Rejoignez-nous

International

Escalade meurtrière entre le Hamas et Israël sur fond de heurts

Publié

,

le

Le mouvement islamiste Hamas et Israël ont échangé des centaines de tirs dans la nuit de lundi à mardi, tuant plus de 20 Palestiniens à Gaza. En photo, une attaque de la veille, des missiles tirés depuis Gaza sur Israël. (© KEYSTONE/AP/Khalil Hamra)

Le mouvement islamiste Hamas et Israël ont échangé des centaines de tirs dans la nuit de lundi à mardi, tuant plus de 20 Palestiniens à Gaza, dans la pire escalade depuis des années déclenchée par des violences à Jérusalem-Est occupée.

Les autorités du Hamas, mouvement islamiste au pouvoir dans l'enclave palestinienne, ont fait état de 22 morts, dont neuf enfants, dans les frappes israéliennes menées en riposte à des salves de roquettes tirées depuis l'enclave palestinienne, en plus de 106 blessés.

"Nous sommes dans la phase initiale de notre riposte contre des cibles militaires à Gaza", a prévenu mardi matin le porte-parole de l'armée Jonathan Conricus, faisant état de la mort de 15 membres du Hamas et du Jihad islamique, un autre groupe armé.

L'armée israélienne a frappé 130 cibles militaires, appartenant pour la plupart au Hamas, a précisé M. Conricus.

Sirènes à Jérusalem

Les salves de roquettes tirées depuis la bande de Gaza constituent "une agression grave à l'encontre d'Israël, à laquelle nous ne pouvons pas ne pas répliquer", a-t-il estimé.

Le Hamas avait menacé lundi après-midi l'Etat hébreu d'une nouvelle escalade militaire si ses forces ne se retiraient pas de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est, où des heurts quotidiens opposant des Palestiniens à la police israélienne ont fait des centaines de blessés depuis vendredi.

Fait rare, les sirènes d'alarme des autorités israéliennes ont retenti lundi à Jérusalem même.

Des dégâts matériels ont été constatés dans deux localités touchées par des roquettes à une quinzaine de km de Jérusalem. Les secouristes israéliens ont fait état d'une trentaine de blessés, pour la plupart à Ashkelon, ville israélienne toute proche de la bande de Gaza.

Selon un dernier bilan de l'armée, 200 roquettes ont été tirées de Gaza vers Israël depuis lundi, dont plus de 90% ont été interceptées par le bouclier antimissile "Dôme de fer". De nombreuses autres roquettes sont tombées à l'intérieur de la bande de Gaza.

Alors que d'autres roquettes ont été lancées mardi matin, la branche armée du Hamas a promis de faire de faire d'Ashkelon un "enfer" si les frappes israéliennes faisaient des victimes civiles dans l'enclave.

"A la fin, les Palestiniens gagneront", a affirmé le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, dans un communiqué.

Les frappes israéliennes sur Gaza sont les plus importantes depuis novembre 2019.

"Israël réagira avec force (...), celui qui attaque en paiera le prix fort. Je vous le dis, citoyens d'Israël, le conflit actuel pourrait durer un certain temps", a prévenu tard lundi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, estimant qu'une "ligne rouge" avait été franchie avec les tirs de roquettes en direction de Jérusalem.

Enclave paupérisée de deux millions d'habitants, la bande de Gaza est soumise à un blocus israélien depuis la prise de pouvoir du Hamas en 2007. Depuis, le Hamas et Israël se sont affrontés dans trois guerres (2008, 2012, 2014).

Les nouvelles frappes et salves de roquettes interviennent sur fond de violences à Jérusalem-Est, secteur palestinien de la ville illégalement occupé et annexé par Israël selon le droit international.

Tentatives de médiation

Mardi matin, un calme précaire semblait être revenu dans la Vieille ville de Jérusalem et ses abords, ont constaté des journalistes de l'AFP.

La veille, quelque 520 Palestiniens et 32 policiers israéliens ont été blessés dans de nouveaux heurts avec la police israélienne sur l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré du judaïsme, et dans d'autres lieux de Jérusalem-Est.

Ces accrochages, les plus violents depuis 2017 à Jérusalem-Est, ont coïncidé avec la "Journée de Jérusalem", qui marque selon le calendrier hébraïque la prise de la partie orientale, peuplée de Palestiniens, de la Ville sainte par l'armée israélienne en 1967.

Ils interviennent aussi après des semaines de tensions à Jérusalem.

La situation a suscité de nombreuses réactions à l'étranger, de l'appel de Washington à la "désescalade" à la condamnation d'Israël par des pays arabes.

Lundi soir, des sources diplomatiques ont affirmé à l'AFP que l'ONU, avec l'aide du Qatar et de l'Egypte, avait amorcé une médiation auprès des parties "concernées" afin d'obtenir une désescalade.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Mort de Shireen Abu Akleh: Al Jazeera soumet l'affaire à la CPI

Publié

le

Rodney Dixon, avocat de la chaîne qatarie Al Jazeera, et Lina Abu Akleh, nièce de Shireen Abu Akleh, ont soumis au procureur de la Cour pénale internationale (CPI) un dossier sur la mort par balle de la journaliste américano-palestinienne. (© KEYSTONE/AP/Peter Dejong)

La chaîne de télévision qatarie Al Jazeera a annoncé mardi avoir soumis au procureur de la Cour pénale internationale (CPI) un dossier accusant l'armée israélienne d'avoir délibérément tué la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh en mai.

La chaîne dit que les éléments transmis à la CPI mettent en évidence "de nouvelles preuves et des images vidéo montrant clairement que Shireen Abu Akleh et ses collègues se sont fait tirer directement dessus par les forces d'occupation israéliennes" le 11 mai.

Ce jour-là, la journaliste vedette d'Al Jazeera avait été tuée d'une balle à la tête lors d'un raid de l'armée israélienne dans le camp de réfugiés de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée.

"Ma famille ne sait toujours pas qui a tiré la balle mortelle et qui était dans la chaîne de commandement qui a tué ma tante", a déclaré lors d'une conférence de presse à La Haye Lina Abu Akleh, nièce de la journaliste.

Décision indépendante

Après avoir reçu des plaintes d'individus ou de groupes d'individus, le procureur décide de façon indépendante des affaires qu'il compte soumettre aux juges de la Cour.

C'est à ces juges qu'il revient alors de décider si le procureur doit ou non ouvrir une enquête préliminaire, laquelle peut être suivie d'une enquête en bonne et due forme et, le cas échéant, d'une ou plusieurs inculpations.

La CPI, créée en 2002 pour juger les pires atrocités commises dans le monde, a ouvert en 2021 une enquête sur des crimes de guerre présumés dans les Territoires palestiniens. Mais Israël n'est pas membre de la CPI, et a déclaré qu'il ne coopérerait à aucune enquête externe sur la mort de la journaliste.

"Personne n'enquêtera sur les soldats de Tsahal (l'armée israélienne) et personne ne nous prêchera la morale dans la guerre, certainement pas Al Jazeera", a déclaré le Premier ministre israélien Yaïr Lapid dans un communiqué.

Le bureau du procureur de la CPI a pour sa part confirmé qu'il "a reçu la communication" d'Al Jazeera mais qu'il ne commente pas les soumissions individuelles.

"Dissimulation"

Le jour de sa mort, à 51 ans, la journaliste couvrait des affrontements armés déclenchés par une opération militaire israélienne dans le camp de Jénine, bastion des factions armées palestiniennes, où une unité spéciale tentait d'appréhender des suspects.

La journaliste, chrétienne, était équipée d'un gilet pare-balles avec la mention "presse" et d'un casque, et l'Autorité palestinienne et Al Jazeera ont immédiatement accusé l'armée israélienne de l'avoir tuée.

Les preuves montrent également selon la chaîne qu'il n'y avait pas eu de tirs dans la zone, sauf ceux des soldats israéliens. Les journalistes étaient "en pleine vue" et marchaient lentement le long d'une route déserte.

L'armée israélienne, qui occupe la Cisjordanie depuis 1967, a reconnu pour la première fois en septembre qu'il y avait "une forte possibilité" pour que Shireen Abu Akleh ait été tuée par l'un de ses soldats, mais certainement pas de façon délibérée.

Tuée "par erreur"

"L'affirmation des autorités israéliennes selon laquelle Shireen a été tuée par erreur dans un échange de tirs est totalement infondée", selon Al Jazeera, affirmant que les forces israéliennes ont "directement tiré" sur les journalistes.

Rodney Dixon, l'avocat mandaté par Al Jazeera, a estimé qu'il y avait une "tentative de dissimulation complète" des circonstances de la mort de la journaliste de la part d'Israël.

La mort de la journaliste procède "d'une campagne systématique et à grande échelle" d'Israël contre Al Jazeera, a-t-il affirmé, faisant aussi référence à la destruction de l'immeuble qui abritait le bureau de la chaîne à Gaza lors d'un bombardement israélien en 2021.

"Il y a clairement une tentative de fermer Al Jazeera et de la réduire au silence", a-t-il ajouté.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Annie Ernaux s'apprête à recevoir le Nobel à Stockholm

Publié

le

L'écrivaine française Annie Ernaux s'est exprimée mardi devant la presse à Stockholm avant de recevoir le Nobel de littérature samedi. (© KEYSTONE/EPA/ANDERS WIKLUND)

La lauréate française du prestigieux prix de littérature, Annie Ernaux, voit son désir d'écrire renforcer par cette récompense. Sur place à Stockholm, elle prend la mesure de cette distinction.

Couronnée pour "le courage et l'acuité clinique" de son oeuvre en grande partie autobiographique, Annie Ernaux est la première femme française à recevoir la récompense en littérature et la 17e femme à décrocher un Nobel dans cette catégorie depuis la fondation des célèbres récompenses en 1901.

Cette figure du féminisme engagée à gauche veut dédier son prix à "tous ceux qui souffrent (...) et à tous ceux qui luttent et qui ne sont pas reconnus", a déclaré mardi Annie Ernaux, dans un entretien avec l'AFP.

La récompense a également renforcé son désir d'écrire. Désormais, elle entend "continuer à écrire et en même temps (...) profiter de [s]a vieillesse". "Je pense que c'est un âge où on peut réfléchir à beaucoup de choses et donc pour moi, ça veut dire aussi les écrire bien sûr", a-t-elle souligné.

Pour une réforme du Nobel

D'après l'octogénaire, "c'est dur à dire mais je pense que oui", les Nobel doivent changer. Pour dépoussiérer l'institution, "est-ce qu'on peut imaginer qu'il y ait moins de faste, moins de robes longues et de queues de pie ?", a suggéré Mme Ernaux dans un sourire, évoquant la cérémonie de remise des prix suivie d'un banquet de gala.

Depuis son arrivée à Stockholm, elle s'est trouvée confrontée à "la solennité, au faste aussi du prix", prenant conscience de "l'ampleur et du rôle" qu'il implique alors qu'elle assure n'avoir "vraiment aucun désir de distinction".

Elle estime toutefois que le Nobel est une institution "pour les hommes. Cela se manifeste par ce goût d'une tradition, dans les costumes. Il me semble que l'attachement aux traditions, c'est peut-être plus masculin, au fond, on se transmet le pouvoir comme ça", a dit l'écrivaine de 82 ans qui reçoit samedi son prix à Stockholm.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Mbappé absent de l'entraînement des Bleus

Publié

le

Kylian Mbappé a été beaucoup sollicité dimanche contre la Pologne. (© KEYSTONE/EPA/Friedemann Vogel)

L'attaquant de l'équipe de France Kylian Mbappé n'a pas pris part à l'entraînement collectif, mardi soir à Doha, à quatre jours du quart de finale du Mondial contre l'Angleterre samedi.

L'attaquant a privilégié un travail de récupération, a constaté un journaliste de l'AFP.

Mbappé a participé dimanche à l'intégralité du huitième de finale gagné 3-1 contre la Pologne, soit environ 100 minutes de jeu, lors duquel il a réussi un doublé.

Le champion du monde de 23 ans "travaille en salle de récupération", a fait savoir l'encadrement des Bleus.

Lundi, les joueurs de l'équipe de France ont bénéficié d'une journée complète de repos. Ils affrontent l'Angleterre samedi (20h00) à Al-Khor.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Hawaï mobilise des gardes nationaux face à l'éruption du Mauna Loa

Publié

le

L'éruption du Mauna Loa, le plus gros volcan actif du monde, menace l'un des principaux axes routiers de Hawaï: l'île mobilise désormais des gardes nationaux (archives). (© KEYSTONE/EPA/BRUCE OMORI / PARADISE HELICOPTERS)

Les autorités d'Hawaï ont mobilisé des gardes nationaux pour gérer les conséquences de l'éruption du Mauna Loa, le plus gros volcan actif du monde, dont une coulée de lave menace lentement un axe routier.

Vingt réservistes de la Garde nationale de l'Etat américain du Pacifique ont été activés "pour aider le comté d'Hawaï à la gestion du trafic routier et à d'autres tâches liées à l'éruption du Mauna Loa", a tweeté lundi l'agence de gestion des situations d'urgence de l'île.

Entré en éruption le 27 novembre, le volcan de la plus grande île de l'archipel continue de cracher de la lave sur son versant nord, sans poser pour l'instant de danger pour les habitations.

Six mètres par heure

Mais les autorités s'inquiètent de la coulée de lave la plus active, qui avance à raison de quelque 6 mètres par heure en direction d'une route importante, la "Saddle road", dont l'éventuelle coupure obligerait les habitants à de longs détours.

Le front de lave est désormais situé à 3,5 kilomètres de la route, relevait lundi le bulletin de l'Institut américain de géophysique (USGS), mais les conditions "rendent difficile d'estimer si et quand la coulée de lave touchera" la route.

L'USGS précise aussi que les émissions de dioxyde de soufre sont plutôt en baisse mais restent suffisamment importantes "pour avoir un impact modéré à important sur la qualité de l'air au niveau régional", en fonction du vent notamment.

Pas depuis 1984

Le Mauna Loa, si large qu'il couvre la moitié de l'île d'Hawaï, n'était plus entré en éruption depuis 1984. Il avait alors vomi de la lave pendant 22 jours, produisant des coulées de lave qui ont échoué à seulement sept kilomètres de la ville d'Hilo, située au nord-est du volcan.

Avec un sommet culminant à 4169 mètres, il est l'un des six volcans actifs de l'archipel d'Hawaï et a connu 33 éruptions depuis 1843. L'île principale de l'archipel abrite également un volcan légèrement plus haut, le Mauna Kea - 4207 mètres d'altitude.

Juste au sud-est du Mauna Loa, le volcan Kilauea connaît lui une activité très soutenue, avec des éruptions quasiment ininterrompues entre 1983 et 2019. Sa dernière en date, mineure, est en cours depuis plusieurs mois.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

OMC: les restrictions au commerce ont augmenté depuis mi-octobre

Publié

le

La directrice générale de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) Ngozi Okonjo-Iweala souhaite moins de nouvelles restrictions au commerce dans les différents pays (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les restrictions au commerce dans différents pays ont augmenté depuis mi-octobre, selon l'Organisation mondiale du commerce (OMC). La directrice générale Ngozi Okonjo-Iweala a relayé mardi à Genève son inquiétude.

Au moment du début de l'offensive russe en février dernier, plus de 70 restrictions liées aux aliments ou encore aux engrais ont été lancées. Près de 60 sont toujours en place. Elles constituent un volume de 56,6 milliards de dollars (plus de 53 milliards de francs).

De mi-octobre 2021 à mi-octobre dernier, plus de 370 nouvelles facilitations au commerce ont été lancées. Par mois, le chiffre est le plus important en dix ans, alors que le total dépasse largement les plus de 210 nouvelles restrictions, toutefois sans celles liées à la pandémie.

Alors que les facilitations au commerce ont surtout porté sur les importations, les restrictions ont affecté les exportations. Pour la première fois depuis 2009, elles ont même dépassé les assouplissements pour les exportations. Mais les restrictions aux importations préoccupent aussi l'OMC. Environ 9% des importations mondiales sont affectées par des mesures coercitives lancées en 2009, déplore l'organisation.

Demande aux pays membres

Au total, les facilitations rassemblent un volume de 1160 milliards de dollars, contre seulement environ 279 milliards pour les restrictions. "Une levée de ces restrictions au commerce est fondamentale pour réduire les augmentations de prix et la volatilité", estime la directrice générale.

En revanche, les mesures liées au commerce de technologies contre la pandémie ont augmenté moins rapidement. Depuis octobre 2021, 45 ont été lancées sur les marchandises. Mais il y a deux mois, 79% de toutes les facilitations et restrictions du commerce établies depuis 2020 ont été éliminées. Sur près de 450, dont la plupart étaient des facilitations, seules un peu plus de 40 d'entre elles étaient toujours en place mi-octobre, mais pour une enveloppe importante de plus de 134 milliards de dollars.

Il y a deux mois, l'OMC avait abaissé la prévision de croissance du commerce mondial pour cette année à 1%, contre 3,4% quelques mois auparavant. "Alors que nous cherchons à améliorer l'accès aux vaccins, aux médicaments, aux tests, je demande urgemment aux membres de mettre un terme aux restrictions qui restent", a encore dit la directrice générale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

Climat sentimental au beau fixe ! Tout s'harmonise et vous pourrez enfin passer du temps avec l'être aimé.

Les Sujets à la Une

X