Rejoignez-nous

International

Des milliers de manifestants colombiens à nouveau dans la rue

Publié

,

le

Les Colombiens sont à nouveau descendus dans les rues de plusieurs villes du pays, comme ici à Catagena. (© KEYSTONE/EPA/RICARDO MALDONADO ROZO)

Des milliers de Colombiens sont à nouveau descendus dans la rue mardi pour protester contre le gouvernement du président Ivan Duque. Ils réclament au Parlement, qui ouvre une session, des réformes pour plus de justice sociale et contre la répression policière.

"J'espère que ce Parlement va enfin à légiférer en faveur des intérêts de tout le peuple colombien et pas seulement d'un groupe d'individus qui s'enrichissent", a déclaré à l'AFP Ivan Chaparro, un dentiste de 46 ans, au milieu d'une manifestation festive dans le centre de Bogota, qui a rassemblé environ 5000 personnes.

"Nous nous battons pour faire valoir nos droits en matière de santé, d'éducation et de non-violence", a ajouté Noelia Castro, une enseignante de 30 ans.

Manifestations majoritairement pacifiques

Le gouvernement a dénombré quelques 195 manifestations dans 95 municipalités colombiennes. Des incidents entre forces de l'ordre et manifestants radicaux, armés notamment de machettes, ont fait une dizaine de blessés civils à Medellin et à Cali. Quelque 21 policiers ont également été blessés, dont un à l'oeil, selon les forces de l'ordre.

Le ministre de l'Intérieur Daniel Palacios a toutefois jugé que "les manifestations pacifiques avaient prévalu sur les actes de violence", dans une déclaration à la presse.

Le Comité national de grève, initiateur de la mobilisation fin avril, mais qui n'en représente pas toutes les composantes, a appelé à la reprise des rassemblements après plus d'un mois de pause.

Pauvreté

Les protestataires exigent plus de justice sociale, une réforme de la police, accusée de réprimer brutalement les manifestations, et un Etat plus solidaire face aux dégâts sociaux causés par la pandémie. Quelque 42 % des 50 millions de Colombiens vivent désormais dans la pauvreté.

Composé d'étudiants, d'associations indigènes et sociales, le Comité avait suspendu ses mobilisations le 15 juin. Plusieurs semaines de pourparlers avec le gouvernement n'ont abouti à rien.

Les revendications du Comité "nous allons les présenter au Parlement puisque le gouvernement n'a pas voulu négocier", a déclaré Fabio Arias, dirigeant de la Centrale unitaire des travailleurs à la radio locale W Radio.

Les forces de l'ordre ont fermé les accès au siège de la présidence et du Parlement.

Déploiement de militaires et policiers

La veille, le gouvernement avait annoncé le déploiement de 65'000 militaires et policiers dans le pays en prévision des manifestations qu'il accuse d'être infiltrées par des dissidents de l'ex-guérilla des Forces armée révolutionnaires de Colombie (FARC) et des rebelles de l'Armée nationale de libération (ELN), dernière guérilla active dans le pays.

Plus de 60 personnes ont été tuées et plusieurs milliers d'autres blessées depuis le 28 avril, selon le bureau de la Défense du peuple, un organisme public chargé de veiller au respect des droits humains.

Le gouvernement d'Ivan Duque, au pouvoir depuis 2018, a été confronté à plusieurs vagues de contestation. La dernière a débuté fin avril pour protester contre un projet d'augmentation de la TVA et d'élargissement de la base de l'impôt sur le revenu, depuis retiré.

Nouvelle réforme fiscale

Mardi, le président de droite, dont l'impopularité s'élève à 76%, a inauguré la nouvelle session parlementaire qui va devoir débattre d'une nouvelle réforme fiscale. "Les voix dans la rue nous les entendons et elles doivent nourrir le débat, mais vous êtes convoqués par l'histoire pour être les porte-parole d'un pays en pleine transformation", a-t-il déclaré.

Pour cette nouvelle réforme, le gouvernement a renoncé aux points les plus polémiques et espère récupérer 3,9 milliards de dollars dans les caisses de l'Etat.

Le précédent projet prévoyait une rentrée de 6,3 milliards de dollars. Il avait été le détonateur de la colère des Colombiens et avait valu au ministre des Finances, Alberto Carrasquilla, de démissionner.

Un projet de réforme de la police, annoncé mi-juin par Ivan Duque, doit également être débattu au Parlement. Mais il est considéré comme insuffisant par les protestataires qui réclament que la police ne dépende plus du ministère de la Défense.

Les élections législatives auront lieu en mars et la présidentielle en mai 2022.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Nombreux morts dans des raids des shebab en Somalie

Publié

le

Les raids des shebab ont visé trois bases militaires où des membres de l'armée nationale somalienne étaient stationnés (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP African Union-United Nations Information Support Team)

Les autorités somaliennes et les rebelles islamistes radicaux shebab ont respectivement affirmé avoir infligé de lourdes pertes au camp adverse, lors de raids des rebelles lundi sur des bases militaires du sud du pays.

Les raids matinaux ont eu lieu près des villages de Buulo Xaaji et Harboole, à environ 90 km de la ville portuaire de Kismayo. Ils ont visé trois bases militaires où des membres de l'armée nationale somalienne et des paramilitaires de l'Etat du Jubaland étaient stationnés.

Le président du Jubaland, Ahmed Mohamed Islam, a assuré que les attaques avaient été repoussées par les forces gouvernementales et que "135 assaillants" avaient été tués, "comme l'ont confirmé", selon lui, "les commandants des forces de sécurité". Selon lui, plus de 80 des combattants, dont certains blessés, "ont été faits prisonniers", et des armes abandonnées par les shebab saisies.

De leur côté les shebab ont revendiqué les attaques selon l'organisation américaine SITE, qui surveille les activités en ligne de groupes djihadistes. Ils font Etat d'un "bilan initial de 71 morts" dans les rangs des militaires et paramilitaires. "Et le nombre de blessés est plus important", selon un communiqué des rebelles islamistes radicaux partagé par SITE.

Chassés des principales villes en 2011-2012, les shebab, qui combattent le gouvernement central de Mogadiscio, restent solidement implantés dans de vastes zones rurales du centre et du sud du pays, d'où ils mènent des attentats contre des cibles sécuritaires, politiques et civiles.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

International

Pas de JO pour Tadej Pogacar

Publié

le

Tadej Pogacar: une période de repos s'impose (© KEYSTONE/EPA/GUILLAUME HORCAJUELO)

Tadej Pogacar a déclaré forfait pour les Jeux olympiques de Paris, a annoncé le comité olympique slovène. Le champion vient de gagner le Tour de France après avoir déjà remporté le Giro.

"Malheureusement, Tadej Pogacar a annulé sa participation en raison d'un état de fatigue extrême", a déclaré dans un communiqué le sélectionneur de l'équipe olympique de Slovénie, Uros Murn.

Pogacar (25 ans) a survolé le Tour de France, qui a pris fin dimanche à Nice. Il a gagné six étapes et fini avec 6'17 d'avance sur le Danois Jonas Vingegaard. Le Slovène a logiquement besoin de récupérer avant son prochain grand objectif qui est la course sur route des Mondiaux à Zurich en septembre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Kamala Harris salue le bilan de Biden sans évoquer une candidature

Publié

le

Kamala Harris a rendu un hommage vibrant à Joe Biden (archives). (© KEYSTONE/EPA/ALLISON JOYCE)

La vice-présidente américaine Kamala Harris a salué lundi le bilan de Joe Biden, "sans équivalent dans l'histoire moderne" pour un président des Etats-Unis. Elle n'a pas évoqué sa candidature à l'investiture démocrate pour la présidentielle de novembre.

"En un mandat, il a déjà un meilleur bilan que la plupart des présidents qui ont effectué deux mandats", a dit Mme Harris à la Maison Blanche. Il s'agissait de sa première prise de parole depuis le retrait, la veille, de Joe Biden de la course à la présidentielle.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Glissement de terrain dans le sud de l'Ethiopie: au moins 55 morts

Publié

le

De fortes pluies ont frappé le sud de l'Ethiopie lundi matin (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP/Mohamed Sheikh Nor)

Au moins 55 personnes ont péri lundi dans un glissement de terrain consécutif à de fortes pluies, dans une localité de l'Etat régional d'Ethiopie du Sud, ont annoncé les autorités locales. Les opérations de secours se poursuivent.

"Plus de 55 corps ont été retrouvés après le glissement de terrain, provoqué ce (lundi) matin par de fortes pluies et le bilan pourrait s'accroître", a indiqué Dagmawi Zerihun, un responsable de la zone administrative de Gofa, dans un communiqué publié par les autorités de la zone où s'est déroulée la catastrophe.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Cancer

Grâce à l’arrivée énergisante de Mars chez vous, on vous voit animé d'une vitalité débordante créant ainsi une atmosphère stimulante et dynamique.

Les Sujets à la Une

X