Rejoignez-nous

International

Les républicains pensent s'emparer du Congrès aux élections US

Publié

,

le

Les républicains "accepteront" tous les résultats des scrutins, qu'ils gagnent ou qu'ils perdent, a assuré dimanche la présidente du parti, Ronna McDaniel. (© KEYSTONE/AP/Chris O'Meara)

Revigorée par les sondages, l'opposition des républicains emmenée par Donald Trump veut envoyer "un coup de semonce" à la majorité démocrate et s'emparer du Congrès lors des élections américaines de mi-mandat. Même si le camp au pouvoir n'a pas dit son dernier mot.

A 48 heures de législatives et scrutins locaux "décisifs" pour l'avenir de la "démocratie" aux Etats-Unis, selon les mots de Joe Biden et de l'ancien président Barack Obama, le parti conservateur républicain croit lui en ses chances d'une "vague géante" le 8 novembre.

C'est ce qu'a prédit samedi soir, en meeting dans l'Etat pivot de la Pennsylvanie (nord-est), l'ex-président Trump défait en 2020 et qui rêve d'une revanche à la présidentielle de 2024.

Quelque 40 millions d'électeurs ont déjà voté par anticipation selon la chaîne NBC dimanche et les deux camps affichent plus ou moins leur confiance dans un pays politiquement et culturellement ultrapolarisé. Les démocrates sont toutefois bien plus fébriles.

"Grande nuit" des républicains

Un cacique républicain du Sénat, Rick Scott, a prédit une "grande nuit" mardi soir tandis que le gouverneur de Virginie (est) Glenn Youngkin a assuré sur la chaîne ABC que son parti républicain "proposait des solutions de bon sens" aux préoccupations des Américains, d'abord l'inflation et la criminalité.

"Cela va être un coup de semonce pour le président Biden", a lancé l'élu. Confiants dans leur victoire grâce à des sondages et des donateurs qui les portent en tête, les républicains "accepteront" tous les résultats des scrutins, qu'ils gagnent ou qu'ils perdent, a assuré dimanche la présidente du parti, Ronna McDaniel, sur CNN.

Alors que l'on redoute une vague de contestations par les plus conservateurs et proches de Donald Trump, elle s'est félicitée du "bon élan" républicain en vue de faire basculer le Congrès à droite mardi soir.

Déclarations contredites

Depuis deux ans, les démocrates ont une courte majorité à la Chambre des représentants et une seule voix de majorité, celle de la vice-présidente Kamala Harris, au Sénat.

Les sondages, sujets à caution aux Etats-Unis et qui se sont souvent trompés, tablent sur une victoire nette à la Chambre des représentants pour les républicains, qui pourraient aussi reprendre le contrôle du Sénat.

En s'engageant à "respecter" les résultats, la cheffe républicaine McDaniel a contredit nombre de déclarations de candidats proches de leur champion Donald Trump, lequel n'a jamais reconnu avoir perdu la présidentielle de novembre 2020.

Kari Lake, qui veut être gouverneure en Arizona, a par exemple refusé de dire qu'elle respecterait un résultat en forme de défaite face à son adversaire démocrate dans cet Etat divisé du sud des Etats-Unis. Dimanche, des médias locaux ont révélé que la républicaine, classée à l'extrême droite, avait reçu deux enveloppes contenant une poudre blanche "suspecte" sur laquelle le FBI enquête.

Même chose dans le Wisconsin (nord), où le sénateur républicain sortant Ron Johnson n'a pas dit qu'il s'inclinerait en cas de défaite face au démocrate Mandela Barnes.

Républicains prêts à contester les résultats

D'après le camp démocrate et des analystes, il y aurait quelque 300 candidats républicains prêts à contester les résultats des élections nationales et locales mardi soir.

Après un samedi marathon de meetings démocrates et républicains en Pennsylvanie, Joe Biden, catholique et qui se veut le président des classes moyennes, a été dimanche à la messe dans son fief du Delaware avant d'aller en fin de journée en grande banlieue nord de New York pour soutenir la gouverneure démocrate de l'Etat, Kathy Hochul, en difficulté dans les sondages face à son challengeur républicain Lee Zeldin.

Défendre la "démocratie"

Samedi en Pennsylvanie, Joe Biden, 80 ans dans deux semaines, et le toujours charismatique et bon orateur Barack Obama ont exhorté lors de meetings de campagne leurs électeurs à défendre la "démocratie".

Face à eux, Donald Trump, 76 ans, a réclamé "une vague géante" républicaine afin de "sauver le rêve américain". Il a accusé les démocrates au pouvoir d'être des "communistes" et a promis de mettre un terme à la "destruction du pays".

"Nous allons conserver cette majorité", a lancé de son côté sur NBC l'élu démocrate de New York à la Chambre des représentants, Sean Maloney.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

International

L'Allemagne promet 200 millions d'euros au Brésil

Publié

le

En visite à Brasilia, le chancelier allemand Olaf Scholz est le premier dirigeant occidental reçu par le nouveau président Lula. (© KEYSTONE/AP/Eraldo Peres)

L'Allemagne a annoncé lundi être prête à engager un total de 200 millions d'euros dans la préservation de l'environnement au Brésil, Amazonie comprise. En visite à Brasilia, le chancelier Olaf Scholz est le 1er dirigeant occidental reçu par le nouveau président Lula.

M. Scholz est arrivé dans l'après-midi à Brasilia et s'est entretenu avec le président Luiz Inacio Lula da Silva entré en fonctions seulement le 1er janvier, pour cette dernière étape d'une tournée latino-américaine l'ayant conduit en Argentine et au Chili.

"C'est une somme importante" et "nous continuerons (à coopérer) dans ce sens", a déclaré M. Scholz en conférence de presse après sa rencontre avec le président brésilien, selon la traduction officielle en portugais. "Nous avons un grand objectif en commun, qui est de faire progresser la protection du climat, de protéger la forêt amazonienne, et cela n'est possible que par la coopération", a ajouté le chancelier allemand.

L'Allemagne veut "contribuer" avec le Brésil à la préservation des forêts "après ces années difficiles", a dit la ministre de la Coopération économique Svenja Schulze, lors d'une conférence de presse avec la nouvelle ministre brésilienne de l'Environnement, Marina Silva. Elle faisait référence aux quatre années de mandat du président Jair Bolsonaro (2019-2022) lors desquelles la déforestation en Amazonie a battu des records.

"Le poumon du monde"

L'Allemagne a déjà annoncé au début de l'année qu'elle allait de nouveau abonder le Fonds Amazonie, à hauteur de 35 millions d'euros, après le gel du fonds en 2019 en raison des polémiques sur l'environnement du mandat de Bolsonaro.

Berlin va également octroyer 31 millions d'euros aux Etats amazoniens du Brésil pour "des projets de protection et d'utilisation durable des forêts", a ajouté la ministre, annonçant également un prêt à faible taux d'intérêt de 80 millions d'euros d'aide au reboisement de leurs terres par les agriculteurs.

"Le Brésil est le poumon du monde. S'il a des problèmes, nous devons tous l'aider", a dit Mme Schulze. Parmi les autres projets annoncés figurent une contribution allemande à un fonds de "garantie d'efficacité énergétique" pour les petites et moyennes entreprises et deux projets de "chaîne d'approvisionnement durable".

Berlin veut également financer un projet de "développement des énergies renouvelables, dans l'industrie et les transports" et, enfin, un programme de "reforestation de zones dégradées". Tous ces projets, y compris la contribution au Fonds Amazonie déja connue, totalisent quelque 200 millions d'euros, a précisé l'ambassadeur d'Allemagne au Brésil sur Twitter.

Soutenir les communautés indigènes

Mme Silva a de son côté estimé que l'Allemagne était également prête à "l'ouverture de marchés pour les produits de base produits de manière durable" en Amazonie.

Une partie du Fonds Amazonie, crée en 2008, pourrait être allouée à des "actions d'urgence" auprès de communautés indigènes, a-t-elle dit, tels les Yanomami, qui souffrent de la dénutrition et de maladies infectieuses en raison de la progression des activités d'orpaillage illégales sur leurs terres.

"Nous cherchons des communautés qui aident le Brésil à remplir son engagement, dans le cadre des Accords de Paris, d'une déforestation zéro en 2030, en expulsant les envahisseurs des terres indigènes (....) pour parvenir à un développement durable, a dit l'égérie brésilienne de la lutte pour l'environnement.

Liens étroits

M. Scholz a été reçu en milieu d'après-midi au Palais présidentiel du Planalto par Lula. Son parti social-démocrate, le SPD, entretient de longue date des liens étroits avec le Parti des travailleurs (PT) cofondé par Lula au début des années 80.

M. Scholz est accompagné d'une douzaine de chefs d'entreprise pour cette visite dans la première économie d'Amérique latine, et a rencontré des grands patrons brésiliens dans l'après-midi.

Berlin, comme les autres capitales européennes, espère tourner la page des relations orageuses avec Bolsonaro à la faveur du retour au pouvoir de Lula. Au menu des discussions devaient figurer notamment une remise sur les rails du traité de libre-échange entre l'Union européenne et le Mercosur et, outre la préservation de l'Amazonie, la guerre en Ukraine.

Cet accord n'a jamais été ratifié depuis sa signature en 2019 en raison notamment d'inquiétudes sur la politique environnementale de Jair Bolsonaro. "Notre objectif est d'arriver enfin à une conclusion rapide" de l'accord avec le Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay), avait déclaré M. Scholz à Buenos Aires.

Lula et M. Scholz devaient donner une conférence de presse à partir de 18h30 (22h30 en Suisse).

"Propagande russe"

En ce qui concerne l'invasion de l'Ukraine, M. Scholz devrait tenter d'obtenir le soutien du Brésil face à la Russie. Il est "très important" de "démonter la propagande russe", a-t-on affirmé à Berlin.

Brasilia a condamné l'invasion russe de l'Ukraine à l'ONU mais sans adopter de sanctions économiques contre Moscou. Lula s'était même attiré les critiques en déclarant en décembre que le président ukrainien Volodymyr Zelensky était "autant responsable" du conflit que Vladimir Poutine.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Bolsonaro demande un visa de six mois pour rester aux Etats-Unis

Publié

le

L'ancien président brésilien Jair Bolsonaro voit son visa actuel aux Etats-Unis bientôt expirer (archives). (© KEYSTONE/AP/Eraldo Peres)

L'ex-président brésilien Jair Bolsonaro a demandé un visa de six mois pour rester aux Etats-Unis, a indiqué lundi son avocat. Il fait l'objet d'une enquête sur son rôle dans l'attaque violente contre le siège d'institutions nationales à Brasilia le 8 janvier.

L'ancien président d'extrême droite avait quitté le Brésil pour la Floride deux jours avant l'investiture de Lula, le 1er janvier, et son visa actuel devrait bientôt expirer, selon le cabinet d'avocats AG Immigration. "Nous avons hâte d'apporter la plus grande satisfaction et les résultats désirés à notre client", a indiqué le cabinet dans un communiqué.

M. Bolsonaro serait entré aux Etats-Unis avec un visa délivré aux dirigeants en visite, qui expirera mardi étant donné qu'il n'est plus en mission officielle. L'ex-président brésilien avait indiqué à l'antenne de CNN au Brésil qu'il comptait rentrer à la fin du mois de janvier et qu'il réfléchissait même à avancer son retour pour raison de santé.

Jair Bolsonaro avait été victime d'une agression à l'arme blanche en 2018 lors d'un déplacement électoral. Il a depuis subi plusieurs interventions chirurgicales pour occlusion intestinale.

Le 8 janvier, des milliers de partisans de M. Bolsonaro, mécontents de la victoire de Lula da Silva sur l'ex-président d'extrême droite lors de l'élection présidentielle d'octobre 2022, ont envahi et vandalisé le palais présidentiel, le Congrès et la Cour suprême à Brasilia.

Anderson Torres, ex-ministre de la Justice bolsonariste, a lui été arrêté le 14 janvier dans le cadre de l'enquête sur les saccages, alors qu'il rentrait en avion des Etats-Unis.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Série télé: mort de Lisa Loring, la première Mercredi Addams

Publié

le

Lisa Loring, ici en 2006 (2e depuis la droite), a joué la petite Mercredi dans la série télé "La Famille Addams" dès 1964. (© KEYSTONE/AP AMERICAN BROADCASTING COMPANIES,/IDA MAE ASTUTE)

L'actrice américaine Lisa Loring est morte samedi d'une attaque cérébrale à 64 ans, selon les réseaux sociaux et médias américains. Elle a incarné enfant le personnage de Mercredi Addams dans la série télé des années 1960 "La Famille Addams".

Le décès de Lisa Loring, révélé dans la nuit de dimanche à lundi par le média spécialisé Variety et par CNN, citant son agent, a une certaine résonance aux Etats-Unis et en Europe en raison de la nouvelle série sur Netflix, "Mercredi", de Tim Burton avec Jenna Ortega.

"C'est avec une très grande tristesse que je fais part de la mort de notre amie Lisa Loring", a écrit sur Facebook une productrice et proche de la disparue, Laurie Jacobson, invoquant un grave accident vasculaire cérébral (AVC) en raison du tabac et de l'hypertension.

Sous respirateur artificiel pendant quelques jours, sa famille a pris la décision de la laisser mourir le 28 janvier. Selon Mme Jacobson, "elle restera Mercredi Addams, inscrite à jamais dans la culture pop et dans nos coeurs".

Son rôle le plus connu

Née en 1958 aux Iles Marshall, Lisa Ann DeCinces de son vrai nom, avait commencé une carrière de mannequin-enfant à l'âge de trois ans, avant de jouer la petite Mercredi dans la série télé "La Famille Addams" en 1964. Son rôle le plus connu qu'elle reprendra plus âgée en 1977.

Cette célèbre famille, imaginée en dessins dans les journaux américains en 1938 par Charles Addams, a connu ensuite plusieurs adaptations, notamment le film à succès "La Famille Addams" en 1991 avec Christina Ricci dans le rôle de Mercredi.

Et Netflix diffuse depuis fin novembre une nouvelle série, "Mercredi", réalisée par Tim Burton avec Jenna Ortega dans le rôle-titre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Hockey

"The Golden Jet" n'est plus

Publié

le

Bobby Hull: l'une des légendes d'un hockey d'un autre temps. (© KEYSTONE/AP NY/STR)

Une légende de la NHL n'est plus. Bobby Hull s'est éteint à 84 ans annonce les Chicago Blackhawks avec lesquels il avait remporté la Coupe Stanley en 1961.

Surnommé "The Golden Jet" pour son explosivité, Bobby Hull a joué pendant 15 saisons pour les Blackhawks. Il a marqué plus de 50 buts lors de cinq d'entre elles. Comme son fils Brett en 2009, il est entré dans le Hall of Fame de la NHL en 1983.

En 1972, Bobby Hull a été le premier joueur à avoir signé un contrat de plus un million de dollars, sur dix ans, pour signer à Winnipeg dans la défunte WHA.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Attaque au couteau à Bruxelles: 3 blessés, dont l'un grièvement

Publié

le

L'attaque est survenue autour de 18h00 dans la station de métro Schuman, située à quelques dizaines de mètres des sièges de la Commission européenne et du Conseil européen. (© KEYSTONE/EPA/STEPHANIE LECOCQ)

Trois personnes ont été blessées, dont une grièvement, dans une attaque au couteau lundi en fin d'après-midi à Bruxelles, dans une station de métro, selon un nouveau bilan de la police belge. Celle-ci a interpellé l'assaillant.

"Attaque au couteau dans la station Schuman: la collaboration avec les différents services de police (...) a permis l'arrestation rapide de l'auteur", a tweeté le maire de Bruxelles Philippe Close. Après avoir fait initialement état d'un seul blessé, la police fédérale a indiqué à l'AFP que trois personnes au total avaient été blessées lors de l'attaque, dont l'une se trouvant "dans un état critique".

La police ne s'est pas exprimée sur les motivations de l'assaillant. Le parquet fédéral a indiqué n'avoir pas été saisi "à ce stade". Selon une source proche du dossier, la personne interpellée "était déjà connue pour des antécédents psychiatriques".

"Émotion dans le quartier européen. Chaleureuses pensées pour les victimes. Merci aux forces de sécurité", a réagi sur Twitter le président du Conseil européen Charles Michel, par ailleurs ancien Premier ministre belge. "Mes pensées vont aux victimes (...) Merci à la police pour sa prompte intervention", a indiqué la ministre belge de l'Intérieur, Annelies Verlinden.

Trafic encore interrompu

Selon un journaliste de l'AFP présent sur les lieux, plusieurs policiers en civil ont alors accouru vers un quai de la station. Au même moment, une femme incitait les passagers qui entraient dans la station à rebrousser chemin, faisant état de la présence à l'intérieur d'une personne armée d'un couteau.

Le trafic restait interrompu en début de soirée sur une partie des deux lignes de métro passant par la station Schuman, la police poursuivant son enquête sur place, selon l'opérateur des transports bruxellois (Stib).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X