Rejoignez-nous

International

Anne Hidalgo investie par le parti socialiste

Publié

,

le

Le parti socialiste français a désigné la maire de Paris Anne Hidalgo comme candiate pour la présidentielle de 2022 (archives). (© KEYSTONE/EPA/Sascha Schuermann / POOL)

Anne Hidalgo a été investie jeudi soir par le Parti socialiste pour la présidentielle. Il s'agit d'un prélude à une "mobilisation collective" autour de la maire de Paris pour tenter de relancer une campagne qui peine à décoller.

Selon des résultats portant sur plus de 90% des bulletins dépouillés, Anne Hidalgo, qui était largement favorite, a obtenu plus de 72% des voix face à son seul challenger, le maire du Mans Stéphane le Foll, a annoncé le premier secrétaire Olivier Faure.

"Tous et toutes mobilisés pour préparer l'alternance, c'est parti, allons-y", a déclaré Anne Hidalgo, devant plusieurs dizaines de militants et de soutiens. "Je mesure la responsabilité qui m'incombe", a dit l'édile parisienne. "Je porte les couleurs d'une gauche de gouvernement", "qui assume l'exercice du pouvoir et les responsabilités", a-t-elle ajouté.

"Force tranquille"

Créditée par les sondages de 4 à 7% des voix, Anne Hidalgo s'était engagée dans la bataille pour 2022 sans attendre cette investiture, qu'elle savait quasi acquise puisqu'elle a depuis des mois le soutien des instances du parti, dont Olivier Faure.

Lors du récent congrès du PS, ce dernier jugeait d'ailleurs que la candidate aurait "vraisemblablement une majorité très large". Saluant la "force tranquille" d'Anne Hidalgo, ce dernier a reconnu que la campagne serait "difficile" et que "personne ne souhaite notre victoire", mais "nous allons t'accompagner", a-t-il assuré.

Stéphane Le Foll ne se faisait pas d'illusions: "La messe est dite", avait-il reconnu auprès de l'AFP, dénonçant l'absence de débat avec la maire de Paris, dont il juge le projet "incohérent" et "indéfini". Anne Hidalgo l'a invité à la rejoindre dans la campagne, car "sa famille politique a besoin de lui et de son engagement".

Le parti est désormais en ordre de bataille derrière sa candidate, avec une convention d'investiture le 23 octobre à Lille, fief de Martine Aubry, sa mentor en politique.

Redonner de la visibilité

Les adversaires d'Anne Hidalgo estiment qu'elle a raté son entrée dans la course présidentielle. "Vous êtes à 4%, abonnée à 4% et vous n'irez pas plus loin", lui a encore lancé mercredi l'ex-ministre LR Rachida Dati en plein Conseil de Paris, raillant "une campagne électorale désespérée et désespérante". De fait, la maire de Paris s'est montrée plutôt discrète depuis l'officialisation de sa candidature le 12 septembre à Rouen.

Ses proches défendent le "parti pris" d'un début de campagne "à bas bruit, sur le fond, sur le terrain", et promettent une "montée en puissance".

Mais Olivier Faure prévient: "Dès le week-end prochain, il y aura des affiches collées, des tracts (notamment en Ile-de-France). Je compte bien que l'entrée en campagne des socialistes produise quelques effets." "On va enfin pouvoir partir en campagne, les militants n'attendent que ça, on sait très bien le faire, on est super structurés", explique une cadre.

L'entourage d'Anne Hidalgo assure qu'il n'y a "aucune espèce d'inquiétude ou de frilosité" autour de sa candidature, alors que côté écologiste, certains rêvent déjà de la voir rallier Yannick Jadot, pour l'instant légèrement plus haut dans les sondages.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Poutine et l'Occident continuent de souffler le chaud et le froid

Publié

le

Une centaine de milliers de soldats russes se trouvent actuellement cantonnés non loin de la frontière ukrainienne, mais pour l'heure tous les interlocuteurs veulent faire confiance à la diplomatie. (© KEYSTONE/AP/Vadim Ghirda)

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé vendredi l'Occident à ne pas semer la "panique" autour des tensions avec Moscou, accusé de préparer une invasion de l'Ukraine, tout en réclamant un geste de la Russie prouvant qu'elle n'allait pas attaquer.

Sa déclaration est intervenue alors que le président russe Vladimir Poutine et son homologue français Emmanuel Macron sont convenus, lors d'un entretien téléphonique, de la "nécessité d'une désescalade", selon la présidence française.

Plus de cent mille soldats russes sont déployés aux frontières ukrainiennes depuis fin 2021, signe selon Washington et plusieurs capitales occidentales qu'une invasion pourrait être imminente.

"La probabilité de l'attaque existe, elle n'a pas disparu et elle n'a pas été moins grave en 2021", mais "nous ne voyons pas d'escalade supérieure à celle qui existait" l'année dernière, a cependant déclaré vendredi M. Zelensky, lors d'une conférence de presse pour les médias étrangers.

Risque intérieur

"Nous n'avons pas besoin de cette panique", a-t-il souligné, tout en appelant la Russie à "faire des pas pour prouver" qu'elle ne va pas attaquer.

"Le plus grand risque pour l'Ukraine" actuellement, c'est "la déstabilisation de la situation à l'intérieur du pays", a estimé le président ukrainien.

La Russie dément tout projet d'invasion, mais s'estime menacée par l'expansion de l'Otan depuis 20 ans et par le soutien occidental à l'Ukraine.

Elle a donc conditionné la désescalade à la fin de la politique d'élargissement de l'Alliance atlantique, notamment à l'Ukraine, et au retour des déploiements militaires occidentaux aux frontières de 1997.

Statu quo

Les Etats-Unis et l'Otan ont formellement rejeté mercredi ces demandes.

"Les réponses des Etats-Unis et de l'Otan n'ont pas tenu compte des inquiétudes fondamentales de la Russie", a indiqué le Kremlin dans un communiqué consacré à l'entretien entre MM. Poutine et Macron.

"La question clé a été ignorée, à savoir comment les Etats-Unis et leurs alliés comptent (...) mettre en oeuvre le principe selon lequel personne ne doit renforcer sa sécurité au détriment d'autres pays", a fait valoir le maître du Kremlin, selon la même source.

Selon l'Elysée, les deux dirigeants sont toutefois convenus de la "nécessité d'une désescalade" et d'une poursuite du "dialogue" dans la crise ukrainienne.

"Le président Poutine n'a exprimé aucune intention offensive", a souligné la présidence française.

Gazoduc

Les Européens et les Américains ont promis des sanctions féroces et sans précédent en cas d'attaque contre l'Ukraine.

Sur la table, le gazoduc stratégique Nord Stream 2 entre la Russie et l'Allemagne ou encore l'accès des Russes aux transactions en dollars, monnaie reine des échanges internationaux.

Washington et l'Union européenne ont affirmé vendredi dans une déclaration commune qu'ils travaillaient à la fourniture de "volumes additionnels de gaz naturel" pour l'Europe, afin de faire face à un éventuel contre-coup d'une "nouvelle invasion russe de l'Ukraine".

Les Etats-Unis ont par ailleurs saisi le Conseil de sécurité de l'ONU jeudi, réclamant une réunion lundi en raison de la "menace claire" que fait peser à leurs yeux la Russie sur "la paix et la sécurité internationales".

Moscou élève la voix

De son côté, le ministre russe des Affaires étrangères a souligné dans la matinée que la Russie ne voulait "pas de guerre" et préférait la "voie de la diplomatie", mais qu'elle était prête à défendre ses intérêts.

"Nous ne permettrons pas (...) que nos intérêts soient grossièrement bafoués, ignorés", a martelé Sergueï Lavrov.

Moscou avait prévenu qu'un rejet de ses demandes allait se traduire par des représailles d'ampleur, sans plus de précisions.

Dans la soirée, la diplomatie russe a annoncé interdire d'entrée en Russie des représentants des forces de l'ordre, des organes législatifs et exécutifs de certains pays de l'UE qui sont "personnellement responsables de la propagation de la politique antirusse".

Des députés russes en vue ont proposé eux que la Russie reconnaisse l'indépendance des territoires séparatistes pro-russes en Ukraine et qu'elle les arme.

Le Kremlin est déjà considéré comme l'instigateur de ce conflit dans l'Est ukrainien, qui a été déclenché en 2014 peu après l'annexion russe de la Crimée ukrainienne et dans la foulée d'une révolution pro-occidentale à Kiev.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

Un pont s'effondre où Biden va parler d'infrastructures

Publié

le

Joe Biden avec son épouse Jill étaient à Pittsburgh en novembre 2020, alors qu'il était un candidat en campagne. (© KEYSTONE/AP/ANDREW HARNIK)

Plusieurs personnes ont été blessées dans l'effondrement tôt vendredi d'un pont routier couvert de neige à Pittsburgh, ville américaine où Joe Biden est attendu ce même jour pour parler notamment de ses grands projets d'infrastructures.

Divers automobilistes et véhicules, dont un autobus à soufflet, se sont retrouvés piégés dans l'accident spectaculaire, selon des photos publiées sur les réseaux sociaux.

Trois victimes, dont le pronostic vital n'est pas engagé, ont été transportées à l'hôpital, ont précisé les services d'urgence de cette ville, la deuxième plus grande de l'Etat de Pennsylvanie (est) après Philadelphie.

Les premières informations disponibles ne mentionnaient pas de victimes. Des médias locaux évoquent eux une dizaine de blessés légers.

Le président a été informé de l'effondrement du pont et exprime sa reconnaissance aux sauveteurs mobilisés, a fait savoir Jen Psaki, la porte-parole de la Maison Blanche. Il ne modifiera toutefois pas son programme, a-t-elle ajouté.

Selon son agenda transmis par la Maison Blanche, M. Biden doit faire un discours dans l'après-midi sur sa méthode pour "renforcer les chaînes logistiques de la nation, redynamiser le secteur industriel, créer des emplois bien payés et protégés par les syndicats ainsi que bâtir une nouvelle Amérique, notamment grâce à la loi soutenue par les deux partis sur les infrastructures".

Biden et les ponts

La coïncidence est frappante: le 20 janvier, pour marquer son premier anniversaire à la Maison Blanche, Joe Biden avait justement choisi de vanter cette loi en s'exprimant devant un grand panneau où étaient projetées des photos ... de ponts en mauvais état.

Le grand plan de dépenses de 1200 milliards de dollars dans les infrastructures, voté en fin d'année dernière par le Congrès américain, et qui avait même reçu quelques voix de l'opposition républicaine, est l'un des rares grands succès à ce jour du 46e président des Etats-Unis.

Traînant une cote de confiance médiocre qui tourne autour de 40%, voyant approcher des élections législatives qui risquent de lui coûter sa mince majorité parlementaire à l'automne, Joe Biden a promis d'aller davantage à la rencontre des Américains.

Loin des préoccupations des gens

Après avoir passé une année à promettre un grand bouleversement économique et social aux Etats-Unis, la Maison Blanche a été contrainte de revoir ses ambitions à la baisse. Mais aussi d'adapter sa communication, face à des Américains qui se débattent avec une inflation historique et une nouvelle vague de la pandémie: dans ce contexte, les grands projets du président paraissent bien éloignés de leurs préocupations quotidiennes.

La confiance des consommateurs américains est tombée en janvier à son plus bas niveau depuis novembre 2011, se dégradant plus qu'attendu à cause du variant Omicron, selon l'estimation finale de l'enquête de l'Université du Michigan publiée vendredi.

Après la loi sur les infrastructures, et faute d'avoir pu faire passer une très ambitieuse loi sociale de 1750 milliards de dollars, le président cherche à sauver au moins quelques réformes, notamment des aides à la garde d'enfants, ou des dépenses pour la transition énergétique.

Pour rallier les démocrates centristes qui ne veulent pas d'une trop grande expansion de l'Etat-providence, le président parle désormais plutôt d'un plan destiné à "mettre les Américains au travail" et à doper la compétitivité du pays.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Renault joue son avenir électrique et haut de gamme avec Alpine

Publié

le

Renault a fait d'Alpine sa vitrine sportive, abandonnant la marque Renault Sport. Cette mise en avant, notamment en Formule 1 avec le pilote français Esteban Ocon, doit apporter une nouvelle notoriété à la marque, connue hors de l'Hexagone uniquement des passionnés. (archives) (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Renault construira à Dieppe à partir de 2025 le petit SUV électrique de sa marque sportive Alpine, dans le cadre d'un réinvestissement industriel salué vendredi par le ministre de l'Economie.

Le groupe Renault a fait d'Alpine sa vitrine sportive, abandonnant la marque Renault Sport. Cette mise en avant, notamment en Formule 1 avec le pilote français Esteban Ocon, doit apporter une nouvelle notoriété à la marque, connue hors de l'Hexagone uniquement des passionnés.

Alpine doit permettre à Renault, dont les ventes ont fortement chuté ces derniers mois, de se positionner sur les segments supérieurs du marché auto, qui ne connaissent pas la crise.

"On va faire une voiture électrique plus haut de gamme, qui arrivera ici début 2025", a déclaré le directeur général de Renault, Luca de Meo, en visite à la petite usine de Dieppe (Seine-Maritime).

"C'est un mélange entre une mini-Ferrari et une mini-Tesla: on va faire des voitures électriques très émotionnelles", a souligné Luca de Meo, qui avait participé dans ses vies précédentes chez Fiat et Volkswagen au renouveau d'autres marques sportives, Abarth et Lamborghini.

La batterie française du SUV et ses moteurs produits à Cléon (Seine-Maritime), à une heure de transport en camion, devraient lui permettre de réaliser le 0 à 100 kilomètres/heure en 4 secondes.

"On va être en compétition avec des monstres sacrés et s'adresser à des passionnés", a lancé le patron italien. "Alpine nous donne l'opportunité de tirer tout le système par le haut."

À ses côtés, Bruno Le Maire était déjà venu dans la petite usine dieppoise en 2017, alors qu'elle était menacée. Après des discussions "musclées" avec Renault, dont l'État est actionnaire, le ministre "normand et passionné d'automobile", "converti à l'électrique", s'est félicité de cette promesse de réindustrialisation, une des priorités du mandat d'Emmanuel Macron, et de sa campagne à venir.

"L'industrie automobile haut de gamme n'est pas réservée aux Allemands", a lancé Bruno Le Maire en visitant la ligne de production des Alpine.

Le pari sportif de Renault

Le ministre a demandé à la filière française de l'automobile "d'aller encore plus loin" dans l'innovation et le développement de nouveaux sites industriels, soutenus par l'investissement public, tout en faisant " attention aux sous-traitants".

L'élection présidentielle doit être l'occasion d'ouvrir un débat sur de nouvelles mesures pour continuer à développer l'emploi industriel, a-t-il relevé, proposant d'"aller plus loin dans la baisse des impôts de production", ou de baisser les charges patronales "au-dessus de 2,5 Smic".

Quant à la marque au "A" fléché, sa renaissance avait été officialisée en 2017 avec la présentation de la nouvelle A110 au style néo-rétro. Cette voiture légère n'a été produite depuis qu'à quelques 10'000 unités, vendues à partir de 60'000 euros (environ 62'300 francs), avec un moteur Nissan produit en Corée du Sud. Quelques exemplaires équipent désormais la gendarmerie française.

Outre le nouveau SUV, la marque tricolore doit lancer d'ici à 2026 une compacte sportive et électrique, ainsi qu'une remplaçante pour l'A110. Avec cette gamme, et ses coûteux engagements en sport automobile, Alpine a pour mission de devenir rentable en 2025.

L'usine, une des plus petites unités industrielles de la galaxie Renault, emploie quelque 400 personnes et produit 15 voitures par jour. Les volumes du SUV pourraient "multiplier la production par 10 ou 20" à Dieppe, a estimé Luca de Meo, avec des emplois à la clé.

Fondée en 1955 par un concessionnaire Renault, Jean Rédélé, Alpine est tombée en 1973 dans l'escarcelle de Renault mais la marque avait été mise en sommeil en 1995 après l'échec de la voiture de grand tourisme A610.

Entre-temps, elle a produit à Dieppe des véhicules fétiches comme l'A110 première du nom, championne du monde des rallyes au début des années 1970.

La nouvelle version électrique de l'A110, qui doit réussir l'exploit d'allier puissance électrique et légèreté, est en cours de développement avec le constructeur britannique Lotus.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Économie

Les saisies de faux billets d'euros ont atteint un plancher en 2021

Publié

le

Ces dernières années, la BCE a progressivement doté la zone euro de nouveaux billets avec des dispositifs de sécurité renforcés, rendant le travail des faux-monnayeurs plus difficile. (archives) (© KEYSTONE/EPA ANP/LEX VAN LIESHOUT)

Le nombre de faux billets en euros saisis en 2021, essentiellement des coupures de 20 et 50 euros, a atteint un nouveau plus bas historique au regard des coupures en circulation, selon des chiffres publiés vendredi par la Banque centrale européenne (BCE).

Au total, quelque 347'000 fausses coupures ont été retirées de la circulation l'an dernier, une baisse de près d'un quart (-24,6%) en un an.

En d'autres termes, "12 contrefaçons ont été détectées pour 1 million de billets authentiques en circulation, soit un niveau historiquement bas", souligne l'institut.

Les billets de 20 et 50 euros sont les valeurs les plus contrefaites, représentant près des deux tiers des saisies (65,9%).

"La probabilité de recevoir une contrefaçon est très faible", considère l'institut eu égard aux 28,2 milliards de billets authentiques en circulation en décembre dernier, soit près du quadruple depuis leur introduction en 2002.

Ces dernières années, la BCE a progressivement doté la zone euro de nouveaux billets avec des dispositifs de sécurité renforcés, rendant le travail des faux monnayeurs plus difficile.

Les derniers billets renouvelés ont été les 100 et 200 euros en 2019.

Seule l'émission de billets de 500 euros n'a pas été renouvelée, cette coupure étant accusée de faire le jeu des trafiquants de tous poils. En 2021, celle-ci représentait 1% du total des contrefaçons.

Toucher et regarder

Les citoyens n'ont eux "pas forcément le réflexe de bien regarder les billets pour repérer facilement les imitations", a expliqué en décembre à l'AFP Eric Languillat, expert sur la contrefaçon de billets à la banque centrale.

La BCE sensibilise depuis des années le public via la méthode consistant à "toucher, regarder, incliner" le billet.

A l'occasion des 20 ans de l'euro fiduciaire, l'institut a par ailleurs annoncé son projet de nouveaux dessins sur les billets en euros d'ici 2024, en pouvant faire figurer des personnages ou monuments célèbres.

A la place des illustrations actuelles représentent les différentes époques de l'histoire européenne de manière symbolique, Léonard de Vinci et Simone Veil "feraient de bons modèles", a plaidé la patronne de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Culture

L'enquête visant l'ex-ministre Jean-Michel Baylet est classée

Publié

le

L'enquête contre Jean-Michel Baylet (au centre, avec la cravate, en 2012) est classée. (© KEYSTONE/EPA/YOAN VALAT)

L'enquête ouverte par le parquet de Paris sur les accusations de viols visant l'ancien ministre PRG Jean-Michel Baylet a été classée sans suite. ll y a prescription des faits, a-t-on appris vendredi de source proche du dossier, confirmée par le parquet parisien.

Le patron de la Dépêche du Midi est accusé par Nathalie Collin, fille de l'ancien sénateur PRG Yvon Collin, de viols et d'agressions sexuelles lorsqu'elle avait entre 12 et 14 ans, au début des années 1980, ce qu'il conteste.

"Ce qui est important, c'est que le parquet ne dit pas qu'il a classé parce que les faits sont insuffisamment caractérisés", a souligné auprès de l'AFP Me Zoé Royaux, avocate de Mme Collin.

Sollicité par l'AFP, le parquet de Paris a confirmé avoir classé la procédure sans suite du fait de l'acquisition de la prescription de l'action publique.

Les faits que dénonce Mme Collin auraient débuté lors de vacances en Grèce avec ses parents dans la villa de Jean-Michel Baylet, puis se seraient poursuivis.

Sur sa dénonciation, le parquet de Paris avait ouvert une enquête pour "viols" et "agressions sexuelles" sur mineur de moins de 15 ans le 9 juin 2020.

Après avoir été entendu par les policiers en audition libre en février 2021, l'ancien ministre, âgé de 75 ans, avait été confronté pendant cinq heures à son accusatrice en octobre dans les locaux de la Brigade de protection des mineurs à Paris.

"J'en ressors comme je suis rentré, libre comme l'air", avait déclaré à l'issue de cette confrontation M. Baylet, qui a toujours contesté les faits.

Amis puis rivaux

Pour Nathalie Collin, aujourd'hui âgée de 53 ans, cette confrontation lui a permis de "dire tout ce qu'elle avait besoin de lui dire (...) et qu'elle a retenu pendant ces années", avait expliqué Me Zoé Royaux.

Amis de longue date, M. Baylet et M. Collin sont devenus des rivaux politiques et se livrent depuis plusieurs années une guerre virulente avec accusations de part et d'autre.

L'ancien président du Parti radical de gauche (1996-2016) et ex-sénateur a participé à quatre reprises à des gouvernements de gauche sous la présidence de François Mitterrand puis de François Hollande, pour lequel il a été ministre de l'Aménagement du Territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales.

Jean-Michel Baylet est également un des propriétaires et le président du groupe de presse La Dépêche du Midi et est vice-président de l'Alliance de la presse d'information générale.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X