Rejoignez-nous

International

Percée pour les héritiers de l'ETA politique au Pays basque

Publié

,

le

Arnaldo Otegi (à droite sur le cliché) a promis de "continuer à travailler humblement" pour le peuple. (© KEYSTONE/EPA/Miguel Tona)

Le parti séparatiste EH Bildu, considéré comme l'héritier de la branche politique de l'ETA, a réalisé dimanche une percée électorale historique lors d'un scrutin régional au Pays basque, en Espagne. Il n'est toutefois pas parvenu à se hisser en tête.

La formation de gauche est passée de 21 à 27 sièges sur 75 au sein du parlement régional. Elle détient le même nombre de députés que le parti nationaliste basque (PNV), parti conservateur qui domine la vie politique régionale depuis des décennies.

Le PNV, qui perd quatre sièges, mais a recueilli près de 30'000 voix de plus, est toutefois assuré de conserver le pouvoir dans cette riche région industrielle, peuplée de 2,2 millions d'habitants et dotée d'énormes compétences.

"Le PNV a gagné les élections" et va "donc prendre la responsabilité de former le gouvernement" régional, a déclaré son président Andoni Ortuzar.

Selon les analystes, la coalition actuellement au pouvoir dans la région entre le PNV et les socialistes du premier ministre espagnol Pedro Sánchez, arrivés troisièmes du scrutin, devrait être reconduite.

"Pas de géant"

Six ans après la dissolution en 2018 de l'ETA, tenue pour responsable de la mort de plus de 850 personnes en quatre décennies de violences, EH Bildu a mené une stratégie électorale gagnante. La formation a mis au deuxième plan ses revendications indépendantistes pour se focaliser sur les questions sociales, l'écologie et le féminisme.

Ce parti, toujours dirigé par un ancien membre de l'ETA, Arnaldo Otegi, a bénéficié en particulier d'un fort soutien parmi les plus jeunes, qui ont peu ou pas vécu dans une société basque meurtrie par la violence terroriste.

"Aujourd'hui, nous avons fait un pas de géant. Nous entrons dans une nouvelle ère" au Pays basque, a déclaré dimanche soir Pello Otxandiano, le candidat aux régionales de la formation qui espère un jour parvenir à se hisser au pouvoir dans la région. "Nous allons continuer à travailler humblement, comme toujours, pour ce peuple", a dit pour sa part Arnaldo Otegi.

Ce scrutin régional, très suivi dans le pays, plaçait le parti socialiste de M. Sánchez dans une position inconfortable d'arbitre entre le PNV et Bildu, qui sont deux alliés indispensables de son gouvernement minoritaire au Parlement à Madrid. Les socialistes avaient toutefois, dès le début de la campagne, fermé la porte à une alliance avec Bildu si jamais ce dernier remportait le scrutin.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

C'est fini pour Golubic

Publié

le

Pas l'ombre d'une chance Viktorija Golubic lors de son 2e tour à Roland-Garros (© KEYSTONE/EPA/CAROLINE BLUMBERG)

Viktorija Golubic (WTA 76) n'a pas passé le cap du 2e tour à Roland-Garros. La Zurichoise a été battue par 6-2 6-2 par Anastasia Potapova (WTA 41).

Au cours du premier set, la Zurichoise a cédé son engagement dès son deuxième jeu de service. Dans un fauteuil, la Russe a tout de même dû sauver une balle de break à 3-2 en sa faveur, mais elle a tenu et a ensuite ravi une nouvelle fois le service de Golubic, avant de conclure facilement la première manche.

Golubic a loupé le coche durant le deuxième set, surtout qu'elle a eu quatre occasions de faire le break alors qu'elle menait 2-1. Cette incapacité à mettre la Russe sous pression s'est retournée contre elle, puisque sur le jeu suivant elle a abandonné sa mise en jeu. Même l'interruption due à la pluie à 5-2 en faveur de Potapova n'a pas permis à Golubic de faire douter la Russe. La 41e joueuse mondiale a conclu sur sa deuxième balle de match après 62 minutes.

C'est la troisième fois en autant de duels que Golubic perd contre la joueuse russe.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Indonésie: le volcan Marapi rejette des cendres à 2 km de hauteur

Publié

le

Le volcan Marapi rejette des cendres jusqu'à 2 km (Archives). (© KEYSTONE/AP/GIVO ALPUTRA)

Le volcan Marapi, situé dans l'ouest de l'Indonésie, est de nouveau entré en éruption jeudi, projetant une colonne de cendres à 2 km au-dessus du sommet, selon les autorités qui ont mis en garde contre de possibles coulées de lave froide.

Situé dans l'ouest de la grande île de Sumatra, le Marapi est entré en éruption jeudi à 13h04 heure locale (08h04 suisses), projetant d'épais nuages de cendres 2 km au-dessus de son sommet, a indiqué l'agence nationale de gestion des catastrophes (BNPB), dans un communiqué.

Le volcan, l'un des plus actifs d'Indonésie, est depuis des semaines au deuxième niveau d'alerte d'une échelle qui en compte quatre. Les autorités conseillent à la population de rester en dehors d'une zone d'exclusion de 4,5 km autour de son cratère.

Les habitants sont invités à rester "à l'écart des cours d'eau qui proviennent du volcan Marapi et à être en alerte face aux dangers potentiels de lahar (lave froide, en langue indonésienne) en particulier lorsqu'il pleut", a indiqué Abdul Muhari, porte-parole du BNPB.

La lave froide est un mélange de matériaux volcaniques contenant des cendres, du sable et des roches entraînés par la pluie sur les pentes d'un volcan.

60 victimes en mai

A la mi-mai, de fortes pluies ont provoqué l'écoulement de débris volcaniques dans les districts proches du Marapi, tuant plus de 60 personnes, détruisant des dizaines de maisons et endommageant des routes et des mosquées.

L'Indonésie, un vaste archipel, connaît une activité sismique et volcanique fréquente en raison de sa position sur la "ceinture de feu du Pacifique".

Le mois dernier, le volcan Ruang, dans le nord de la province des Célèbes est entré en éruption plus d'une demi-douzaine de fois, forçant des milliers d'habitants des îles voisines à évacuer.

En décembre, au moins 24 randonneurs, en majorité des étudiants, sont morts sur les pentes du volcan Marapi à la suite d'une éruption.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

2023 a été la deuxième année la plus chaude, juste après 2022

Publié

le

L'Espagne est confrontée à des épisodes de chaleur de plus en plus nombreux et rapprochés, parfois en dehors des mois d'été, qui inquiètent les scientifiques. (photo symbolique) (© KEYSTONE/AP/MANU FERNANDEZ)

L'Espagne a connu en 2023 sa deuxième année la plus chaude depuis le début des relevés, juste après 2022 qui avait représenté un record, a annoncé jeudi l'agence météorologique nationale.

La température moyenne a atteint 15,2°C (soit 1,2°C au-dessus de la normale) en 2023, année qui a connu 44 jours de records absolus de chaleur, a indiqué Rubén del Campo, porte-parole de l'Aemet lors d'une conférence de présentation du rapport annuel sur le climat dans le pays.

"Il s'agit de la deuxième année la plus chaude de la série" statistique entamée en 1961, après 2022, a-t-il insisté.

"1,2 degré au-dessus de la normale, ça peut sembler peu, mais (...) sur une année entière, c'est beaucoup, c'est beaucoup", a-t-il insisté.

En 2022, la température moyenne annuelle avait pour la première fois dépassé le seuil des 15 degrés avec près de 15,5°C.

"La température moyenne a augmenté de plus d'1,5°C en Espagne depuis 1961, début des relevés" et les dix années les plus chaudes de la série ont toutes été au XXIe siècle, a encore précisé l'agence météorologique.

Rubén del Campo a souligné le rôle "fondamental" joué dans ce réchauffement par les "émissions de gaz à effet de serre".

2024 semble suivre la même tendance : le pays a connu cette année son mois de janvier le plus chaud jamais enregistré avec une température moyenne en Espagne continentale de 8,4 degrés et un mercure ayant avoisiné les 30°C dans certaines régions lors d'une vague de chaleur digne du début de l'été et qualifiée d'"anomalie" par l'Aemet.

Habituée aux fortes températures, l'Espagne est confrontée à des épisodes de chaleur de plus en plus nombreux et rapprochés, parfois en dehors des mois d'été, qui inquiètent les scientifiques.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Wawrinka: "J'aimerais beaucoup jouer les JO"

Publié

le

Stan Wawrinka espère revoir Paris fin juillet (© KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHE PETIT TESSON)

Stan Wawrinka a pris la porte au 2e tour de Roland-Garros dans la nuit de mercredi à jeudi, battu par le Russe Pavel Kotov. Le Vaudois espère toutefois être de retour fin juillet à Paris pour les JO.

Sous le toit du Suzanne-Lenglen et avec le soutien d'un public acquis à sa cause, Wawrinka aurait voulu faire plus, comme il l'a expliqué à la presse à l'issue du match; "Il y a forcément de la déception. J'ai eu la possibilité de revenir au 4e set avec un break d'avance. Je n'ai pas fait un mauvais match, j'ai eu des occasions et j'aurais pu faire un peu plus, mais il a été très bon."

Le Vaudois est aussi revenu sur l'ambiance particulière sous le toit et à un horaire tardif. "Dans l'ensemble, c'était un bon match, il a juste été plus présent et agressif dans les moments importants, a-t-il analysé. C'est le genre de match que j'ai envie de gagner, surtout à Paris. Il y avait beaucoup de public et de soutien. C'est la première fois que je vis une telle ambiance, j'avais l'impression de jouer à la maison. Cela me donne envie de continuer, parce que c'est rare de vivre de pareilles émotions."

La suite du programme pour le triple vainqueur en Grand Chelem, c'est le gazon de Wimbledon. Et ensuite les JO de Paris? "Oui, j'aimerais beaucoup y participer. Mais je n'aurai pas forcément le classement, alors il faudra que je reçoive une invitation. J'ai jeté un oeil au règlement et si j'ai un peu de chance, cela devrait bien se passer, mais je ne suis pas encore sûr. On verra bien, tout se fait après ce tournoi."

Et l'édition 2025 de Roland-Garros, avec ou sans Stan? "L'année prochaine, c'est dans douze mois, c'est loin, a-t-il conclu. Pour l'instant, je sais que j'ai envie de continuer. L'envie est là, mais il faut aussi voir mon niveau, parce qu'il s'agit de maintenir un certain classement pour pouvoir jouer ce genre de tournoi et vivre ces émotions. Pour l'instant tout se passe bien et j'ai envie de continuer."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Capricorne

Votre partenaire est votre refuge, votre pilier de soutien et c'est là que vous trouvez l'énergie nécessaire pour faire face à chaque contrariété du quotidien !

Les Sujets à la Une

X