Rejoignez-nous

International

Pas de pass sans vaccin de rappel pour les plus de 65 ans

Publié

,

le

Emmanuel Macron s'exprimait mardi soir à la télévision pour la 9e fois depuis le début de la pandémie. Mais, à six mois de l'élection présidentielle pour laquelle il n'a pas encore déclaré sa candidature, il s'est aussi expimé sur le nucléaire ou les retraites (Photo d'illustration). (© KEYSTONE/EPA/YOAN VALAT)

Emmanuel Macron a annoncé mardi soir que le pass sanitaire ne sera délivré aux plus de 65 ans que s'ils auront effectué un vaccin de rappel contre le Covid-19. A six mois des élections, le président a aussi annoncé la construction de nouvelles centrales nucléaires.

La France va lier le maintien du pass sanitaire, le document nécessaire pour mener une vie normale au quotidien, à l'injection d'une dose de rappel de vaccin contre le Covid-19 pour les plus de 65 ans, a annoncé mardi le président Emmanuel Macron.

Pour les plus de 65 ans, "à partir du 15 décembre, il vous faudra justifier d'un rappel pour prolonger la validité de votre pass sanitaire", a-t-il déclaré à la télévision, tandis que les contaminations sont reparties à la hausse en France.

"Une campagne (de rappel) a été lancée depuis la fin de l'été pour tous les plus de 65 ans et les plus fragiles, il nous faut aujourd'hui l'accélérer", a rappelé le chef de l'Etat lors d'une allocution télévisée.

M. Macron n'a pas précisé si cette contrainte ne concernerait que les plus de 65 ans ou si elle s'étendrait aussi aux personnes à risque, comme les obèses et les diabétiques, même si elles sont plus jeunes.

Depuis septembre, les plus âgés et les plus fragiles sont en effet éligibles à une dose de rappel de vaccin anti-Covid, le plus souvent une "troisième dose", à condition que leur vaccination remonte à plus de six mois. La dose de rappel vise à compenser la perte d'efficacité constatée pour tous les vaccins anti-Covid au cours du temps.

A ce titre, M. Macron a également annoncé que tous les plus de 50 ans pourraient bénéficier de cette dose de rappel à partir du mois prochain.

"Plus de 80% des personnes en réanimation ont plus de 50 ans, c'est pourquoi une campagne de rappel sera lancée à partir du début du mois de décembre pour nos compatriotes âgés de 50 à 64 ans", a-t-il précisé.

Les autorités de santé françaises n'ont pourtant pas encore donné leur aval à une telle extension mais Emmanuel Macron a expliqué qu'elles avaient été saisies en ce sens.

Nucléaire

Alors qu'il s'exprimait à 20h00 à la télévision pour la 9e fois depuis le début de l'épidémie, le président n'a toutefois pas parlé que de Covid et de vaccin. A six mois de l'élection présidentielle à laquelle Emmanuelle Macron n'est pas encore officiellement candidat, et alors que se tient la COP26, celui-ci a également annoncé la construction de nouvelles centrales nucléaires.

"Nous allons, pour la première fois depuis des décennies, relancer la construction de réacteurs nucléaires dans notre pays et continuer de développer les énergies renouvelables", a-t-il dit sans donner plus de détail à ce stade.

Cela "pour garantir l'indépendance énergétique de la France, pour garantir l'approvisionnement électrique de notre pays et atteindre nos objectifs, en particulier la neutralité carbone en 2050", a-t-il fait valoir.

La France, qui tire la majorité de son électricité du nucléaire, ne construit actuellement qu'un seul réacteur nucléaire de nouvelle génération, l'EPR de Flamanville (EDF), dont le chantier entrepris en 2007 n'est toujours pas achevé. Mais EDF a d'autres projets sur la table.

"Si nous voulons payer notre énergie à des tarifs raisonnables et ne pas dépendre de l'étranger, il nous faut tout à la fois continuer d'économiser l'énergie et d'investir dans la production d'énergies décarbonées sur notre sol", a déclaré Emmanuel Macron, qui a déjà souligné les avantages de l'énergie nucléaire ces derniers mois, notamment du point de vue climatique.

"Ces investissements nous permettront d'être à la hauteur de nos engagements au moment où nous allons clôturer la COP 26 à Glasgow", a-t-il assuré.

Retraites

Très attendu sur ce thème, Emmanuel Macron a encore évoqué la réforme des retraites, un de ses grands projets en début de quinquennat. Les conditions "ne sont pas réunies pour relancer aujourd'hui" le chantier de la réforme des retraites, a-t-il jugé tout en estimant qu'il faudrait "prendre des décisions claires" dès 2022.

Ces décisions, qui "feront légitimement l'objet de débats", impliqueront notamment de "travailler plus longtemps, en repoussant l'âge légal" et de supprimer les régimes spéciaux, a-t-il ajouté.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Nadal en demi-finales

Publié

le

Rafael Nadal est en demi-finale de Wimbledon (© KEYSTONE/EPA/KIERAN GALVIN)

Rafael Nadal (ATP 4) s'est qualifié pour les demi-finales à Wimbledon. L'Espagnol a dominé Taylor Fritz (ATP 14) 3-6 7-5 3-6 7-5 7-6 (10/4).

L'homme aux 22 titres du Grand Chelem n'a pas manqué son huitième quart de finale à Londres. Il rencontrera l'Australien Nick Kyrgios en demi-finale vendredi.

Cette partie ne pouvait que se terminer au super tie-break, mais l'Américain peut s'en vouloir. Il a eu des occasions de prendre le meilleur sur le Majorquin, mais il n'a pas su faire la différence au moment opportun.

En face, Nadal n'a pas semblé au mieux mais il s'est comme toujours battu avec sa volonté de fer en poussant son adversaire à la faute à force de remettre la balle dans le court.

Victorieux de Nadal en mars à Indian Wells et dernièrement du tournoi d'Eastbourne, Fritz pensait pouvoir passer l'écueil, mais cela n'a pas suffi. Dans le super tie-break, Nadal a rapidement mené 5-0 avant de voir son adversaire revenir à 5-3. Mais là encore, l'expérience du numéro 4 mondial a fait la différence et il a pu conclure sur son engagement.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Un mort dans une attaque au couteau lors d'un événement politique

Publié

le

Une attaque au couteau a eu lieu mercredi sur l'île suédoise de Gotland, lors d'un événement politique. (© KEYSTONE/EPA/Henrik Montgomery)

La police suédoise a annoncé mercredi qu'une femme d'une soixantaine d'années avait été tuée dans une attaque au couteau en plein jour sur l'île de Gotland. Les principaux responsables politiques du pays y sont réunis pour un événement annuel.

"Malheureusement, je peux vous annoncer qu'une femme a succombé à ses blessures", a déclaré Fredrik Persson, chef de la police de Gotland, lors d'une conférence de presse où il a été précisé que l'agression s'est produite peu avant 14h00 locales dans la ville de Visby, la seule ville de l'île.

Il a annoncé qu'un homme de 33 ans avait été arrêté peu après les faits et qu'il était soupçonné de meurtre. "Une enquête approfondie est actuellement en cours. Il s'agit notamment d'établir le mobile et les antécédents de la personne arrêtée", a poursuivi le chef de la police. Le journal Expressen a rapporté que le suspect aurait des liens avec le groupe néo-nazi NMR, ce que la police n'a pas voulu le confirmer.

Il a ajouté que les enquêteurs se penchaient sur une série de questions "puisque cela s'est produit dans un lieu très public, où il y avait beaucoup de monde dans le centre de Visby en milieu de journée". La police n'a pas souhaité s'exprimer sur le mobile, bien que M. Persson ait admis qu'un motif politique ne pouvait être exclu à ce stade précoce de l'enquête.

La police a aussi indiqué qu'elle ne pensait pas que les événements étaient liés à la semaine d'Almedalen, un événement annuel rassemblant l'élite suédoise et où les partis politiques présentent souvent leur nouvelle politique et lancent leurs campagnes.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Nick Kyrgios bat Cristian Garin et jouera sa première demi-finale

Publié

le

Nick Kyrgios est en demi-finales de Wimbledon (© KEYSTONE/AP/Alastair Grant)

Nick Kyrgios (ATP 40) s'est qualifié pour sa première demi-finale de Grand Chelem à Wimbledon. L'Australien a écarté le Chilien Cristian Garin (ATP 43) 6-4 6-3 7-6 (7/5).

"Je n'aurais jamais imaginé être en demi-finales d'un tournoi du Grand Chelem, je pensais avoir laissé passer le train, que j'avais manqué l'ouverture...", a déclaré l'Australien de 27 ans qui avait jusque-là joué deux quarts de finale de Majeurs dont un à Wimbledon en 2014 pour sa première participation.

"J'ai eu l'impression de jouer sur les talons parce que Garin est un sacrément bon joueur. J'ai eu de la chance sur quelques balles de break, mais je prends et je vais me préparer pour le prochain match", a-t-il ajouté, quelques minutes après être tombé les bras en croix sur le gazon du Court N.1 après la balle de match.

Ce prochain match sera contre le double lauréat Rafael Nadal (4e) ou l'Américain Taylor Fritz (14e).

Pour l'aider à préparer cette demie historique, il n'a comme à son habitude pas d'entraîneur.

"Je n'ai pas de coach parce que je ne voudrais pas mettre ce poids sur les épaules de qui que ce soit. Personne ne connaît aussi bien mon tennis que moi", a-t-il expliqué.

Kyrgios devient ainsi le premier Australien à entrer dans le dernier carré de Wimbledon depuis Lleyton Hewitt en 2005. Il est également le joueur le plus mal classé à jouer les demies depuis l'édition 2008 quand Marat Safin, 75e mondial, et Rainer Schuettler, 94e, y étaient tous les deux parvenus.

Mercredi, Garin a remporté les neuf premiers points du premier set pour mener 2-0 et 15-0 sur le service de Kyrgios.

Mais l'Australien est alors entré dans le match et a repris le service adverse pour revenir à 3-3, avant de réussir un nouveau break dans l'ultime jeu de la manche pour la remporter. Dans la deuxième manche, Kyrgios a fait le break pour mener 3-1 et a ensuite contrôlé son avantage jusqu'au bout.

Le troisième set a été bien plus accroché, chaque joueur tenant sa mise en jeu jusqu'au tie-break remporté par Kyrgios.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Le guitariste Santana fait un malaise en plein concert

Publié

le

Le célèbre guitariste Carlos Santana a "oublié" de boire et manger avant un concert (archives). (© KEYSTONE/DPA/CHRISTOPH SCHMIDT)

Le guitariste star Carlos Santana été hospitalisé après avoir fait un malaise sur scène mardi lors d'un concert en extérieur dans le nord des Etats-Unis. Il a expliqué ensuite avoir "oublié de manger et de boire de l'eau".

L'artiste de 74 ans a dit sur Facebook avoir été victime de "déshydratation", ce qui l'a conduit à perdre connaissance. "Ça va bien, on va y aller tranquille", a-t-il écrit pour rassurer ses fans.

Le musicien jouait sur une scène extérieure à Clarkston, à près de 70 km de Detroit, quand il s'est trouvé "épuisé par la chaleur et déshydraté", a écrit son manager Michael Vrionis sur le site internet du guitariste.

"Carlos a été transporté aux urgences de McLaren Clarkston pour observation et va bien", a-t-il ajouté. Un concert programmé mercredi en Pennsylvanie a été reporté.

Santana, né au Mexique, est largement considéré comme l'un des meilleurs guitaristes du monde et a remporté 10 Grammys, les récompense de l'industrie musicale américaine. C'est avec un groupe au nom éponyme, autour des années 1970, qu'il s'est révélé en parvenant à associer le rock and roll avec le jazz venu d'Amérique latine.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Tuerie du 4-Juillet: une autre attaque était envisagée

Publié

le

Des personnes rendent hommage aux sept victimes tuées lors de la fusillade pendant un défilé du 4-Juillet à Highland Park. (© KEYSTONE/AP/Anthony Vazquez)

Le jeune homme qui a ouvert le feu sur la foule lors des célébrations de la fête nationale américaine à Highland Park, près de Chicago, a été inculpé de sept meurtres. Il envisageait de perpétrer une autre attaque alors qu'il fuyait la police dans le Wisconsin voisin.

Le jeune de 21 ans a confié aux enquêteurs avoir roulé en voiture pendant plus de 200 km jusqu'à Madison. Il y a "vu d'autres célébrations" et a "sérieusement envisagé d'utiliser l'arme qu'il avait dans son véhicule pour perpétrer une autre attaque", a indiqué mercredi Christopher Covelli, de la police de Highland Park.

Cette seconde attaque n'était pas planifiée, contrairement à la première qui avait été préparée "depuis plusieurs semaines", a souligné le policier.

Le jeune homme a tiré sur la foule lundi avec un fusil semi-automatique depuis le toit d'un commerce, au moment où le défilé du 4-Juillet venait de débuter à Highland Park, une banlieue huppée de Chicago dans l'Illinois. Le bilan est de sept morts et plus de trente blessés.

Selon les enquêteurs, il était "habillé en femme", portant une perruque et du maquillage pour cacher son identité et ses tatouages. Il avait ensuite abandonné son arme et s'était fondu dans la masse des gens qui s'échappaient avant de fuir en voiture jusqu'à Madison. Mais il avait fait demi-tour et était revenu vers Chicago où il avait été arrêté.

Confession

Il a confessé son geste devant les enquêteurs, a affirmé le procureur adjoint Ben Dillon, lors d'une comparution par visioconférence face à un juge. Ce dernier, Theodore Potkonjak, a refusé au vu des charges une libération sous caution, tandis que l'accusé restait impassible depuis son lieu de détention.

Lors d'une conférence de presse qui a suivi à Waukegan, le procureur Eric Rinehart n'a pas voulu spéculer sur un mobile. Mais la police a écarté un motif raciste ou religieux, Highland Park comptant une importante communauté juive.

Robert Crimo a été inculpé de sept meurtres et encourt la prison à vie sans possibilité de liberté conditionnelle s'il est reconnu coupable. Il devrait être poursuivi pour de nombreux autres chefs d'inculpation, selon M. Rinehart. Il doit comparaître devant un autre juge du tribunal de Waukegan le 28 juillet.

La police de l'Illinois s'est expliquée sur les raisons pour lesquelles le jeune homme d'apparence frêle avait légalement pu acheter en 2020 quatre armes, dont le fusil utilisé lundi, malgré des antécédents de troubles psychologiques et de comportement menaçant. Alors âgé de moins de 21 ans, il avait été parrainé par son père.

La police a indiqué dans un communiqué ne pas avoir reçu de "signalement psychologique" sur le tireur, qui avait fait une tentative de suicide début 2019.

Recueillement

En 2019, les forces de l'ordre étaient aussi intervenues au domicile familial après un appel prévenant qu'il menaçait de "tuer tout le monde" et avaient saisi notamment 16 couteaux. Le père du tireur avait alors affirmé que les couteaux lui appartenaient. Il bénéficiait d'une modeste renommée en ligne sous son nom de scène "Awake the Rapper", certaines de ses chansons laissant entrevoir la violence qui l'habitait.

Les habitants de Highland Park se sont recueillis mardi soir devant un mémorial de fortune installé devant une église de la ville. "Nous sommes tous dévastés", a dit à l'AFP Susanna Calkins, une habitante. Elle s'est dite plongée dans "l'incrédulité, mais aussi la résignation: ces choses-là surviennent encore et encore. Et cette fois-ci, c'est ici, ce sont les nôtres."

Les festivités du 4-Juillet ont été émaillées de violences dans tout le pays. La police de Richmond, en Virginie, a annoncé mercredi avoir arrêté la semaine dernière deux hommes qui projetaient une attaque dans un des parcs de la ville où plusieurs milliers d'habitants devaient assister à des concerts et au feu d'artifice.

Les Etats-Unis font face à une flambée de violences par armes à feu depuis la pandémie de Covid-19. Le pays est sous le choc après une série de fusillades dont l'une a fait 21 morts, dont 19 enfants, le 24 mai au Texas.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Attendez-vous à ce que vos activités vous prennent toutes vos énergies, mais, grâce au Ciel, vous serez inépuisable !

Les Sujets à la Une

X