Rejoignez-nous

International

Liban: un nouveau gouvernement après plus d'un an de chute libre

Publié

,

le

Le président Michel Aoun et le Premier ministre désigné Najib Mikati (photo) "ont signé le décret pour former le nouveau gouvernement en présence du chef du Parlement Nabih Berri". (© KEYSTONE/AP/BILAL HUSSEIN)

Le Liban s'est doté vendredi d'un nouveau gouvernement. Treize mois de tractations ont été nécessaires dans ce pays embourbé dans une crise économique inédite, qui fait sombrer des millions de Libanais dans la pauvreté.

L'annonce a été faite à l'issue d'une rencontre entre le président Michel Aoun et le Premier ministre désigné, Najib Mikati. La mise en place d'un nouveau gouvernement était une condition préalable à l'obtention de l'aide internationale dont le Liban a cruellement besoin, mais reste à savoir si cette équipe sera en mesure de mener à bien les réformes demandées et de sauver le pays de la faillite.

La nouvelle équipe, dont les membres ont été nommés par les partis au pouvoir, comporte plusieurs nouveaux visages. La formation d'un cabinet de spécialistes totalement indépendants du petit monde politique, accusé de corruption, a longtemps été réclamé par la rue ainsi que de certaines puissances étrangères, France en tête, impliquées dans le dossier libanais.

Présentateur TV

La nomination de George Kordahi, présentateur vedette de la télévision connu pour la version arabe de l'émission "Qui veut gagner des millions", au gouvernement de l'homme le plus riche du Liban, a suscité des moqueries sur les réseaux sociaux. Le gouvernement comprend 24 ministres, parmi lesquels une seule femme.

Le pays était sans nouveau gouvernement depuis la démission du cabinet de Hassan Diab, quelques jours après l'explosion dévastatrice au port de Beyrouth le 4 août 2020, qui avait fait plus de 200 morts et ravagé des quartiers entiers de la capitale.

Depuis, la crise économique inédite que traverse le pays depuis l'été 2019 n'a eu de cesse de s'aggraver, la Banque mondiale la qualifiant d'une des pires au monde depuis 1850. Avec une inflation galopante et des licenciements massifs, 78% de la population libanaise vit aujourd'hui sous le seuil de pauvreté, selon l'ONU.

Chute libre de la monnaie locale, restrictions bancaires inédites, levée progressive des subventions, pénuries de carburants et de médicaments, le pays est aussi plongé dans le noir depuis plusieurs mois.

Accord avec le FMI

De nombreux défis attendent ainsi le prochain gouvernement, notamment la conclusion d'un accord avec le Fonds monétaire international (FMI), avec lequel les pourparlers sont interrompus depuis juillet 2020. Il s'agit pour la communauté internationale d'une étape incontournable pour sortir le Liban de la crise et débloquer d'autres aides substantielles.

Pour le chercheur Sami Nader, le FMI est "le seul endroit" où devra se rendre le prochain gouvernement. "Il n'y a pas d'autre issue à la crise", a-t-il déclaré à l'AFP.

M. Mikati s'est aussi engagé à solliciter l'aide des pays arabes, alors que les relations avec les riches monarchies du Golfe sont tendues depuis plusieurs années, sur fond de bras de fer régional entre l'Iran chiite, allié du puissant mouvement libanais Hezbollah, et le Golfe sunnite.

Dans les rues de Beyrouth, la formation d'un nouveau gouvernement n'a pas réussi à remonter le moral de la population.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Uribe accusé formellement de fraude et subornation de témoins

Publié

le

L'ancien président colombien Alvaro Uribe est accusé par le parquet. (© KEYSTONE/AP/Lina Gasca)

Le parquet colombien a formellement accusé vendredi l'ex-président colombien Álvaro Uribe (2002-2010) de fraude et de subornation de témoins, à l'occasion du premier procès pénal dans ce pays contre un ancien chef d'Etat.

Álvaro Uribe est soupçonné d'avoir "offert de l'argent liquide et autres avantages à certains témoins de faits délictueux pour qu'ils occultent la vérité", dans une affaire qui le lie à des groupes paramilitaires, selon l'accusation présentée par le procureur Gilberto Villarreal.

Lors de la reprise du procès qui a débuté le 18 mai, l'ancien président, qui comparait en visioconférence, a rappelé son innocence et demandé l'abandon des poursuites. "Je n'ai jamais pris l'initiative de rechercher des témoins. J'ai cherché à défendre ma réputation", a affirmé M. Uribe.

La juge Sandra Heredia a rejeté sa demande et reconnu comme d'éventuelles victimes, un sénateur, l'ex-épouse d'un paramilitaire qui a permis de relier M. Uribe à ces groupes armés, et deux anciens procureurs.

Considéré comme l'un des hommes politiques les plus influents de Colombie, M. Uribe, 71 ans, a affirmé avoir ressenti "un choc" en étant le premier ex-président à devoir se défendre devant un tribunal.

Accusé, sur plusieurs fronts, de liens avec le narcotrafic et les paramilitaires, il a subi un effet boomerang du système judiciaire colombien.

En 2012, il avait déposé une plainte contre un sénateur de gauche, Ivan Cepeda, l'accusant d'avoir cherché à obtenir de faux témoignages le liant aux paramilitaires en guerre contre les guérillas de gauche entre les années 1990 et le début des années 2000.

La Cour suprême s'était abstenue de poursuivre M. Cepeda et avait au contraire commencé à enquêter sur M. Uribe. Les juges ont conclu qu'il avait lui-même tenté de manipuler les témoins pour discréditer son adversaire. Des faits pour lesquels il encourt une peine de six à 12 ans de prison.

Selon sa défense, l'ancien sénateur n'a fait que contacter des témoins pour qu'ils disent la vérité dans le cadre d'enquêtes sur son éventuelle implication avec des groupes paramilitaires, un lien qu'il a toujours nié.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Nouvelle-Calédonie: premières évacuations de touristes français

Publié

le

Le président Emmanuel Macron visite le poste de police central de Nouméa. (© KEYSTONE/EPA/LUDOVIC MARIN / POOL)

L'évacuation de touristes français bloqués en Nouvelle-Calédonie en raison des émeutes a commencé samedi, a indiqué le Haut-commissariat de la République dans l'archipel dans un communiqué.

Alors que l'aéroport international de La Tontouta reste fermé depuis le 14 mai, ces touristes ont décollé à bord d'appareils militaires vers l'Australie et la Nouvelle-Zélande, depuis l'aérodrome de Magenta à Nouméa, a constaté une journaliste de l'AFP.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Le musicien Bastian Baker devient ambassadeur de l'Unicef

Publié

le

Le Lausannois Bastian Baker veut utiliser sa célébrité pour une bonne cause. (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Le musicien suisse Bastian Baker est le nouvel ambassadeur du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (Unicef). Il est le premier ambassadeur de Suisse romande pour l'Unicef Suisse et Liechtenstein, a annoncé l'organisation samedi.

Bastian Baker veut utiliser sa notoriété pour soutenir ceux qui ont le plus besoin d'aide, a déclaré le musicien cité dans le communiqué. Il veut participer à la création d'un monde dans lequel chaque enfant a la chance de développer son potentiel.

Selon l'½uvre de bienfaisance, outre Bastian Baker, Stefanie Heinzmann, Tina Weirather, Anatole Taubman et Kurt Aeschbacher sont des personnalités suisses de premier plan qui s'engagent pour les droits des enfants. L'auteur-compositeur-interprète lausannois a vendu plus d'un million d'albums et s'est produit dans 50 pays.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Leverkusen face au "plus grand outsider de l'histoire"

Publié

le

Sacré champion d'Allemagne, le Bayer Leverkusen peut signer le doublé samedi en cas de victoire en finale de la Coupe. (© KEYSTONE/EPA/FILIP SINGER)

Après sa douloureuse défaite en finale de l'Europa League, le Bayer Leverkusen veut retrouver le sourire. La finale de la Coupe contre Kaiserslautern, club de deuxième division a lieu samedi.

La répartition des rôles au stade olympique de Berlin est plus claire que jamais. Friedhelm Funkel, l'entraîneur de Kaiserslautern, a déclaré dans le journal "Sport Bild" que son équipe était "le plus grand outsider d'une finale dans l'histoire de la Coupe".

Le septuagénaire n'est intervenu qu'en février comme "pompier" auprès du FCK, menacé de relégation, qu'il a réussi à maintenir dans l'antichambre de l'élite allemande. Sur le plan sportif, Kaiserslautern évolue donc aux antipodes de Leverkusen, champion invaincu de Bundesliga.

"La saison presque parfaite"

Le "Werkself" se rend toutefois dans la capitale allemande quelques jours après une cuisante défaite 3-0 concédée à Dublin contre l'Atalanta Bergame. La première après 51 matches d'invincibilité.

Granit Xhaka attend donc une réaction de son équipe. "C'est le moment de voir quel joueur a du caractère et peut se relever rapidement", a expliqué le capitaine de l'équipe de Suisse. "Si ce n'est pas le triplé, ce sera le doublé. Nous avons encore la chance de faire la saison presque parfaite."

Xabi Alonso et ses hommes feront face à un spécialiste de la Coupe en la personne de Funkel. Le technicien de Kaiserslautern s'est déjà retrouvé à quatre reprises à ce stade de la compétition, comme entraîneur et joueur, et à chaque fois en tant qu'outsider.

"Sur un seul match, tu as toujours une chance", a-t-il déclaré avec optimisme. Il tentera de rééditer l'exploit de 1985, lorsqu'il a battu le Bayern Munich alors qu'il évoluait sous les couleurs d'Uerdingen pour décrocher sa seule Coupe d'Allemagne.

D'énormes foules de supporters sont attendues à Berlin pour cette finale. Jusqu'à 50'000 supporters devraient faire le déplacement depuis Kaiserslautern, et 30'000 depuis Leverkusen.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / apa / dpa

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X