Rejoignez-nous

Climat

Inde: au moins 41 morts dans des inondations et glissements de terrain

Publié

,

le

Les autorités de l'Etat himalayen de l'Uttarakhand ont annoncé que des glissements de terrain avaient fait 35 morts, après avoir déjà tué six personnes la veille. (© KEYSTONE/AP)

Au moins 41 personnes sont mortes dans le nord de l'Inde. Elles ont été emportées par les inondations et glissements de terrain déclenchés par plusieurs jours de fortes pluies, selon un nouveau bilan annoncé mardi par les autorités.

Les services de météorologie indiens ont en outre étendu mardi leur alerte. Ils prévoient des pluies "fortes" à "très fortes" dans la région durant les deux prochains jours. Par endroits, plus de 400 mm d'eau sont tombés lundi.

Les autorités de l'Etat himalayen de l'Uttarakhand ont annoncé que des glissements de terrain avaient fait 35 morts, après avoir déjà tué six personnes la veille.

Dégâts considérables

Au moins 30 d'entre eux ont été tués tôt mardi dans sept incidents séparés dans le district de Nainital, le plus touché, après une série de glissements de terrain et d'affaissements d'infrastructures provoqués par un gigantesque déluge.

"30 personnes ont été tuées et beaucoup d'autres sont portées disparues", a déclaré Ashok Kumar Joshi, un responsable du district de Nainital, dans l'Uttarakhand. Selon lui, les intenses précipitations ont entraîné des dégâts considérables dans les zones reculées de cette région montagneuse.

Cinq membres d'une même famille ont notamment été ensevelis dans leur maison, a indiqué un responsable local, Pradeep Jain. Cinq autres victimes ont été tuées dans un glissement de terrain qui s'est produit dans le district d'Almora, dans le nord de l'Uttarakhand, et a englouti leur maison sous les rochers et la boue.

Ecoles fermées

En raison des alertes météorologiques, les autorités ont ordonné la fermeture des écoles et interdit toute activité religieuse ou touristique dans l'Etat.

Des images retransmises par les télévisions et circulant sur les réseaux sociaux montrent des habitants se frayant un chemin dans l'eau qui leur arrive aux genoux près du site touristique du lac de Nainital, ou encore le Gange qui déborde dans la ville de Rishikesh.

Plus d'une centaine de touristes ont été bloqués dans la station de Ramgarh en raison de la crue de la rivière Kosi qui a inondé plusieurs localités.

Réchauffement en cause

Les glissements de terrain frappent régulièrement le Nord himalayen de l'Inde, mais leur nombre augmente selon les experts avec le réchauffement climatique, la fonte des glaciers, les travaux de construction de barrages hydroélectriques et la déforestation.

En février, une crue subite a dévasté la vallée de Rishiganga, dans l'Uttarakhand, tuant quelque 200 personnes. Seuls une soixantaine de corps ont été retrouvés.

Menace sur le Kerala

Selon les prévisions météorologiques, de fortes pluies devraient en outre frapper dans les jours à venir l'Etat méridional du Kerala où des inondations ont déjà fait plus de 27 morts depuis vendredi.

De nombreux barrages dans cet Etat touristique frôlaient le niveau d'alerte, les rivières ont débordé, et les autorités ont procédé à l'évacuation de milliers de personnes. Après un bref répit mardi, de nouvelles fortes précipitations sont attendues au cours des deux prochains jours.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Climat

Personne retrouvée morte lundi dans le Val Maggia identifiée

Publié

le

Le corps de la sexagénaire avait été retrouvé lundi dans la rivière Maggia à Cevio (archives). (© KEYSTONE/TI-PRESS/Alessandro Crinari)

La personne retrouvée sans vie lundi en fin d'après-midi dans le lit de la rivière Maggia à Cevio (TI) a été identifiée. Il s'agit d'une citoyenne suisse de 67 ans domiciliée dans la région de Locarno, indique jeudi la police cantonale tessinoise.

Son corps avait été découvert lundi vers 17h00 dans le cadre des recherches effectuées durant la journée par les agents de la police cantonale, les sauveteurs du Secours Alpin Suisse (SAS) et des unités cynophiles. La police avait alors rappelé qu'un autre corps avait été retrouvé jeudi dernier dans le même secteur.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Forestiers mobilisés dans les vallées touchées par les crues

Publié

le

A Vissoie (VS), la Navizence en crue le 21 juin dernier (Archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Plus d'un mois après les premières crues survenues en Valais, les forestiers des vallées touchées, comme Anniviers et St-Niklaus, sont toujours mobilisés. Un travail de longue haleine pour sécuriser les berges et évacuer les bois flottants.

L'engagement se fait "souvent dans des conditions difficiles", a communiqué jeudi Forêt Valais, l'association faîtière des propriétaires de forêts. Les hommes travaillent notamment avec l'appui d'hélicoptères et de tracteurs forestiers équipés de treuils.

Les cours d'eau des vallées latérales qui sont sortis de leur lit ont arraché et charrié d'énormes quantités de matériaux, dont des arbres qu'il s'agit maintenant d'extraire, de débarrasser et de trier. Le risque étant sinon "que ces bois s'accumulent et forment des barrages dangereux", explique Forêt Valais.

"Les parties propres pourront être brûlées et alimenteront un chauffage à distance". Quant aux bois sablonneux, ils "devront être broyés et lavés avant de pouvoir être valorisés".

Mesures d'urgence

En ce qui concerne la sécurisation des berges, elle nécessite parfois des abattages d'arbres préventifs, "dans le cadre de mesures d'urgence". Par exemple, lorsque la Navizence est sortie de son lit, cette rivière qui part de Zinal pour se jeter dans le Rhône au niveau de Chippis, s'est déportée et a érodé la berge qui soutient la route.

Les forestiers vont donc abattre les arbres qui se trouvent le long de la berge opposée, là où la rivière va être déviée, pour éviter que des arbres ne tombent à l'eau et ne posent problème, détaille Forêt Valais. D'autres coupes ciblées ont été effectuées dans la vallée, toujours dans le cadre des mesures urgentes. Elles représentent au total "550 mètres cubes de bois".

Embâcle coriace

Dans la vallée de St-Niklaus, les forestiers luttent avec "un embâcle particulièrement coriace" dans la Viège, relève Forêt Valais. Pour l'heure, 60 tonnes de bois, plastiques, morceaux de canalisation et autres panneaux de construction ont été évacuées à l'aide d'un hélicoptère équipé d'un grappin.

Une quantité similaire de matériaux bloque encore la gorge. "Après un essai infructueux à l'explosif, les professionnels poursuivent leur travail à l'aide d'un treuil motorisé", précise l'association faîtière.

Forêts protectrices

Les arbres jouent un rôle de protection fondamental sur les bassins versants et à proximité des cours d'eau. Leurs racines stabilisent et protègent le sol, réduisant les risques d'érosion et de glissement, et le sol forestier profond permet de stocker l'eau des précipitations et de la fonte des neiges, évitant les ruissellements superficiels et l'augmentation du débit des cours d'eau, rappelle Forêt Valais.

"Sans le soin apporté aux forêts, les dégâts causés par les crues auraient été beaucoup plus importants. C'est pourquoi l'entretien sylvicole des berges fait partie intégrante des mesures de sécurisation des cours d'eau", complète l'association.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Glissement de terrain en Ethiopie: 257 morts

Publié

le

Les habitants recherchent souvent avec des pelles de fortunes des membres de leurs familles disparus dans le glissement de terrain. (© KEYSTONE/EPA/STRINGER)

Le bilan du glissement de terrain survenu lundi dans une zone difficile d'accès du sud de l'Ethiopie est désormais de 257 morts. Il pourrait atteindre les 500 tués, rapporte jeudi l'Ocha, l'agence humanitaire de l'ONU dans un rapport de situation.

"Les opérations de secours se poursuivent" et "les habitants creusent principalement à mains nues ou avec des pelles faute d'autres options", écrit le Bureau des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha). "Le bilan devrait augmenter jusqu'à hauteur des 500 morts, selon les informations communiquées par les autorités locales", ajoute-t-il.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Le typhon Gaemi prend la direction de la Chine

Publié

le

Le typhon se dirige vers la Chine. (© KEYSTONE/AP/Dita Alangkara)

Le puissant typhon Gaemi a balayé Taïwan dans la nuit de mercredi à jeudi, faisant deux morts, et a pris la direction de l'est de la Chine.

La veille, cette forte tempête accompagnée de vents violents et de fortes précipitations avait contraint l'île à annuler ses manoeuvres militaires annuelles, à fermer les écoles et les bureaux ainsi qu'à évacuer des milliers de personnes des régions présentant un risque élevé de glissements de terrain.

Jeudi matin, les rafales de vent étaient moins puissantes, à 154 km/h, après que le centre du typhon s'est déplacé en direction de la mer vers 04H20 (22H20 Heure suisse), a indiqué l'Administration centrale de la météo de Taïwan.

Le vent et la pluie continuent de menacer plusieurs parties de Taïwan, ainsi que les îles de Penghu, Kinmen et Matsu, a-t-elle cependant mis en garde. La tempête, qui se dirige vers la province chinoise du Fujian, située à l'est, a entraîné des inondations dans le sud de Taïwan.

Plusieurs villes, dont Taipei, ont annoncé que les écoles et les bureaux de l'administration resteront fermés pour la deuxième journée consécutive. La Bourse a également été suspendue jeudi.

Le typhon a tué deux personnes et blessé plus de 200 autres avant même qu'il ne touche terre. Un motard a été écrasé jeudi par la chute d'un arbre à Kaohsiung, une ville du sud, et une conductrice a été tuée par la chute de débris sur sa voiture dans la province de Hualien, dans le nord-est, selon les autorités.

Taïwan connaît chaque année des tempêtes tropicales de juillet à octobre mais les experts considèrent que le changement climatique a augmenté leur intensité.

Au maximum de sa puissance, les rafales de vent qui accompagnaient Gaemi ont soufflé à 190 km/h alors qu'il se dirigeait vers Taïwan, ce qui a conduit les prévisionnistes à dire qu'il devrait être le typhon "le plus puissant" à toucher terre depuis huit ans.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Bélier

Il y a eu, début juin, des discussions dont les effets bénéfiques vous procurent une fierté légitime face aux résultats concluants qui arrivent ce jeudi !

Les Sujets à la Une

X