Rejoignez-nous

International

Pyongyang dit suspendre les tests atomiques

Publié

,

le

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a annoncé samedi qu'il allait suspendre les tests nucléaires et de lancement de missiles ainsi que fermer le site d'essais nucléaires, a rapporté l'agence KCNA. Le président américain Donald Trump a immédiatement salué la décision.

"A partir du 21 avril, la Corée du Nord va cesser ses essais nucléaires et les lancements de missiles balistiques intercontinentaux", écrit l'agence de presse officielle nord-coréenne KCNA, citant le dirigeant nord-coréen. Le Nord va aussi "fermer un site d'essais nucléaires dans le nord du pays afin de prouver son engagement à suspendre les essais nucléaires", ajoute l'agence.

Donald Trump a immédiatement salué sur Twitter l'annonce de M. Kim, y voyant "une très bonne nouvelle pour la Corée du Nord et le monde". "Grand progrès! Hâte de participer à notre sommet", a-t-il ajouté.

Cette annonce spectaculaire nord-coréenne intervient moins d'une semaine avant la rencontre prévue entre Pyongyang et Séoul qui préfigure un sommet historique qui devrait avoir lieu entre Kim Jong-un et le président américain Donald Trump, en principe au début juin.

Tests plus nécessaires

"Comme le caractère opérationnel des armes nucléaires a été vérifié, il n'est plus nécessaire de mener des essais nucléaires ou de lancer des missiles à moyenne et longue portée" ou de missiles balistiques intercontinentaux, a expliqué Kim Jong-un lors d'une réunion du comité central de son parti unique au pouvoir en Corée du Nord. "Le site d'essais nucléaires du Nord a rempli sa mission", a-t-il ajouté.

Sous la direction de Kim Jong-un, Pyongyang a fait des progrès rapides dans son programme d'armement, malgré les multiples sanctions aggravées de la part notamment du Conseil de sécurité de l'ONU, des Etats-Unis, de l'Union européenne et de la Corée du Sud.

L'année dernière, la Corée du Nord a mené son sixième essai nucléaire, le plus puissant en date, et lancé des missiles capables de toucher le territoire des Etats-Unis.

Après deux années de montée des tensions, le climat s'est remarquablement détendu sur la péninsule coréenne depuis le début de l'année. Kim Jong-un doit rencontrer le 27 avril son homologue sud-coréen Moon Jae-in pour ce qui sera le troisième sommet intercoréen depuis la fin de la guerre de Corée (1950-1953).

ATS

PHOTO KEYSTONE/AP KCNA via KNS

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Pékin envoie un "loup combattant" comme ambassadeur à Washington

Publié

le

Qin Gang s'est taillé une réputation de "loup combattant", cette nouvelle race de diplomates chinois connus pour leur tonalité agressive envers les pays occidentaux (Archives © KEYSTONE/EPA/AARON M. SPRECHER)

La Chine a envoyé à Washington un ambassadeur connu pour son intransigeance, Qin Gang. Les relations entre les deux premières puissances mondiales sont "dans l'impasse", de l'aveu même de la diplomatie chinoise.

M. Qin, dont la nomination n'avait pas été confirmée de source officielle en dépit de multiples rumeurs, est arrivé mercredi à l'aéroport JFK de New York, a annoncé l'ambassade de Chine à Washington.

L'homme s'est taillé une réputation de "loup combattant", cette nouvelle race de diplomates chinois connus pour leur tonalité agressive envers les pays occidentaux. A son arrivée, il s'est toutefois montré conciliant envers ses hôtes.

"Je m'efforcerai de bâtir des canaux de communication et de coopération avec tous les secteurs aux Etats-Unis et m'emploierai à remettre la relation Chine-Etats-Unis sur les rails", a-t-il promis, selon des propos rapportés par son ambassade.

"Un ennemi imaginaire"

Hong Kong, Taïwan, Xinjiang, droits de l'homme, commerce, technologies et origines du Covid-19: les sujets de contentieux ne manquent pas entre les deux premières puissances mondiales. Le président américain Joe Biden n'a jusqu'à présent guère modifié la politique de confrontation suivie par son prédécesseur à la Maison-Blanche Donald Trump.

Lundi, la Chine a adressé un réquisitoire en règle contre la politique de Washington lors de la première visite dans le pays d'une haute responsable de la diplomatie américaine de l'ère Biden, Wendy Sherman. La relation bilatérale est "dans une impasse", lui avait lancé son interlocuteur chinois, accusant les Américains de voir la Chine "comme un ennemi imaginaire".

La nouvelle administration américaine n'a toujours pas nommé d'ambassadeur à Pékin, mais des informations de presse ont fait état de la nomination du diplomate de carrière Nicholas Burns.

Continuer la lecture

International

Europcar va se remarier à Volkswagen

Publié

le

Le conseil d'administration d'Europcar a annoncé avoir approuvé l'offre de rachat d'un consortium mené par Volkswagen (Photo prétexte © KEYSTONE/AP/DAVID ZALUBOWSKI)

Un an après avoir frôlé la faillite, le loueur de voitures Europcar va être de nouveau racheté par Volkswagen 15 ans après leur séparation en bons termes. Le groupe allemand souhaite se renforcer dans les services de mobilité.

Le conseil d'administration d'Europcar a approuvé mercredi l'offre de rachat d'un consortium mené par Volkswagen, qui valoriserait le loueur à 2,9 milliards d'euros, dette incluse.

Europcar serait racheté par le N°2 mondial de l'automobile, le fonds britannique Attestor Limited, déjà actionnaire du groupe et propriétaire de la compagnie aérienne allemande Condor, et le groupe Pon, importateur du groupe Volkswagen aux Pays-Bas et aux Etats-Unis, mais aussi fabricant et loueur de vélos.

L'offre publique d'achat, à 0,50 euro par titre, devrait être menée à son terme entre la fin 2021 et début 2022, a précisé Europcar. Les autres principaux actionnaires d'Europcar, représentant environ 68% du capital avec Attestor, ont déjà pris des "engagements fermes" d'apporter leurs actions à l'offre, selon le loueur.

En juin, les propriétaires d'Europcar avaient refusé une première offre de rachat par Volkswagen qui le valorisait à 2,2 milliards d'euros.

73 milliards d'euros d'investissement

Le PDG de Volkswagen Herbert Diess a indiqué mercredi dans un communiqué distinct que "construire une plateforme de mobilité leader" était "un pilier important" de sa stratégie "New Auto". Ce plan, qui prévoit 73 milliards d'euros d'investissement d'ici 2025, doit faire du groupe allemand le N°1 mondial de la voiture électrique.

Europcar appartenait jusqu'en 2006 à Volkswagen, qui l'avait vendu pour 3,32 milliards d'euros à la société française d'investissements Eurazeo. Les conséquences de la crise sanitaire ont conduit Eurazeo à se retirer du capital début 2021 au profit des créanciers du groupe, cinq fonds américains et britanniques, dont les new-yorkais Anchorage (propriétaire des studios MGM) et Marathon.

En termes d'emploi, ce nouveau rachat "devrait pas avoir d'impact significatif" sur les 10'000 salariés actuels d'Europcar, selon Europcar.

Continuer la lecture

International

Petit à petit, Biden fait avancer son programme économique

Publié

le

Dix-sept sénateurs républicains se sont joints aux 50 démocrates lors d'un vote préliminaire sur le plan d'investissement de Joe Biden (archives). CREDIT: KEYSTONE/AP/J. Scott Applewhite

Après de longues tractations, le plan de rénovation et de développement des infrastructures du président américain Joe Biden a été mis sur les rails mercredi. Il a franchi une étape au Sénat lors d'un vote préliminaire, 17 républicains s'étant joints aux démocrates.

Cela signifie que les élus pourront commencer à débattre, mais le texte est encore loin d'être définitivement adopté. Ce n'est rien de moins qu'un programme d'investissements "comme on n'en voit qu'une fois par génération", a annoncé la Maison-Blanche.

Le plan prévoit 550 milliards de dollars d'argent fédéral frais et atteint les 1200 milliards de dollars - l'équivalent du produit intérieur brut 2020 de l'Espagne - si l'on prend en compte la réorientation d'autres financements publics existants.

"Transformer l'Amérique"

Ce montant pharaonique doit "créer des emplois bien rémunérés et syndiqués, répondre à la crise climatique, rendre l'économie [américaine] plus durable et plus juste pour les décennies à venir", selon un communiqué de la Maison-Blanche.

Le gouvernement annonce des investissements "historiques" dans les transports en commun, les routes, les ponts, l'eau potable, l'Internet à haut débit. Ils sont financés par la réorientation de certains financements d'urgence, par des contributions ciblées des entreprises, par une taxation plus efficace des cryptomonnaies et par d'"autres mesures" soutenues par les deux partis.

"Cet accord montre au monde que notre démocratie fonctionne, produit des résultats et fait de grandes choses", a déclaré Joe Biden dans un communiqué, faisant l'article d'un programme qui peut "transformer l'Amérique et nous propulser dans l'avenir".

Continuer la lecture

Hockey

Pius Suter à Detroit, Sven Bärtschi à Las Vegas

Publié

le

Pius Suter a signé à Detroit pour deux ans (© KEYSTONE/FR171008 AP/JEFF HAYNES)

L'ouverture du marché des agents libres en NHL a vu plusieurs joueurs changer d'équipe. Dont Pius Suter et Sven Bärtschi qui ont signé aux Detroit Red Wings et aux Vegas Golden Knights.

Après une première saison prometteuse avec les Chicago Blackhawks (27 points en 55 matches), Pius Suter a préféré aller voir ailleurs. Le Zurichois de 25 ans a signé pour deux ans avec les Detroit Red Wings.

Suter sera le deuxième Helvète à porter le fameux maillot des Red Wings après Damien Brunner, brillant en 2013 en sortie de lock-out. Au vu du contingent actuel à Motor City, Pius Suter devrait bénéficier d'un temps de jeu conséquent. On ne connaît pas encore les termes exacts du contrat.

Bärtschi à Vegas

Le Bernois de 29 ans a de son côté signé une entente d'une saison avec la franchise américaine. Il s'agit d'un pacte à deux volets d'une valeur de 750'000 dollars.

Choix de première ronde (13e choix) lors de la draft 2011, Bärtschi va connaître sa troisième organisation de NHL après les Calgary Flames et les Vancouver Canucks. Le Bernois ne s'est jamais véritablement imposé en Colombie-Britannique et il a surtout joué en AHL à Utica lors des deux dernières saisons.

Il a inscrit 14 points (5 buts) en 24 matches lors du dernier exercice.

A noter que l'ex-attaquant de Lausanne, Charles Hudon, a retrouvé de l'embauche outre-Atlantique. Il a signé un contrat à deux volets d'un an avec Tampa Bay, double champion en titre. Ce bail va lui rapporter 750'000 dollars s'il joue en NHL. 350'000 dollars sont garantis.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Top 15 Pour Gischard, Yusof 16e

Publié

le

Benjamin Gischard, le plus complet des gymnastes suisses à Tokyo. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Benjamin Gischard et Eddy Yusof ont bien défendu leurs chances en se classant respectivement 13e et 16e de la finale du concours général à Tokyo. Le Japonais Daiki Hashimoto est le nouveau roi.

Benjamin Gischard a confirmé la très bonne impression laissée en qualifications. Le Bernois n'a quasiment pas commis d'erreur, lui qui était pourtant considéré comme le moins fort du quatuor suisse (composé encore de Pablo Brägger et Christian Baumann, pas qualifiés pour cette finale) avant ces Jeux.

Eddy Yusof a été un peu moins convaincant qu'à Rio en 2016, où il avait fini 12e. Le Zurichois a pâti d'une chute au saut, en début de concours. Avec 81,732 points, il a concédé un dixième de point de son compatriote.

Couronné devant son (très maigre) public, Daiki Hashimoto, 19 ans, succède au palmarès au meilleur gymnaste de la décennie, Kohei Ushimura. Le double champion olympique avait chuté à la barre fixe en qualifications, signe de la fin de son règne.

Au terme d'un concours passionnant jusqu'au bout, Hashimoto a fait la différence grâce à une fantastique dernière prestation, à la barre fixe, pour devancer le Chinois Xiao Ruoteng et le Russe Nikita Nagornyy.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X