Rejoignez-nous

International

Les dernières volontés du prince Philip, secrètes pour 90 ans

Publié

,

le

Le Duc d'Edimbourg est décédé le 9 avril à l'âge de 99 ans. (© KEYSTONE/AP pool PA/ADRIAN DENNIS)

Les dernières volontés du prince Philip, époux d'Elizabeth II décédé en avril, resteront scellées pendant 90 ans, selon un jugement rendu jeudi. Le but est de protéger la "dignité" de la reine.

Prince consort à la longévité record, le Duc d'Edimbourg est décédé le 9 avril à l'âge de 99 ans. Les conventions depuis plus d'un siècle veulent que, après la mort d'un membre éminent de la famille royale britannique, demande soit faite auprès du président de la division famille de la Haute-Cour de Londres que les dernières volontés du défunt soient scellées.

Dans une décision publiée jeudi, le magistrat Andrew Mc Farlane a ordonné que les volontés du prince Philip soient scellées pour 90 ans. Elles ne seront ouvertes qu'en privé même une fois ce délai échu.

"J'ai estimé qu'en raison de la position constitutionnelle de la souveraine, il est approprié d'avoir une pratique spéciale en ce qui concerne les testaments royaux", a-t-il écrit, jugeant "nécessaire de renforcer la protection accordée aux aspects véritablement privés de ce groupe limité d'individus afin de préserver la dignité de la souveraine et des membres proches de sa famille".

"Bien qu'il puisse y avoir une curiosité publique quant aux dispositions privées qu'un membre de la famille royale peut choisir de prendre dans son testament, il n'y a pas de véritable intérêt public à ce que le public ait connaissance de cette information totalement privée", a-t-il ajouté.

Il souligne également que "l'intérêt des médias à cet égard est commercial" et que "le degré de publicité que cette publication serait susceptible d'attirer serait très étendu et totalement contraire à l'objectif de maintenir la dignité de la souveraine". Le magistrat a en outre précisé, dans "l'intérêt public", qu'il n'a vu ni eu connaissance du contenu du testament hormis la date de son exécution et l'identité de son exécuteur.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Brésil: approbation d'un rapport accablant pour Bolsonaro

Publié

le

Le rapport de la commission d'enquête parlementaire (CPI) sur la pandémie, approuvé mardi, recommande l'inculpation du président brésilien Jair Bolsonaro (archives). (© KEYSTONE/AP/Eraldo Peres)

La commission d'enquête parlementaire (CPI) sur la pandémie au Brésil a approuvé tard mardi le rapport accablant de ses six mois d'enquête. Il recommande l'inculpation du président Jair Bolsonaro pour neuf crimes, dont "crime contre l'humanité".

A l'issue de dizaines d'auditions, souvent poignantes, la CPI a accusé le gouvernement d'avoir "délibérément exposé" les Brésiliens à "une contamination de masse".

Sept des 11 sénateurs ayant mené les travaux de la commission ont approuvé en soirée le texte de près de 1200 pages qui demande l'inculpation du président pour, notamment, "crime contre l'humanité", "prévarication", "charlatanisme" et "incitation au crime". A l'issue du vote, les sénateurs ont observé une minute de silence en hommage aux plus de 606'000 Brésiliens décédés du Covid-19.

Le texte, qui avait été présenté par le rapporteur Renan Calheiros la semaine dernière, recommande aussi l'inculpation de quelque 80 personnes, dont plusieurs ministres, ex-ministres, compagnies et les trois fils aînés de Bolsonaro, tous des élus.

Crimes "intentionnels"

La CPI ne pouvant aller plus loin, son rapport va être transmis au parquet, seul compétent pour inculper les personnes qu'elle a incriminées. Mais dans le cas de Jair Bolsonaro, les spécialistes jugent une inculpation peu probable, puisqu'elle est du ressort du procureur général, Augusto Aras, un allié du président. Toutefois, le "crime contre l'humanité" pourrait être jugé à la Cour pénale internationale de La Haye.

Le président brésilien - antivaccin, anti-pass sanitaire et dont la cote de popularité est au plus bas - s'était dit la semaine dernière "coupable d'absolument rien". "Nous savons que nous avons fait ce qu'il fallait dès le début", avait-il lancé.

Les accusations de la CPI devraient donc avoir une portée surtout symbolique pour l'heure, Jair Bolsonaro bénéficiant aussi de soutiens au Parlement à même de lui éviter une destitution.

Mais pour la CPI, ces crimes sont "intentionnels", le gouvernement ayant délibérément décidé de ne pas prendre les mesures nécessaires contre le coronavirus, espérant que la population atteigne "l'immunité collective", une stratégie "à haut risque".

"Retard délibéré"

La CPI a notamment dénoncé le "retard délibéré" dans l'acquisition de vaccins, le gouvernement ayant préféré promouvoir des traitements inefficaces comme l'hydroxychloroquine, avec des "conséquences tragiques" pour la population.

La CPI a aussi enquêté sur les responsabilités gouvernementales dans la pénurie d'oxygène qui a tué des dizaines de patients à Manaus (nord), et sur les relations entre Brasilia et des mutuelles de santé privées.

L'une d'elles, Prevent Senior, est soupçonnée d'avoir mené, à l'insu de ses patients, des expériences avec des traitements précoces et d'avoir fait pression sur ses médecins pour les prescrire à des "cobayes humains".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Alphabet dépasse largement les attentes, perte pour Twitter

Publié

le

Alphabet, la maison-mère de Google, a enregistré au troisième trimestre un résultat dépassant largement les attentes du marché avec un bénéfice net de 18,9 milliards de dollars (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP/MARK LENNIHAN)

Alphabet, la maison-mère de Google, a dégagé au troisième trimestre un bénéfice net de 18,9 milliards de dollars. Twitter affiche pour sa part une perte de 537 millions de dollars mais une hausse de son chiffre d'affaires publicitaire.

Alphabet, numéro un mondial de la publicité en ligne, qui est sous le coup de nombreuses enquêtes et poursuites pour des soupçons de pratiques anticoncurrentielles, continue de récolter plus de recettes aussi bien grâce à YouTube que par son moteur de recherche. Au troisième trimestre, son chiffre d'affaires a bondi de 41% à 65 milliards de dollars, bien au-delà des attentes du marché.

De juillet à septembre, son service de vidéos a ainsi vendu pour 7,2 milliards de dollars d'espaces publicitaires finement ciblés en fonction des contenus et des utilisateurs, contre 5 milliards à la même période l'an passé, d'après un communiqué de résultats paru mardi.

Son activité de cloud (informatique à distance), a réalisé près de 5 milliards de dollars de chiffre d'affaires, en hausse de 45% sur un an. "La transformation numérique et la transition vers le travail hybride (au bureau et à distance, ndlr) continuent, et nos services de cloud aident les organisations à collaborer", a indiqué Sundar Pichai, le patron de la firme, dans un communiqué.

Publicité

Pour le trimestre en cours, celui des fêtes de fin d'année, Alphabet espère en outre se faire une place sur le marché des smartphones. Il a sorti ce mois-ci le Pixel 6, une nouvelle gamme d'appareils avec un processeur conçu par Google et de nombreuses fonctionalités d'intelligence artificielle.

Mais le moteur de Google reste la publicité. Le groupe californien détient 28,6% du marché publicitaire numérique mondial en 2021, selon le cabinet eMarketer, juste devant son voisin Facebook et ses 23,7% de parts du gâteau.

En plus du moteur de recherche devenu synonyme d'internet, et de YouTube, le groupe dispose d'une galaxie de services, de la cartographie (Google Maps) aux courriels (Gmail) qui sont massivement utilisés par les internautes, et donc prisés des annonceurs.

Perte liée à un accord pour Twitter

Twitter a de son côté enregistré au troisième trimestre une très lourde perte de 537 millions de dollars, lié à un accord amiable avec des actionnaires qui s'estimaient lésés. Le réseau social avait annoncé, fin septembre, le versement de 809,5 millions de dollars pour solder un contentieux qui portait sur la communication de l'entreprise début 2015, jugée trompeuse par plusieurs actionnaires, à l'origine d'une action en justice.

Plusieurs mois s'étaient écoulés avant que Twitter ne livre une image plus conforme à son activité réelle. Dans l'intervalle, des dirigeants du groupe avaient vendu pour 281 millions de dollars d'actions Twitter, à des prix qui ne reflétaient pas, selon les actionnaires, la situation du groupe.

L'accord a entraîné une charge exceptionnelle de 766 millions intégrée dans les comptes de ce trimestre, qui a fait plonger le résultat dans le rouge, avec une perte ajustée de 54 cents par action, quand le marché attendait un bénéfice de 17 cents.

Pour autant, malgré ce trou d'air, les investisseurs ont bien accueilli ces résultats, le titre prenant 2,95% dans les échanges électroniques postérieurs à la clôture de Wall Street.

Revenus publicitaires en hausse

Le groupe à l'oiseau bleu a en effet enregistré un chiffre d'affaires conforme aux attentes, à 1,28 milliard de dollars, avec des revenus publicitaires en hausse de 41% sur un an et même de 8,5% d'un trimestre sur l'autre.

Twitter tire ainsi son épingle du jeu ce trimestre quand d'autres réseaux sociaux, en premier lieu Facebook, ont souffert des effets d'un mise à jour du système d'exploitation de l'iPhone.

La version 14.5 d'iOS demande ainsi désormais à l'utilisateur s'il souhaite ou non permettre à une application téléchargée sur l'iPhone de suivre son parcours en ligne en dehors de l'appli. S'il refuse, l'application ne peut plus collecter de données lorsque l'utilisateur se rend sur d'autres sites et d'autres applications, ce qui était le cas jusqu'ici.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Aucun joueur ne devine la bonne combinaison de l'Euro Millions

Publié

le

Pas de gros lot au tirage d'Euro millions ce mardi. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante à l'Euro Millions vendredi soir. Pour gagner, il fallait jouer les numéros 12, 15, 20, 42 et 44, ainsi que les étoiles 1 et 2.

Lors du prochain tirage mardi, 58 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Réseaux sociaux au Sénat américain pour évoquer son influence sur les enfants

Publié

le

TikTok réunit en majorité des ados. (© KEYSTONE/AP/KIICHIRO SATO)

Les projecteurs se sont braqués mardi sur TikTok, Snapchat et YouTube, accusés, comme Facebook, de nuire à la santé mentale et physique des enfants en les surexposant aux vies apparemment idéales d'autres personnes, ainsi qu'à des images et publicités inappropriées.

Des représentants de ces trois plateformes, ultra populaires auprès des jeunes, ont tenté de prouver à des sénateurs américains qu'ils s'en sortaient mieux que Facebook sur ces sujets.

Mais Facebook et son application Instagram n'ont pas le monopole du mal-être adolescent, ont rétorqué les élus. "Etre différent de Facebook n'est pas une défense", a déclaré le démocrate Richard Blumenthal. "Nous voulons une course vers le haut, pas vers le bas".

Cette audition intervient quelques semaines après celle, devant la même commission au Commerce, de la lanceuse d'alerte Frances Haugen.

Cette ancienne ingénieure de Facebook a révélé, documents à l'appui, que le géant des réseaux sociaux était au courant des effets néfastes de ses services sur une partie des adolescents qui les utilisent, d'après ses propres recherches menées en interne.

Selon Frances Haugen, le groupe californien fait passer les profits avant ses usagers, une formule désormais reprise à l'envie par un grand nombre d'ONG et d'élus, pas seulement pour le leader du secteur.

13 ans

Le sénateur démocrate Richard Blumenthal a relayé les récits de parents désarmés face à l'expérience de leurs enfants sur les réseaux, comme cette mère dont la fille a été "submergée de vidéos sur le suicide, l'automutilation et l'anorexie parce qu'elle était déprimée et cherchait des contenus sur ces sujets".

Ses pairs ont aussi questionné les choix des plateformes en termes d'âge minimum, de méthodes de modération des contenus (humains et/ou algorithmes) et de protection de la vie privée.

Les représentants se sont défendus à coup de comparaisons flatteuses et de mesures déjà mises en place.

"Snapchat a été construit comme un antidote aux réseaux sociaux", a indiqué Jennifer Stout, une vice-présidente du groupe Snap. Snapchat, fréquenté par 500 millions d'utilisateurs mensuels, a fixé à 13 ans l'âge minimum pour s'inscrire sur le réseau.

L'application se distingue des autres en étant beaucoup moins ouverte aux contenus extérieurs. Les (jeunes) utilisateurs échangent principalement entre eux et ont accès, sur un fil de "découverte", à des vidéos et textes de médias, clubs sportifs, marques, etc.

TikTok et YouTube proposent eux des versions adaptées pour les plus jeunes, avec des dispositifs spécifiques. La version de TikTok pour les moins de 13 ans ne permet ainsi pas de poster des vidéos ou de commenter les vidéos postées par d'autres.

Pour les 13-16 ans, le réseau social interdit les retransmissions en direct (livestream) et associe, par défaut, à ces jeunes utilisateurs un compte privé, ce qui signifie qu'il ne peut être consulté que par des personnes autorisées par le détenteur du compte.

"Pas fini de nous entendre"

"Nous avons constaté que les personnes qui souffrent de troubles de l'alimentation viennent sur TikTok pour en parler d'une façon positive", a assuré Michael Beckerman, le responsable des affaires publiques de la filiale du chinois ByteDance, dont une version séparée existe en Chine (sous le nom de Douyin).

La plateforme a annoncé fin septembre avoir dépassé le milliard d'utilisateurs mensuels actifs, loin derrière YouTube et ses 2,3 milliards d'usagers qui se connectent au moins une fois par mois (en 2020).

Le service de vidéo de Google a de son côté mis en avant ses efforts pour retirer les millions de contenus qui enfreignent ses règlements.

De nombreux élus veulent légiférer pour inscrire dans les textes davantage de garde-fous pour protéger les mineurs. "Vous n'avez pas fini de nous entendre", a conclu Richard Blumenthal.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Quatre enfants meurent noyés dans un naufrage

Publié

le

Le port de Chios est un des points de chute des migrants, quand ils parviennent à franchir les dangers de la Mer Egée. (© KEYSTONE/EPA ANA-MPA/YANNIS KOLESIDIS)

La Grèce a accusé mardi la Turquie après un nouveau naufrage de migrants dans lequel quatre enfants sont morts noyés et une personne a été portée disparue, au large de l'île grecque de Chios en mer Egée, près des côtes turques.

"C'est tragique mais malgré tous les efforts des garde-côtes grecs, la mort de quatre enfants, âgés de trois à 14 ans, est confirmée, une personne est portée disparue, 22 sont sauvées et prises en charge pour gagner la terre ferme", a déploré le ministre grec des Migrations Notis Mitarachi sur Tweeter.

"Les autorités turques doivent agir davantage pour empêcher à la source l'exploitation (des migrants) par des gangs criminels. Ces traversées ne devraient même pas pouvoir avoir lieu", a-t-il ajouté.

Les 22 personnes sauvées par les garde-côtes grecs malgré une mer agitée sont 14 hommes, sept femmes et un enfant. Ils sont "tous en bon état de santé" et ont été transférés au port de Chios, selon un nouveau communiqué du service des garde-côtes.

Pas de gilet

Selon ce texte, le bateau "surchargé" était parti de Turquie et malgré le vent fort aucun des occupants n'avait reçu de gilet de sauvetage par les passeurs. Le ministre grec de la Marine marchande, Yiannis Plakiotakis, a déclaré que les passeurs avaient fait preuve d'un "mépris criminel pour la vie humaine".

Les garde-côtes grecs ont engagé des recherches avec l'appui d'un navire de l'Otan, de deux hélicoptères et de plusieurs autres bateaux naviguant dans cette zone de la mer Egée.

Selon le Haut commissariat aux réfugiés (HCR), plus de 2500 personnes ont fait la traversée de la mer Egée cette année à partir de la Turquie voisine, contre 9700 en 2020, année pour laquelle le HCR avait recensé plus de 100 morts ou disparus.

Pour 2021, le HCR-Grèce a compté jusqu'ici trois naufrages en mer Egée entre janvier et mars ayant fait six morts dont l'un dans les eaux territoriales grecques au large de l'île de Lesbos.

Pour sa part, l'Organisation internationale des migrations a signalé trois autres naufrages entre avril et septembre dans la même zone ayant fait 13 morts dont huit au large de l'île grecque de Crète.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Pour certains, avis de tempête dans leurs amours… Qu’ils souquent ferme ou leur embarcation risque de chavirer !

Les Sujets à la Une

X