Rejoignez-nous

International

USA exhortés à ne plus "diaboliser" la Chine

Publié

,

le

Wendy Sherman, numéro 2 de la diplomatie américaine, est la plus haute responsable américaine à se rendre en Chine depuis l'élection de Joe Biden (Archives © KEYSTONE/EPA/YONHAP)

La faute aux Américains... La première visite en Chine d'une haute responsable de la diplomatie américaine de l'ère Biden a donné lieu lundi à un réquisitoire en règle de Pékin contre Washington.

Wendy Sherman, numéro deux du département d'Etat américain, est arrivée dimanche dans la grande ville de Tianjin (nord de la Chine), où elle doit s'entretenir avec le ministre chinois des Affaires étrangères.

Alors que les deux premières puissances mondiales restent à couteaux tirés sur nombre de sujets, des droits humains au commerce en passant par la technologie et la reprise en main de Pékin à Hong Kong, cette rencontre sur le sol chinois est la première pour un haut responsable de la diplomatie américaine depuis l'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche au début de l'année.

Relations "dans une impasse"

La presse n'a pas été conviée lundi matin à assister à la rencontre entre Mme Sherman et le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Xie Feng.

Mais selon des propos communiqués par la diplomatie chinoise, M. Xie a accusé les Américains d'être entièrement responsables de la détérioration des liens entre les deux géants du Pacifique. Les relations sont "dans une impasse" et Washington doit cesser de "diaboliser" Pékin, a-t-il lancé.

"Fondamentalement, c'est parce que les Américains voient la Chine comme un ennemi imaginaire", a-t-il ajouté, exhortant Washington à "changer d'état d'esprit erroné et de politique dangereuse".

Depuis son arrivée à la Maison Blanche, Joe Biden n'a guère modifié la politique de son prédécesseur envers la Chine, laissant notamment en place les sanctions commerciales imposées par Donald Trump sur les produits chinois. Il s'est en outre efforcé de convaincre les alliés de l'Amérique de rejoindre un front commun des démocraties face à une Chine perçue comme de plus en plus autoritaire et agressive.

"Un piège"

Cette politique est vivement contestée par le régime chinois, qui s'était déjà livré à une guerre des mots lors du premier face-à-face de l'ère Biden entre diplomates des deux pays en mars à Anchorage (Alaska).

L'administration Biden a résumé sa stratégie chinoise par un triptyque confrontation-concurrence-coopération, se laissant une marge de manoeuvre pour discuter avec Pékin "là où c'est possible", notamment sur le climat.

Mais cet espoir s'est heurté lundi à une fin de non-recevoir. Le peuple chinois voit dans la stratégie américaine "une tentative mal déguisée de freiner la Chine et de la réprimer", a martelé M. Xie à son interlocutrice.

"L'accent est mis en fait (par Washington) sur la confrontation, tandis que la coopération n'est que de l'opportunisme et la concurrence un piège", a-t-il estimé.

Le climat en otage

Jusqu'ici, seul l'émissaire américain pour le climat John Kerry s'était rendu en Chine en avril. La semaine dernière, il a appelé les autorités chinoises à faire preuve de "leadership" face à la crise climatique et à réduire rapidement leurs émissions de gaz à effet de serre.

La réponse n'a pas tardé: "La coopération entre la Chine et les Etats-Unis dans des domaines spécifiques est étroitement liée à la bonne santé globale des relations sino-américaines", a rétorqué un porte-parole de la diplomatie chinoise.

La partie américaine n'avait pas communiqué lundi en fin de matinée sur la teneur des propos de Mme Sherman à Tianjin. Sa visite survient après des étapes au Japon et en Corée du Sud, alliés des Etats-Unis, ainsi qu'en Mongolie, dont les relations avec Washington se sont récemment améliorées.

La vice-secrétaire d'Etat devait évoquer "les sujets sur lesquels nous avons de graves inquiétudes au sujet du comportement de la Chine, mais aussi les sujets sur lesquels nos intérêts convergent", a indiqué la semaine dernière le département d'Etat.

"Nous sommes favorables à une compétition féroce, mais nous voulons qu'elle soit équitable et surtout qu'elle ne tourne pas au conflit", a plaidé un porte-parole de la diplomatie américaine.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Premier League: Chelsea et Tottenham se séparent sur un nul 2-2

Publié

le

James et Son aux prises dans un derby acharné (© KEYSTONE/EPA/ANDY RAIN)

Le premier choc de la saison en Premier League n'a pas déçu. Chelsea et Tottenham ont fait 2-2 dans un derby londonien électrique à Stamford Bridge, marqué par une altercation entre les deux managers.

Thomas Tuchel et Antonio Conte se sont vivement accrochés au terme de l'affiche de la 2e journée. Devant les caméras de la télévision, l'Allemand et l'Italien se sont adonnés à une poignée de main plus que musclée, avant de s'invectiver, tête contre tête, et d'être tous deux exclus de la rencontre après le coup de sifflet final.

Déjà après le premier but de Tottenham, les deux techniciens s'étaient empoignés, lorsque l'Italien était venu célébrer face au banc des Blues, avec défiance, ce qui n'avait pas plu à son homologue, prompt pour réagir avant d'être rattrapé par ses adjoints. Les deux hommes avaient déjà reçu un carton jaune à l'issue de cet épisode.

Scénario fou

La rencontre a été plutôt agitée entre les deux équipes londoniennes, avec un scénario assez fou, et s'est conclue par une égalisation des Spurs dans les dernières secondes. Chelsea a nettement dominé et ouvert le score sur une volée de Koulibaly (19e).

Contre le cours du jeu, Hojbjerg a égalisé (68e) avant que les Blues ne repassent devant grâce à James (77e). Très discret jusque-là, Kane a signé le 2-2 de la tête après un corner au bout des arrêts de jeu (96e).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Relais mixte: l'équipe de Suisse se pare de bronze

Publié

le

Julie Derron en plein effort (© KEYSTONE/AP/Martin Meissner)

La Suisse a fêté une médaille de bronze aux Européens à Munich dans le relais mixte. Le quatuor composé de Max Studer, Cathia Schär, Simon Westermann et Julie Derron a fini au troisième rang.

Au lendemain de son triplé dans l'épreuve individuelle hommes, la France a écrasé ce relais mixte. Léo Bergère, Emma Lombardi, Dorian Coninx et Cassandre Beaugrand ont devancé l'Allemagne de 33 secondes et la Suisse de 49 secondes dans cette épreuve composée de quatre relais de 300 m de natation, 7,2 km de vélo et 1,6 km à pied.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Nice cale à domicile

Publié

le

Un nul pour la première à domicile de Lucien Favre. (© KEYSTONE/EPA/SEBASTIEN NOGIER)

Lucien Favre et l'OGC Nice attendent toujours leur première victoire en Ligue 1. Tenus en échec à Toulouse la semaine dernière, les Phocéens ont partagé l'enjeu devant Strasbourg (1-1).

Nice avait pourtant pris l'avantage en première période sur un penalty transformé par Andy Delort. Mais Kevin Gameiro pouvait battre Kasper Schmeichel pour l'égalisation de la 56e minute. Titularisé pour la première fois, le portier danois avait réussi deux arrêts déterminant alors que le score était de 0-0.

Avec deux points en deux matches, le début de saison n'est pas idéal pour Lucien Favre et ses joueurs. La victoire à Clermont dimanche prochain devient presque impérative avant d'accueillir Marseille le 28 août.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Djakovic et Mamié peuvent rêver de podium

Publié

le

Djakovic peut croire en son étoile sur 200 m libre (© KEYSTONE/PATRICK B. KRAEMER)

La médaille d'argent de Noè Ponti ne fut pas le seul motif de satisfaction dans le camp suisse dimanche aux Européens en grand bassin de Rome.

Antonio Djakovic (200 m libre) et Lisa Mamié (200 m brasse) ont en effet décroché leur ticket de finaliste quelques minutes plus tard, avec un certain brio.

Antonio Djakovic (19 ans) et Lisa Mamié (23 ans), qui ont tous deux signé le 2e temps des demi-finales, peuvent rêver de podium lundi. Mais si l'or est hors de portée du Thurgovien car promis au prodige David Popovici, il est envisageable pour Lisa Mamié. Cette dernière est en effet restée à deux secondes de son record de Suisse dimanche.

Antonio Djakovic a pour sa part amélioré de 0''45 son record de Suisse, établi en finale du 4x200 m libre aux JO de Tokyo, pour le porter à 1'45''32. Ce chrono le situe néanmoins à plus de deux secondes du meilleur temps de David Popovici, qui avait nagé en 1'43''21 pour devenir champion du monde en juin.

Ugolkova 9e sur 100 pap

Maria Ugolkova a par ailleurs manqué pour 0''12 une place en finale du 100 m papillon. La nageuse d'Uster-Wallisellen a signé le 9e temps des demi-finales, en 58''66, à 0''44 de son record national. Deuxième Suissesse engagée en demi-finales dans cette épreuve, Julia Ullmann a échoué plus nettement, terminant 16e en 59''66.

Frustré 4e de la finale du 200 m dos samedi soir, Roman Mityukov ne se consolera pas grâce au 50 m dos. Dixième des demi-finales, le Genevois a échoué à 0''08 seulement d'une place en finale. Il a néanmoins largement rempli son contrat en améliorant deux fois son record personnel pour le porter à 25''11 (25''31 en séries).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Ponti en argent sur 100 m papillon

Publié

le

Noè Ponti s'est paré d'argent à Rome sur 100 m papillon (© KEYSTONE/PATRICK B. KRAEMER)

Noè Ponti a débloqué le compteur helvétique de médailles dans les Européens en grand bassin de Rome.

Le Tessinois de 21 ans s'est paré d'argent sur 100 m papillon, un an après avoir conquis le bronze olympique dans la discipline. L'or est revenu au grandissime favori le Hongrois Kristof Milak.

Décevant 8e fin juin aux Mondiaux de Budapest sur sa distance de prédilection, Noè Ponti n'a donc pas failli au Foro Italico. Le vice-champion du monde 2021 du 200 m papillon en petit bassin a nagé en 50''87, à 0''13 de son record de Suisse établi en finale des JO de Tokyo l'été dernier.

Cinquième après la première longueur de bassin, Noè Ponti a comme toujours produit son effort sur les 50 derniers mètres pour décrocher sa troisième médaille dans un grand championnat international. Il n'a rien pu faire face à Kristof Milak (50''33), mais a nettement devancé le 3e, le Polonais Jakub Majerski (51''22).

Testé positif au Covid-19 à son retour de Budapest où il avait craqué sur les dix derniers mètres de la finale du 100 m papillon, Noè Ponti n'avait pourtant pas pu préparer ses Européens comme il le souhaitait. Forfait pour les Championnats de Suisse d'été à la mi-juillet, il a su préserver ses forces, renonçant ainsi au 50 m papillon en ouverture de ces joutes romaines.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

Echanges malmenés avec des agacements dans la vie sentimentale et amicale, apparemment sans raison valable… Cherchez la conciliation !

Les Sujets à la Une

X