Rejoignez-nous

International

Pluie de roquettes sur Tel-Aviv, frappes d'Israël sur Gaza

Publié

,

le

Les tirs croisés de roquettes se poursuivaient dans la nuit de mardi à mercredi entre Israël et le Hamas. (©KEYSTONE/EPA/MOHAMMED SABER).

L'escalade militaire entre le Hamas et Israël se poursuit mercredi matin avec de nouvelles frappes israéliennes sur la bande de Gaza, après une pluie de roquettes lancées par le mouvement islamiste vers plusieurs villes israéliennes, dont la métropole Tel-Aviv.

Après une nuit marquée par des échanges de tirs entre le Hamas et Israël, l'armée israélienne a indiqué avoir achevé mercredi à l'aube une nouvelle et vaste "série de raids, frappant des maisons qui appartenaient à des membres de haut rang de l'organisation terroriste Hamas".

Le mouvement islamiste a indiqué que ces "raids successifs" avaient abouti à la destruction du quartier général de la police, sans préciser s'il y avait eu des victimes.

Ces nouvelles frappes, les plus importantes depuis la guerre de 2014 dans l'enclave selon l'armée, font suite aux centaines de roquettes tirées dans la nuit depuis l'enclave palestinienne vers le sol israélien.

Après une première volée de roquettes en direction de Tel-Aviv mardi soir, le Hamas a indiqué dans la nuit lancer plus de 220 nouveaux missiles vers Tel-Aviv et Beersheva (sud), où les sirènes d'alarme ont retenti. Le Jihad islamique, deuxième groupe armé palestinien de Gaza dont au moins deux commandants ont péri dans des raids israéliens, a annoncé avoir mené tôt mercredi une "frappe puissante contre l'ennemi, avec 100 missiles tirés".

Plus de 40 morts

La communauté internationale a appelé au calme face à cette flambée de violence, la pire depuis des années entre le Hamas et l'Etat hébreu, déclenchée à la suite de heurts à Jérusalem-Est occupée.

Côté palestinien, les attaques israéliennes menées avec des avions de chasse et des hélicoptères de combat ont fait au moins 35 morts parmi lesquels 12 enfants et au moins 230 blessés, selon le ministère de la Santé à Gaza. Des commandants du Hamas et du Jihad islamique ont par ailleurs péri dans ces frappes, ont confirmé ces groupes.

En Israël, ce sont cinq personnes qui ont été tuées au total dans les tirs de roquettes et des dizaines d'autres ont été blessées, selon la police et les services de secours.

Plus grandes frappes depuis 2014

Le Hamas a d'abord tiré mardi soir un barrage de roquettes vers Tel-Aviv, après la destruction complète d'un immeuble d'une douzaine d'étages dans le centre de la ville de Gaza, dans lequel des ténors du mouvement avaient leurs bureaux.

Faisant état de la destruction d'un autre immeuble, comportant les locaux d'une télévision locale, des logements et des commerces sur neuf étages, le Hamas a annoncé une nouvelle salve de roquettes.

L'armée a confirmé avoir ciblé un bâtiment dans le centre de Gaza, indiquant qu'il était utilisé par le Hamas pour ses activités de renseignement militaire.

"En réponse à des centaines de roquettes tirées ces dernières 24 heures, l'armée a frappé un certain nombre de cibles terroristes et combattants terroristes à travers la bande de Gaza", a indiqué l'armée, précisant qu'il s'agissait des plus grandes frappes depuis la guerre de 2014 dans l'enclave.

Vers une "guerre à grande échelle"

Israël et le Hamas se dirigent vers une "guerre à grande échelle", a prévenu mardi l'émissaire de l'ONU pour le Proche-Orient Tor Wennesland, alors que l'escalade des violences ne laisse présager, pour l'instant, aucun signe d'apaisement.

"Il y a encore beaucoup de cibles dans le viseur, ce n'est que le début", a affirmé le ministre de la Défense Benny Gantz, ancien chef de l'armée lors de la dernière guerre de Gaza en 2014, tandis que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a affirmé que le Hamas "allait se prendre une raclée à laquelle il ne s'attend pas".

Dans une intervention télévisée, le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh s'est lui dit "prêt" à en découdre. "Si (Israël) veut une escalade, la résistance est prête et si (Israël) veut arrêter nous sommes prêts aussi", a-t-il déclaré, en appelant les forces de l'ordre israéliennes à se retirer de l'Esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est, troisième lieu saint de l'islam mais théâtre ces derniers jours de heurts entre policiers israéliens et manifestants palestiniens ayant fait plus de 700 blessés.

Trêve ?

La police a arrêté 21 suspects lors des violentes manifestations à Jisr A-Zarqa et Wadi Ara (nord). A Lod, qui jouxte l'aéroport international Ben Gourion où les vols ont été temporairement suspendus, un état d'urgence a été décrété après des "émeutes" de la minorité arabe, d'après la police.

Face aux violences, le Conseil de sécurité de l'ONU tiendra mercredi une nouvelle réunion à huis clos en urgence, la deuxième en trois jours, d'après des sources diplomatiques. La première réunion lundi s'était soldée sans aucune déclaration commune en raison de réticences des Etats-Unis à adopter un texte "à ce stade".

Des sources diplomatiques avaient affirmé lundi à l'AFP que l'ONU, avec l'aide du Qatar et de l'Egypte, avait amorcé une médiation auprès des parties "concernées" afin d'obtenir une désescalade. Mais Le Caire a affirmé mardi avoir tenté en vain jusqu'à présent de discuter avec Israël pour apaiser les tensions.

Interrogé sur cette médiation, le porte-parole de l'armée israélienne, Jonathan Conricus a rétorqué mardi: "Je ne crois pas que mes commandants soient au courant ou particulièrement intéressés".

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Deux Rafale se touchent lors d'un meeting aérien, avant de se poser

Publié

le

Les deux appareils qui se sont heurtés ont pu regagner la base (Photo d'archives). (© KEYSTONE/AP/THANASSIS STAVRAKIS)

Deux Rafale se sont touchés dimanche lors d'un meeting aérien dans le sud-ouest de la France. Cet accident très rare n'a pas empêché les avions de se poser sans heurts ni victime à déplorer, a-t-on appris de source militaire.

"Durant leur présentation tactique, deux Rafale de la 30e escadre de Chasse se sont touchés en vol" vers 12h40, a déclaré à l'AFP le colonel Nicolas Lyautey, commandant de la base de Cognac-Châteaubernard (Charente, Sud-Ouest), où le meeting se déroulait.

"L'un d'eux a perdu un morceau de sa dérive, qui lors de sa chute a détérioré la toiture d'une habitation" du bourg voisin de Gensac-la-Pallue, a-t-il poursuivi.

Les deux appareils se sont toutefois posés "sans difficulté", et "aucun blessé n'est à déplorer", a indiqué le commandant, ajoutant qu'une enquête technique était en cours, et que des enquêtes administrative et judiciaire suivraient.

Des tuiles

Un tel accident est extrêmement rare. La dernière touchette de ce genre était survenue en avril 2010 durant un entraînement de la patrouille de France, soit il y a douze ans, selon le service de presse de l'armée de l'air.

Interrogé par l'AFP au téléphone, un habitant de la rue où est tombé le morceau d'avion à Gensac-la-Pallue, qui n'a pas souhaité être identifié, a indiqué que le débris avait "endommagé une toiture" et "cassé des tuiles" avant de "tomber sur la chaussée".

C'était "un morceau d'environ un mètre sur 40 cm", a-t-il expliqué. "J'étais en train de déjeuner quand ça s'est passé. J'ai vu la pièce par terre de loin, il y avait beaucoup de forces de l'ordre autour mais un voisin nous a envoyé une photo. Heureusement que l'occupante de la maison n'était pas chez elle à ce moment-là!"

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Carlos Alcaraz: une entrée en lice réussie

Publié

le

Carlos Alcaraz: le regard déjà tourné vers une demi-finale royale... (© KEYSTONE/AP/Christophe Ena)

Carlos Alcaraz n'a pas failli. Le prodige de Murcie a réussi son entrée en lice à Paris. Il s'est imposé 6-4 6-2 6-0 devant Juan Ignacio Londero (ATP 141).

Face au lucky loser argentin, Carlos Alcaraz a pris son temps avant de donner sa pleine mesure et de livrer un véritable cavalier seul après le gain du premier set. Appelé à affronter Rafael Nadal ou Novak Djokovic en demi-finale, Carlos Alcaraz aura droit à un derby espagnol au deuxième tour face au gaucher Albert Ramos-Vinolas (ATP 42).

Titré à Rio de Janeiro, à Miami, à Barcelone et à Madrid, Carlos Alcaraz a fait l'impasse sur le Masters 1000 de Rome avant ce rendez-vous suprême de Roland-Garros.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Belinda Bencic ne lâche que deux jeux

Publié

le

Belinda Bencic: un premier tour sans histoire. (© KEYSTONE/AP/Bernat Armangue)

Comme Jil Teichmann, Belinda Bencic s'est aisément qualifiée pour le deuxième tour. La Championne olympique a battu 6-1 6-1 la Hongroise Reka Luca Jani (WTA 145) en une heure juste.

Sa prochaine adversaire sera mercredi la gagnante de la rencontre entre la Canadienne Bianca Andreescu (WTA 72) et la Belge Ysaline Bonaventure (WTA 168). Victorieuse de l'US Open 2019 où elle avait battu Belinda Bencic en demi-finale, Bianca Andreescu, si elle négocie parfaitement son premier tour, offrira, bien sûr, une opposition bien plus relevée que Reka Luca Jani, qui était une "lucky loser".

Titrée à Charleston mais éliminée trop tôt à Madrid comme à Rome, Belinda Bencic devra élever le curseur dans ce deuxième tour. La Saint-Galloise a les moyens de briller à Paris avec un tableau qui n'a rien d'"infernal". Elle n'a encore jamais passé le cap des seizièmes de finale à la Porte d'Auteuil.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Italie: 19e titre pour l'AC Milan, le premier depuis 2011

Publié

le

La joie d'Olivier Giroud après son deuxième but (© KEYSTONE/AP/Antonio Calanni)

L'AC Milan a décroché son 19e titre de champion d'Italie, le premier depuis 2011. Les rossoneri ont gagné 3-0 à Sassuolo pour s'assurer de finir en tête de la Serie A.

Un doublé de Giroud (17e/32e) et une réussite de Kessie (36e) ont permis aux Milanais de rapidement faire la différence. Rafael Leao s'est illustré en donnant trois fois la passe décisive. Il a vraiment mis son équipe sur les bons rails.

Seize matches sans défaite

Avec deux points d'avance avant cette ultime journée, la mission des hommes de l'entraîneur Stefano Pioli était claire. Elle a été accomplie sans coup férir. Le club a fini très fort, avec seize matches sans défaite. Avec désormais 19 "scudetti", l'AC Milan est deuxième de la hiérarchie derrière la Juventus (36 titres), à égalité avec son rival local lombard.

Tenant du titre, l'Inter Milan a pour sa part aussi fait le job en battant la Sampdoria 3-0 avec des réussites de Perisic (49e) et Correa (55e/57e). Mais cela n'a pas suffi. Il aurait fallu que l'autre club milanais s'incline pour que les nerazzurri soient à nouveau champions.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Moscou bombarde l'est de l'Ukraine, Zelensky va parler à Davos

Publié

le

Volodymyr Zelensky va s'adresser lundi aux dirigeants du monde réunis au WEF à Davos. (© KEYSTONE/EPA/CLEMENS BILAN)

Près de trois mois après le début de son offensive, la Russie poursuivait dimanche ses bombardements sur l'est de l'Ukraine, à la veille d'un discours du président ukrainien Volodymyr Zelensky aux élites politiques et économiques mondiales réunies à Davos.

Dans le même temps, la France a estimé que l'adhésion de l'Ukraine à l'Union européenne prendrait "sans doute 15 ou 20 ans", assurant que Kiev pouvait entrer, en attendant, dans la communauté politique européenne proposée par le président Emmanuel Macron.

Mais le chef de l'Etat ukrainien a déjà rejeté cette idée et affirmé qu'il n'y avait "pas d'alternative" à la candidature à l'UE.

Après avoir échoué à prendre le contrôle de Kiev et de sa région, les troupes russes concentrent depuis mars leurs efforts sur l'est de l'Ukraine, déjà en partie aux mains de séparatistes pro-russes depuis 2014 et où les combats sont intenses.

Bombardements plus intenses

Selon la présidence ukrainienne, des bombardements russes ont visé les villes de Mykolaïv, Kharkiv et Zaporijjia dans la nuit de samedi à dimanche.

Samedi, sept civils ont été tués et 10 autres blessés dans des bombardements dans la région de Donetsk, a annoncé sur Telegram son gouverneur Pavlo Kyrylenko. Dans celle de Lougansk, une personne a été tuée et deux blessées lors de bombardements, a déclaré sur Telegram son gouverneur Serguiï Gaïdaï.

"Les Russes jettent tous leurs efforts pour capturer Severodonetsk" où les frappes "ont été multipliées plusieurs fois ces derniers jours", avait-il assuré samedi soir.

L'état-major ukrainien a relevé dans son point matinal quotidien dimanche que l'armée russe continuait "ses frappes de missiles et aériennes sur tout le territoire", et en avait même "augmenté l'intensité en utilisant l'aviation pour détruire des infrastructures cruciales".

Discours à Davos

La Russie a affirmé avoir frappé un important stock d'armes fournies par les Occidentaux à l'Ukraine, une information jusqu'ici impossible à confirmer de source indépendante.

Signe supplémentaire que le conflit pourrait s'inscrire dans la durée, la loi martiale et la mobilisation générale en Ukraine ont été prolongées dimanche de trois mois, jusqu'au 23 août.

Le dirigeant ukrainien prépare par ailleurs son intervention en visioconférence devant le Forum économique de Davos, qui commence lundi après deux ans d'interruption à cause du Covid-19.

M. Zelensky sera lundi le premier chef d'Etat à faire un discours. Nombre de responsables politiques ukrainiens feront le voyage en personne. En revanche, les Russes ont été exclus.

Il devrait profiter de cette nouvelle tribune pour exhorter le monde à fournir davantage d'aides, tant financières que militaires. Le président ukrainien pourrait également renouveler la demande de Kiev pour adhérer à l'UE, une "priorité" selon lui.

"15 ou 20 ans"

Mais Paris a répété dimanche qu'une telle adhésion était exclue à court terme. "Il faut être honnête. (...) Si on dit que l'Ukraine va rentrer dans l'UE dans 6 mois, 1 an ou 2 ans, on ment. Ce n'est pas vrai. C'est sans doute 15 ou 20 ans, c'est très long", a affirmé le ministre français délégué français aux Affaires européennes Clément Beaune.

En revanche, la communauté politique européenne proposée début mai par le président Macron est "complémentaire de l'UE" et "peut offrir un projet politique et concret à des pays qui ne sont pas dans le coeur de l'UE et qui veulent se rapprocher de nous", a assuré le ministre.

Une perspective froidement accueillie à Kiev et qui divise au sein de l'Union. Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba avait dénoncé jeudi un "traitement de seconde zone" de la part de "certaines capitales".

Samedi, le président Zelensky a été clair, déclarant: "Nous n'avons pas besoin d'alternatives à la candidature de l'Ukraine à l'Union européenne (UE), nous n'avons pas besoin de tels compromis" avec la Russie.

Et dimanche, devant le parlement ukrainien, le président polonais Andrzej Duda a affirmé qu'il ne relâcherait pas ses efforts "tant que l'Ukraine n'est pas membre de l'UE", regrettant que "des voix se soient élevées récemment en Europe pour demander que l'Ukraine accepte certaines demandes de Poutine".

"Si pour leur propre tranquillité, intérêts économiques ou ambitions politiques", les pays occidentaux "sacrifient l'Ukraine, ne serait-ce qu'un centimètre de son territoire ou un pan de sa souveraineté, cela portera un grand coup au peuple ukrainien, mais aussi à toute la communauté occidentale", a prévenu M. Duda.

"Seule l'Ukraine a le droit de décider de son futur (...) Il ne peut y avoir de négociations ou de décision prise dans le dos de l'Ukraine.

Le projet de communauté politique européenne doit être débattu lors d'un sommet européen fin juin.

Moscou promet une station balnéaire à Marioupol

Loin des batailles diplomatiques, la ville martyre de Marioupol (sud-est), récemment conquise par les militaires russes et leurs alliés séparatistes, offrait un paysage apocalyptique avec des carcasses d'immeubles calcinés dans de nombreux quartiers.

Trois mois de combats ont mis en fuite des centaines de milliers d'habitants et fait un nombre inconnu, mais sans doute énorme, de morts dans cette cité portuaire qui comptait plus d'un demi-million d'habitants avant l'agression.

Des journalistes de l'AFP ont constaté l'ampleur des dégâts il y a quatre jours lors d'un voyage de presse organisé par le ministère russe de la Défense.

On n'entend plus les incessantes canonnades des semaines précédentes, car sur le site sidérurgique d'Azovstal, les derniers soldats ukrainiens se rendent. L'armée russe n'a cependant pas permis aux médias d'approcher l'immense aciérie, devenue le symbole de la farouche résistance ukrainienne.

Les autorités pro-russes ont promis de faire de Marioupol une station balnéaire.

Un projet difficile à imaginer dans cet enchevêtrement de tôles et de débris, de barres d'immeubles éventrées par les missiles et les obus.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Dimanche tranquille : intense besoin de vous reposer avant d’attaquer une nouvelle semaine de travail qui s’annonce assez soutenue.

Les Sujets à la Une

X