à cette fin.

De son côté, M. Salathé est préoccupé par les capacités des cantons. Plusieurs de ces derniers ont signalé qu'ils ne seraient pas en mesure de rechercher suffisamment de contacts si les cas devaient être confirmés plus rapidement. Attirer le virus dans une impasse, pour ainsi dire, en brisant les chaînes d'infection, est crucial pour lutter contre la pandémie de Covid 19.

C'est pourquoi les tests doivent être beaucoup plus rapides, sinon le virus aura toujours un temps d'avance. Le délai entre l'apparition des symptômes, le test et son résultat ne devrait pas excéder un jour.

Il faut ensuite prendre 24 heures supplémentaires pour effectuer la recherche des contacts, afin que toutes les personnes concernées puissent être mises en quarantaine ou en isolement. Le virus est rapide, a souligné M. Salathé. Toute personne infectée devient contagieuse en quelques jours.

Continuer la lecture

Suisse

Swiss doit encore rembourser une centaine de millions aux clients

Publié

le

Archives (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)
La compagnie aérienne Swiss doit encore rembourser une centaine de millions de francs à ses clients, dont une cinquantaine de millions aux agences de voyage, a indiqué le directeur commercial Tamur Goudarzi Pour. La filiale de Lufthansa veut rembourser dans un délai de six semaines les clients qui attendent le plus longtemps.

Le responsable a précisé que le transporteur national devait encore à ses clients "un montant en millions à trois chiffres dans le bas de la fourchette", sans dévoiler de chiffre détaillé, dans un entretien au portail spécialisé Travelnews.ch.

"Nous avons pour objectif de répondre dans les prochaines six semaines aux demandes de nos clients qui attendent le plus longtemps. Nous nous en tenons (...) aux exigences de la Confédération de rembourser au plus tard fin septembre les voyagistes", a-t-il ajouté.

Alors que Swiss, à l'instar de l'ensemble du secteur aérien, a été touché de plein fouet par la pandémie de coronavirus, la compagnie aérienne entrevoit des signes d'amélioration.

Pour Tamur Goudarzi Pour, "il y aura certainement un effet de rattrapage chez les gens qui n'ont pas pu voyager jusqu'à présent. En Europe, nous voyons à court terme une très forte demande et un taux de remplissage élevé".

Fin juin, l'Association alémanique de protection des consommateurs (SKS) avait exigé que tous les remboursements soient effectués d'ici six semaines. Swiss avait alors indiqué reverser plusieurs millions de francs par semaine, après avoir été obligé d'annuler quasiment tous ses vols et immobiliser l'essentiel de sa flotte en raison de la pandémie de coronavirus.

Début mai, la Confédération avait annoncé une aide d'urgence de 1,275 milliard de francs pour les compagnies Swiss et Edelweiss. Les actionnaires de la maison-mère Lufthansa avaient quant à eux donné fin juin leur aval à un plan de sauvetage de 9 milliards d'euros (9,6 milliards de francs), qui évite au groupe la cessation de paiements.

Continuer la lecture

Suisse

Près de 120 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures

Publié

le

Photo prétexte (KEYSTONE/Ti-Press/Pablo Gianinazzi)
L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a recensé jeudi 116 nouvelles infections au Covid-19 lors des dernières 24 heures. Le nombre de nouveaux cas journaliers est inférieur à celui de mercredi, quand 137 nouveaux cas avaient été signalés.

Si le nombre de nouveaux cas a connu une légère diminution entre mercredi et jeudi, il a cependant doublé par rapport à celui des premiers jours de la semaine. Mardi, la Suisse avait enregistré 62 nouveaux cas, tout comme dimanche, alors 35 nouveaux cas avaient été annoncés lundi.

Au total, la Suisse et la Principauté du Liechtenstein ont recensé 31'967 cas confirmés depuis le début de la crise, dont 493 ces sept derniers jours. L'incidence se monte à 372,4 cas pour 100'000 habitants. Un nouveau décès a été annoncé jeudi, ce qui porte le total à 1686.

Selon les derniers chiffres fournis par l'OFSP, 437 personnes se trouvent en isolement et 2133 en quarantaine. C'est à Soleure que le nombre de quarantaine est le plus élevé (353), devant Zurich (325), Fribourg (250), Argovie (227) et Vaud (210).

Les hospitalisations sont au nombre de 4051, soit neuf de plus que la veille. Quant aux tests, 599'105 ont été effectués depuis le début de la pandémie, dont 6,4% étaient positifs. En 24 heures, le personnel soignant a effectué 15'177 tests et 59'260 ces sept derniers jours.

Continuer la lecture

Suisse

Le SEV salue l'obligation du port du masque dans les transports publics

Publié

le

Le masque sera obligatoire dès lundi dans tous les transports publics de Suisse. (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)
Haut les masques ! Dès lundi 6 juillet, le port du masque sera obligatoire dans les transports publics en Suisse. Que ce soit dans le train, le bus, le tram ou encore les remontées mécaniques.

Cette mesure concerne les personnes de 12 ans et plus. Le Conseil Fédéral a pris cette décision mercredi pour faire face à la recrudescence des cas de coronavirus depuis quelques jours.

En réaction, le Syndicat du personnel des transports, le SEV, salue la mise en place de cette obligation du port du masque. Elle devrait permettre de mieux protéger les employés, mais aussi les voyageurs.

Christian Fankhauser, vice-Président du SEV :

Christian Fankhauser
Vice-Président du SEV
Christian Fankhauser Vice-Président du SEV

Un bémol par contre : le SEV estime problématique que le respect du port du masque par les voyageurs soit vérifié par les agents de train ou les chauffeurs de bus. Ce n’est pas de leur ressort selon Christian Fankhauser, vice-Président du SEV :

Christian Fankhauser
Vice-Président du SEV
Christian Fankhauser Vice-Président du SEV

Continuer la lecture

Suisse

Masques obligatoires dans les transports publics en Suisse dès lundi

Publié

le

Photo prétexte (KEYSTONE/Gian Ehrenzeller)
Les voyageurs des transports publics devront dès lundi porter un masque dans toute la Suisse, a décidé mercredi le Conseil fédéral. Les voyageurs en provenance de pays jugés à risque devront se mettre en quarantaine durant dix jours.

Le Conseil fédéral a mis fin à la situation extraordinaire il y a dix jours, a rappelé devant la presse la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga. Mais le coronavirus n'a pas disparu.

Les derniers jours ont montré que les infections pouvaient se développer rapidement, dans un club ou à la faveur d'un retour de vacances. Il faut trouver un nouvel équilibre: "ne pas réagir de manière excessive, mais pas non plus attendre les bras croisés." Le gouvernement a donc décidé de renforcer la prévention.

Dès 12 ans

Dès lundi, les personnes de 12 ans et plus devront porter un masque dans les trains, les trams et les bus, ainsi que dans les remontées mécaniques, les téléphériques et les bateaux. "Le masque protège celui qui le porte et les autres voyageurs", a relevé Mme Sommaruga.

Il serait absurde qu'il soit obligatoire dans certains cantons et pas dans d'autres. Le gouvernement n'a toutefois pas connaissance de cas d'infections dans les transports, a concédé la présidente.

Depuis l'assouplissement des mesures de confinement, la fréquentation des transports publics a pris l’ascenseur et il est souvent difficile d’y respecter la distance prescrite. Le traçage des contacts n'y serait pas possible.

Recommandé par les experts

Le port du masque est déjà vivement recommandé aux heures de pointe, mais cette prescription n’est guère suivie. La décision du Conseil fédéral était recommandée par les spécialistes. L’Organisation mondiale de la santé et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies préconisent également le port du masque lorsque la distance nécessaire ne peut être respectée.

Plusieurs cantons ont fait pression. Les gouvernements de Genève, le Tessin et Berne planchaient ce mercredi sur une obligation de masque dans les transports pour leur territoire.

Aucune amende n'est prévue, a précisé Mme Sommaruga. Toute personne refusant de porter le masque devra quitter le moyen de transport au prochain arrêt. Ni les CFF, ni les cars postaux n'ont toutefois prévu de renforcer leur personnel pour s'assurer du respect des nouvelles règles.

Quarantaine

Depuis mi-juin, le nouveau coronavirus a connu une recrudescence en Suisse après l'arrivée de personnes infectées en provenance de l'étranger. Dès lundi, toute personne franchissant la frontière depuis certaines régions devra se mettre en quarantaine durant dix jours.

L’Office fédéral de la santé publique tiendra une liste des régions en question, qu’il actualisera régulièrement. La Suède y figurera sans doute. La Serbie peut-être aussi, a cité le ministre de la santé Alain Berset. La liste sera publiée d'ici lundi. Elle ne sera toutefois pas actualisée tous les jours, seulement une fois par mois, a précisé Mme Sommaruga pour rassurer les Suisses à la veille des vacances.

Les personnes concernées seront informées de façon ciblée dans les avions, les autocars et aux frontières. Une fois entrées en Suisse, elles devront s’annoncer auprès des autorités cantonales. Les compagnies d’aviation et d’autocars devront par ailleurs refuser d’embarquer les voyageurs malades.

Pas d'entrées de la Serbie

La Suisse suivra sinon presque toutes les recommandations du Conseil de l'UE pour lever des restrictions d'entrée concernant une série de pays à partir de ce mercredi. Mais seulement à compter du 20 juillet, et pas pour la Serbie, a encore décidé le gouvernement.

L’Algérie, l’Australie, le Canada, la Corée du Sud, la Géorgie, le Japon, le Maroc, le Monténégro, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, la Thaïlande, la Tunisie et l’Uruguay ainsi que la Bulgarie, Chypre, la Croatie, l'Irlande et la Roumanie seront retirés de la liste des pays à risque. La Chine aussi si la réciprocité est garantie pour les personnes en provenance de Suisse.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Gémeaux

Travail soutenu par des sphères célestes qui vous amènent à réaliser d’étonnantes performances à travers des audaces surprenantes.

Publicité

Les Sujets à la Une

X