Rejoignez-nous

International

L'ONU demande des comptes sur la Birmanie

Publié

,

le

La Haute commissaire adjointe de l'ONU aux droits de l'homme Nada Al-Nashif met en garde contre toute sanction qui ne ciblerait pas les dirigeants du coup d'Etat en Birmanie. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

L'ONU resserre un peu l'étau sur les dirigeants militaires birmans. Contrairement au Conseil de sécurité, le Conseil des droits de l'homme a condamné vendredi à Genève le coup d'Etat militaire et demandé le rétablissement du gouvernement élu d'Aung San Suu Kyi.

Dans une résolution édulcorée mais approuvée par consensus, l'instance onusienne "déplore" l'attitude des dirigeants emmenés par le général Min Aung Hlaing. Une réprobation que les membres du Conseil de sécurité avaient été incapables d'atteindre dans leur déclaration d'il y a environ une semaine, en raison des blocages russe et chinois.

Moscou et Pékin ne peuvent empêcher à eux seuls les décisions du Conseil des droits de l'homme, mais le projet de résolution a été largement atténué. Vendredi, la Russie a estimé que l'état d'urgence était "justifié" en Birmanie et, comme la Chine, que la question constitue "une affaire intérieure" de ce pays.

De son côté, l'ambassadeur birman a répété que l'armée avait été "contrainte" de prendre le pouvoir. Il a à nouveau mentionné des irrégularités lors des élections qui avaient vu le succès d'Aung San Suu Kyi et le naufrage des militaires. La Birmanie a toujours "alimenté les valeurs démocratiques", s'est-il encore défendu.

Pas de nouveau mécanisme

Alors que 300 parlementaires birmans ont appelé l'ONU à lancer des investigations dans une lettre relayée devant les membres, la résolution de vendredi ne prévoit en revanche aucun nouveau mécanisme de surveillance des droits de l'homme. Comme le Conseil de sécurité, elle demande à nouveau la libération des personnes détenues arbitrairement, dont Aung San Suu Kyi et le président Win Myint.

Elle appelle à la retenue, à garantir les libertés fondamentales et à lever toute restriction sur Internet, une revendication relayée également vendredi par la Suisse devant le Conseil. La communauté internationale "regarde" la Birmanie, avait dit au début de la réunion la Haute commissaire adjointe aux droits de l'homme Nada al-Nashif. Le recours indiscriminé à des armes létales contre les manifestants "est inacceptable", a-t-elle aussi ajouté.

La Haute-Commissaire Michelle Bachelet et le rapporteur spécial sur la Birmanie Tom Andrews devront évaluer la situation des droits de l'homme. Mais la demande de rapports ciblés sur le coup d'Etat, prévue dans le projet de résolution, a été retiré.

Alors que plusieurs pays ont déjà décidé de sanctions ciblées contre les dirigeants militaires, l'ONU n'appelle pas encore clairement à en adopter. Au début de la réunion, Mme al-Nashif a affirmé son inquiétude sur de larges mesures coercitives qui, ajoutées aux effets de la pandémie, affecteraient encore davantage la situation économique de la population.

Plus de 350 arrestations

Mais en cas de sanctions, "les leaders du coup d'Etat sont un objectif adapté à de telles actions", a-t-elle dit. De son côté, M. Andrews, qui ne s'exprime pas au nom de l'ONU, s'est affiché plus résolu. "Nous avons besoin d'une véritable action de l'ONU", a-t-il dit. Et de demander au Conseil de sécurité et aux Etats de considérer des sanctions, des embargos sur les armes ou des interdictions de déplacements.

Jeudi, le chef du Mécanisme international d'investigations sur la Birmanie avait également dit suivre la situation. Son entité, chargée de collecter des preuves et de préparer des dossiers criminels pour d'éventuels procès sur les violations des droits de l'homme, avait été lancée après le massacre des Rohingyas, considéré par des acteurs onusiens comme un génocide.

Pas prévue pour se prononcer sur des questions constitutionnelles ni sur des élections, elle évaluera toutefois l'impact du coup d'Etat sur les droits de l'homme. Alors même que le nombre d'arrestations de responsables politiques, d'activistes et de citoyens dépasse les 350, selon les indications données par Mme al-Nashif.

"Plusieurs sont accusés de motifs douteux" et "certains sont toujours portés disparus", a-t-elle expliqué. La plupart n'ont pas accès à un avocat.

Au total, quelques heures auparavant, les dirigeants militaires ont relâché plus de 23'000 détenus. Ce dispositif est mené régulièrement pour vider les prisons surchargées du pays, sans lien avec les arrestations liées au coup d'Etat. Vendredi, des centaines de milliers de manifestants ont protesté en Birmanie. Trois au moins ont été blessés, selon un membre de la Croix-Rouge.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Réquisitoire cinglant au procès du chanteur américain R. Kelly

Publié

le

L'accusation a convoqué 45 témoins à charge contre R. Kelly, dont des femmes victimes, certaines mineures (archives). (© KEYSTONE/AP/NAM Y. HUH)

"Mensonges, manipulations, menaces, agressions physiques": l'accusation au procès à New York de l'ex-star américaine du R&B R. Kelly a dépeint mercredi le chanteur en chef d'un "système" qui lui aurait permis pendant 25 ans d'exploiter sexuellement des jeunes femmes.

La procureure adjointe du tribunal fédéral de Brooklyn a lancé son réquisitoire final contre l'ancien chanteur de 54 ans, jugé depuis le 18 août pour extorsion, exploitation sexuelle de mineure, enlèvement, corruption et travail forcé, sur une période allant de 1994 à 2018.

R. Kelly, mondialement connu pour son tube "I believe I can fly" et vainqueur en 1998 de trois Grammy Awards, est accusé d'avoir dirigé un réseau qui recrutait et préparait des jeunes filles à avoir des relations sexuelles avec lui, les enfermant dans leurs chambres d'hôtel quand il était en tournée, leur demandant de porter des vêtements amples quand elles n'étaient pas avec lui, de "garder la tête basse" et de l'appeler "papa".

Dix ans de prison encourus

Le chanteur, en détention provisoire, décrit tout au long du procès en "prédateur" sexuel, est accusé d'avoir abusé de plusieurs femmes, dont des mineures. S'il est reconnu coupable de tous les chefs d'inculpation, il risque de dix ans à la prison à vie. R. Kelly plaide non coupable de tous les faits qui lui sont reprochés.

La procureure s'est adressée mercredi au jury - sept hommes et cinq femmes - pour leur répéter que l'accusé avait bâti un "système" sophistiqué pour approcher des jeunes filles et utilisé son entourage, gardes du corps, chauffeurs, avocats, comptables pour se protéger, notamment en usant de menaces.

L'artiste déchu du R&B, autrefois tout-puissant, "a utilisé son argent et sa notoriété pour dissimuler ses crimes", a accusé la procureure, estimant que sans l'aide de son entourage, Robert Kelly "n'aurait pas pu commettre ses crimes sur près de trois décennies".

Le réquisitoire de la procureure devrait se poursuivre jeudi avant que le jury ne commence à délibérer.

R. Kelly a choisi durant le procès de garder le silence, mais ses avocats ont fait venir cinq témoins, qui ont affirmé n'avoir jamais vu la manifestation des crimes dont il est accusé. L'accusation a convoqué 45 témoins à charge, dont des femmes victimes, certaines mineures à l'époque affirmant qu'elles avaient été violées, frappées, droguées, enfermées et parfois empêchées de s'alimenter ou d'aller aux toilettes.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Britney Spears demande la fin de la tutelle pour se marier

Publié

le

Britney Spears et Sam Asghari se sont rencontrés en 2016 sur le tournage d'un clip vidéo pour le titre "Slumber Party" (archives). (© KEYSTONE/EPA/NINA PROMMER)

La chanteuse américaine Britney Spears demande à un tribunal de Los Angeles de mettre un terme à la mesure de tutelle la plaçant sous le contrôle de son père, afin de pouvoir se marier, selon une requête déposée mercredi. L'audience est prévue la semaine prochaine.

La star de la pop américaine, qui avait jugé "abusive" cette tutelle sous laquelle elle est placée depuis treize ans, a récemment annoncé ses fiançailles avec Sam Asghari.

Son père Jamie Spears a officiellement demandé le mois dernier à la justice de mettre fin à la mesure de tutelle, prenant acte du fait que la chanteuse "croit qu'elle peut gérer sa propre vie" désormais.

D'après la requête déposée mercredi par l'avocat de Britney Spears, cette dernière "a entamé les démarches pour engager un avocat spécialisé dans le droit de la famille pour rédiger un contrat de mariage", ce qui nécessiterait l'aval des tuteurs de la chanteuse.

Tuteur provisoire

"Etant donnée que la relation entre Mme Spears et ce tuteur [son père, ndlr] est rompue", l'implication de Jamie Spears dans ce processus irait à l'encontre des intérêts de la star, argumente la requête. Le document demande donc au tribunal de "suspendre M. Spears" lors de la prochaine audience, fixée au 29 septembre, pour le remplacer par un tuteur provisoire, le temps que la mesure de tutelle soit totalement levée.

Britney Spears et Sam Asghari se sont rencontrés en 2016 sur le tournage d'un clip vidéo pour le titre "Slumber Party".

Britney Spears, 39 ans, a eu deux enfants avec son ex-mari, le chanteur Kevin Federline. Elle a également été très brièvement mariée à Las Vegas avec un ami d'enfance, Jason Alexander: l'union a été annulée 55 heures plus tard.

L'artiste avait été placée sous tutelle en 2008, après des troubles psychologiques très médiatisés. Elle s'est publiquement opposée à sa tutelle lors de témoignages face à la justice ou dans des publications sur les réseaux sociaux.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Les Suisses manquent le bronze pour cinq centièmes

Publié

le

Marlen Reusser, Nicole Koller et leurs quatre coéquipiers ont fini chocolat à Bruges (© KEYSTONE/AP/Olivier Matthys)

La Suisse a manqué de 5 centièmes le podium dans le contre-la-montre par équipe mixte des Championnats du monde à Bruges. C'est l'Allemagne qui l'a emporté.

En 2021, les contre-la-montre et la Suisse n'ont pas souvent été bons amis avec des centièmes rarement du bon côté. On peut notamment avoir de la peine pour Stefan Küng. Voici à peine deux mois, le Thurgovien finissait 4e du contre-la-montre olympique en manquant le podium pour quatre dixièmes. Mercredi, deux jours après sa 5e place dans le contre-la-montre individuel des Championnats du monde, le Thurgovien a connu une nouvelle désillusion en Belgique.

Le champion d'Europe de l'effort solitaire a dû lever les yeux au ciel lorsque lui, ses trois coéquipières et ses deux compatriotes masculins ont été écartés de la 3e place par l'Italie dans le contre-la-montre mixte. Pour cinq centièmes sur une course de 51 minutes! "Bien sûr que c'est frustrant, on peut chercher ces cinq centièmes partout, a souligné Küng, tout en affirmant qu'il était satisfait de la performance de l'équipe. Nous aurions aimé gagner une médaille pour la Suisse. Malheureusement, la chance n'était pas de notre côté."

La vététiste Nicole Koller surprend

Dans cette discipline naissante des Championnats du monde, organisée pour la deuxième fois, Küng, ainsi que Stefan Bissegger et Mauro Schmid, ont réalisé une solide performance dans un peloton de classe mondiale. Le trio masculin a cédé la place aux femmes en cinquième position après la moitié des 44,5 km. Emmenées par Marlen Reusser, double médaillée d'argent des Championnats du monde dans le contre-la-montre individuel depuis lundi, les femmes ont commencé à rattraper leur retard.

Alors qu'Elise Chabbey n'a pas connu sa meilleure journée et a dû lâcher prise très tôt, la spécialiste de VTT Nicole Koller s'est imposée dans le trio. La St-Galloise de 24 ans, qui avait participé aux finales de la saison aux États-Unis dimanche dernier, a suivi Reusser jusqu'au bout. C'est d'autant plus surprenant que la dernière fois que Koller a roulé sur un vélo de contre-la-montre remonte à sept ans.

Tony Martin: des adieux de rêve

Alors que les Suisses pleurent cette médaille manquée, Tony Martin doit se pincer pour y croire. L'Allemand de 36 ans, quadruple champion du monde en contre-la-montre individuel en 2011, 2012, 2013 et 2016, a fait ses adieux lors de la toute dernière course de sa carrière sur une nouvelle médaille d'or. Avec l'équipe allemande, il a relégué les tenants du titre néerlandais à la deuxième place à 13 secondes. "C'est un rêve de repartir avec l'or des championnats du monde", a lâché un Martin tout sourire sous le soleil de Bruges.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Sous-marins: Macron et Biden promettent de restaurer "la confiance"

Publié

le

Après cet entretien téléphonique, les deux chefs d'Etat américain et français, qui se rencontreront en Europe à la fin du mois d'octobre (archives). (© KEYSTONE/AP Pool The New York Times/DOUG MILLS)

Emmanuel Macron et Joe Biden ont promis lors d'un appel téléphonique de restaurer la confiance entre France et Etats-Unis après la crise des sous-marins australiens. Celle-ci aurait pu être évitée par "des consultations ouvertes" en amont.

"Des consultations ouvertes entre alliés sur les questions d'intérêt stratégique pour la France et les partenaires européens auraient permis d'éviter cette situation. Le Président Biden a fait part de son engagement durable à ce sujet", indique le communiqué commun de l'Elysée et de la Maison Blanche.

En conséquence, les deux chefs d'Etat américain et français, qui se rencontreront "en Europe à la fin du mois d'octobre", ont "décidé de lancer un processus de consultations approfondies visant à mettre en place les conditions garantissant la confiance et à proposer des mesures concrètes pour atteindre des objectifs communs".

Dans ce contexte d'apaisement, l'ambassadeur français aux Etats-Unis, Philippe Etienne, va retourner à Washington "la semaine prochaine", a décidé Emmanuel Macron.

Paris avait annoncé vendredi le rappel des ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie, une décision sans précédent vis-à-vis de deux alliés historiques, après le torpillage d'un mégacontrat de sous-marins français à Canberra.

Compléter le rôle de l'OTAN

Joe Biden a par ailleurs affirmé qu'il était "nécessaire que la défense européenne soit plus forte et plus performante" pour contribuer à la sécurité transatlantique et compléter "le rôle de l'OTAN".

Les Etats-Unis "réaffirment que l'engagement de la France et de l'Union européenne dans la région indopacifique revêt une importance stratégique", ajoute le communiqué publié six jours après le déclenchement de la crise diplomatique la plus grave entre les Etats-Unis et la France depuis le "non" français à la guerre d'Irak en 2003.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

Evergrande va rembourser une petite partie de sa dette

Publié

le

Le géant chinois de l'immobilier Evergrande a annoncé le paiement d'intérêts sur une petite partie de sa dette, sans rassurer des marchés financiers qui attendent toujours de savoir si Pékin va voler à son secours. (© KEYSTONE/EPA/ALEX PLAVEVSKI)

Menacé de faillite, le géant chinois de l'immobilier Evergrande a annoncé mercredi le paiement d'intérêts sur une petite partie de sa dette, mais sans rassurer des marchés financiers qui attendent toujours de savoir si Pékin va voler au secours du groupe privé.

La crainte de voir se répéter en Chine, deuxième économie de la planète, un scénario à la Lehman Brothers, dont la faillite avait précipité la crise de 2008 aux Etats-Unis et dans le monde, a fait plonger les places financières ces derniers jours.

Tous les regards sont tournés vers le gouvernement chinois, qui n'a pas précisé s'il entendait intervenir en faveur du conglomérat, écrasé par quelque 300 milliards de dollars (276,8 milliards de francs) de dette.

Alors que menace le défaut de paiement, le promoteur géant a annoncé mercredi matin être parvenu à un accord avec des porteurs d'obligations sur une petite partie de sa dette.

Dans un communiqué adressé à la Bourse de Shenzhen (sud de la Chine), le groupe a précisé qu'une de ses filiales, Hengda Real Estate, avait négocié un plan de remboursement d'intérêts sur une obligation à échéance 2025.

Selon l'agence financière Bloomberg, Evergrande était censé honorer une échéance de 232 millions de yuans (33,1 millions de francs) jeudi sur cette obligation à 5,8% limitée au marché obligataire intérieur.

Evergrande n'a pas précisé combien exactement il allait verser à ses créanciers.

Manque de perspectives

Mais le géant immobilier est loin d'être tiré d'affaire compte tenu du montant total de sa dette. Le mastodonte de Shenzhen a reconnu la semaine dernière faire face à "une pression énorme" et averti qu'il ne pourrait peut-être pas honorer tous ses engagements.

Une autre échéance est attendue jeudi: un versement de 83,5 millions de dollars d'intérêts sur une obligation libellée dans la monnaie américaine.

Evergrande n'a pas répondu aux questions de l'AFP afin de savoir s'il pourrait honorer ce versement. Dans le pire des cas, il aurait un délai de grâce de 30 jours pour s'en acquitter avant d'être considéré en défaut de paiement.

L'annonce du remboursement partiel "va aider et on peut espérer qu'elle va réduire un peu la volatilité et la baisse des marchés", a estimé Gary Dugan, du cabinet de conseil en investissement Global CIO Office à Singapour.

"Mais pour que la confiance revienne pour de bon, il faudrait que le marché puisse entrevoir des perspectives de restructuration chez Evergrande", a-t-il déclaré à Bloomberg.

Or, le régime communiste n'a pas précisé s'il comptait aider à renflouer le groupe privé, dont 1,4 million de logements resteraient inachevés, au grand dam d'autant de propriétaires floués.

La semaine dernière, des dizaines d'entre eux ont protesté devant le siège du groupe ainsi qu'ailleurs dans le pays. Créanciers, salariés et fournisseurs exigent aussi d'être payés par Evergrande, qui a multiplié les investissements jusqu'à ce que Pékin resserre l'an dernier les règles en matière d'emprunt.

"Période sombre"

Le président du groupe, le milliardaire Xu Jiayin, a affirmé à son personnel qu'Evergrande "sortirait bientôt de sa période la plus sombre", a rapporté mardi un média d'État.

Jadis homme le plus riche de Chine, M. Xu a assuré que les chantiers reprendraient complètement et que le groupe apporterait "une réponse aux acheteurs, aux investisseurs, aux partenaires et institutions financières". Il n'a pas fourni plus de précisions.

L'annonce du paiement des intérêts n'a pas vraiment rassuré les marchés. Si la Bourse de Shanghai a clôturé en hausse de 0,4%, celle de Shenzhen a fini en baisse de 0,25% mercredi, après quatre jours de pause pour cause de jours fériés.

Les places européennes étaient bien orientées en milieu de journée.

L'OCDE a écarté mardi le risque d'un scénario à la Lehman Brothers. "La connexion entre les marchés financiers chinois et les autres est moins grande que ce que nous voyons dans le monde occidental", a déclaré la cheffe économiste de l'organisation internationale, Laurence Boone.

"L'impact serait relativement limité, mis à part pour certaines entreprises", a-t-elle ajouté, estimant que "les autorités chinoises ont la capacité budgétaire et monétaire pour amortir le choc". Mme Boone a cependant reconnu qu'une baisse éventuelle de la croissance chinoise aurait un impact au plan mondial.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Scorpion

Vous entrez dans un cycle nouveau qui va vous permettre de concrétiser enfin certains projets ambitieux trop longtemps mis en veilleuse…

Les Sujets à la Une

X