Rejoignez-nous

International

Plus de 800 arrestations dans un coup de filet planétaire

Publié

,

le

L'interception massive de messages a été rendue possible grâce à une application baptisée "ANoM", dont se servaient des malfaiteurs du monde entier pour communiquer de façon cryptée, mais qui était en fait contrôlée par le FBI, la police fédérale américaine (image symbolique © KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Plus de 800 personnes ont été arrêtées lors d'une gigantesque opération de police internationale contre le crime organisé, rendue possible grâce au décryptage de communications codées entre malfaiteurs, a indiqué mardi l'agence Europol lors d'une conférence de presse.

"Ces informations ont débouché au cours de la semaine dernière à des centaines d'opérations policières dans le monde, de la Nouvelle-Zélande à l'Australie en passant par l'Europe et les États-Unis, avec des résultats impressionnants", a déclaré Jean-Philippe Lecouffe, directeur adjoint des opérations à Europol, lors d'une conférence de presse.

"Plus de 800 arrestations, plus de 700 lieux perquisitionnés, plus de 8 tonnes de cocaïne", a-t-il énuméré.

"Bouclier de Troie"

Plusieurs capitales ont révélé mardi matin que pendant trois ans, des milliers de ces téléphones censés permettre aux criminels de passer inaperçus avaient été disséminés dans les rangs de la mafia, de syndicats asiatiques du crime organisé, de cartels de la drogue, de gangs hors-la-loi de motards...

Cette opération internationale impulsée par le FBI et baptisée "Bouclier de Troie" reposait sur un appareil appelé "AN0M", qui a été distribué dans plus de 90 pays à des malfaiteurs qui l'utilisaient pour communiquer, sans savoir que la police était aussi destinatrice des 20 millions de messages qu'ils ont au total envoyés.

Ce dispositif a débouché sur des centaines d'arrestations et permis l'interception de nombreuses cargaisons de drogue, à en croire les polices de plusieurs pays et des documents judiciaires américains déclassifiés.

Pas de GPS, pas d'appel

Rien qu'en Australie, plus de 200 personnes ont été inculpées dans le cadre de cette opération qui, selon le Premier ministre australien Scott Morrison, "a infligé un coup dur au crime organisé dans ce pays, et qui aura un écho dans le monde entier".

A l'origine de "Bouclier de Troie" figure l'infiltration par le FBI de "Phantom Secure", un autre système de communications cryptées, et le démantèlement retentissant d'un troisième, "Sky Global".

"La fermeture de ces deux plateformes de communications cryptées a créé un vide sur le marché des communications cryptées", a expliqué mardi la police néo-zélandaise.

Pour combler ce vide, "le FBI a opéré son propre système d'appareils cryptés, baptisé AN0M".

A en croire des documents judiciaires américains déclassifiés cités par le média américain Vice, le FBI a travaillé avec des personnes connaissant ces milieux pour développer et distribuer les appareils AN0M par l'entremise du réseau Phantom Secure en disséminant 50 téléphones, principalement en Australie.

Pas d'email, pas d'appel, pas de services GPS... Ces appareils ne permettait vraisemblablement que d'envoyer des messages, et uniquement à d'autres appareils AN0M.

"La police dans la poche"

Ils ne pouvaient s'acheter qu'au marché noir, pour environ 2000 dollars et il fallait avoir, pour les autoriser, un code transmis par un autre utilisateur d'AN0M.

"Un criminel devait connaître un autre criminel pour obtenir ce matériel", a expliqué la police australienne dans un communiqué.

Celle-ci s'est appuyée sur des gens ayant de l'influence dans le milieu - y compris un baron de la drogue en cavale en Turquie - pour disséminer l'appareil.

"Les appareils ont circulé et leur popularité a grandi parmi les criminels, qui avaient confiance dans la légitimité de l'application car de grandes figures du crime organisé se portaient garants de son intégrité", a poursuivi la police.

"Ces influenceurs criminels ont mis la police fédérale australienne dans la poche revolver de centaines de délinquants présumés", s'est félicité le chef de la police australienne Reece Kershaw dans le communiqué.

"Au final, ils se sont passé les menottes les uns aux autres en adoptant et en faisant confiance à AN0M et en communiquant ouvertement avec, sans savoir que nous les surveillions tout le temps."

Rumeurs

Dans le même temps, ont été lancées des rumeurs sur la prétendue vulnérabilité d'un système concurrent baptisé "Ciphr".

Au total, ce sont 11'800 appareils qui ont été distribués sur tous les continents, les pays en ayant reçu le plus sont l'Australie, l'Espagne, l'Allemagne et les Pays-Bas.

Cette infiltration a visiblement volé en éclat en mars 2021 quand un blogueur a écrit en détail sur les failles de sécurité de AN0M, présenté comme un dispositif lié à l'Australie, aux Etats-Unis et aux autres membres de l'alliance de renseignements des FiveEyes. Ce post a été supprimé.

En Australie, 224 personnes ont été inculpées d'un total de plus de 500 chefs d'accusation, six laboratoires de fabrication de drogue ont été fermés, quantités d'armes et 45 millions de dollars australiens (29 millions d'euros) en liquide ont été saisis.

La police néo-zélandaise, qui a fait état de 35 arrestations, notamment pour trafic de drogue et blanchiment d'argent, a pour sa part décrit l'opération comme "la plus sophistiquée au monde contre le crime organisé qui ait été menée par les forces de l'ordre à ce jour".

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

IAG exerce une série d'options pour l'achat de 14 appareils Airbus

Publié

le

Ces appareils doivent être livrés en 2024 et 2025 et viendront remplacer des modèles plus anciens. EPA/Y. RAINTUNG/AIRBUS/HANDOUT EDITORIAL USE ONLY (© KEYSTONE/EPA/Y. RAINTUNG/AIRBUS/HANDOUT)

Le transporteur britannique IAG a annoncé jeudi exercer une série d'options d'achat avec l'avionneur européen Airbus. L'entreprise va acquérir onze avions A320neo et trois A321neo, pour un prix catalogue de 1,7 milliard de dollars (1,61 milliard de francs).

La compagnie précise dans un communiqué avoir négocié une "remise substantielle" par rapport à ce prix pour ces "commandes fermes" réalisées dans le cadre d'un contrat datant d'août 2013. Ces commandes s'ajoutent à l'exercice en mars d'options pour six A320neo et deux A321neo. Ces appareils doivent être livrés en 2024 et 2025 et viendront remplacer des modèles plus anciens.

"Ces avions plus modernes et plus économes en carburant permettront à la fois des économies de coûts et des avantages environnementaux pour les compagnies" du groupe, assure IAG. Le groupe précise que la sélection des moteurs pour ces appareils ainsi que le choix du mode de financement seront effectués plus près de la date de livraison.

La transporteur britannique avait annoncé en mai la finalisation d'une commande de 50 Boeing 737 MAX avec 100 autres en option. Cette commande avait été vue comme un signal de confiance envers l'avionneur américain qui a connu deux années de disette liées à la pandémie et aux déboires du 737 MAX, modèle phare cloué au sol pendant vingt mois à la suite de deux accidents mortels rapprochés.

La compagnie britannique Easyjet avait pour sa part annoncé la semaine dernière exercer une option d'achat avec Airbus pour 56 avions A320neo, au prix catalogue de quelque 6,5 milliards de dollars. Le secteur aérien a été l'un des plus durement touchés par la pandémie de Covid-19 qui a paralysé le trafic mondial pendant des mois.

La demande redécolle à présent et IAG avait indiqué le mois dernier anticiper un retour à la rentabilité à partir du deuxième trimestre, prévoyant de monter en puissance à l'approche de la saison estivale.

Mais depuis la levée des restrictions sanitaires dans de nombreux pays, notamment le Royaume-Uni, en début d'année, les transporteurs font face à des difficultés pour répondre à la demande en forte hausse, principalement à cause de sévères pénuries de main d'oeuvre. British Airways continue d'opérer un programme de vol allégé.

Dans ce contexte, des membres du personnel au sol de British Airways à l'aéroport britannique d'Heathrow ont voté en fin de semaine dernière en faveur d'une grève sur les salaires, prévue pendant les vacances d'été.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Air Canada prévoit d'importantes annulations de vols cet été

Publié

le

"C'est une décision difficile, parce qu'elle entraînera d'autres annulations de vol et de fâcheuses conséquences pour certains clients" a averti Air Canada. (AP Photo/Armando Franca) (© KEYSTONE/AP/ARMANDO FRANCA)

La compagnie aérienne Air Canada, plus important transporteur du pays, a annoncé mercredi d'importantes réductions de vols pour cet été, dans le contexte d'une forte reprise de la demande, des pénuries de personnel et des nombreux retards dans les aéroports du pays.

"Nous devons, à contrecoeur, pratiquer des réductions substantielles de notre programme de vol en juillet et en août, afin de diminuer les volumes et les flux de passagers à un niveau que nous croyons viable pour le système de transport aérien" a indiqué Michael Rousseau, le PDG du transporteur aérien, dans un courriel d'excuses adressé à ses clients.

"C'est une décision difficile, parce qu'elle entraînera d'autres annulations de vol et de fâcheuses conséquences pour certains clients" a averti Air Canada.

L'entreprise explique que des vols sont retardés ces derniers temps en raison notamment de "l'augmentation subite des déplacements" après plus de deux ans de pandémie et des restrictions de voyage qui ont gravement touché le secteur.

Cette hausse des déplacements a créé une "pression extraordinaire et imprévue sur tous les éléments du système de transport aérien à l'échelle mondiale", est-il ajouté.

De longues files d'attente étaient notamment visibles à l'aéroport international de Montréal ces derniers jours, d'après des images diffusées sur les télévisions canadiennes.

Cette annonce survient quelques heures après que le ministre des Transports Omar Alghabra a dénoncé des retards "inacceptables" dans les aéroports.

"Nous travaillons actuellement avec nos partenaires pour mettre en oeuvre des solutions supplémentaires à cette situation mondiale", a-t-il assuré sur Twitter.

Le ciel européen était également perturbé ces derniers jours par des grèves, les salariés de plusieurs compagnies à bas coûts se disant sous pression face à la reprise brutale du trafic aérien.

En outre, le gouvernement canadien a annoncé mercredi qu'il prolongeait la suspension des tests Covid aléatoires dans les aéroports du pays, en vigueur depuis le 11 juin pour réduire les délais d'attente rencontrés par les voyageurs ces dernières semaines.

Ces tests pratiqués sur des passagers choisis au hasard à leur arrivée au Canada seront interrompus "au moins jusqu'au 30 septembre" a annoncé l'Agence de la santé publique du Canada, alors qu'ils devaient reprendre le 1er juillet.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Le télescope Webb va livrer l'image "la plus profonde" de l'univers

Publié

le

James Webb est capable de regarder plus loin dans le cosmos que tous les télescopes avant lui grâce à son immense miroir principal et ses instruments percevant les signaux infrarouges, ce qui lui permet de scruter à travers les nuages de poussière (archives). (© KEYSTONE/AP NASA/CHRIS GUNN)

La NASA va dévoiler "l'image la plus profonde jamais prise de notre univers" le 12 juillet, grâce à son nouveau télescope spatial James Webb, a déclaré mercredi son patron. Lancé dans l'espace en décembre, il se trouve désormais à 1,5 million de km de la Terre.

James Webb est capable de regarder plus loin dans le cosmos que tous les télescopes avant lui grâce à son immense miroir principal et ses instruments percevant les signaux infrarouges, ce qui lui permet de scruter à travers les nuages de poussière.

"Il va explorer les objets du système solaire et les atmosphères des exoplanètes en orbite autour d'autres étoiles, nous donnant des indices pour savoir si leurs atmosphères sont potentiellement similaires à la nôtre", a expliqué Bill Nelson, le patron de l'agence américaine.

"Cela répondra peut-être à certaines de nos questions: d'où venons-nous? Qu'y a-t-il d'autre? Qui sommes-nous? Et bien sûr, il répondra à des questions que nous ne connaissons même pas encore."

Premières galaxies

James Webb doit notamment permettre d'observer les premières galaxies, formées seulement quelques centaines de millions d'années après le big bang, et des exoplanètes.

Grâce à un lancement efficace, le télescope pourrait rester opérationnel pendant 20 ans, le double de la durée de vie initialement prévue, s'est réjouie Pam Melroy, administratrice adjointe de l'agence spatiale américaine.

Le 12 juillet, la NASA entend rendre publique la première spectroscopie du télescope James Webb d'une planète lointaine, une exoplanète. La spectroscopie est un outil permettant de connaître la composition chimique et moléculaire d'objets lointains, et, dans le cas d'une planète, peut aider à déterminer son atmosphère, à détecter la présence d'eau ou à analyser son sol.

Selon Nestor Espinoza, astronome du Space Telescope Science Institute, les spectroscopies d'exoplanètes étaient jusque-là très limitées, comparé à ce dont le télescope James Webb est capable.

"C'est comme être dans une pièce très sombre et vous n'avez qu'un petit trou d'épingle par lequel vous pouvez regarder", a-t-il dit à propos de la technologie actuelle. Avec ce nouveau télescope, "vous avez ouvert une énorme fenêtre. Vous pouvez voir tous les petits détails".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Migrants morts au Texas: le bilan passe à 53 victimes

Publié

le

Le chauffeur du camion aurait essayé de se faire passer pour l'un des survivants, a affirmé l'institut national des migrations du Mexique (archives). (© KEYSTONE/AP/Eric Gay)

Le bilan de la tragédie des migrants retrouvés morts dans un camion surchauffé à San Antonio, au Texas, est passé à 53 victimes, ont indiqué mercredi les services américains de l'immigration. Onze autres personnes sont toujours hospitalisées dans la région.

Un précédent bilan donné mardi faisait état de 51 morts, 39 hommes et douze femmes.

Sur les 53 victimes, 27 étaient originaires du Mexique, 14 du Honduras, sept du Guatemala et deux du Salvador, a indiqué l'institut national des migrations du Mexique. Trois personnes restent encore à identifier.

La macabre découverte remonte à lundi soir, quand un employé municipal de San Antonio a entendu un appel à l'aide près d'une route où il travaillait et a entrouvert la porte arrière du poids lourd.

Quatre hommes arrêtés

Les secours avaient d'abord sorti 46 cadavres et seize personnes "conscientes", dont quatre mineurs. Après une journée marquée par des températures proches de 40 degrés, ils souffraient d'hyperthermie et de déshydratation aiguë.

La police fédérale a arrêté mardi deux hommes à une adresse liée à la plaque minéralogique du camion, selon des documents judiciaires. Les deux suspects, des ressortissants mexicains dont les visas de touristes avaient expirés, sont notamment poursuivis pour port d'arme prohibé.

Elle a également interpellé un homme de 45 ans sur les lieux, "cachés dans les fourrés après avoir tenté de s'enfuir", a indiqué le procureur. Il était "sous l'effet de méthamphétamine" selon le quotidien San Antonio Express-News, citant des sources policières.

Il aurait également "essayé de se faire passer pour l'un des survivants", a affirmé l'institut national des migrations du Mexique. Identifié comme le conducteur du camion, notamment à l'aide de vidéosurveillances au poste-frontière, il a été inculpé et risque la prison à vie voire la peine de mort, a ajouté le procureur.

Un homme de 28 ans, soupçonné d'avoir échangé avec le chauffeur "sur le passage" des migrants, a également été inculpé et risque la même peine.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Les chefs du G7 torse nu, un "spectacle dégoûtant" pour Poutine

Publié

le

Les dirigeants du G7 faisaient référence à une fameuse séance photographique de Vladimir Poutine à cheval torse nu en 2009 (archives). (© KEYSTONE/AP RIA Novosti/ALEXEI DRUZHININ)

Le président russe Vladimir Poutine a ironisé mercredi sur les dirigeants du G7, qui se sont amusés récemment à moquer l'image virile affichée par le président russe. Il a estimé que les voir torse nu serait un "spectacle dégoûtant".

Le premier ministre britannique Boris Johnson a demandé dimanche, à l'ouverture du sommet du G7 en Allemagne, si les grands dirigeants mondiaux devaient garder leurs vestes ou les enlever pour montrer leurs "pectoraux".

"Nous devons montrer que nous sommes plus forts que Poutine", a-t-il lancé, alors que le premier ministre canadien Justin Trudeau a renchéri: "Nous allons avoir droit à la démonstration d'équitation torse nu", se référant à une fameuse séance photographique de Vladimir Poutine à cheval torse nu en 2009.

"Je ne sais pas s'ils voulaient se déshabiller jusqu'à la ceinture ou encore plus bas, mais de toute façon, cela aurait été un spectacle dégoûtant", a ironisé M. Poutine mercredi à Achkhabad, la capitale turkmène.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Taureau

La phase d'optimisme que vous traversez a des effets sur votre vie sociale. C’est sur le devant de la scène qu’on va vous retrouver !

Les Sujets à la Une

X