Rejoignez-nous

International

Troisième décès en Italie suite au coronavirus

Publié

,

le

EPA/NICOLA FOSSELLA
Le nouveau coronavirus a fait dimanche un troisième mort en Italie, qui a mis 11 villes en quarantaine. Il a aussi forcé la Corée du Sud à proclamer l'état d'alerte maximum, et plusieurs pays à se protéger de la propagation rapide du virus en Iran.

La troisième victime du coronavirus en Italie est une femme âgée atteinte d'un cancer à Crema, près de Cremone en Lombardie, ont indiqué les autorités.

Le chef de la Protection civile Angelo Borrelli a précisé que l'Italie, pays le plus touché d'Europe, comptait désormais 149 cas sans compter les trois personnes décédées, dont "110 contaminés en Lombardie, 21 en Vénétie, neuf en Emilie Romagne et deux dans le Latium". Ces deux derniers cas ont été contractés hors d'Italie.

"55 personnes sont hospitalisées avec des symptômes, 25 en thérapie intensive, 19 à l'isolement et 27 en cours de contrôle", a-t-il ajouté.

Carnaval de Venise annulé

Suite aux derniers développements, la Vénétie, qui avait enregistré vendredi le premier décès en Italie et en Europe, a annulé les festivités du Carnaval de Venise, qui devait se terminer mardi. Les manifestations sportives ont également été stoppées et les écoles fermées jusqu'au 1er mars.

Onze villes dans le nord du pays se sont réveillées dimanche en quarantaine, après l'adoption samedi soir d'un décret-loi très strict - dix de Lombardie et une proche de Padoue, en Vénétie. Environ 52'000 personnes sont concernées.

Le principal foyer de l'épidémie autochtone de Covid-19 se trouve autour de Codogno, une localité de 15'000 habitants, dont beaucoup travaillent dans la zone ou à Milan, à 60 km de là.

La Suisse suit la situation

En Suisse, où aucun cas de contamination n'a été enregistré à ce jour, les autorités suivent de près l'évolution de la situation en Italie. La crainte d'une propagation augmente au Tessin, où les hôpitaux isolent tous les patients présentant des symptômes.

Aucune mesure supplémentaire n'est prévue pour l'heure, a précisé un porte-parole de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) à Keystone-ATS.

Les frontières avec l'Iran se ferment

L'Iran est de son côté devenu dimanche le pays où le nouveau coronavirus a fait le plus de morts hors de Chine avec huit décès, poussant plusieurs de ses voisins à fermer leurs frontières ou à interdire les voyages vers et depuis ce pays.

Ailleurs au Moyen-Orient, la Jordanie a interdit l'entrée à tout non Jordanien venant de Chine, d'Iran et de Corée du Sud, alors qu'en Israël, 180 écoliers ont été appelés à rester cloîtrés chez eux pendant 14 jours après avoir été en contact avec des touristes sud-coréens ayant contracté le nouveau coronavirus.

Nouveaux cas en Corée du Sud

En Corée du Sud, le gouvernement a rehaussé "au plus haut" son niveau d'alerte concernant le coronavirus après plusieurs jours consécutifs de hausse inquiétante des cas de contamination. Le nombre de malades dans le pays s'est accru dimanche de 169 cas, portant à 602 le nombre de personnes contaminées au Covid-19. Six personnes sont décédées.

La Corée du Sud compte le deuxième plus grand nombre de malades sur son sol, après la Chine, d'où l'épidémie est partie - exception faite du foyer d'infection du paquebot Diamond Princess au Japon, dont un troisième passager est décédé.

L'épidémie est "à un tournant décisif. Les prochains jours seront cruciaux", a affirmé dimanche le président sud-coréen Moon Jae-in à l'issue d'une réunion de son gouvernement sur ce sujet.

Risques d'expansion

En Chine, le président Xi Jinping a qualifié le coronavirus de plus grave urgence sanitaire depuis la fondation du régime communiste en 1949. Il a reconnu "des lacunes" dans la réponse à l'épidémie, alors que le nombre de victimes a grimpé 2442 morts après l'annonce de 97 décès supplémentaires, tous sauf un dans la province centrale du Hubei, berceau de la nouvelle maladie.

La commission nationale (ministère) de la Santé a aussi fait état de 648 nouveaux cas confirmés de contamination dans tout le pays, ce qui porte à près de 77'000 le total des contaminations en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao).

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Terrorisme - un Vaudois condamné à 15 ans de prison à Paris

Publié

le

Le tribunal a suivi les réquisitions de l'avocat général (Image d'illustration © KEYSTONE/AP/FRANCOIS MORI)

La cour d'assises spéciale de Paris a condamné vendredi à 15 ans de prison un Vaudois accusé de terrorisme. L'homme était soupçonné notamment d'avoir recruté, via une messagerie cryptée, un groupe d'hommes se préparant à commettre des attentats en France et en Suisse.

La cour a assorti la condamnation d'une période de sûreté de dix ans et de l'interdiction à vie du territoire français contre le Suisse de 31 ans. Cette peine est conforme aux réquisitoires de l'avocat général. Les six autres accusés ont été condamnés à des peines de trois ans et demi à douze ans de prison.

Le tribunal a reconnu la création d'une association de malfaiteurs en vue de mettre sur pied des projets d'attentats, de préparer des départs vers la Syrie et de diffuser de la propagande djihadiste. A ses yeux, il s'agissait d'un "incubateur" de projets terroristes et non d'un simple lieu de discussion, comme le soutenait la défense.

Celle-ci assurait de son côté que les propos de l'accusé étaient certes hyperviolents, mais qu'il n'avait jamais eu l'intention de passer à l'acte. Elle souhaitait que son client puisse purger une partie de sa peine en Suisse.

Arrêté il y a trois ans

L'information avait été révélée par la RTS. L'Yverdonnois d'origine bosnienne a été arrêté il y a trois ans alors qu'il se rendait en France. Durant cette opération anti-terroriste franco-suisse, d'autres individus ont été interpelés en région parisienne ainsi que dans le département des Alpes-Maritimes.

Pendant des mois, les sept hommes radicalisés ont parlé sur une messagerie cryptée d'attentats et de comment réaliser de tels projets. Le Vaudois livre ses réflexions sur des modes opératoires et des cibles d’attentat, il sélectionne les personnes les plus déterminées à passer à l’acte, il répartit les rôles et propose de fournir des armes.

En parallèle, toujours selon l’accusation, il se montre violent avec sa femme, ses voisins, il s’initie au tir et teste des explosifs. Mardi, lors de son audition devant la cour, le Suisse avait exprimé des regrets et demandé aux juges de lui "laisser une chance".

Continuer la lecture

International

USA - Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus

Publié

le

Jacob Chansley (qui tient le drapeau américain ci-dessus) est un partisan de QAnon, cette mouvance complotiste d'extrême-droite qui a vu l'intrusion dans le Capitole comme un triomphe (© KEYSTONE/AP/Manuel Balce Ceneta)

Les partisans du président Donald Trump cherchaient à "capturer et assassiner des élus" durant l'assaut contre le Capitole à Washington la semaine dernière. C'est ce qu'indiquent des procureurs américains dans des documents judiciaires.

Un dossier déposé par le ministère de la Justice devant un tribunal demande le maintien en détention de Jacob Chansley, ce conspirationniste QAnon photographié torse nu en tenue de chaman à cornes durant l'émeute dans le bureau du vice-président Mike Pence.

"Des preuves solides, dont les propres paroles et actions de Chansley au Capitole, montrent que le dessein des émeutiers du Capitole était de capturer et assassiner des élus du gouvernement des Etats-Unis", écrivent les procureurs à propos de l'assaut du 6 janvier.

Selon eux, M. Chansley, 33 ans, a laissé une note à l'attention de M. Pence sur l'estrade du Sénat où le vice-président s'était tenu quelques minutes plus tôt, sur laquelle était écrit: "Ce n'est qu'une question de temps, la justice arrive".

Poursuites engagées

Durant la journée de chaos au coeur de la démocratie américaine, des élus ont dû se terrer car ils craignaient pour leur vie et au moins cinq personnes, dont un policier, ont été tuées. Les autorités ont engagé des poursuites contre des émeutiers, dont un homme qui a brandi le drapeau confédéré dans le Capitole, un autre homme qui portait un sweat-shirt "Camp Auschwitz" et un champion olympique de natation.

M. Chansley doit comparaître vendredi devant le tribunal. Selon le ministère public, c'est un usager régulier de drogue et il a probablement des problèmes mentaux. "Chansley a parlé ouvertement de sa croyance qu'il est un extraterrestre, une entité supérieure, et qu'il est ici sur Terre pour s'élever vers une autre réalité", indique le dossier.

Les procureurs demandent qu'il soit maintenu en détention à cause de "risques élevés de fuite et du danger qu'il représente pour la communauté". M. Chansley est un partisan de QAnon, cette mouvance complotiste d'extrême-droite qui a vu l'intrusion dans le Capitole comme un triomphe.

Continuer la lecture

International

Bruxelles favorable à un "certificat de vaccination" européen

Publié

le

Ursula von der Leyen s'est exprimée dans un entretien accordé à plusieurs médias portugais avant sa visite à Lisbonne vendredi. (© KEYSTONE/AP/Stephanie Lecocq)

La Commission européenne est favorable à un certificat de vaccination contre le coronavirus. Celui-ci devrait être "mutuellement reconnu", a indiqué sa présidente, Ursula von der Leyen.

"C'est un impératif médical d'avoir un certificat de vaccination. C'est pour cette raison que je me réjouis de l'initiative du Premier ministre grec (Kyriakos Mitsotakis, ndlr) pour un certificat de vaccination mutuellement reconnu", a-t-elle déclaré dans un entretien accordé à plusieurs médias portugais avant sa visite à Lisbonne vendredi.

"Si cela donne priorité ou accès à certains biens, c'est une décision politique et juridique qui doit être discutée au niveau européen", a-t-elle ajouté, alors que les Vingt-Sept tiendront jeudi prochain un nouveau sommet sur leur coordination face à la crise sanitaire.

Le chef du gouvernement grec avait appelé mardi l'Union européenne à adopter un certificat "standardisé" de vaccination pour donner un coup de pouce à l'industrie du tourisme, terrassée par la pandémie du coronavirus.

"Il est urgent d'élaborer un accord commun sur la création d'un certificat de vaccination qui sera accepté par tous les pays membres", avait écrit M. Mitsotakis, soulignant qu'"un certificat standardisé sera la preuve qu'une personne a été vaccinée avec succès".

Continuer la lecture

International

Séisme meurtrier en Indonésie

Publié

le

Plusieurs bâtiments se sont effondrés après le séisme, dont un hôpital, selon les autorités indonésiennes. ( © KEYSTONE/EPA/BASARNAS/HANDOUT)

Au moins 42 personnes ont été tuées vendredi par un fort séisme sur l'île de Célèbes en Indonésie. Les secours fouillent actuellement les décombres de bâtiments effondrés, dont un hôpital, dans l'espoir de trouver des survivants.

Le tremblement de terre de magnitude 6,2 survenu dans la nuit a fait plusieurs centaines de blessés et déclenché la panique chez les habitants de l'Ouest de l'île de Célèbes, qui ont déjà subi en 2018 un désastre majeur.

Trente-quatre corps ont été retrouvés jusqu'à présent dans des immeubles effondrés à Mamuju, selon les autorités. Huit autres personnes sont mortes à Majene, une autre localité de la région de Mamuju.

"Nous ne savons pas combien d'autres ont disparu", a déclaré Arianto, un responsable local des secours à Mamuju. "Il y a encore des gens emprisonnés sous les décombres".

A Mamuju, ville de quelque 110'000 habitants la plus affectée de la région, les sauveteurs recherchaient plus d'une dizaine de patients et personnels médicaux portés disparus sous les ruines d'un hôpital. "L'hôpital est détruit. Il s'est effondré", a dit Arianto.

Routes "éclatées"

Au moins un hôtel s'est partiellement effondré et les bureaux du gouverneur local ont subi de gros dommages, selon les sauveteurs.

Le tremblement de terre de magnitude 6,2, selon l'Institut américain de géophysique, s'est produit vendredi à 02h18 locales (jeudi 19h18 GMT). L'épicentre du séisme a été localisé à 36 km au sud de Mamuju, à une profondeur relativement faible de 18 km, a précisé l'Institut américain de géophysique (USGS).

Des images de la région montrent des habitants en train de fuir en moto et en voiture en passant à côté de toits en tôle effondrés et d'immeubles endommagés.

"Les routes sont éclatées, et plusieurs bâtiments se sont effondrés", a indiqué Hendra, 28 ans, habitant à Mamuju. "La secousse était très forte (...) j'ai été réveillé et j'ai fui avec ma femme".

Risque de répliques

Hanafi, un homme de 47 ans vivant dans la ville voisine de Majene, a subi de gros dégâts chez lui. "Le mur de ma maison s'est effondré. Le réfrigérateur et l'armoire se sont écroulés sur le sol".

L'agence de météorologie et géophysique a mis en garde contre la possibilité de nouvelles secousses et demande aux habitants d'éviter le bord de mer à cause du risque de tsunami.

"Les répliques pourraient être autant ou plus fortes que ce matin", a indiqué Dwikorita Karnawati, la responsable de l'agence.

Cet avertissement a ajouté à l'inquiétude des habitants.

Tout le monde "panique parce que les autorités nous ont prévenus qu'il pouvait y avoir des répliques qui provoquent un tsunami", a indiqué à l'AFP Zulkifli Pagessa qui habite la ville.

Des glissements de terrain ont suivi le séisme, coupant l'accès à l'une des principales routes de la province et l'aéroport local de Mamuju a aussi été endommagé.

Aide médicale

La Croix Rouge indonésienne a envoyé de l'aide médicale et des équipes pour travailler avec les sauveteurs.

"Notre première priorité est de rechercher des survivants et de soigner les blessés", a indiqué Sudirman Said, secrétaire général de la Croix Rouge locale.

L'archipel indonésien se trouve sur la "ceinture de feu" du Pacifique, une zone de forte activité sismique.

La région de Palu, sur l'île de Célèbes, avait été déjà frappée en septembre 2018 par un très fort tremblement de terre de magnitude 7,5 suivi d'un tsunami dévastateur.

Cette catastrophe avait fait plus de 4300 morts et disparus et au moins 170'000 déplacés.

Un autre séisme dévastateur de magnitude 9,1 avait frappé au large des côtes de Sumatra en 2004, entraînant un tsunami qui avait tué 220'000 personnes dans la région, dont environ 170'000 en Indonésie.

Continuer la lecture

International

L'Italie adopte une rallonge budgétaire de 32 milliards d'euros

Publié

le

Le secteur du tourisme est à l'arrêt depuis des mois en Italie (Image d'illustration © KEYSTONE/EPA ANSA/ANDREA MEROLA)

Le gouvernement italien a adopté jeudi soir en conseil des ministres une rallonge budgétaire de 32 milliards d'euros. Cette enveloppe doit permettre de faire face aux effets dévastateurs de la pandémie de coronavirus sur l'économie et soutenir ménages et entreprises.

Cette mesure intervient alors que l'avenir du gouvernement du Premier ministre Giuseppe Conte est incertain, après la décision mercredi de Matteo Renzi de retirer son parti de la coalition au pouvoir, privée du coup de majorité au Parlement. Or, ce projet rectificatif de finances doit être adopté par les députés et sénateurs.

Grâce à cette rallonge, le gouvernement entend adopter des mesures visant à "soutenir davantage les opérateurs économiques, les secteurs productifs et les citoyens les plus touchés par les effets de la pandémie de Covid-19", indique-t-il dans un communiqué.

Soutenir les entreprises

Cette rallonge s'ajoute aux plus de 100 milliards d'euros déjà mobilisés par l'Italie l'an dernier pour relancer les secteurs économiques mis à l'arrêt pendant les périodes de confinement, dont la restauration et le tourisme, et indemniser le chômage partiel.

Ces nouveaux fonds sont prévus pour "protéger la main-d'oeuvre" et soutenir "le secteur de la santé et les entreprises afin d'accélérer et renforcer la reprise de l'activité économique", souligne le communiqué.

Le choc de la pandémie sur la troisième économie de la zone euro est rude. L'an dernier, l'Italie a subi sa pire récession depuis la Deuxième Guerre mondiale, avec un plongeon de 9% du PIB attendu.

Avec 208,6 milliards d'euros de subventions et prêts, Rome hérite de la plus grosse part du méga-plan de relance de 750 milliards d'euros adopté à l'été 2020 par les dirigeants européens. L'Italie a adopté dans la nuit de mardi à mercredi la mouture nationale de ce plan, d'un montant de 222,9 milliards (un montant incluant de précédents fonds européens non encore dépensés), qu'elle doit soumettre d'ici le 30 avril à Bruxelles.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X