Rejoignez-nous

Suisse

La direction de CarPostal a été suspendue

Publié

,

le

La direction de CarPostal a été suspendue suite aux irrégularités constatées dans l’affaire CarPostal, a indiqué lundi La Poste. La directrice de La Poste Susanne Ruoff avait annoncé sa démission dimanche.

Le rétablissement sur le long terme des rapports de confiance ne pourra se faire qu’avec une nouvelle direction, a expliqué le président du conseil d’administration de La Poste, Urs Schwaller, lors d’une conférence de presse.

Et d’ajouter, selon un communiqué: « s’agissant des personnes à qui incombait une responsabilité particulière, qui ont participé au système ou qui ne sont pas intervenues au fil des ans malgré l’existence de nombreux indices, le lien de confiance nécessaire à la poursuite de la collaboration est rompu ».

La direction ad interim de CarPostal sera assurée par Ulrich Hurni, responsable de PostMail et suppléent de la démissionnaire Susanne Ruoff. M. Schwaller a aussi annoncé l’examen d’un retrait programmé de l’activité du transport de voyageurs en France.

Urs Schwaller s’est montré abasourdi par ces agissements, que rien ne saurait justifier. C’est une rupture de confiance inacceptable pour une entreprise qui appartient à 100% à la Confédération. Cette dernière ainsi que les cantons, les contribuables et les partenaires commerciaux ont été induits en erreur.

Plus de 78 millions

Le scandale de Carpostal a été révélé au public en février dernier. Dans le cadre d’une révision, l’Office fédéral des transports a découvert que la filiale de La Poste avait réalisé des bénéfices dans un domaine subventionné. Il a mis au jour des transferts illégaux de coûts et de produits du transport régional indemnisé vers d’autres secteurs entre 2007 et 2015.

CarPostal a encaissé pour plus de 78 millions de francs d’indemnités en trop de la part des cantons et de la Confédération durant ces années. Certaines sources évoquent encore 30 millions pour 2016 et 2017. Le pot aux roses a été découvert grâce à un examen minutieux de milliers d’écritures comptables. Selon l’OFT, il n’y a pas eu d’enrichissement personnel.

Outre le rapport interne commandé par La Poste et rendu public lundi, Fedpol a ouvert une procédure pénale administrative le 2 mars. Le Contrôle fédéral des finances s’intéresse également à l’entreprise. Le DETEC a également mis sur pied une « task force » qui doit évaluer s’il y a lieu d’agir au niveau de la Confédération en tant que propriétaire. Le Conseil fédéral a annoncé lundi qu’il n’accordait qu’une décharge restreinte au conseil d’administration de La Poste.

(ATS / KEYSTONE – PETER SCHNEIDER)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

25 novembre : bon départ pour deux textes sur trois

Publié

le

Certaines vaches arborent fièrement leurs cornes, signe de reconnaissance sociale dans le troupeau (Archives). (©KEYSTONE/DOMINIC STEINMANN)

Deux des trois initiatives soumises au peuple le 25 novembre devraient être acceptées, selon le premier sondage Tamedia: sur les vaches à cornes et sur la surveillance des asssurés. Le résultat s’annonce plus serré pour le texte sur l’autodétermination, rejeté de peu.

A près de six semaines du scrutin, l’initiative de l’UDC contre les juges étrangers ne recueille que 41% de oui contre 50% de non. En comptant les électeurs qui auraient plutôt dit non à l’initiative si on avait voté cette semaine, il faut ajouter 3%, et ceux qui auraient plutôt dit oui 4%. Seuls 2% ne se prononcent pas.

Le texte de l’UDC ne trouve grâce qu’au Tessin, à 52% favorable. La part du oui n’atteint que 37% en Suisse romande contre 46% de non (45% contre 52% si on ajoute ceux qui se prononcent plutôt pour ou plutôt contre). En Suisse alémanique, on retrouve exactement les mêmes chiffres que la moyenne nationale, selon le sondage Tamedia rendu public vendredi.

Les hommes sont un peu moins défavorables à cette initiative pour l’autodétermination (43% de oui contre 49% de non) que les femmes (37% contre 50%). L’argument le plus cité est celui selon lequel la Suisse peut aujourd’hui déjà décider souverainement quels accords internationaux elle veut signer.

Surveillance des assurés

Les deux autres initiatives soumises au peuple le 25 novembre devraient elles passer le cap, du moins si on se réfère à la position qu’avaient les quelque 14’500 personnes interrogées les 8 et 9 octobre. C’est surtout le cas pour le texte sur la surveillance des assurés.

Ils seraient 54% à voter oui et 13% plutôt oui, contre 22% de non et 8% plutôt non. Seuls 3% n’ont pas encore d’avis et c’est au Tessin que l’initiative a reçu le meilleur accueil (61% de oui), suivi par la Suisse alémanique (55%) et romande (52%).

Alors que les hommes lui sont favorables (58%), l’initiative ne trouve pas de majorité auprès des femmes (48%). L’argument massue de ceux qui votent oui au texte est que la lutte effective contre les abus va dans le sens des assurés honnêtes.

Vaches à cornes

Des trois objets, c’est celui sur les vaches à cornes pour lequel les avis paraissent les moins scellés. Ainsi 8% des sondés ne se prononcent pas et ils sont bien plus nombreux à se déclarer plutôt pour ou contre. Ainsi 36% voteraient oui et 17% plutôt oui, tandis que 29% placeraient un non dans l’urne, 10% penchant pour le plutôt non.

Une forte différence apparaît selon l’âge. Les plus de 65 ans sont ainsi plus de deux fois plus nombreux que les 18-34 ans à soutenir le texte visant à priver de subventions les éleveurs coupant les cornes de leurs vaches.

Toutes les régions linguistiques se prononcent dans les mêmes proportions, la plupart des votants favorables au texte se trouvant dans les rangs des Verts, du PS et de l’UDC. Principal argument de ces derniers: combattre la maltraitance animale.

Réalisé sur mandat de Tamedia, ce premier sondage en vue des votations du 25 novembre a été pondéré selon des variables démographiques, géographiques et politiques. Sur les 14’513 personnes interrogées, 12’082 provenaient de Suisse alémanique, 1804 de Suisse romande et 627 de Suisse italienne. La marge d’erreur est de +/- 1,4%.

 

(KEYSTONE-ATS / PHOTO : DOMINIC STEINMANN)

Continuer la lecture

Suisse

La réforme du service civil polarise

Publié

le

Les mesures proposées par le Conseil fédéral pour réduire l'attractivité du service civil suscitent des réactions très contrastées, entre rejet catégorique et ferme soutien (archives). (©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La volonté du Conseil fédéral de réduire nettement le nombre de civilistes suscite des réactions tranchées, entre rejet catégorique et ferme soutien. Le PS, la Fédération du service civil ou Amnesty disent non, alors que le PLR, l’UDC ou les officiers sont favorables.

Pour le gouvernement, le nombre de civilistes augmente de manière problématique – 6785 admissions en 2017, contre 4670 en 2011 -, ce qui met en péril les effectifs de l’armée. Cette dernière voit se détourner d’elle des militaires ayant terminé l’école de recrues, les spécialistes et les cadres.

Pour enrayer ce phénomène, le Conseil fédéral a élaboré sept mesures visant à garantir à long terme les effectifs de l’armée, en rendant le service civil moins attractif. Le projet était en consultation jusqu’à jeudi.

Il propose notamment de fixer un nombre minimum de 150 jours de service civil à accomplir. A partir du premier cours de répétition, les militaires optant pour un départ devraient ainsi faire plus de jours de service qu’actuellement.

En outre, les militaires incorporés dans l’armée au moment où ils confirment leur demande d’admission devraient attendre 12 mois. Pendant ce délai, ils ne seraient pas libérés de leurs obligations militaires.

Pas de problème d’effectifs

Le PS, le PBD et les Vert’libéraux rejettent catégoriquement la réforme proposée. Pour le PS et le PBD, le Conseil fédéral a lui-même constaté dans trois rapports que les effectifs de l’armée ne sont pas menacés. Selon les deux partis, le service civil est devenu une institution importante et remplit de précieuses tâches sociales, écologiques et culturelles.

Pour le PBD, la réforme remet fondamentalement en question le service civil. Le rendre moins attractif n’est pas la bonne voie, renchérissent les Vert’libéraux. A leurs yeux, les mesures prévues ne résolvent pas le problème principal: elles n’examinent pas « pourquoi autant de personnes quittent l’armée pour le service civil, quand bien même ce dernier est 1,5 fois plus long ».

« Attaque sans précédent »

Ce projet est une « attaque sans précédent » contre le service civil, assène un comité d’opposants qui réunit notamment la Fédération suisse du service civil et le Conseil suisse des activités de jeunesse. Il ne respecte ni le droit ancré dans la Constitution, ni l’égalité face à l’obligation de servir, et risque de pénaliser les nombreuses institutions qui ont besoin des civilistes.

Si les hommes quittent l’armée après l’école de recrues, c’est l’armée qui a un problème. C’est à elle de l’évaluer et de le résoudre, estime le comité. Le Conseil fédéral ne devrait pas réfléchir à la façon de rendre le service civil moins attractif, mais à celle de rendre l’armée plus attrayante.

Le Groupe pour une Suisse sans armée partage cette position. Amnesty International Suisse dénonce pour sa part un caractère « punitif ». Si le projet passe la rampe au Parlement, les opposants brandissent la menace du référendum.

Liberté de choix dénoncée

Le PLR soutient le projet, car depuis le remplacement, en 2009, de l’examen de conscience par la preuve par l’acte (service civil 1,5 fois plus long que le service militaire), les astreints au service ont, dans les faits, la liberté de choix entre les deux types de service. « Pour la sécurité de la Suisse, cette évolution est négative », estime le PLR.

L’UDC dénonce aussi ce libre choix « de facto ». Il va à l’encontre du rôle d’origine du service civil, car il permet aux astreints d’éviter l’armée pour d’autres motifs que des raisons de conscience. Les mesures proposées ne vont pas assez loin pour enrayer cette dérive.

Le PLR et l’UDC sont particulièrement préoccupés par le nombre élevé de personnes qui quittent l’armée après leur école de recrues. L’armée perd ainsi toute leur formation et leur savoir-faire. Selon le PLR, les effets des mesures du Conseil fédéral devront être évalués après trois ans. S’ils sont insuffisants, il faut envisager, en ultime recours, la réintroduction de l’examen de conscience.

Mesures plus dures

La Société suisse des officiers et la Communauté de travail pour une armée de milice efficace et assurant la paix plaident aussi pour des mesures plus dures et pour le retour de l’examen de conscience. Elles souhaitent par exemple que la demande d’admission au service civil ne puisse se faire qu’avant le début de l’école de recrues.

Le Centre patronal et l’Union suisse des arts et métiers figurent aussi dans le camp des partisans de la réforme. La Conférence des directeurs cantonaux des affaires militaires soutient également le projet, car il peut contribuer à court terme à réduire le nombre d’admissions au service civil. Elle ne pense toutefois pas que ces mesures déboucheront sur une diminution substantielle et durable.

 

(KEYSTONE-ATS / PHOTO : CHRISTIAN BEUTLER)

Continuer la lecture

Suisse

Keller-Sutter candidate au Conseil fédéral

Publié

le

Candidate malheureuse en 2010 face à Johann Schneider-Ammann, Karin Keller-Sutter (PLR/SG) se lance à nouveau dans la course au Conseil fédéral, pour lui succéder, cette fois-ci (archives). (©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Karin Keller-Sutter (PLR/SG) se lance dans la course au Conseil fédéral. La présidente du Conseil des Etats l’a annoncé mardi après-midi dans son fief de Wil (SG). La St-Galloise brigue l’investiture libérale-radicale pour la succession de Johann Schneider-Ammann.

« Après avoir consulté mon mari, ma famille, mes amis et mes compagnons de route politiques la semaine dernière, j’ai décidé, après mûre réflexion, de me mettre à la disposition de mon parti pour une candidature à l’élection au Conseil fédéral », a déclaré Karin Keller-Sutter aux médias. « Ce serait un honneur et une joie de représenter mon canton et la Suisse orientale au gouvernement. »

Agée de 54 ans, Karin Keller-Sutter siège à la Chambre des cantons depuis sept ans. Elle est considérée comme la favorite de cette élection. Les pressions sont fortes pour que son parti mise sur un ticket unique portant son nom.

Dame de fer adoucie et bilingue

Ministre st-galloise de la sécurité de 2000 à 2012, elle a fait acte de candidature une première fois au Conseil fédéral en 2010, pour succéder à l’Appenzellois Hans-Rudolf Merz. Sa défaite face à Johann Schneider-Ammann constituait alors une surprise. Championne de la promotion des femmes, la gauche a pourtant préféré soutenir l’entrepreneur face à la « dame de fer » en matière d’immigration.

Aujourd’hui, la gauche ne considère plus Karin Keller-Sutter comme une alliée de l’UDC. Le binôme st-gallois qu’elle compose au Conseil des Etats avec le président de l’USS Paul Rechsteiner s’illustre par son harmonie et son pragmatisme. La libérale-radicale a convaincu des parlementaires en dehors des rangs de son parti en s’attaquant à des dossiers comme la santé ou l’UE.

Parfaitement bilingue, Karin Keller-Sutter a suivi une partie de sa scolarité à Neuchâtel. Interprète et traductrice, puis enseignante dans une école professionnelle, elle dispose d’un bagage universitaire en sciences politiques et en pédagogie.

Deux papables renoncent

Au sein du PLR, deux autres candidats potentiels ont déjà renoncé à se lancer dans la course au gouvernement. Le conseiller aux Etats appenzellois des Rhodes-Extérieures Andrea Caroni a jeté l’éponge la semaine dernière, invoquant une charge de travail incompatible avec ses responsabilités familiales.

Il a même plaidé en faveur d’une candidature de sa collègue Karin Keller-Sutter. « Notre gouvernement a besoin d’une présence plus forte de la Suisse orientale, de femmes et surtout de personnalités fortes et compétentes », avait-il expliqué.

Autre personnalité pressentie au PLR, la ministre zurichoise de l’économie Carmen Walker Späh ne veut pas non plus devenir conseillère fédérale. Elle explique son refus par ses fonctions au gouvernement zurichois.

(ATS / KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Continuer la lecture

Suisse

Votations: campagne sur les assurés lancée

Publié

le

Le président de la Confédération Alain Berset a lancé mardi la campagne en faveur de l'article sur la surveillance des assurés, sur lequel le peuple est appelé à se prononcer le 25 novembre. (©KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Les nouvelles dispositions sur l’observation secrète des assurés par les assurances sociales, soumises au vote le 25 novembre, légalisent les contrôles sans violer la sphère privée, estime le Conseil fédéral. Elles protègent les assurés et créent de la transparence.

Dans des cas exceptionnels, une surveillance de l’assuré à son insu peut être nécessaire, a affirmé le ministre des affaires sociales Alain Berset mardi devant la presse. Les mesures d’observation seront strictement encadrées et des garde-fous sont prévus.

Contestée par la gauche, la révision de la loi devrait permettre aux assurances sociales d’à nouveau engager des détectives, en cas de soupçon, pour débusquer d’éventuels abus.

Le Parlement a dû légiférer suite à une décision de la Cour européenne des droits de l’homme critiquant le manque de bases légales en Suisse concernant l’assurance accidents. En juillet 2017, le Tribunal fédéral a considéré qu’il n’existait pas non plus de base légale suffisante pour l’AI. À la suite de ces arrêts, les deux assurances ont suspendu les observations.

Autorisation d’un juge

Le projet permet des enregistrements visuels et sonores mais aussi des techniques de localisation de l’assuré, comme les traceurs GPS. Seul l’usage de ces derniers instruments nécessitera l’autorisation d’un juge. L’utilisation de microphones directionnels sera interdite.

La surveillance ne sera pas limitée à l’espace public, comme les rues ou les parcs. Elle sera effectuée aussi dans des lieux visibles depuis un endroit librement accessible, par exemple un balcon.

Les drones ne pourront pas effectuer d’enregistrements visuels et sonores. Ils sont donc inutiles dans les cas de localisation, a expliqué le directeur de l’Office fédéral des affaires sociales Jürg Brechbühl. Les possibilités de surveillance que le nouvel article attribue aux assurances sociales ne vont en outre pas aussi loin que celles de la police, du Ministère public ou du Service de renseignement.

Equilibre créé

Une surveillance secrète est une intrusion majeure dans la sphère privée de l’assuré, a reconnu Alain Berset. Le Conseil fédéral et le Parlement ont pour cette raison fixé des limites très strictes pour empêcher les abus. Le projet de loi crée un équilibre entre la surveillance nécessaire et la protection des droits fondamentaux, selon le ministre.

Une observation ne sera possible que si des indices concrets démontrent qu’un assuré perçoit des prestations indues. Elle ne sera effectuée qu’en dernier recours et ne sera pas autorisée à l’intérieur d’un logement. L’observation sera limitée à 30 jours sur une période de six mois, voire un an si les circonstances le justifient.

De 2009 à 2016, l’AI a ouvert une enquête sur 2000 cas par an pour soupçon d’abus. Quelque 220 cas ont donné lieu à une observation, a rappelé le conseiller fédéral. L’assurance invalidité a réussi à économiser 1,2 milliard de francs au cours de la période mentionnée, dont 320 millions grâce aux mesures d’observation. Bien plus que ce qu’elles coûtent, a noté Alain Berset.

Secret de fonction

Les détectives privés seront tenus au secret de fonction. L’assuré sera informé de l’observation dès que celle-ci sera terminée. Il pourra demander au tribunal de confirmer le bien-fondé de la mesure. Si le soupçon n’est pas confirmé, tout le matériel recueilli doit être détruit. La personne concernée pourra aussi demander à ce que le matériel soit conservé dans son dossier comme élément à sa décharge.

L’objet est combattu par le PS et les Verts, le PDC genevois et par les syndicats. Une multitude d’associations, à l’instar d’Amnesty International ou AGILE, enjoignent également à refuser une loi qui pourrait être à l’origine de nombreuses dérives, selon elles.

 

(ATS)

Continuer la lecture

Suisse

Marie Robert et Heiko Nieder cuisiniers suisses de l’année

Publié

le

Heiko Nieder est le "cuisinier de l'année 2019" du guide GaultMillau Suisse. Il travaille au Dolder Grand, à Zurich. (©KEYSTONE/MELANIE DUCHENE)

Heiko Nieder, du Dolder Grand à Zurich, est le « cuisinier de l’année 2019 » du GaultMillau Suisse. Le guide lui décerne 19 points sur 20.

« Depuis dix ans, Heiko Nieder nous enthousiasme, nous stimule, nous épate et, parfois, nous bouscule », a déclaré vendredi Urs Heller, rédacteur en chef du GaultMillau Suisse, lors d’une conférence de presse à Zurich. Le guide n’a donc pas voulu lui refuser plus longtemps « la consécration qu’il mérite ».

Le « cuisinier de l’année » bénéficie avec sa jeune brigade « de conditions optimales » au Dolder Grand. Après dix ans de carrière, il ne donne « aucun signe d’essoufflement », souligne GaultMillau.

Heiko Nieder est le septième chef suisse à recevoir la note 19. Le cuisinier du Dolder Grand rejoint Franck Giovannini (Crissier/VD), Bernard Ravet (Vufflens-le-Château/VD), Didier de Courten (Sierre/VS), Philippe Chevrier (Satigny/GE), Andreas Caminada (Fürstenau/GR) et Peter Knogl (Bâle).

Une Romande « cuisinière de l’année »

La « cuisinière de l’année » est Marie Robert, du Café Suisse, à Bex (VD). Elle obtient 16 points sur 20, soit deux de plus que l’année passée. A tout juste 30 ans, « elle fait des merveilles de créativité stylée » dans un cadre simple et modeste.

La réaction de Marie Robert. au micro de Keystone-ATS :

Marie Robert Cuisinière suisse 2018

Avec 18 points, les « promus de l’année » sont Sebastian Zier et Moses Ceylan, du restaurant Einstein à St-Gall, Walter Klose, au Gupf à Rehetobel (AR), Mattias Roock, du Castello del Sole à Ascona (TI), et Martin Göschel, du restaurant Sommet, à Gstaad (BE). Armel Bedouet, de L’Aparté au Royal Manotel à Genève, se voit gratifier de 17 points.

Quatre « découvertes de l’année »

Quatre chefs reçoivent le titre de « découverte de l’année 2019 ». Les trois premiers sont installés en Suisse alémanique et sont crédités de 16 points sur 20: Pascal Steffen, du Roots à Bâle, Jeroen Achtien, en été au Vitznauerhof à Vitznau (LU) et en hiver au Waldhotel à Davos (GR), et Marco Campanella, de l’Eden Roc à Ascona (TI).

Le quatrième est installé en Suisse romande et il obtient 15 points. Il s’agit du Belge Bert De Rycker, du restaurant Le Rawyl à Randogne (VS).

Le « sommelier de l’année 2019 » est une sommelière. Anna Junge travaille au Schloss Schauenstein à Fürstenau (GR), dont le chef est Andreas Caminada. Le « pâtissier de l’année 2019″ est Sébastien Quazzola, du restaurant Le Richemond à Genève. L' »hôtel de l’année 2019 » est le Bürgenstock Resort Lake Lucerne.

(ATS)

 

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Lion

Tous les travailleurs du signe tireront de grandes satisfactions de leur activité. Ils sauront convaincre leurs interlocuteurs…

Publicité

Les Sujets à la Une

X