Rejoignez-nous

International

Washington offre 10 millions pour retrouver des "hackers"

Publié

,

le

La cybercriminalité est en pleine croissance. Selon des nouvelles données publiées en octobre, 590 millions de dollars en paiements liés à des rançongiciels ont été rapportés aux autorités américaines au cours du premier semestre 2021 (archives). (© KEYSTONE/EPA/SASCHA STEINBACH)

Les Etats-Unis ont annoncé jeudi qu'ils offraient une récompense de 10 millions de dollars pour toute information qui aiderait à retrouver les dirigeants de DarkSide, le groupe de pirates informatiques spécialisés dans les rançongiciels. Le groupe est basé en Russie.

Washington l'accuse d'être derrière l'attaque en ligne qui a paralysé il y a quelques mois Colonial Pipeline, un important réseau d'oléoducs de produits raffinés aux Etats-Unis.

Un rançongiciel, ou "ransomware", exploite des failles de sécurité d'une entreprise ou d'un individu pour chiffrer et bloquer ses systèmes informatiques, exigeant une rançon pour les débloquer.

"En offrant cette récompense, les Etats-Unis montrent leur engagement à empêcher les victimes des rançongiciels partout dans le monde d'être exploitées par les cybercriminels", a indiqué le département d'Etat américain dans un communiqué.

Washington a aussi offert 5 millions de dollars (4,56 millions de francs) pour toute information menant à l'arrestation ou à l'inculpation dans n'importe quel pays de toute personne essayant de participer à une attaque aux côtés de DarkSide.

En pleine croissance

Composé, selon les experts, de cybercriminels aguerris, DarkSide dérobe des données confidentielles aux entreprises victimes, souvent basées dans des pays occidentaux, et réclame de l'argent pour les "rendre".

La cybercriminalité est en pleine croissance. Selon des nouvelles données publiées en octobre, 590 millions de dollars en paiements liés à des rançongiciels ont été rapportés aux autorités américaines au cours du premier semestre 2021.

Le chiffre est 42% plus élevé que le montant divulgué par les institutions financières pour toute l'année 2020, selon le rapport du trésor américain. Il existe en outre de forts indicateurs, selon lesquels, le coût réel se chiffre probablement en milliards.

Les entreprises et les institutions sont confrontées à une pression intense pour sortir leur portefeuille afin de débloquer leurs données, mais aussi pour ne pas révéler l'attaque à leurs clients et à des autorités qui ont émis des avertissements sévères contre le fait de payer les criminels.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Nadal souffre d'une déchirure abdominale de 7 mm

Publié

le

Nadal souffre d'une déchirure abdominale de 7 mm (© KEYSTONE/AP/Gerald Herbert)

Rafael Nadal souffre d'une déchirure abdominale de sept millimètres de longueur, rapporte jeudi le quotidien espagnol Marca.

L'Espagnol souhaite néanmoins tout de même disputer sa demi-finale de Wimbledon contre l'Australien Nick Kyrgios vendredi.

Le 4e mondial, double lauréat (2008 et 2010) du Majeur sur gazon, a passé des examens jeudi matin après son succès difficile la veille en quart de finale face à Taylor Fritz (3-6 7-5 3-6 7-5 7-6). "Je ne sais pas", avait-il répondu après le match quand les journalistes lui ont demandé s'il serait en mesure d'affronter Kyrgios.

Marca rappelle que ce n'est pas la première fois que Rafael Nadal doit jouer dans ces conditions. En 2009, à l'US Open, il avait disputé le tournoi avec une déchirure d'une longueur de deux centimètres et s'était incliné contre l'Argentin Juan Martin del Potro au stade des demi-finales.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Inclusion de l'avortement dans les droits fondamentaux de l'UE

Publié

le

La décision de la Cour suprême des Etats-Unis de mettre fin à la garantie juridique fédérale de l'IVG a été condamnée dans de nombreuses villes des Etats-Unis et dans de nombreux pays dans le monde (archives). (© KEYSTONE/AP/Charlie Riedel)

Le Parlement européen a demandé jeudi que le droit à l'avortement soit inscrit dans la charte des droits fondamentaux de l'UE après sa remise en cause aux Etats-Unis.

"Toute personne a le droit de bénéficier d'un avortement sûr et légal": par 324 voix, 155 contre et 38 abstentions, les eurodéputés, réunis en session plénière à Strasbourg, ont décidé de demander au Conseil, qui représente les Etats membres, d'inscrire ce droit dans la charte des droits fondamentaux.

Adoptée en 2000, cette charte, juridiquement contraignante, a la même valeur que les traités. Inclure l'avortement dans les droits fondamentaux nécessite toutefois l'unanimité des pays membres, selon les traités actuels de l'UE. Or ce sujet de société divise les Vingt-Sept.

Règle de l'unanimité à revoir

C'est pourquoi, les eurodéputés ont également demandé au Conseil "qu'il se réunisse pour discuter d'une convention permettant de réviser les traités" afin de remettre en cause la règle de l'unanimité.

Cette demande est accompagnée d'une nouvelle ferme condamnation par le Parlement européen du "recul des droits des femmes et de la santé et des droits sexuels aux États-Unis et dans certains États membres".

La Cour suprême des Etats-Unis a mis fin le 24 juin à la garantie juridique fédérale de l'IVG dans tout le pays. Il appartient maintenant aux 50 Etats américains de se prononcer sur l'avortement.

Garanties

"Les pays de l'UE devraient garantir l'accès à des services d'avortement sûrs, légaux et gratuits, à des services de soins prénataux et maternels, à la planification familiale volontaire, à la contraception, à des services adaptés aux jeunes, ainsi qu'à la prévention, aux traitements et au soutien en matière de VIH, sans discrimination", ont insisté les députés européens dans leur résolution.

Avant le coup de tonnerre provoqué par la décision de la Cour suprême américaine, le président français Emmanuel Macron, qui prenait alors la présidence tournante de l'UE, avait en janvier déjà souhaité inscrire le droit à l'avortement dans la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne. Son parti politique et l'actuel gouvernement français ont aussi en projet de l'inscrire dans la constitution française.

Reliquat du passé

"Des droits des femmes solides sont un atout et une caractéristique essentielle des démocraties (...) Le retour en arrière n'est pas une option", avait insisté lundi la commissaire européenne à l'Egalité Helena Dalli, lors d'un débat dans l'hémicycle du Parlement européen à Strasbourg.

"Donnons aux femmes en Europe la garantie qu'aucun juge ne pourra détricoter ces droits et rappelons aux réactionnaires ce qu'ils sont vraiment: un reliquat du passé qui n'a aucun avenir dans l'Union européenne", a pour sa part lancé Stéphane Séjourné, tête de file des députés libéraux et centristes du groupe Renew.

A l'inverse, le député eurosceptique polonais Patryk Jaki a critiqué le Parlement européen qui dénonce régulièrement le manque d'indépendance des juges en Pologne. "Vous voulez condamner les Etats-Unis parce qu'ils ont utilisé l'indépendance des juges? (...) Vous ne faites pas preuve de cohérence", a-t-il reproché à ses collègues.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Un marathon de Londres décisif pour l'avenir de Mo Farah

Publié

le

Mo Farah jouera son avenir lors du prochain marathon de Londres (© KEYSTONE/EPA/STEPHANIE LECCOQ)

Mo Farah, quadruple champion olympique, a reconnu que le marathon de Londres (2 octobre) sera décisif pour déterminer s'il poursuit sa carrière sur route ou s'il prend sa retraite.

"Est-ce que j'ai encore la volonté, est-ce que je suis prêt à travailler et à faire des kilomètres ? Oui", a déclaré Farah au quotidien Daily Mirror. "La vérité est que je vieillis un peu et que parfois, votre corps ne vous permet pas de faire certaines choses", a poursuivi l'athlète de 39 ans, qui a confirmé qu'il ne reviendrait plus sur piste.

"J'ai toujours la volonté en moi et tant que je ne la perds pas, je ne pense pas que je dois penser à arrêter (...). Mais soyons réaliste, mon corps peut-il le faire ?", s'est interrogé Mo Farah, qui avait terminé 3e de son premier marathon, celui de Londres en 2018, avant de remporter la même année celui de Chicago avec un record personnel à 2h05'11''.

"Cette décision (de prendre sa retraite) ne peut venir que de moi, pas de mon manager, pas de ma femme ou de mes enfants", a reconnu le Britannique aux six titres mondiaux en plein air. Il était d'ailleurs revenu sur piste en 2020 dans l'espoir de se qualifier pour les JO de Tokyo, sans y parvenir.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Espagne: cinq blessés au premier lâcher de taureaux de Pampelune

Publié

le

Après trois ans d'attente, tous les coureurs ne sont pas sortis indemnes du traditionnel lâcher de taureaux de la San Fermin. (© KEYSTONE/EPA/VILLAR LOPEZ)

Après trois ans d'absence, le premier lâcher de taureaux de la San Fermin a marqué jeudi à Pampelune le retour des accidents parmi les amateurs de sensations fortes. Cinq personnes ont déjà été hospitalisées après avoir été renversées par des bovins d'une demi-tonne.

S'il n'y a pas eu de blessures ouvertes dues à des coups de cornes, plusieurs personnes ont été piétinées ou renversées dans les rues pavées de la ville médiévale du nord de l'Espagne lors du premier "encierro" (lâcher de taureaux), le but étant de courir au plus près devant six taureaux de combat.

Parmi les personnes emmenées à l'hôpital, une personne a été soignée pour une blessure à la jambe, une autre a pris un coup à la tête en tombant, tandis qu'un adolescent s'est fait mal au bras, selon un porte-parole de la Croix-Rouge.

Mis à mort dans l'après-midi

Les six taureaux étaient guidés dans les ruelles par six boeufs domestiques dont le rôle est de garder le troupeau groupé malgré la nuée de "coureurs" vêtus de blanc avec un foulard et une ceinture rouges qui s'agitent autour d'eux.

Les taureaux, de l'élevage Núñez del Cuvillo, ont parcouru les 850 mètres qui séparaient l'enclos où ils étaient retenus jusqu'aux arènes en deux minutes et 35 secondes. Ils seront ensuite mis à mort dans l'après-midi au cours de la première corrida du festival.

"Les taureaux sont restés assez serrés, ils ont foncé tout droit, donc c'est allé assez vite", a commenté Gordon MacDonald, un employé dans le secteur des télécommunications de 46 ans venu de Glasgow, en Ecosse, spécialement pour l'occasion et qui a pris part à la course.

"Ca faisait longtemps qu'on n'avait pas couru ici, donc tout le monde était un peu nerveux, on ne savait plus bien comment ça allait se passer", a-t-il ajouté.

Renommée mondiale

Des visiteurs du monde entier se rendent dans cette ville de 200'000 habitants pour mettre leur courage à l'épreuve et faire la fête jour et nuit pendant ces célébrations, qui comprennent aussi des processions religieuses et des concerts.

La "fête", une des plus célèbres d'Espagne, immortalisée en 1926 par Ernest Hemingway dans son roman "Le soleil se lève aussi" et mondialement connue depuis, s'était tenue pour la dernière fois en juillet 2019. Elle avait été annulée en 2020 et 2021 à cause de la pandémie de Covid-19, une première depuis la Guerre civile espagnole (1936-1939).

Depuis 1910, 16 personnes ont été tuées lors des lâchers de taureaux, le dernier décès remontant à 2009.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Premiers cas de propagation locale de variole du singe selon l'OMS

Publié

le

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus va réunir prochainement un nouveau Conité d'urgence sur la variole du singe à Genève (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La variole du singe a fait deux décès supplémentaires dans des pays où elle n'est pas endémique. De premiers cas de propagation locale ont été identifiés, affirme l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à Genève.

Selon ses chiffres publiés mercredi soir et qui portent jusqu'à lundi, plus de 6000 cas confirmés ont été observés depuis début janvier dans des dizaines de pays, dont la Suisse. En une dizaine de jours, ils ont augmenté de 77%.

Pour la première fois, certains d'entre eux n'ont aucun lien épidémiologique avec les Etats d'Afrique de l'Ouest et d'Afrique centrale où la pathologie est endémique. Une dizaine de pays n'ont plus observé de nouvelles infections depuis plus de trois semaines, la période maximale d'incubation.

Parmi les symptômes de la variole du singe, une forte fièvre se change rapidement en éruption cutanée. Très souvent sans conséquence, la pathologie ne dure que deux à trois semaines. Un vaccin existe, mais l'OMS ne recommande pour le moment pas de campagne massive dans les différents pays.

Désormais, trois personnes au total sont décédées, contre une dans la précédente évaluation de l'OMS. Le directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus avait également affirmé mercredi qu'il prévoirait à nouveau un Comité d'urgence dans deux semaines au plus tard pour se prononcer sur une possible urgence sanitaire de portée internationale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Balance

Les propositions professionnelles que vous attendiez, vous parviennent enfin. Cela implique une réorganisation en profondeur. A vous de jouer…

Les Sujets à la Une

X