Rejoignez-nous

Vaud

Le Grand Conseil demande un cadre légal pour l'e-cigarette

Publié

,

le

Les députés vaudois souhaitent que la cigarette électronique soit considérée comme les produits du tabac au plan légal (archives). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Grand Conseil vaudois souhaite soumettre la cigarette électronique au même cadre légal que les produits du tabac. Il a accepté massivement mardi de transmettre un postulat en ce sens au Conseil d'Etat.

"La cigarette électronique permet de s'éloigner du tabac et c'est tant mieux. Mais elle est soumise à la loi sur les denrées alimentaires, se trouve en vente libre et échappe à tout contrôle", a regretté la Vert'libérale Graziella Schaller, auteur du texte, une motion transformée en postulat lors de son passage en commission, en raison d'une loi fédérale en préparation sur le sujet.

Etudes inquiétantes

L'e-cigarette ouvre la porte au tabagisme en étant très attrayante pour les jeunes. Selon une étude, ils ont deux à trois fois plus de risques de devenir fumeurs. Addiction suisse va dans le même sens: chez des élèves de 11 à 15 ans, la moitié des garçons et un tiers des filles avaient déjà testé une fois la cigarette électronique.

Le Conseil d'Etat souhaitait attendre en raison de la loi fédérale en consultation. Mais elle accouche avec difficulté, note la députée. Sa finalisation est attendue pour 2022 seulement. Et elle est peu contraignante au niveau de la publicité.

Le postulat demande des dispositions pour protéger les jeunes, en interdisant la cigarette électronique dans les lieux publics, la publicité pour de tels produits, ainsi que leur vente aux mineurs. Le Valais a déjà pris des mesures en ce sens, souligne Mme Schaller.

Ne pas attendre

"Le Conseil d'Etat ne doit pas attendre que ce produit fasse des ravages auprès de jeunes. Il ne doit pas être vendu au-dessous de 18 ans", a noté la socialiste Murielle Thalmann. "ll faut agir vite et fort", a déclaré Hadrien Buclin (Ensemble à gauche), rappelant la puissance du lobby des cigarettiers au Parlement fédéral.

L'UDC Jean-Luc Chollet a de son côté souligné une "contradiction majeure" entre préservation de la santé publique et "marche en avant" du cannabis. Pour la PLR Carole Dubois, la priorité est de protéger les mineurs et les non-fumeurs. Néanmoins, sleon elle, il vaut mieux attendre les résultats de la consultation fédérale.

Pas de fumée dans les lieux publics

"Pour nous, toute fumée est proscrite dans les lieux publics", a assuré Pierre-Yves Maillard. Si nécessaire, la loi sera complétée en ce sens. Le Conseil d'Etat s'engage aussi en faveur de moyens de prévention et d'action notamment dans les milieux scolaires et pour que la protection des mineurs soit garantie.

La cigarette électronique est admise en tant que substitut pour les fumeurs de cigarettes classiques; elle ne l’est pas si sa commercialisation vise la captation de nouveaux consommateurs, estime le conseiller d'Etat.

Quant à la question de la publicité pour l'e-cigarette, elle s’avère plus complexe, notamment parce que la loi fédérale empêche d'avoir des limites plus strictes, a observé le conseiller d'Etat.

 

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
1 commentaire

1 commentaire

  1. Laurent Reymond

    3 avril 2019 à 04:39

    A quand une loi pour lutter contre la bière sans alcool ?
    Farfelu ? Pas autant qu'une étude d'addiction qui ne peut affirmé si le produit addictif était contenu ou pas dans ce qui a été consommé, mais qui le déclare haut et fort !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Vevey: Yvan Luccarini reprend les dicastères d'Etienne Rivier

Publié

le

Yvan Luccarini, ici avec la syndique Elina Leimgruber, s'occupera notamment des finances à Vevey. (KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)
Yvan Luccarini, élu dimanche à la municipalité de Vevey (VD), se chargera de la Direction des finances et de l'économie ainsi que de la Direction de la jeunesse, de l'éducation, de la famille et des sports. Le membre de Décroissance-Alternatives reprend ainsi les deux dicastères laissés libres par le démissionnaire PLR Etienne Rivier.

Yvan Luccarini sera assermenté vendredi prochain, annonce lundi la Ville de Vevey dans un communiqué. Il prendra ensuite la place d'Etienne Rivier, qui partira le 31 juillet.

Yvan Luccarini s'est imposé dimanche face au candidat du camp bourgeois Valentin Groslimond. Sa victoire éjecte la droite de l'exécutif veveysan, où siègent déjà la Verte Elina Leimgruber et les élus de Vevey Libre Jérôme Christen et Michel Agnant. La municipalité passera toutefois de cinq à sept membres dès la prochaine législature en juillet 2021.

 

Continuer la lecture

Vaud

La droite éjectée de l'Exécutif à Vevey

Publié

le

Le candidat de la gauche unie Yvan Luccarini (Décroissance-Alternatives), vainqueur dimanche de l'élection complémentaire à la Municipalité de Vevey (VD). (©Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)
La droite perd l'unique siège qu'elle détenait à la Municipalité de Vevey (VD). Au second tour de l'élection communale complémentaire dimanche, le candidat du camp bourgeois Valentin Groslimond s'est fait devancer par le candidat de la gauche unie.

Yvan Luccarini de Décroissance-Alternatives a en effet obtenu 1994 voix (46,4%) contre 1891 (44%) pour M. Groslimond (Entente Veveysanne). Le troisième candidat en lice, Oliver Ghorayeb (En Avant Vevey), arrive largement derrière avec 353 voix (8,2%) seulement, a indiqué la Ville de Vevey dans un communiqué.

La participation à ce scrutin complémentaire organisé uniquement par courrier s'est élevée à 33,07%. Elle avait été de 30,56% au premier tour le 21 juin dernier.

La population veveysanne votait pour renouveler un siège à son Exécutif, après la démission en début d'année du PLR Etienne Rivier. Ce scrutin s'est déroulé après deux ans de crise à la Municipalité et à moins de neuf mois des élections communales dans tout le canton.

Victoire "historique"

"C'est une victoire historique. A ma connaissance, il n'y a pas d'autres communes (dans le canton) où la droite n'est pas du tout représentée", a réagi auprès de Keystone-ATS le vainqueur. M. Luccarini s'est dit "très content d'avoir fait barrage à la droite et que la population ait voté pour un programme radical, une autre option, une autre direction".

Du côté des vaincus, la déception était de mise, non sans ironie. "Je suis surtout déçu pour le candidat et les plus de 40% de la population veveysanne qui ne seront plus représentés à l'Exécutif", a dit le président du PLR Vevey Philippe Herminjard. "On se réjouit de la chienlit à venir dans les huit prochains mois", a-t-il ajouté.

La bataille s'annonçait serrée entre les deux favoris, MM. Groslimond et Luccarini. Après celui des Verts et du POP, le candidat de Décroissance-Alternatives avait aussi reçu le soutien du Parti socialiste (PS) veveysan. Avec cette gauche unie derrière lui, il a donc eu les bonnes cartes en main pour priver la droite de son seul siège à la Municipalité.

M. Groslimond était arrivé en tête au premier tour avec 41,68% de voix. Il avait devancé de seulement 38 voix M. Luccarini. M. Ghorayeb et un quatrième candidat qui ne s'est pas représenté dimanche, Daniel Beaux (Mouvement Citoyen Veveysan), étaient arrivés largement derrière.

Bientôt à sept membres

Le PLR Etienne Rivier avait annoncé sa démission, pour le 31 juillet, à la fin du mois de janvier dernier. Ce médecin retraité de 75 ans a dit s'en aller pour raisons personnelles.

Outre le PLR en partance, la Municipalité veveysanne compte actuellement une Verte, la syndique Elina Leimgruber, et deux municipaux de Vevey libre Jérôme Christen et Michel Agnant. Poursuivi pour soupçon de gestion déloyale des biens publics, leur collègue socialiste Lionel Girardin est suspendu depuis juin 2018.

L'Exécutif a connu d'autres difficultés depuis 2017, dues notamment à de nombreuses tensions internes mais aussi à la suspension puis à la réintégration des deux élus de Vevey Libre.

Dès le 1er juillet 2021 et sa prochaine législature, la Municipalité passera de cinq à sept membres. Le Conseil communal a en effet accepté tout début février une proposition de l'Entente veveysanne (PLR, UDC, PDC) à une très large majorité.

Continuer la lecture

Vaud

Le réseau PubliBike Lausanne-Morges vandalisé et suspendu

Publié

le

Les 39 stations et 360 vélos sont hors service pour une durée indéterminée. (©DR)
Le réseau de vélos en libre-service PubliBike de Lausanne-Morges a été suspendu cette semaine après avoir été vandalisé à large échelle. Les 39 stations et 360 vélos sont hors service pour une durée indéterminée. Le montant des dégâts s'élève à plusieurs dizaines de milliers de francs.

"Sur les 360 vélos du réseau, seuls cinq ont été épargnés et sont encore en état de rouler", a indiqué vendredi à Keystone-ATS un porte-parole de PubliBike, confirmant une information de la RTS. Le réseau a donc été mis hors service mardi dernier, précise-t-il. "On a de la peine à comprendre les raisons" de cette vague de déprédation qui "a commencé il y a quelques semaines", dit-il.

Selon le porte-parole, c'est la première fois que PubliBike doit faire face à un tel niveau de vandalisme sur plusieurs stations en même temps. Les auteurs de ces déprédations n'ont pas encore pu être identifiés. La société a déposé plusieurs plaintes contre inconnu.

"La plupart des cadenas ont été cassés à l'aide de pierres, de marteaux et de scies. Des vélos ont été retrouvés dans le lac et d'autres sont portés disparus", explique le porte-parole de l'entreprise. Celle-ci soupçonne "une réelle volonté de détruire" voire une éventuelle "préméditation".

Plus de 300 vélos sont depuis en réparation dans un atelier de Lonay (VD). PubliBike n'était pas en mesure d'annoncer une reprise du service de son réseau de vélos. Il faudra compter sur plusieurs jours voire semaines pour un retour à la normale. Des agents de sécurité vont être engagés pour surveiller l'ensemble du réseau Lausanne-Morges, a encore ajouté le porte-parole.

Continuer la lecture

Vaud

Le nombre de logements vacants augmente dans le canton

Publié

le

Malgré sa hausse constante, le taux de vacance fait toujours état d'une pénurie de logements dans le canton de Vaud. (Image d'illustration - ©Keystone/LAURENT GILLIERON)
Le canton de Vaud comptait 5700 logements vacants au 1er juin 2020. Parmi eux, 1200 sont disponibles uniquement à la vente. L'offre a connu une importante augmentation par rapport à l'année dernière, soit plus de 1180 logements (4510 en 2019). Conséquence, le taux global de vacance à travers tout le canton a grimpé de 1,1% à 1,4%.

Parmi ces 5700 logements vacants, 4480 sont offerts à la location ou sur les deux marchés (location et vente). Les logements disponibles à la location ont augmenté de 950 unités et ceux disponibles à la vente de 230 unités, a indiqué vendredi Statistique Vaud. La hausse la plus forte concerne les logements de trois pièces.

Le taux global de vacance n'a cessé d'augmenter depuis 2009, année du taux le plus bas jamais mesuré, soit 0,4%. Il atteint un niveau comparable à l'année 2000. Ce taux (encore provisoire) mesure le rapport mathématique entre l'effectif des logements offerts à la vente ou à la location et l'ensemble du parc de logements du canton.

Pénurie toujours là

Malgré sa hausse, le taux de vacance fait toujours état d'une pénurie de logements dans le canton. Le marché est considéré comme équilibré lorsqu'il affiche un taux de vacance de 1,5%, ce qui n'est plus le cas depuis 1999, précise l'Etat de Vaud.

Pour neuf des dix districts vaudois, le taux de vacance augmente. Trois districts affichent un taux global de vacance supérieur à 1,5%: Aigle (2,8%) Broye-Vully (2,6%) et Jura-Nord vaudois (1,7%). Aigle enregistre la plus forte augmentation (+0,7 point de %), et seul le district de Broye-Vully affiche une légère baisse (de 2,7% en 2019 à 2,6%).

L'enquête cantonale sur les locaux industriels et commerciaux vacants, effectuée conjointement à celle sur les logements vacants, chiffre à 183'600 m2 les surfaces industrielles et commerciales vacantes disponibles dans le canton. Elles étaient de 154'900 m2 en 2019, selon les statistiques.

Continuer la lecture

Vaud

C'est le Tribunal Fédéral qui tranchera pour les éoliennes au Mollendruz

Publié

le

De tous les parcs éoliens planifiés en Suisse, c'est sans doute celui qui abîme le plus lourdement le paysage, selon les opposants au projet. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)
Le parc éolien du Mollendruz n’est pas encore prêt de voir le jour. Après avoir vu leurs recours rejetés par la justice vaudoise le mois dernier, les opposants ne baissent pas les bras. Ils ont décidé de porter l’affaire devant le Tribunal Fédéral.

Parmi les recourants, l’on retrouve BirdLife Suisse, Helvetia Nostra ou encore Pro Natura. Tous s’opposent à la construction des douze mâts de plus de 200 mètres de hauteur sur la crête du Jura vaudois située entre le Col du Mollendruz et le Chalet Dernier. 

Selon eux, de tous les parcs éoliens planifiés en Suisse, c’est sans doute celui qui abîme le plus lourdement le paysage. Un intérêt qui n’a pas été assez pris en compte par la justice vaudoise dans son jugement.

Michel Bongard, Secrétaire général de Pro Natura Vaud :

Michel Bongard
Secrétaire général Pro Natura Vaud
Michel Bongard Secrétaire général Pro Natura Vaud

Un temps mise de côté par l’Etat de Vaud, la planification pour la construction de parc éoliens a finalement été faite. Mais pas dans le bon sens selon Michel Bongard, de Pro Natura Vaud :

Michel Bongard
Secrétaire général Pro Natura Vaud
Michel Bongard Secrétaire général Pro Natura Vaud

Elaboré depuis 2009, le projet de parc éolien du Mollendruz est mené par Energie Naturelle Mollendruz SA. La compagnie ewz est l'un des actionnaires aux côtés des communes de Juriens, La Praz, Mont-la-Ville, Vaulion et Yverdon-les-Bains.

 

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Cancer

Rencontre possible sur votre lieu de travail. Excellent pour les solitaires… Les autres, attention à l'infidélité !

Publicité

Les Sujets à la Une

X