Rejoignez-nous

International

Israël et la Turquie rétablissent des relations bilatérales totales

Publié

,

le

Le Premier ministre israélien Yaïr Lapid a annoncé le retour des ambassadeurs et des consuls généraux dans les deux pays. (© KEYSTONE/EPA/RONEN ZVULUN / POOL)

Israël et la Turquie ont annoncé mercredi le rétablissement complet de leurs relations diplomatiques et le retour des ambassadeurs dans les deux pays. Ankara a toutefois aussitôt souligné sa volonté de "continuer à défendre" les Palestiniens.

Les relations israélo-turques ont connu un réchauffement ces derniers mois après une brouille de plusieurs années provoquée au départ par l'affaire du navire turc Mavi Marmara.

En 2010, les forces israéliennes avaient lancé un assaut meurtrier contre ce navire qui tentait d'acheminer de l'aide à Gaza, enclave palestinienne sous blocus israélien et contrôlé par les islamistes du Hamas, qui ont d'ailleurs des représentants en Turquie.

En mai 2018, après la mort d'une cinquantaine de Palestiniens tués par l'armée israélienne à Gaza, la Turquie avait rappelé son ambassadeur en Israël et renvoyé l'ambassadeur israélien. Israël avait riposté en renvoyant le consul général turc à Jérusalem.

Retour des ambassadeurs

Mercredi, le Premier ministre israélien Yaïr Lapid a annoncé le retour des ambassadeurs et des consuls généraux dans les deux pays après la "décision d'élever le niveau des liens à des relations diplomatiques pleines et entières".

"Le rétablissement des relations avec la Turquie est un atout important pour la stabilité régionale et une nouvelle économique très importante pour les citoyens d'Israël", a-t-il dit dans un communiqué.

M. Lapid s'est entretenu au téléphone dans la soirée avec le président turc Recep Tayyip Erdoganc, selon un communiqué de son bureau.

"Le Premier ministre et le président ont convenu que ces derniers développements sont des éléments importants dans le renforcement des relations qui vont amener à de nombreuses réalisations, notamment dans les domaines touristiques et économiques", affirme le communiqué.

M. Lapid a précisé que les vols directs d'Israël vers la Turquie allaient reprendre prochainement.

Les Palestiniens toujours défendus

A Ankara, le chef de la diplomatie Mevlüt Cavusoglu a affirmé que la Turquie "continuera de défendre les droits des Palestiniens", malgré ce dégel.

"Il est important que nos messages (sur la question palestinienne) soient transmis directement par l'intermédiaire de l'ambassadeur", a-t-il souligné en annonçant la nomination prochaine d'un ambassadeur à Tel-Aviv.

M. Erdogan, fervent défenseur des Palestiniens et qui maintient des liens étroits avec le Hamas, a par le passé critiqué la politique israélienne envers les Palestiniens.

L'armée israélienne occupe depuis 1967 le territoire palestinien de Cisjordanie de même que Jérusalem-Est, la partie orientale de la Ville sainte. Elle soumet en outre depuis plus de 15 ans Gaza à un blocus.

"Toute normalisation avec l'occupant (israélien) est une légitimation de sa présence sur nos terres", a réagi le Hamas, bête noire d'Israël.

"Nous attendons de tous les pays arabes, musulmans et amis qu'ils isolent l'occupant et lui mettent la pression afin de répondre aux droits légitimes des Palestiniens", a affirmé à l'AFP Bassem Naïm, cadre du mouvement palestinien armé à Gaza.

"Tant qu'Erdogan est au pouvoir il y aura une certaine hostilité de la Turquie envers Israël à cause de son attache islamiste. Il continuera de soutenir le Hamas par exemple", dit à l'AFP Ephraïm Inbar, directeur du Jerusalem Institute for Strategy and Security (JISS).

Pays stratégique

"La Turquie est un important pays musulman, qui peut faire contrepoids face à l'Iran donc c'est un pays très stratégique" pour Israël, relève-t-il.

En juin, Israël avait appelé ses ressortissants à quitter "dès que possible" la Turquie par crainte d'attaques de l'Iran, pays ennemi de l'Etat hébreu, avant d'abaisser le niveau d'alerte.

La question des touristes israéliens, qui visitent par dizaines de milliers la Turquie chaque année, a d'ailleurs contribué à favoriser ce dégel.

Investissements

Fin 2021, M. Erdogan s'était entretenu au téléphone avec le président israélien Isaac Herzog et l'ex-Premier ministre Naftali Bennett, les premiers entretiens du genre depuis 2013, à l'occasion de la libération d'un couple d'Israéliens accusés d'espionnage et détenus en Turquie.

Puis M. Herzog s'est rendu à Ankara en mars, la première visite du genre depuis 2007.

Des gestes qui ont progressivement ouvert la voie à la normalisation, soulignent des analystes.

La Turquie fait face à une forte inflation et à l'effondrement de sa monnaie. Dans ce contexte, Ankara "tente de normaliser ses relations avec beaucoup de pays dans la région" dont les Emirats arabes unis ou l'Arabie saoudite, dans le but "d'attirer des investissements étrangers directs", estime Gallia Lindenstrauss, analyste à l'Institut des études stratégiques (INSS) à Tel-Aviv.

En janvier, M. Erdogan a annoncé que son pays était prêt à coopérer avec Israël sur un projet de gazoduc visant à relier des gisements israéliens en Méditerranée orientale à la Turquie pour ensuite acheminer cette manne vers l'Europe.

Une gazoduc Israël/Turquie faciliterait les livraisons de gaz israélien à des pays européens qui cherchent à réduire leurs importations de Russie, mais reste pour l'heure au simple état de projet.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Huit blessés après un séisme de magnitude 6,3 dans l'ouest du Japon

Publié

le

Les médias locaux ont fait état d'une douzaine de bris de canalisations d'eau à Uwajima. (© KEYSTONE/AP)

Huit personnes ont été légèrement blessées lors d'un séisme d'une magnitude de 6,3 survenu mercredi soir dans un détroit de l'ouest du Japon, rapportaient jeudi les autorités et les médias locaux. Le tremblement de terre n'a pas déclenché d'alerte au tsunami.

Ce premier bilan mentionne des blessures sans gravité, notamment dues à des chutes et des dégâts mineurs.

L'hypocentre du tremblement de terre a été localisé à proximité du port d'Uwajima dans le détroit de Bungo, qui sépare les îles de Kyushu et de Shikoku, à une profondeur d'environ 25 kilomètres, selon l'institut géologique américain USGS. L'agence météorologique japonaise JMA lui a attribué une magnitude de 6,4 et évaluait sa profondeur à 50 km.

L'autorité japonaise de sûreté nucléaire (NRA) a affirmé de son côté que la centrale nucléaire d'Ikata, située dans la région, fonctionnait normalement. "Aucune anomalie n'a été détectée", a-t-elle assuré.

Jeudi matin, les médias locaux faisaient état d'une douzaine de bris de canalisations d'eau à Uwajima, dans le département d'Ehime. Des routes étaient aussi bloquées dans ce département à cause d'un glissement de terrain et de chutes de pierres.

Grosse frayeur

"J'étais sur le point d'aller me coucher quand j'ai entendu un grondement et j'ai su qu'un séisme allait se produire. Puis j'ai ressenti une secousse telle que je n'en avais jamais connu de ma vie et cela a continué à trembler pendant 10 ou 20 secondes", a raconté un pêcheur à la chaîne de télévision NHK. Il a ajouté que quelques petits objets étaient tombés dans sa maison, mais que celle-ci n'avait pas subi de dégâts majeurs.

S'étendant au carrefour de plusieurs plaques tectoniques le long de la "ceinture de feu" du Pacifique, le Japon est l'un des pays où l'activité sismique est la plus importante au monde.

Ainsi, 2227 secousses d'intensité 1 ou supérieure sur l'échelle japonaise shindo (intensité sismique) ont été ressenties dans l'archipel en 2023, dont 19 séismes de magnitude égale ou supérieure à 6, selon la JMA. La grande majorité de ces séismes sont bénins et même les plus forts causent généralement peu de dégâts, grâce notamment à l'application de normes de construction antisismiques extrêmement rigoureuses.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Vote samedi aux Etats-Unis sur l'aide à l'Ukraine

Publié

le

L'Ukraine manque de munitions pour repousser les assauts des troupes russes (archives). (© KEYSTONE/AP/MATT ROURKE)

La chambre américaine des représentants va voter samedi sur des enveloppes de plusieurs milliards de dollars pour l'Ukraine, Israël et Taïwan. Ces textes ont reçu le soutien appuyé du président américain Joe Biden.

Les élus se prononceront sur quatre propositions de loi dont les contours ont été dévoilés en début d'après-midi mercredi. La première prévoit près de 61 milliards de dollars pour aider l'Ukraine, principalement de l'aide militaire.

Des textes distincts planifient également le déblocage de plus de 26 milliards de dollars pour soutenir Israël et plusieurs milliards de dollars pour Taïwan.

"C'est un message très important que nous allons envoyer au monde cette semaine", a déclaré le chef républicain de la chambre américaine des représentants, Mike Johnson, qui a longtemps bloqué l'envoi de fonds pour l'Ukraine.

Empêtré dans des querelles partisanes, le congrès bute depuis des mois sur l'adoption d'une enveloppe pour Kiev. L'Ukraine manque désespérément de munitions dans sa guerre face à la Russie et les crédits américains sont épuisés.

Trumpistes à la manoeuvre

Dans un communiqué publié dans l'après-midi, le président américain Joe Biden s'est dit "très favorable" à ces enveloppes. "La chambre des représentants doit adopter ces textes cette semaine et le Sénat devra agir dans la foulée", a exhorté le démocrate, qui plaide depuis des mois pour l'envoi de ces fonds.

Une enveloppe de 60 milliards de dollars d'assistance militaire et économique pour l'Ukraine avait été adoptée au Sénat en février. Mais les républicains de la chambre des représentants ont refusé d'examiner le texte, en raison, entre autres, d'un différend sur la question de l'immigration.

L'annonce de Mike Johnson a été rejetée par certains de ses collègues républicains, ravivant la possibilité d'une motion de censure et d'une nouvelle crise à la chambre. Son prédécesseur, Kevin McCarthy avait été destitué l'an dernier après une rébellion de l'aile trumpiste de son parti.

Mike Johnson a plongé le parti républicain "dans le chaos en servant les démocrates et en adoptant l'ordre du jour de Biden", a critiqué sur le réseau social X (ex-Twitter) l'élue Marjorie Taylor Greene.

"Maintenant, il va financer des guerres à l'étranger", a-t-elle ajouté. Il "doit annoncer une date pour sa démission et permettre aux républicains d'en élire un nouveau afin de mettre l'Amérique d'abord et faire passer un programme républicain". Le "speaker" a écarté tout départ volontaire.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Attaque contre Israël: l'UE impose de nouvelles sanctions à l'Iran

Publié

le

Les plus de 300 missiles et drones iraniens envoyés sur Israël ont été en très grande majorité interceptés. (© KEYSTONE/EPA/ATEF SAFADI)

L'Union européenne a décidé mercredi d'imposer de nouvelles sanctions contre l'Iran visant les producteurs de drones et de missiles, a déclaré le président du Conseil européen. Bruxelles emboîte le pas aux Etats-Unis, qui avaient aussi annoncé des sanctions la veille.

"Nous voulions envoyer un message clair" après l'attaque de missiles et de drones de samedi soir contre Israël, a déclaré Charles Michel à l'issue d'un sommet à Bruxelles rassemblant les dirigeants des 27 pays membres. "L'idée est de viser les sociétés qui ont un rôle dans la fabrication des drones et des missiles", a-t-il ajouté.

L'Iran a lancé plus de 300 drones et des missiles en direction du territoire israélien dans la nuit de samedi à dimanche, en riposte à une frappe, le 1er avril, sur l'annexe consulaire de l'ambassade iranienne à Damas, en Syrie, attribuée à Israël.

La presque totalité des missiles et drones ont été détruits avant de toucher le territoire israélien. Il s'agissait de la première attaque directe de l'Iran contre Israël.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

L'hélicoptère de la NASA sur Mars envoie son dernier message

Publié

le

Alors qu'Ingenuity ne devait décoller que cinq fois, il a été déployé 72 fois au total. (© KEYSTONE/AP NASA)

Le petit hélicoptère Ingenuity envoyé sur Mars par la NASA a transmis son dernier message à la Terre, a annoncé mardi l'agence américaine de l'espace. Il doit désormais servir d'unité fixe pour rassembler des données à la surface de la planète rouge.

Ingenuity était devenu en 2021 le premier appareil motorisé à effectuer un vol sur une autre planète. Il avait ainsi prouvé qu'il était possible de voler dans l'air martien, d'une densité équivalente à seulement 1% celle de l'atmosphère terrestre.

Ne pesant que 1,8 kilogramme, l'hélicoptère ressemblait plutôt à un gros drone. Au total, il a parcouru 17 kilomètres et volé jusqu'à une altitude de 24 mètres. Son temps de vol cumulé s'élève à plus de deux heures.

Il était arrivé sur Mars en février 2021, avec le rover Perseverance pour lequel il a joué le rôle d'éclaireur aérien afin d'aider son compagnon à roues à rechercher d'éventuels signes d'une vie microbienne ancienne.

Longévité remarquable

"Un long adieu", a écrit la NASA sur le réseau social X (ex-Twitter). "L'équipe d'Ingenuity a reçu le dernier message de #MarsHelicopter, qui servira maintenant de banc d'essai, récoltant des données qui pourraient aider les futurs explorateurs de la planète rouge".

La longévité d'Ingenuity a été remarquable, sachant notamment qu'il devait survivre aux nuits glaciales martiennes en se réchauffant grâce à des panneaux solaires qui chargeaient ses batteries la journée.

L'hélicoptère ne devait à l'origine décoller que cinq fois, mais devant ses très bonnes performances, la mission avait été prolongée, jusqu'en janvier 2024. Il a été déployé 72 fois au total.

L'agence spatiale américaine a annoncé lundi qu'elle cherchait des moyens de rapporter sur terre des roches prélevées sur Mars par Perseverance de façon plus rapide et moins coûteuse, après des critiques sur l'importance de son budget.

L'annonce a été faite alors que la mission chinoise Tianwen-3 pour le retour d'échantillons venus de la planète rouge devrait être lancée vers 2030, selon les médias d'Etat, dans un contexte de rivalité entre les deux puissances.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Des instants précieux vous attendent en compagnie de personnes que vous aimez beaucoup. Moments qui seront une véritable bouffée d'air frais loin des soucis.

Les Sujets à la Une

X