Rejoignez-nous

Coronavirus

Coronavirus - Las Vegas craint la banqueroute

Publié

,

le

La maire de Las Vegas Carolyn Goodman appelle à une réouverture immédiate de sa ville, ébranlée par "une crise économique exceptionnelle". (©AP PHOTO/JOHN LOCHER)

La quiétude inhabituelle du célèbre Strip de Las Vegas, dont les hôtels et casinos sont fermés depuis la mi-mars, cache une ville meurtrie en plein questionnement sur son avenir: à quoi ressemblera la capitale du jeu dans le monde d'après?

Comme ailleurs dans le pays, des voix s'y opposent sur le difficile compromis à trouver entre les impératifs sanitaires et la survie de l'industrie touristique, poumon économique de la ville. Le puissant syndicat local Culinary Workers Union, qui représente quelque 60'000 employés du secteur de l'hôtellerie et des casinos, affirme que 98% de ses membres ont perdu leur emploi depuis le début de la pandémie.

Mais une douzaine d'entre eux ont aussi perdu la vie en raison du Covid-19. Alors, la secrétaire et trésorière du syndicat, Geoconda Arguello-Kline, soutient la décision du gouverneur du Nevada, Steve Sisolak, de prolonger jusqu'au 15 mai au moins les mesures de confinement dans son Etat.

"Il fait ce qu'il peut pour nous protéger", confie la dirigeante syndicaliste à l'AFP. "Je sais que c'est difficile pour tout le monde, mais il vaut mieux ça que de perdre sa vie".

La maire de Las Vegas Carolyn Goodman voit elle dans le confinement une "absurdité". Elle appelle à une réouverture immédiate de sa ville, ébranlée par "une crise économique exceptionnelle", s'est-elle alarmée la semaine dernière dans un communiqué.

Tables aménagées

Rouvrir Vegas, ses immenses complexes hôteliers et ses casinos, nécessitera forcément des aménagements. Des écrans de plexiglas pourraient à l'avenir séparer joueurs et croupiers autour des tables de black jack et de roulette. Les employés seront sans doute amenés à travailler masqués et gantés. Et des établissements envisagent de contrôler la température des clients.

Une option que rejette le propriétaire du casino Emerald Island, Tim Brooks. "Je ne veux pas prendre la température de chaque personne qui franchit nos portes, nous n'avons pas les compétences médicales pour le faire", justifie-t-il. "Il fait plus de 40°C l'été. Comment savoir qui a vraiment de la fièvre?"

Pour l'historien local David Schwartz, la vraie question n'est pas de savoir quand et de quelle façon les casinos rouvriront. Mais "combien de touristes pourront revenir" tant que la pandémie continuera à affecter les déplacements internationaux? "Il y aura une façon de s'adapter, mais je ne sais pas encore comment", admet-il.

"Licencier encore"

Même si son hôtel-casino Skyline avait le feu vert pour rouvrir, Jim Marsh craint que les mesures de distanciation sociale soient "trop coûteuses" à mettre en place. "Nous pourrions rester fermés si les frais étaient trop importants", note-t-il. "On ne peut pas gagner d'argent dans un bar où les gens doivent s'assoir à plus d'un mètre les uns des autres".

Tim Brooks, qui affirme ne pas dégager beaucoup de marges à l'Emerald Island, se dit "déçu" et "désemparé" par la décision du gouverneur de prolonger le confinement du Nevada. Il a déjà licencié 131 des 166 employés de son casino, mais peine aujourd'hui à trouver suffisamment de tâches à remplir à ceux qui travaillent toujours malgré la fermeture. "Je vais peut-être devoir licencier encore", dit-il. "Il n'y a pas une infinité de rambardes à lustrer".

L'urgence est encore plus grande parmi les 350'000 personnes du Nevada ayant déposé ces dernières semaines une demande d'allocation chômage. C'est le cas de Bob Aquino, gérant d'un restaurant de l'Emerald Island, dont la femme a aussi perdu son emploi à la chambre de commerce locale, en même temps que son assurance maladie.

La demande d'allocation du sexagénaire a heureusement été acceptée. "Sans cela, je serais dans la rue à proposer mes services pour pouvoir manger", témoigne-t-il. "Je demanderais au gouverneur de rouvrir le Nevada. De pouvoir retourner au travail. Ca suffit maintenant".

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Un nouveau variant du Covid peut déclencher une vague d'infections

Publié

le

Le nouveau variant du coronavirus s'appelle BA.2.86 (archives). (© KEYSTONE/EPA NATIONAL INSTITUTES OF HEALTH/NIAID- RML/NATIONAL INST)

BA.2.86, le nouveau variant du coronavirus, a le potentiel de déclencher une vague d'infections, alerte un infectiologue de l'hôpital de Winterthour. "Depuis la mi-août, nous avons à nouveau quatre à six patients hospitalisés de manière constante à cause du Covid-19".

Il s'agit en général de personnes âgées souffrant de comorbidités telles que des troubles du rythme cardiaque ou une insuffisance cardiaque, déclare dans la NZZ am Sonntag Urs Karrer, chef du service d'infectiologie de l'hôpital de Winterthour (ZH). Les décès dus à une infection par le SARS-CoV-2 sont cependant devenus rares, ajoute celui qui était vice-président de la task force Covid-19 de la Confédération.

Le nouveau variant ne se propage pas particulièrement vite jusqu'à présent et les données actuelles n'indiquent pas qu'elle provoque des évolutions graves, note l'expert. Il recommande aux personnes à risque et aux personnes souffrant d'un Covid long de se faire vacciner pour prévenir tout risque.

"Je ne m'attends pas à ce que plus de 75% de la population soit infectée en peu de temps, comme cela a été le cas durant l'hiver 2022", indique le docteur Karrer. "Mais je pense que le Covid-19 a toujours le potentiel de provoquer une vague sérieuse, où 20 à 30% de la population pourrait être infectée", poursuit-il, soulignant qu'elle pourrait commencer "dès novembre ou décembre".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La vaccination anti-Covid est recommandée aux personnes vulnérables

Publié

le

La CFV et l’OFSP recommandent aux personnes vulnérables de recevoir une dose de vaccin anti-Covid-19 en automne/hiver 2023/2024 (image d'illustration). (© KEYSTONE/TI-PRESS/SAMUEL GOLAY)

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et la Commission fédérale pour les vaccinations recommandent aux personnes vulnérables de se faire vacciner contre le Covid-19 pour l'hiver. Le coronavirus continue de circuler et peut provoquer une forme grave du Covid-19.

Pour cette raison, une vaccination leur est recommandée cet automne pour se protéger contre une telle évolution, indique l'OFSP dans un communiqué publié lundi.

Par rapport aux années de pandémie 2020 et 2021, la situation a beaucoup changé: chez les personnes de moins de 65 ans ne présentant pas de facteur de risque, la probabilité d’une forme grave du Covid-19 est minime. Chez les personnes vulnérables par contre, le risque est nettement plus élevé. La vaccination leur offrira une meilleure protection contre une évolution grave de la maladie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La première dame des Etats-Unis testée positive au Covid-19

Publié

le

Jill Biden avait déjà été testée positive au Covid-19 il y a un an (archives). (© KEYSTONE/AP/Julio Cortez)

La première dame des Etats-Unis, Jill Biden, âgée de 72 ans, a été testée positive au Covid-19, a annoncé la Maison-Blanche. Le président américain Joe Biden, 80 ans, a quant à lui été testé négatif.

Déjà infectée par le coronavirus il y a un an, Jill Biden ne présente que de légers symptômes, a indiqué son bureau. Elle restera dans la maison du couple à Rehoboth Beach, dans le Delaware.

Le président Biden a subi un test de dépistage du Covid-19 lundi soir, qui s'est révélé négatif, a indiqué la Maison-Blanche. Il doit poursuivre ses tests réguliers.

Les Etats-Unis ont observé une augmentation des cas de Covid-19 et des hospitalisations au cours des dernières semaines.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse a violé le droit international selon un comité de l'ONU

Publié

le

Le Comité de l'ONU pour l'élimination de la discrimination raciale CERD) estime que la Suisse n'a pas honoré ses engagements internationaux en refusant pendant longtemps de lever les brevets sur les vaccins contre le coronavirus pendant la pandémie (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

La Suisse et d'autres pays du Nord ont violé le droit international en refusant de lever la propriété intellectuelle sur les vaccins contre le coronavirus, selon un comité de l'ONU. Ils n'ont pas honoré leurs engagements en termes de garantie de non-discrimination.

Dans une décision prise mercredi et rendue publique jeudi à Genève, le Comité de l'ONU pour l'élimination de la discrimination raciale, qui ne s'exprime pas au nom de l'ONU s'en prend aussi aux Etats-Unis, aux autorités britanniques et à l'Allemagne. Dans plusieurs pays en développement, moins de 1% de la population a reçu au moins une dose de rappel.

Or la part dans le monde entier atteint un tiers, a ajouté le Comité. La Suisse et d'autres pays s'étaient résolus à accepter à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) une levée provisoire des brevets sur les vaccins, mais seulement après deux ans de pandémie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Les Aspects Planétaires du jour vous contraignent à faire le point afin de savoir ce que vous ne voulez plus dans votre vie. Des priorités vont s’imposer !

Les Sujets à la Une

X