Rejoignez-nous

International

L'horizon s'éclaircit pour un accord post-Brexit

Publié

,

le

(Image prétexte ©AEPA/HANNAH MCKAY)

L'horizon semblait se dégager mercredi vers un accord post-Brexit, à quinze jours de la date couperet du 31 décembre, avec de réels progrès dans les négociations, sauf sur la pêche, et des déclarations moins alarmistes.

"Il y a une voie vers un accord. Elle est peut-être très étroite, mais elle est là", a affirmé la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen devant les eurodéputés.

"Les prochains jours seront décisifs", a-t-elle ajouté, faisant état d'avancées sur deux des trois sujets les plus épineux en négociation depuis des mois: les conditions de concurrence équitable et la gouvernance du futur accord.

Face au Bundestag, la chancelière allemande Angela Merkel a elle aussi noté "des progrès", au moment où le Premier ministre britannique Boris Johnson affirmait outre-Manche qu'il y avait "toutes les chances, tous les espoirs" de conclure un accord.

Si un "no deal" ne peut être exclu, avec ses lourdes conséquences pour des économies déjà secouées par la pandémie, les déclarations des dernières heures tranchent avec le pessimisme de la semaine passée.

Parmi les progrès mis en avant par Mme von der Leyen, l'engagement des Britanniques à respecter les normes environnementales, sociales et fiscales au niveau qui est le leur au moment du divorce définitif, le 31 décembre, grâce à un accord sur un "mécanisme musclé de non régression".

Mais les Européens, qui refusent de voir surgir à leur porte une économie dérégulée se livrant au dumping au détriment de leurs entreprises, aimeraient aussi s'assurer dans l'accord que les Britanniques ne divergeront pas de ces normes à l'avenir.

Des avancées ont également été enregistrées en matière d'aides d'Etat avec la définition de "principes communs", destinés à garantir que les Britanniques ne subventionnent pas leurs entreprises à tout va, une fois qu'ils ne seront plus soumis au très strict régime européen en matière d'aides publiques.

"Largement réglé"

Le maintien de ces "conditions de concurrence équitable" est jugé indispensable par l'UE pour laisser à Londres un accès inédit, sans taxes douanières ni quota, à son immense marché.

Concernant un autre sujet de blocage, la gouvernance de l'accord et la manière de régler les différends, Mme von der Leyen a annoncé qu'il était "largement réglé", sans donner davantage de précisions.

L'objectif des Européens est de pouvoir actionner des contre-mesures en cas de litige avec Londres, comme des droits de douane ou une suspension partielle de l'accord, sans attendre l'intervention d'une procédure d'arbitrage classique.

Ces sanctions pourraient être prises en cas de rupture dans les conditions de concurrence et concerner n'importe quelle partie de l'accord. L'UE pourrait par exemple appliquer des taxes sur les automobiles britanniques si Londres ne respectaient plus les règles environnementales sur un autre produit.

Reste la pêche

Reste la question de la pêche, hypersensible pour certains Etats membres (France, Pays-Bas, Espagne, Danemark, Belgique) et dont les Britanniques ont fait le symbole de leur souveraineté retrouvée.

"Parfois, on a le sentiment que nous n'arriverons pas à trouver une solution", a concédé Mme von der Leyen.

Il s'agit de la question la "plus difficile", estime un diplomate européen, notamment parce que Bruxelles va devoir "s'assurer que les États membres subiront de manière égale les conséquences" d'un accès plus restreint aux eaux britanniques.

"Il y a des tiraillements entre Etats membres car les Anglais jouent sur les spécificités de pêches des Etats membres pour diviser les Européens", selon une source européenne.

Dans cette incertitude, les Etats européens ont approuvé mercredi des mesures d'urgence pour maintenir le trafic aérien et le transport routier des deux côtés de la Manche pendant six mois, sous réserve de réciprocité. Elles doivent être soumises au vote du Parlement européen vendredi.

Après avoir officiellement quitté l'UE le 31 janvier 2020, le Royaume-Uni abandonnera définitivement le marché unique et l'union douanière le 31 décembre.

Sans accord commercial, ses échanges avec l'UE se feront selon les seules règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), synonymes de droits de douane ou de quotas.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Zone euro: plus faible croissance du secteur privé depuis cinq mois

Publié

le

L'activité du secteur privé dans la zone euro est restée robuste en septembre mais sa croissance a ralenti pour le deuxième mois consécutif, atteignant un plus bas depuis avril. (archives) (© KEYSTONE/DPA-Zentralbild/ARNO BURGI)

L'activité du secteur privé dans la zone euro est restée robuste en septembre mais sa croissance a ralenti pour le deuxième mois consécutif, atteignant un plus bas depuis avril en raison de problèmes d'approvisionnement, selon l'indice PMI composite du cabinet Markit.

D'après une première estimation publiée jeudi, cet indice a baissé à 56,1, après 59 en août. Un chiffre supérieur à 50 signifie que l'activité progresse, alors qu'à l'inverse elle se contracte si le chiffre est inférieur à ce seuil.

Outre les difficultés d'approvisionnement, le ralentissement constaté s'explique par le très haut niveau de la croissance atteint en juillet (plus haut depuis 21 ans), qui appelait une correction, mais aussi par des inquiétudes sur l'évolution de la pandémie de Covid-19.

Les coûts des entreprises ont augmenté à un rythme qui est le plus rapide depuis 21 ans, sous l'effet de pénuries de matières premières et composants pour l'industrie. Cette hausse des coûts a été largement répercutée sur les prix de vente.

Chris Williamson, économiste pour Markit, s'est inquiété d'une "combinaison malvenue de croissance économique nettement plus faible et de prix en forte hausse".

"D'un côté, il fallait s'attendre à un ralentissement de la croissance après le pic depuis deux décennies atteint pendant l'été. D'un autre côté, les entreprises sont de plus en plus inquiètes des délais de livraisons, des pénuries et des coûts toujours plus élevés de leurs approvisionnements", a-t-il expliqué, dans un communiqué.

"Les entreprises, particulièrement dans l'industrie, mais aussi désormais dans les services, sont freinées parce qu'elles perdent des ventes et des clients", a ajouté cet expert.

"Les chiffres des indices PMI de septembre montrent que le rythme de la reprise a ralenti à la fin du troisième trimestre, en partie parce que l'économie de la zone euro approche de son niveau d'avant-crise mais aussi parce que les problèmes d'approvisionnement continuent à faire mal", a commenté de son côté Jessica Hinds, de Capital Economics.

Selon cette analyste, "la pression sur les prix reste forte et l'envolée des coûts de l'énergie laisse penser qu'elle ne va pas se relâcher bientôt".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Soudan du Sud: les dirigeants ont détourné 73 millions depuis 2018

Publié

le

Les détournements de fonds épinglés par la Commission des droits de l'homme sur le Soudan du Sud ont contribué à alimenter des violences dans ce pays (archives). (© KEYSTONE/AP/SAMIR BOL)

Les dirigeants sud-soudanais ont détourné plus de 73 millions de dollars depuis 2018, selon les enquêteurs onusiens. Ce montant ne constitue qu'une partie de ceux utilisés frauduleusement depuis longtemps, disent-ils dans un rapport présenté jeudi à Genève.

Dans l'enveloppe en cause, près de 39 millions de dollars (plus de 35 millions de francs) ont été détournés en deux mois, affirment les membres de la Commission des droits de l'homme sur le Soudan du Sud, dont le Genevois Andrew Clapham. Le président Salva Kiir lui-même avait admis en 2012 que des membres des classes aisées du pays avaient détourné 4 milliards de dollars.

Selon le rapport de la Commission, présenté jeudi devant le Conseil des droits de l'homme, l'utilisation systématique d'argent public de manière illégale a "gravement sapé" les droits humains des citoyens. Elle alimente également le conflit interne, les violations et les crimes graves.

Autre reproche, un système informel de collecte des revenus du pétrole a été établi, sans surveillance indépendante. Des dispositifs irréguliers pour le paiement de contrats, les attributions et les revenus fonctionnent de manière illégale.

Ces crimes associent des responsables politiques, des fonctionnaires, des entreprises internationales, des militaires ou encore des banques, relève la présidente de la Commission, Yasmin Sooka. Elle cible également la complicité du ministère des finances et de l'administration fiscale.

Plusieurs individus sur une liste

Ces activités violent la législation nationale et le droit international, insiste de son côté M. Clapham. Les Etats partie à la Convention de l'ONU contre la corruption devraient avoir à rapatrier les fonds utilisés pour acheter des maisons en dehors du pays, encore selon lui.

Le rapport met également en cause les entreprises pétrolières, responsables de dégradations de l'environnement et de la santé qui auraient pu être évitées.

Autre problème, les autorités et les classes aisées ont davantage financé les dispositifs militaires et de sécurité plutôt que les infrastructures publiques, déplore un autre membre de la Commission, Barney Afako. Les enquêteurs appellent le gouvernement à appliquer rapidement l'accord de paix révisé qui rassemble des composantes sur cette question.

Des individus ont été ajoutés à la liste confidentielle de la Commission sur les responsables de violations des droits humains. Celle-ci, remise à la Haute commissaire aux droits de l'homme Michelle Bachelet, doit permettre de soutenir des investigations et des poursuites.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Boeing prédit un marché de 8700 avions en Chine d'ici 2040

Publié

le

Sur 20 ans, le marché aéronautique chinois devrait avoisiner les 1500 milliards de dollars, selon Boeing, qui prédit une croissance annuelle moyenne du secteur de 5,4% à la faveur de l'expansion de la classe moyenne. (archives) (© KEYSTONE/AP XINHUA/WANG JIANHUA)

Boeing s'attend à ce que la Chine achète 8700 avions d'ici à 2040, tous constructeurs confondus, selon des prévisions annuelles de l'avionneur américain revues légèrement à la hausse.

Sur 20 ans, ce marché représentera une valeur de 1470 milliards de dollars (1360 milliards de francs), a précisé Boeing dans un communiqué.

L'an dernier, le constructeur américain disait miser sur un marché de 8600 avions en Chine sur 20 ans, pour une valeur de 1400 milliards de dollars.

"La reprise rapide du trafic intérieur chinois pendant la pandémie illustre la résistance et la puissance sous-jacente du marché", a commenté Richard Wynne, directeur commercial de Boeing en Chine.

Sur 20 ans, seul un tiers du marché attendu correspondra à des remplacements d'appareils existants, le reste représentant une expansion nette du secteur aérien chinois, selon Boeing.

Comme l'an dernier, le constructeur prévoit une croissance annuelle moyenne de 5,4% du transport aérien en Chine, grâce à l'expansion de la classe moyenne.

Fort de cette croissance, le marché chinois dépassera en 2030 celui des vols intérieurs en Europe et en 2040 ceux de l'Amérique du nord, prédit Boeing.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Birmanie: plus de 120 personnes décédées en détention

Publié

le

La Haute commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Michelle Bachelet appelle à mettre un terme aux bombardements aériens contre les civils en Birmanie (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Plus de 120 détenus sont décédés en prison depuis le coup d'Etat militaire en Birmanie, selon la Haute commissaire aux droits de l'homme. Jeudi devant le Conseil des droits de l'homme, elle a répété que de possibles crimes contre l'humanité ont été perpétrés.

Des violations se poursuivent, a affirmé Michelle Bachelet en présentant son rapport sur ce pays de février à mi-juillet. "La situation des droits humains en Birmanie s'est détériorée de manière significative" ces derniers mois, a-t-elle ajouté.

Dans celui-ci, elle relève que de possibles crimes de guerre, dont des disparitions forcées et de la torture, continuent. S'il est prouvé que ceux-ci ont visé toute une population, ils équivaudront à des crimes contre l'humanité.

L'émissaire de l'ONU sur la Birmanie, la Zurichoise Christine Schraner Burgener, qui va quitter son mandat dans les prochaines semaines, a déjà conclu à plusieurs reprises à ce type de crimes. Parmi les violations identifiées par Mme Bachelet, des indications crédibles laissent penser que plus de 120 détenus sont décédés en prison ces derniers mois. Dont certains moins d'un jour après leur arrestation.

Au total, plus de 1100 personnes ont été tuées dans la répression des manifestations et de l'opposition au nouveau pouvoir militaire. Plus de 8000 ont été détenues arbitrairement, dont plus de la moitié se trouveraient toujours en prison.

Autre problème, des centaines de personnes ont été tuées dans des affrontements entre l'armée et les groupes rebelles dans plusieurs régions. De nombreuses ont encore été déplacées.

Comme Mme Schraner Burgener, la Haute commissaire redoute une "guerre civile". Elle appelle à mettre un terme aux bombardements aériens dans les zones habitées. Et de s'inquiéter aussi de la situation humanitaire dans le pays. Des millions de personnes ont besoin d'une assistance, selon l'ONU.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

WTA 1000 d'Indian Wells: Naomi Osaka renonce

Publié

le

Naomi Osaka traverse une période difficile (© KEYSTONE/EPA/PETER FOLEY)

La Japonaise Naomi Osaka ne jouera pas lors du WTA 1000 d'Indian Wells. Elle est toujours en proie de récurrents problèmes d'anxiété.

Osaka (23 ans) avait annoncé vouloir faire une pause pendant "un certain temps" après avoir été éliminée au 3e tour de l'US Open par la Canadienne Leylah Fernandez, future finaliste. "Honnêtement, je ne sais pas quand je jouerai mon prochain match", avait déclaré la Japonaise avant de fondre en larmes.

Naomi Osaka compte quatre victoires en Grand Chelem. Elle a remporté l'US Open (2018, 2020) et l'Open d'Australie (2019, 2021).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

Dans une réunion de travail, vous allez faire preuve de réalisme et balayer les projets fantaisistes et les chimères.

Les Sujets à la Une

X