Rejoignez-nous

International

Manifestations dans le monde pour lutter contre le réchauffement

Publié

,

le

L'activiste climatique allemande Luisa Neubauer s'exprimme durant la manifestation à Berlin. (© KEYSTONE/EPA/CLEMENS BILAN)

Des militants écologistes ont manifesté vendredi dans plusieurs villes dans le monde afin d'exiger davantage d'aide pour les pays pauvres touchés par le dérèglement climatique.

Le mouvement Fridays for Future lancé par la militante suédoise Greta Thunberg a appelé via les réseaux sociaux à ces rassemblements de Berlin à New Delhi, au dernier jour de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York, sous le mot-dièse #PeopleNotProfit.

A Berlin, les organisateurs ont estimé à 36'000 le nombre de personnes qui ont défilé dans le centre-ville, contre 22'000 selon les autorités locales.

"Changer maintenant"

Les militants ont brandi des pancartes avec des slogans tels que "Votre Politique Nous Tue" et "Il n'y a Pas de Planète B".

"Je pense que nous avons encore une chance de changer quelque chose. Mais pour cela, nous devons vraiment changer maintenant notre mode de vie. Et un changement radical", a déclaré à l'AFP un manifestant, Clemens Biet, 36 ans.

"Il se passe beaucoup de choses en Allemagne en ce moment et il y a certainement des jours où le désespoir prévaut et où on a le sentiment que tout va trop lentement", a estimé Stella Lesch, 29 ans. "Mais il y a aussi beaucoup d'actions en cours et bon nombre de gens donnent de l'espoir et l'impression que beaucoup est possible".

"Welcome 2 Most Polluted Capital"

A Djakarta, en Indonésie, la police a encadré les manifestants qui défilaient en scandant des slogans au rythme de tambours.

Des manifestants ont également marché à New Delhi, en brandissant des banderoles et des pancartes colorées, l'une d'elle affirmant "Welcome 2 Most Polluted Capital" ("Bienvenue dans la capitale la plus polluée").

En France, des militants ont brièvement bloqué l'entrée d'un site du groupe français TotalEnergies à Lyon. D'autres se sont également rassemblés à Rennes, Strasbourg, Grenoble, Marseille, Montpellier et Paris.

"Ce que nous voulons dire aujourd'hui, c'est qu'après un été de catastrophes climatiques, de sécheresse, de restrictions d'eau et de chaleur, nous ne pouvions pas retourner à l'école comme si de rien n'était", a expliqué Pablo Flye, porte-parole des Fridays for Future en France.

Greta Thunberg, qui a entamé sa "grève scolaire pour le climat" devant le parlement suédois en 2018, est devenue l'une des plus célèbres activistes au monde de la lutte contre le dérèglement climatique.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Climat

L'ouragan Ian approche Cuba, la Floride se prépare à son arrivée

Publié

le

L'ouragan prenait de l'ampleur à son approche de la pointe ouest de Cuba. (© KEYSTONE/AP/Ramon Espinosa)

L'ouest de Cuba est placé en "alerte" en attendant l'arrivée tard lundi ou tôt mardi de l'ouragan Ian qui devrait se transformer en un "ouragan majeur". Aux Etats-unis, la Floride se prépare à être touchée à son tour.

Le Centre national des ouragans (NHC) aux Etats-Unis a prévenu que Ian s'intensifiait et que "les conditions dans l'ouest de Cuba allaient se détériorer".

"Les vents maximums soutenus ont augmenté à près de 155 km/h avec des rafales plus importantes. Un renforcement rapide est attendu au cours des prochaines 24 heures et Ian devrait devenir un ouragan majeur ce (lundi) soir ou tôt mardi lorsqu'il approchera de la côte ouest de Cuba", prévient le NHC dans son dernier bulletin.

L'organisme qualifie d'ouragans "majeurs" ceux dont les vents atteignent au moins 178 km/h, soit les catégories 3, 4 et 5 de l'échelle de Saffir-Simpson. Il serait alors susceptible d'infliger des dégâts "dévastateurs", d'endommager des maisons, de déraciner des arbres et de perturber la distribution d'eau et d'électricité.

Urgence

Les pluies accompagnées de vent ont commencé à s'abattre sur l'ouest de l'île caribéenne, a constaté l'AFP.

La Défense civile cubaine a émis dès lundi matin une "alerte cyclonique" pour les six provinces les plus occidentales de l'île: Pinar del Rio, Artemisa, La Havane, Mayabeque, Cienfuegos et l'île de la Juventud, une île située à 344 km au sud de la capitale. Les vagues atteignaient entre cinq et sept mètres de hauteur.

Les autorités ont fait évacuer quelque 50'000 personnes à Pinar del Rio. Dans la capitale, où vivent 2,1 millions de personnes, de longues files d'attente se sont formées pour accéder à certains aliments. Les pêcheurs de La Havane ont mis leurs bateaux à l'abri avant de se réfugier dans leurs foyers, et des habitants renforçaient leurs maisons en bois.

"Nous avons examiné le respect des mesures pour faire face à l'ouragan Ian (...) Il est urgent de mettre à profit ces heures avant que la situation ne se complique. La protection de la population est essentielle", a tweeté le président Miguel Diaz-Canel. La plus grande île du territoire britannique des îles Caïmans, Grand Cayman, a également émis une alerte ouragan.

"Grave menace"

"Ian émergera ensuite au-dessus du sud-est du golfe du Mexique mardi (...) et s'approchera de la côte ouest de la Floride mercredi et jeudi", a prévenu le NHC. L'état d'urgence a été décrété dans toute la Floride et les autorités multiplient les préparatifs.

Ian "va provoquer de fortes pluies, des vents violents, des inondations soudaines et des ondes de tempête, ainsi que des tornades isolées le long de la côte du Golfe de Floride", a prévenu le gouverneur Ron DeSantis. Il a demandé aux habitants de faire des provisions de nourriture, d'eau, de médicaments et de carburant ainsi que de se préparer à des coupures de courant.

Plusieurs municipalités de Floride, comme Miami, Fort Lauderdale ou Tampa, ont commencé à distribuer des sacs de sable aux habitants pour les aider à protéger leurs maisons des risques d'inondation. Les comtés de Hillsborough (ouest), où se trouve Tampa, et de Collier (sud-ouest) ont émis des ordres d'évacuation obligatoire pour les zones côtières les plus vulnérables.

"Nous n'avons pas pris cette décision facilement, mais la tempête représente une grave menace", a déclaré lundi l'administratrice du comté, Bonnie Wise, en conférence de presse. Le président américain Joe Biden a placé 24 des 67 comtés en état d'urgence, ce qui permet de débloquer des aides fédérales. La Nasa a renoncé au décollage prévu mardi de sa nouvelle méga-fusée pour la Lune, depuis le centre spatial Kennedy situé dans cet Etat du sud des Etats-Unis.

Après Fiona

Au Honduras, plus de 12'000 personnes ont été évacuées dans le nord du pays après les crues de rivières provoquées par les pluies associées au passage de Ian, ont annoncé lundi les services de protection civile.

Les précipitations s'ajoutent à celles des dernières semaines qui ont détrempé les sols et entraîné des inondations qui ont causé la mort de 13 personnes. L'état d'urgence a été décrété dans tout le pays pour 90 jours.

Ian succède à l'ouragan Fiona qui a ravagé la semaine dernière les Caraïbes, où sept personnes au moins ont été tuées, et la côte atlantique du Canada (deux morts). L'ouragan avait déjà fait au moins sept morts la semaine passée, dont quatre à Porto Rico, deux en République dominicaine et un en Guadeloupe (France).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

La Nasa a percuté un astéroïde afin de le dévier, une première

Publié

le

Les équipes de la Nasa ont explosé de joie au moment de la collision survenue à 1h14 (heure suisse). (© KEYSTONE/AP)

Impact confirmé: un vaisseau de la Nasa s'est délibérément écrasé lundi sur un astéroïde dans le but de dévier sa trajectoire, lors d'une mission test inédite. Celle-ci doit permettre à l'humanité d'apprendre à se protéger d'une potentielle menace future.

Le vaisseau, plus petit qu'une voiture, a foncé à une vitesse de plus de 20'000 km/h sur sa cible, atteinte à l'heure prévue (01h14 en Suisse). Les équipes de la Nasa, réunies au centre de contrôle de la mission dans le Maryland, aux Etats-Unis, ont explosé de joie au moment de la collision.

Quelques minutes avant, l'astéroïde Dimorphos, situé à environ 11 millions de kilomètres de la Terre, a peu à peu grandi sur les spectaculaires images retransmises en direct par le vaisseau. On pouvait y distinguer clairement les cailloux à sa surface grise, juste avant que les images stoppent au moment de l'explosion.

"Nous sommes embarqués dans une nouvelle ère, où nous avons potentiellement la capacité de nous protéger d'un impact d'asteroïdes dangereux", a déclaré Lori Glaze, directrice des sciences planétaires à la Nasa.

"Défense planétaire"

Dimorphos fait environ 160 mètres de diamètre et ne représente aucun danger pour notre planète. Il est en réalité le satellite d'un plus gros astéroïde, Didymos, dont il faisait jusqu'ici le tour en 11 heures et 55 minutes. La Nasa cherche à réduire l'orbite de Dimorphos de 10 minutes, c'est-à-dire à le rapprocher de Didymos.

Il faudra attendre entre quelques jours à quelques semaines avant que les scientifiques puissent confirmer que la trajectoire de l'astéroïde a bien été altérée. Ils le feront grâce aux télescopes sur Terre, qui observeront la variation de l'éclat lorsque le petit astéroïde passe devant et derrière le gros.

Si le but reste ainsi modeste comparé aux scénarios catastrophes de films de science fiction comme "Armageddon", cette mission de "défense planétaire", nommée Dart (fléchette, en anglais), est la première à tester une telle technique. Elle permet à la Nasa de s'entraîner au cas où un astéroïde menace un jour de frapper la Terre.

Scruté de près

Le vaisseau avait voyagé durant dix mois depuis son décollage, en Californie. Pour atteindre une cible aussi petite que Dimorphos, la dernière phase de vol était entièrement automatisée, comme pour un missile auto-guidé.

Trois minutes après l'impact, un satellite de la taille d'une boîte à chaussures, appelé LICIACube et relâché par le vaisseau en amont, devait passer à environ 55 km de l'astéroïde pour capturer des images des éjecta. L'événement devait également être observé par les télescopes spatiaux Hubble et James Webb, qui devraient pouvoir détecter un nuage de poussière brillant et ainsi aider à évaluer la quantité de matière éjectée.

Tout ceci doit permettre de mieux comprendre la composition de Dimorphos, représentatif d'une population d'astéroïdes assez communs, et donc de mesurer l'effet exact que cette technique - appelée à impact cinétique - peut avoir sur eux. La sonde européenne Hera, qui doit décoller en 2024, ira en outre observer de près Dimorphos en 2026 pour évaluer les conséquences de l'impact et calculer, pour la première fois, la masse de l'astéroïde.

Des inconnues

Les astéroïdes ont déjà réservé des surprises aux scientifiques par le passé. En 2020, la sonde américaine Osiris-Rex s'était enfoncée bien plus que prévu dans la surface de l'astéroïde Bennu. De même, la composition de Dimorphos n'est pour le moment pas connue.

"Si l'astéroïde répond à l'impact de Dart d'une façon totalement imprévue, cela pourrait en réalité nous conduire à reconsidérer dans quelle mesure l'impact cinétique est une technique généralisable", a prévenu la semaine dernière Tom Statler, chef scientifique de la mission.

Il y a 66 millions d'années, les dinosaures ont disparu après la collision d'un astéroïde grand d'environ 10 kilomètres avec la Terre. Près de 30'000 astéroïdes de toutes tailles ont été catalogués dans les environs de la Terre (on les appelle des géocroiseurs, c'est-à-dire que leur orbite croise celle de notre planète).

Trouver les astéroïdes manquants

Aujourd'hui, aucun de ces astéroïdes connus ne menace notre planète pour les 100 prochaines années. Sauf qu'ils ne sont pas encore tous recensés. Ceux d'un kilomètre et plus ont quasiment tous été repérés, selon les scientifiques. Mais ils estiment n'avoir connaissance que de 40% des astéroïdes mesurant 140 mètres et plus - ceux capables de dévaster une région entière.

"Notre tâche la plus importante est de trouver" ceux manquants, a déclaré Lindley Johnson, agent de défense planétaire à la Nasa. Plus ils sont détectés tôt, plus les experts auront le temps de mettre en place un moyen de s'en défendre. La mission Dart est un premier pas crucial en ce sens, selon M. Johnson: "C'est une période très enthousiasmante (...) pour l'histoire spatiale, et même l'histoire de l'humanité."

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

Les billets à l'effigie de Charles III en circulation mi-2024

Publié

le

De nombreux aspects de la vie quotidienne au Royaume-Uni vont changer avec l'accession de Charles III au trône. (© KEYSTONE/AP/Victoria Jones)

Les premiers billets de banque à l'effigie du nouveau roi Charles III entreront en circulation mi-2024 au Royaume-Uni. Le portrait sera toutefois révélé dès la fin de cette année, a annoncé mardi la Banque d'Angleterre.

Le portrait du monarque "apparaîtra sur les modèles existants des quatre billets en polymère" de 5, 10, 20 et 50 livres, "et aucune modification supplémentaire" ne sera apportée, selon un communiqué diffusé une semaine après les funérailles d'Elizabeth II.

En outre, les billets à l'effigie d'Elizabeth II continueront à circuler en parallèle et ne seront retirés que lorsqu'ils seront abîmés pour "minimiser l'impact environnemental et financier du changement de monarque", suivant les directives de la Maison royale, précise l'institut monétaire.

Changement de monogramme

Les stocks de billets existants, où figure la défunte souveraine, seront mis en circulation comme prévu, tandis que la nouvelle monnaie en polymère - qui a remplacé progressivement la monnaie papier au Royaume-Uni depuis 2016 - ne sera imprimée que pour prendre la place "des billets usés et pour répondre à toute augmentation globale de la demande".

Le palais de Buckingham a aussi dévoilé lundi soir le nouveau monogramme royal - les initiales de Charles III -, qui sera notamment affiché sur les bâtiments du gouvernement et les boîtes aux lettres, et estampillé sur les documents officiels. Sous Elizabeth II, le monogramme était "EIIR", pour Elizabeth II Regina (reine en latin).

Le monogramme royal va devenir "CIIIR" pour Charles III Rex (roi en latin). Sur les images du monogramme dévoilées par Buckingham, le C et le R sont entremêlés et une couronne flotte au-dessus des initiales. Les courriers qui sortent du palais de Buckingham seront flanqués du nouveau "CIIIR" dès mardi, date marquant la fin du deuil royal pour la reine décédée le 8 septembre à l'âge de 96 ans.

"Her" à "His"

Le bureau de poste de Buckingham voit transiter quelque 2000 colis et courriers chaque année, entre invitations, réponses à des lettres ou des cartes et courriers officiels. Après l'hymne national, désormais chanté dans sa version masculine, "God Save The King", de nombreux aspects de la vie quotidienne au Royaume-Uni vont changer avec l'accession de Charles III au trône.

Le visage du nouveau roi va ainsi commencer à apparaître sur les devises outre-Manche, mais aussi dans d'autres pays du monde, ou encore sur les timbres britanniques. Les noms du gouvernement de "Her Majesty" 'Sa Majesté), du Trésor et des douanes sont déjà devenus ceux de "His Majesty".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

L'ONU décrit le "désespoir" en Haïti ravagé par des violences

Publié

le

Le pays est secoué par des violences depuis l'annonce le 11 septembre d'une hausse des prix du carburant. (© KEYSTONE/AP/Odelyn Joseph)

Des responsables de l'ONU ont décrit lundi devant le Conseil de sécurité une "catastrophe humanitaire" en Haïti. La situation y a atteint "un nouveau degré de désespoir" après deux semaines de violences et l'attaque d'entrepôts d'aide alimentaire.

Les manifestations et les scènes de pillage secouent le pays depuis l'annonce le 11 septembre par le Premier ministre Ariel Henry d'une hausse des prix du carburant, les subventions coûtant trop cher à un Etat qui manque cruellement de financements.

"Une crise économique, une crise des gangs et une crise politique ont convergé pour créer une catastrophe humanitaire", a déclaré lors d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité l'émissaire de l'ONU en Haïti Helen La Lime.

"Avant cette nouvelle poussée de troubles civils, quelque 4,9 millions d'Haïtiens avaient besoin d'aide humanitaire. Lors des deux dernières semaines, les attaques contre le Programme alimentaire mondial ont causé la perte de 2000 tonnes d'aide alimentaire d'une valeur de 5 millions de dollars qui auraient aidé 200'000 des Haïtiens les plus vulnérables dans le mois qui vient", a-t-elle dénoncé.

Hôpitaux fermés

Elle a également indiqué que le terminal pétrolier de Varreux, le plus important du pays, était "en état de siège depuis plus d'une semaine", bloqué par des gangs. La pénurie de carburant a un impact sur tout le fonctionnement du pays, avec notamment la fermeture d'hôpitaux, a-t-elle ajouté.

"Au lieu du progrès que nous espérions et dont nous rêvions, aujourd'hui la situation en Haïti a malheureusement atteint un nouveau degré de désespoir", a renchéri Valerie Guarnieri, directrice exécutive adjointe du Programme alimentaire mondiale, notant que le prix du panier alimentaire moyen avait grimpé de 52% en un an.

"Sous contrôle"

"Nous nous attendons à ce que la sécurité alimentaire se détériore encore cette année, dépassant le record de 4,5 millions de personnes en niveau d'insécurité alimentaire de crise ou pire, dont 1,3 million en situation d'urgence", a-t-elle ajouté. Et "l'insécurité rend difficile et dangereux de mettre en place le programme humanitaire", a-t-elle souligné, s'inquiétant notamment du pillage d'entrepôts qui abritaient des stocks préparés pour la saison des ouragans.

Le ministre haïtien des Affaires étrangères Jean Victor Geneus, présent à la réunion, a lui assuré que côté violences, "à l'exception de cas isolés, la situation est globalement sous contrôle et le calme est revenu dans plusieurs parties du pays". Il a d'autre part réclamé un "accompagnement robuste" de la communauté internationale pour soutenir la police haïtienne contre les bandes armées.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Manifestations: plus de 75 morts en 10 jours selon une ONG

Publié

le

La colère monte en Iran. (© KEYSTONE/EPA/SEDAT SUNA)

Plus de 75 personnes ont été tuées en Iran dans la répression des manifestations déclenchées il y a dix jours par la mort d'une jeune femme détenue par la police des moeurs, a indiqué lundi une ONG.

Les autorités iraniennes ont elles jusque-là donné un bilan de 41 morts incluant manifestants et forces de l'ordre. Elles ont aussi annoncé l'arrestation de plus de 1200 manifestants.

Les protestations, qui ont repris lundi soir, ont éclaté le 16 septembre après le décès à l'hôpital de la jeune Iranienne de 22 ans, Mahsa Amini, arrêtée trois jours auparavant à Téhéran pour non respect du code vestimentaire strict pour les femmes en République islamique d'Iran.

Selon l'ONG Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo, "au moins 76 personnes ont été tuées dans les manifestations" dont "six femmes et quatre enfants", dans 14 provinces du pays. L'IHR a affirmé avoir obtenu des "vidéos et des certificats de décès confirmant des tirs à balles réelles sur des manifestants".

Depuis le décès de Mahsa Amini, les Iraniens descendent chaque soir dans la rue à Téhéran et ailleurs dans le pays.

"Le matin, ma femme conduit les enfants à l'école et moi j'ouvre mon magasin. Tout est calme", a indiqué Mahmoud, 60 ans, sur la place Valiasr à Téhéran. "Mais dès que le soir tombe et que les manifestations commencent je suis obligé de fermer mon magasin."

De nombreux policiers casqués et armés de bâtons prennent alors position pour tenter d'empêcher les rassemblements.

Certains des manifestants rassemblés sur des toits d'immeubles lancent des slogans antigouvernementaux entrecoupés de "Femme, Vie et liberté", a raconté Ali, un autre habitant de la capitale.

Gaz lacrymogènes

Lundi soir, les protestations ont repris avec les mêmes slogans de "Mort au dictateur" dans la capitale et dans d'autres villes, selon des témoins.

A Tabriz (nord-ouest), une vidéo diffusée par l'IHR a montré des policiers tirant du gaz lacrymogène contre les manifestants. Le bruit des tirs de balles y est en outre entendu.

Selon de récentes vidéos publiées par l'AFP, la police anti-émeute a, lors des protestations, frappé des manifestants à coups de matraque et des étudiants ont déchiré de grandes photos du guide suprême Ali Khamenei et de son prédécesseur, l'imam Khomeiny.

Et d'après des groupes de défense des droits humains, elle a aussi tiré des plombs et à balles réelles sur les protestataires qui ont lancé des pierres, incendié des voitures de police et mis le feu à des bâtiments publics,

D'autres images ont montré des femmes enlevant et incendiant leurs voiles ou se coupant symboliquement les cheveux, encouragées par la foule, dans plusieurs villes.

Outre les plus de 1.200 arrestations par les autorités, le Comité pour la protection des journalistes a fait état lundi de l'arrestation de 20 journalistes iraniens depuis le 16 septembre.

L'Iran a imputé le mouvement de contestation à des "complots étrangers", pointant du doigt les Etats-Unis, son ennemi juré.

Son chef de la diplomatie Hossein Amir-Abdollahian a critiqué "l'approche interventionniste des Etats-Unis dans les affaires de l'Iran", leur reprochant de soutenir "les émeutiers".

- Sanctions -

Face à la répression, l'Union européenne a dénoncé l'usage "généralisé et disproportionné de la force".

Le président américain Joe Biden a lui aussi dénoncé la répression des manifestations, se disant solidaire des "femmes courageuses d'Iran".

Le Canada a décidé d'imposer des sanctions contre une dizaine de responsables iraniens et d'entités dont la police des moeurs.

Et Berlin a appelé l'Iran à "ne pas recourir à la violence" contre les manifestants.

Mais les autorités iraniennes restent fermes.

Samedi, le président conservateur Ebrahim Raïssi a appelé les forces de l'ordre à agir contre les manifestants, qualifiés "d'émeutiers". Après lui, le chef du pouvoir judiciaire, Gholamhossein Mohseni Ejei, a exclu toute "indulgence" envers les instigateurs des "émeutes".

Néanmoins, un important religieux conservateur et un ardent défenseur d'Ali Khamenei, le grand ayatollah Hossein Nouri Hamedani, a appelé les autorités à "écouter les demandes du peuple et à régler ses problèmes".

Les protestations sont les plus importantes depuis celles de novembre 2019, provoquées par la hausse des prix de l'essence en Iran, qui avaient été sévèrement réprimées (230 morts selon un bilan officiel, plus de 300 selon Amnesty International).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X