Rejoignez-nous

Culture

Après l'hommage national à "Bébel", obsèques dans l'intimité

Publié

,

le

Jean-Paul Belmondo est décédé lundi à l'âge de 88 ans. (© KEYSTONE/AP/Michel Euler)

Une cérémonie intime pour un "grand monsieur": les proches de Jean-Paul Belmondo, la famille du cinéma, Alain Delon en tête, se sont réunis vendredi pour dire un dernier adieu à Bébel, à l'église Saint-Germain-des-Prés à Paris.

La cérémonie réservée aux proches n'a pas été retransmise à l'extérieur, ce qui n'a pas empêché le public, venu en nombre, d'applaudir le cercueil pendant quatre minutes à la fin de la cérémonie, qui a duré près de deux heures.

Elle a été marquée par une prise de parole émouvante de Victor Belmondo, un petit-fils de la star, lui-même comédien, et une ovation debout à l'initiative du réalisateur Claude Lelouch, selon Dany Boon, interrogé par BFMTV.

Des "Bébel", "Bébel" ont été lancés parmi la foule, comptant des fans arrivés dès 08h00. Des admirateurs ont également applaudi debout de la terrasse des Deux-Magots, à côté de l'église, preuve de l'immense popularité de l'acteur, souvent comparé à un soleil.

Absent de l'hommage national aux Invalides la veille, Alain Delon, longtemps présenté comme le rival de Bébel, est apparu souriant, béquille à la main, en compagnie de son fils Anthony. Le dernier vieux lion du cinéma français a été chaleureusement applaudi par une foule émue, criant son prénom.

Absent des cérémonies jeudi, Alain Delon longtemps présenté à tort comme le rival de Bébel, est apparu vendredi souriant, béquille à la main. (© KEYSTONE/AP/Michel Euler

Unis dans la douleur

D'autres personnalités, dont le réalisateur Claude Lelouch, l'animateur Michel Drucker, les acteurs Pierre Richard en béquille, et Jean Dujardin, les actrices Béatrice Dalle, Véronique Jannot, l'humoriste Michel Leeb, Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes, ou encore Luis Fernandez, l'ancien entraîneur du PSG et le boxeur Brahim Asloum, se sont rendus à la cérémonie qui a commencé à 11h00.

La famille de l'acteur, dont son fils Paul, sa fille Stella, la petite dernière âgée de 18 ans et l'ex-femme de l'acteur, Natty Tardivel, était unie dans la douleur.

"Belmondo, on a toujours vu ses films en famille, il nous a accompagné", a confié à l'AFP une conseillère bancaire à Paris âgée de 62 ans, qui a pris sa matinée pour être présente devant l'église. "On le voyait toujours quand on allait déjeuner à la brasserie Lipp, sa disparition me touche", confie à l'AFP une Californienne de 66 ans qui visite régulièrement Paris avec son mari.

Figure de proue de la Nouvelle Vague ("A bout de souffle", "Pierrot le fou"), avant de devenir champion du box-office dans des comédies et des films d'action à succès (comme Le Professionnel" (1981) et "L'As des as" (1982)), l'acteur a enchanté des générations de Français au fil de quelque 80 films, cinéphiles pointus ou amateurs de cascades spectaculaires.

"Toujours magnifique"

La France lui a rendu un hommage solennel jeudi, avec une cérémonie dans la cour des Invalides, puis un long défilé du public venu le saluer une dernière fois.

Le "Magnifique" avait disparu du grand écran depuis près de 15 ans, après un AVC aux lourdes séquelles. Mais il était toujours aussi populaire.

"Nous aimons Belmondo parce qu'il nous ressemblait", a salué le président Macron dans son éloge funèbre. "Flic, voyou, toujours magnifique", a-t-il poursuivi, en clin d'oeil à sa filmographie, avant de conclure "Adieu Bébel". Dans la cour des Invalides, près de 1000 personnes du public ont pu assister à l'hommage, munies de leur pass sanitaire.

Pour ceux qui ne pouvaient pas entrer, des écrans géants avaient été installés sur l'esplanade. Le cercueil de l'acteur est ensuite sorti au son de "Chi Mai", musique d'Ennio Morricone dans "Le Professionnel", jouée par l'orchestre de la Garde républicaine.

À la nuit tombée, une longue file d'attente de bien plus d'un millier de personnes a patienté pour rendre un dernier hommage à l'acteur.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

La Grande châsse de Saint-Maurice entièrement restaurée

Publié

le

Lors de la restauration, toutes les pièces ornant la châsse ont été démontées afin d'être nettoyées (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Grande châsse de l'abbaye de Saint-Maurice (VS) a été restaurée. Le reliquaire a retrouvé tout son éclat après plus de quatre ans de traitement et sera présenté au public mercredi à l'occasion de la célébration de la Saint-Maurice.

Pour effectuer cette restauration, il a fallu démonter les 300 éléments ternis - reliefs en argent, argent doré et de nombreuses gemmes - fixés par quelque 2000 clous, qui ornent le coffre. Les pièces ont ensuite été nettoyées grâce à un pinceau électrolytique (le Pleco), développé en partenariat avec la Haute Ecole Arc de Neuchâtel afin de leur redonner leur éclat, explique mardi l'abbaye de Saint-Maurice dans un communiqué.

Initié en 2017, ces travaux ont aussi permis de retracer "les vicissitudes du reliquaire au cours de son histoire et d’en préciser les étapes de fabrication". Les différentes analyses effectuées sur les ornements ainsi que celles au Carbone 14 indiquent que la Grande châsse de Saint Maurice a été assemblée dans la première moitié du XIIIe siècle. Jusqu'ici, l'historiographie locale datait sa construction du XVIIe siècle, souligne l'abbaye.

Ce reliquaire est l'un des objets les plus prestigieux du trésor de l'abbaye chablaisienne, fondée en 515 pour honorer Maurice d'Agaune. La grande châsse, qui contiendrait les reliques du martyr, figure aussi au centre des processions du 22 septembre, jour de la saint Maurice.

En 2019, l'abbaye de St-Maurice (VS) avait dédié une exposition aux travaux de restauration durant laquelle le public avait pu découvrir "l'envers du décor" et rencontrer les restaurateurs, les orfèvres et les historiens travaillant sur le projet.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Une sculpture musicale de 45 mètres de haut à l'EPFL

Publié

le

Le "Rohrwerk", une sculpture musicale de 45 mètres de haut, a été présenté à l'EPFL. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Un tuyau de 45 mètres de haut comme pavillon sonore: un projet mêlant musique et architecture a pris place sur le campus de l'EPFL. En plus de l'installation, le site accueillera divers événements et concerts publics jusqu'à jeudi.

À la fois instrument de musique, expérience scientifique, sculpture et espace de performance, le "Rohrwerk" est le fruit d'un travail d'équipe. L'idée du concept revient au compositeur bâlois Beat Gysin. Mais au total, ce sont six compositeurs, quatre musiciens, deux architectes et un scénographe qui ont créé ce projet. Le Rohrwerk ressemble à un "crayon à l'envers" et prend la forme d'un "orgue futuriste", note l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) dans un communiqué.

L'objet lui-même est complexe: il est composé de sept "tuyaux de rétroaction", un "multitrombone" et d'autres instruments faits sur mesure. Les tuyaux sont liés entre eux et suspendus en l'air par une grue. "Rohre" signifie "tubes" en allemand.

Des compositions originales à découvrir

Si les tuyaux peuvent directement être utilisés comme instruments de musique, le Rohrwerk permet aussi de diffuser des productions enregistrées.

En parallèle à l'installation, le public pourra profiter d'une série d'oeuvres musicales originales réalisées spécialement dans le cadre du projet. Celles-ci seront jouées jusqu'à jeudi. Les jusqu'à jeudi. Les événements (concerts, mais aussi discussions) sont ouverts à tout public et gratuits.

Le projet est à découvrir dans le patio extérieur du Rolex Learning Center, situé sur le campus de l'EPFL. Le Rohrwerk avait déjà été installé une première fois au Kunstmuseum de Bâle, en septembre 2019.

https://memento.epfl.ch/event/rohrwerk-pavillon-sonore/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Los Angeles: Harvey Weinstein continue à plaider non coupable

Publié

le

Harvey Weinstein encourt 140 années de prison en plus de sa condamnation à New York (archives). (© KEYSTONE/AP EPA Pool/ETIENNE LAURENT)

Le magnat déchu d'Hollywood, Harvey Weinstein, a continué lundi à plaider non coupable devant un tribunal de Los Angeles. Il est accusé d'agressions sexuelles et de viols en Californie par cinq femmes.

L'homme de 69 ans purge depuis 2020 une peine de 23 ans de prison pour des faits similaires à New York. Il a été transféré cet été à Los Angeles, ville où le producteur de cinéma régnait autrefois en maître, pour y répondre des nouvelles accusations.

Il est accusé d'avoir violé ou sexuellement agressé cinq femmes dans des hôtels, entre 2004 et 2010. S'il est reconnu coupable de tous ces faits, le producteur de "Pulp Fiction" encourt 140 années de prison en plus de sa condamnation à New York.

Au total, près de 90 femmes dont les actrices Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow et Rosanna Arquette ont accusé Harvey Weinstein de harcèlement, d'agressions sexuelles ou de viols. Mais le délai de prescription a été dépassé dans nombre de ces affaires, dont certaines remontent à 1977.

Il a toujours nié les faits, à New York comme en Californie, affirmant que ses accusatrices étaient consentantes. La prochaine audience à Los Angeles est prévue le 25 octobre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Le Festival BDFIL à Lausanne attire 18'000 personnes

Publié

le

Durant quatre jours, BDFIL a célébré une certaine renaissance. Le festival lausannois a accueilli une quarantaine d'auteurs, dont l'invité d'honneur le bédéiste Jacques Tardi. (© Keystone/SALVATORE DI NOLFI)

Environ 18'000 personnes se sont rendues à la 16e édition du festival BDFIL du 16 au 20 septembre à Lausanne. Malgré une nette baisse par rapport aux années précédentes, la fréquentation est néanmoins "réjouissante" pour les organisateurs.

Alors que l'édition 2020 avait été annulée, celles de 2019 et 2018 avaient attiré chacune 28'000 personnes et celles de 2017 et 2016 chacune 35'000 personnes. "Compte tenu de la situation sanitaire compliquée", le bilan final est positif, ont écrit en substance les responsables dans un communiqué publié lundi à l'issue du festival.

Durant quatre jours, BDFIL a célébré une certaine renaissance. Le festival lausannois a accueilli une quarantaine d'auteurs, dont l'invité d'honneur le bédéiste Jacques Tardi. Il a d'ailleurs signé une des deux affiches du festival 2021. Une vingtaine d'expositions avaient été organisées pour cette édition du retour.

Le public a notamment pu apprécier "Mona Lôzane" qui, au travers des réinterprétations conçues spécialement pour BDFIL par les artistes des scènes suisse et internationale, revisitait la Joconde, plus célèbre tableau de la Renaissance italienne.

"La renaissance de la culture, aux sens propre - le surgissement malgré la crise sanitaire - et figuré - la Joconde, emblématique de cette période de l'histoire de l'art" a séduit le public, commentent les organisateurs.

Nouveaux lieux et espaces

Les curieux ont découvert cette année une géographie réinventée du festival avec de nouveaux lieux (cathédrale, mudac, Plateforme10) et intégrant l'espace public (petit-Chêne, rue de Bourg, place de la Navigation) et des expositions partenaires dans les galeries.

Commencée en 1976, la série "Les Aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec", s'inspirant des romans-feuilletons de la Belle Epoque, a fait connaître Jacques Tardi. Le festival lausannois a consacré une rétrospective à l'illustrateur français, qui a contribué à la renaissance de la bande dessinée en participant à l'invention du roman graphique.

Cette 16e édition de BDFIL a également marqué les 20 ans de Nelson, un personnage tiré de l'imagination de Christophe Bertschy. Invité d'honneur du festival en 2006, le dessinateur était à nouveau présent pour des célébrations dans le cadre d'une exposition immersive dans la cathédrale de Lausanne.

La 17e édition de BDFIL aura lieu en été 2022. Elle accueillera en invité d'honneur le bédéiste italien Lorenzo Mattotti.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le spectacle son et lumière de retour sur la Place fédérale

Publié

le

Le spectacle haut en couleurs "Rendez-vous Bundesplatz" est de retour à Berne sur la Place fédérale dès le 16 octobre. (© KEYSTONE/MARCEL BIERI)

Après une édition 2020 tronquée pour cause de Covid-19, le spectacle son et lumière "Rendez-vous Bundesplatz" est de retour sur la Place fédérale de Berne dès le 16 octobre. Avec un spectacle dédié au changement climatique.

La manifestation gratuite se déroulera du 16 octobre au 20 novembre. La fonte des glaciers ou les conséquences de l'élevage intensif font partie des thèmes abordés, lit-on lundi dans un communiqué.

Des forêts vierges recouvrant la façade du Parlement, des perroquets, des baleines à bosse, des ours polaires et même des mammouths, défilant face aux spectateurs dans leur milieu de vie et à leur époque : "les artistes en illuminations Marcus Zobl et Tim Schmelzer de Lumine Projections à Vienne ont une fois de plus réalisé un travail formidable", se réjouissent les organisateurs.

Le spectacle intitulé "Planet Hope comeback" veut à la fois provoquer l'enthousiasme et susciter la réflexion. Il poursuivra, dans une version étendue, celui stoppé net l'an dernier après seulement huit représentations à cause des mesures anti-Covid.

Quelque 5000 personnes par représentation sont attendues sur la place du Palais fédéral. Les mesures sanitaires prévues ont été validées par le canton, précisent les organisateurs. Un certificat Covid devra être présenté. Une zone pour les enfants et les personnes à mobilité réduite est prévue.

www.rendezvousbundesplatz.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X