Rejoignez-nous

Santé

192 projets soutenus avec le programme vaudois Sport-Santé

Publié

,

le

Rebecca Ruiz et Philippe Leuba ont fait le bilan lundi du programme Sport-Santé, qui existe depuis 5 ans. (©KEYSTONE/JEAN-GUY PYTHON)

Le canton de Vaud dresse un premier bilan de son programme Sport-Santé. En cinq ans, il a soutenu 192 projets qui visent à favoriser l'activité physique de la population. Plus de deux millions de francs ont été injectés.

Le canton de Vaud donne un coup de pouce pour favoriser l'activité physique chez les jeunes. Il a dressé hier (lu) le bilan de son programme sport-santé. Lancé il y a 5 ans, il devait notamment permettre d'aider les communes à construire des places de sport en plein air, d'encourager les clubs à organiser des activités non compétitives.

192 soutiens

En tout, 192 projets ont été soutenus financièrement, à hauteur de 15 à 25%. Un bilan qui réjouit la conseillère d’Etat en charge de la santé et de l’action sociale, Rebecca Ruiz.

Rebecca RuizConseillère d'Etat chargée de la santé et de l'action sociale

L'exemple d'Ecublens

Le programme est donc d’ores et déjà pérennisé. Mais qu’a-t-il permis de mettre en place ? A Ecublens, par exemple, la commune peut désormais ouvrir ses salles de gym aux jeunes tous les dimanches. Un concept baptisé « open Sunday ». Un espace multisport en extérieur a aussi été créé. Mais ces projets auraient-ils vu le jour sans le soutien du Canton? La réponse de la municipale d’Ecublens Sylvie Pittet Blanchette.

Sylvie Pittet BlanchetteMunicipale à Ecublens

Le sport handicap aussi soutenu

Autre volet de ce programme : le soutien aux associations actives dans le sport-handicap. Parmi elles : fair play sport. Son président nous explique ce qui a été mis en place avec le soutien du Canton. Eugène Campiche.

Eugène CampichePrésident de l'association sportive Fair Play Sport Handicap Lausanne

Un intérêt moindre en campagne?

Sur cinq ans, le canton aura injecté un peu plus de deux millions de francs dans les projets Sport santé. Projets dont  la grande majorité est concentrée aux abords du lac. Y a-t-il un effort à faire pour la suite du projet ? Philippe Leuba, conseiller d’Etat chargé de l’économie, de l’innovation et du sport.

Philippe LeubaConseiller d'Etat chargé de l'économie, de l'innovation et du sport

Et les conseillers d’Etat d’ajouter que la sédentarité est le quatrième facteur de risque de mortalité au niveau mondial.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Santé

Première mondiale à Lausanne dans le traitement par radiothérapie

Publié

le

Jean Bourhis, chef du service de radio-oncologie du CHUV, est venu présenter vendredi les espoirs suscités par cette nouvelle forme de radiothérapie dans la lutte contre le cancer. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Lausanne accueille une première mondiale dans la lutte contre le cancer. Un nouvel appareil de radiothérapie, qualifié de révolutionnaire, va être développé conjointement par le CHUV, le CERN et la société de technologie médicale THERYQ.

"C'est un événement majeur", a affirmé vendredi Philippe Eckert, directeur du CHUV, devant la presse et une cinquantaine d'invités. Grâce à cette collaboration entre secteurs public et privé, l'innovation s'exprime "de façon éclatante", a-t-il ajouté.

Pr. Philippe EckertDirecteur général du CHUV

Il s'est réjoui d'un "partenariat judicieux avec les meilleurs" du domaine pour développer cette nouvelle forme de radiothérapie, dite "Flash", qui consiste à utiliser des radiations à électrons à très haute énergie.

Cette technologie doit permettre de mieux soigner les cancers résistants aux traitements conventionnels. Les effets secondaires s'en trouvent également atténués. "L'irradiation rapide, réduite à quelques millisecondes, permet d'épargner les tissus sains tout en attaquant la tumeur", a expliqué Jean Bourhis, chef du service de radio-oncologie au CHUV.

Pr. Jean BourhisChef du Service de radio-oncologie du CHUV

Selon lui, la construction de ce premier appareil de radiothérapie au monde utilisant la technique Flash "pourrait complètement changer la donne". Et ainsi transformer la pratique de la radiothérapie, l'une des principales "armes" à disposition pour soigner les cancers (avec la chimiothérapie, la chirurgie et l'immunothérapie). Il observe également un engouement croissant pour cette technologie à travers le monde :

Pr. Jean BourhisChef du Service de radio-oncologie du CHUV

Traitement en profondeur

Ludovic Le Meunier, patron de THERYQ, a aussi souligné que le nouvel appareil permettrait, grâce à un surplus de puissance, d'agir plus profondément dans le corps du patient, jusqu'à 20 cm. Il a aussi vanté un traitement meilleur marché, sachant qu'il faudra moins de séances que pour une radiothérapie conventionnelle.

Du côté de l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN), Mike Lamont, directeur pour les accélérateurs et la technologie, s'est félicité que le laboratoire basé à Meyrin (GE) puisse partager ses connaissances. "Nous nous efforçons de trouver des applications à nos recherches en dehors du domaine de la physique des particules, au profit de la société dans son ensemble", a-t-il déclaré.

Pr. Jean BourhisChef du Service de radio-oncologie du CHUV

Premiers essais en 2025

L'appareil, basé sur la technologie du CERN et fabriqué par THERYQ, sera installé au CHUV, où un "bunker" spécial sera construit pour l'accueillir. Il doit être opérationnel d'ici deux ans, tandis que les premiers essais cliniques sont prévus à l'horizon 2025.

Cette annonce "donne de l'espoir à tous les malades dont le cancer résiste aux traitements", a relevé Rebecca Ruiz, la ministre vaudoise de la santé. La conseillère d'Etat a salué un partenariat qui permettait de maintenir Lausanne comme "centre d'excellence" en matière d'oncologie. Une innovation qui, selon elle, ne restera pas l'apanage des chercheurs mais permettra "un transfert rapide au chevet des patients". Elle permettra également des retombées pour le canton :

Rebecca RuizConseillère d'Etat vaudois en charge de la santé

Le lancement de ce projet a été rendu possible grâce au financement préalable des fondations ISREC et Biltema, via un "don exclusif" de 25,8 millions de francs.

Robin Jaunin avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Lausanne

Les bobos des nounours pris en charge ce week-end au CHUV

Publié

le

Les différents bobos des doudous sont traités par les "nounoursologues". (Archives © KEYSTONE/Cyril Zingaro)

Dédramatiser l’hôpital ou familiariser une première fois les jeunes au monde médical, c’est le but de l’Hôpital des Nounours du CHUV. Les classes vaudoises étaient invitées toute cette semaine, avant le grand public ce week-end.

Des nounours avec une jambe dans un plâtre, ou avec une indigestion, ce sont les drôles de situations que voit arriver le CHUV cette semaine, dans le cadre de son Hôpital des Nounours. Les plus jeunes peuvent ainsi venir, avec leur doudou, pour parler et découvrir le monde médical. Le dédramatiser, aussi. Ils accompagnent des étudiants en soins lors d'un parcours thématique.

Clémentine AlbanisResponsable des relations publiques à l’Hôpital des Nounours de Lausanne

Une consultation de nounours était d’ailleurs en cours non loin de là :

Hôpital des Nounours de Lausanne

Yasmine, une des nounoursologues présente durant cette semaine de l’Hôpital des Nounours, est actuellement en formation. Cette semaine sert notamment de bon exercice pour dialoguer avec des enfants.

Cette semaine était consacrée aux classes vaudoises, de 1ère à la 4ème. Le corps humain fait partie du programme de sciences, cet hôpital est donc un bon outil pédagogique.

Frédéric est enseignant, il accompagnait une classe ce vendredi matin :

FrédéricEnseignant

Comment réagissent ces bambins, dans le contexte parfois anxiogène de l’hôpital ?

Clémentine AlbanisResponsable des relations publiques à l’Hôpital des Nounours de Lausanne

Après les classes, c'est désormais au tour du grand public de pouvoir découvrir cet Hôpital des doudous ce week-end (19-20 novembre). Mais les places sont déjà très occupées.

Continuer la lecture

Santé

Comment prendre soin de sa santé auditive au travail ?

Publié

le

De

Soucis auditifs
Sponsorisé

Comment prendre soin de sa santé auditive au travail ?

Travailler dans un endroit trop bruyant provoque des effets néfastes sur son audition sur le long terme. Sifflement d’oreille, cérumen, voire même de la surdité font partie des conséquences si on ne prend d’initiative. C’est au delà de 120 dB que les bruits deviennent insupportables. Si votre environnement de travail est concerné par cela, le mieux est de prendre soin de votre audition dès à présent.

Utiliser des équipements anti-bruits

C’est la solution la plus évidente pour résoudre le problème des bruits agressifs sur le chantier. Chef de chantier, ouvrier ou docker, vous en aurez forcément besoin. La privation de sens auditif limite les dégâts du bruit sur votre tympan. Si vous travaillez à côté de gros engins comme les bulldozers, il est préférable d'utiliser ces équipements. Les bouchons d’oreilles anti-bruits et les coquilles anti-bruits constituent les équipements les plus utilisés dans les travaux pour lutter contre les bruits intenses.

Prendre soin de son sens auditif

Il vaut mieux prévenir que guérir nos problèmes auditifs. Le sifflement d'oreille en fait partie. Pour ce faire, il faut prendre des régimes alimentaires spéciaux pour garder son sens auditif en bonne santé. Pour se protéger des sons trop puissants, les aliments à base d’acide alpha−lipoïque et vitamine E sont de rigueur. Ces éléments existent abondamment dans la patate douce, la betterave, l’épinard pour l'alpha−lipoïque et l’huile de soja, d’olive et l’avocat pour la vitamine E.

L’entretien physique de son audition est aussi non négligeable. Parfois, il faut nettoyer les oreilles. Les cotons tiges sont à bannir. Utilisez plutôt des serviettes mouillées pour nettoyer le pavillon de l'oreille jusqu'à l'orifice et le conduit de l’oreille. Il est conseillé de pratiquer ce petit nettoyage au moins une fois tous les 10 jours.

Par contre, si le problème auditif est déjà présent, le mieux est de se rapprocher des agences d’accompagnement des personnes avec des problèmes d’audition. EarPros détecte vos problèmes auditifs et donne un meilleur accompagnement pour résoudre vos soucis.

Privilégier les matériels qui émettent moins de bruit

Comme les bruits sur le chantier sont émis par les matériels, c’est là qu’il faut commencer à résoudre le problème. La priorisation des matériels verts est la solution adéquate à ce souci. Avant d’acquérir les appareils qu’on doit utiliser, il faut essayer de se renseigner sur la puissance sonore qu’ils émettent. Par exemple, lors d’un travail sur un chantier de démolition, au lieu d’utiliser une boule de démolition, optez plutôt pour une croqueuse. Celle-ci émet moins de bruit, bouffe les débris et les trie après.

Pour minimiser le bruit des chutes des débris provoqué par la croqueuse, des objets pour ralentir la chute sont recommandés. La plupart des chantiers font usage de pneus en caoutchouc en guise d'amortisseur. Pour les brise-roches, dans la majorité des cas, ils sont remplacés par des scies.

On peut aussi envisager d'autres solutions comme cloisonner le bruit produit par les appareils. Si vous travaillez dans une salle, le mieux est d’en choisir une qui est insonorisée.

Un système organisationnel et communicatif pour contrôler l’émission de bruit

Sur n’importe quel lieu de travail, un bon plan organisationnel et communicatif apporte plus de productivité et de sécurité aux travailleurs. Il en va de même sur le chantier. Donc, il faut mettre en place un système d’organisation pour l’utilisation des engins qui provoquent des bruits assourdissants. Il faudrait faire en sorte que la majorité des effectifs des entreprises se concentrent dans la partie où les bruits sont moins conséquents. Pour les salariés qui travaillent sur les engins émettant énormément de bruit, il faut les alterner le plus possible.

Continuer la lecture

Lausanne

La banque de lait du CHUV est opérationnelle

Publié

le

Le CHUV a ouvert ce mercredi la première banque de lait de Suisse romande (© KEYSTONE/Cyril Zingaro)

Le Canton de Vaud a son lactarium. Il a officiellement ouvert ses portes ce mercredi à Lausanne, dans les murs du CHUV. Il s'agit de la première banque de lait en Suisse romande, dévoilée la veille de la Journée mondiale du don de lait maternel.

Le premier lactarium de Suisse romande a officiellement ouvert ses portes mercredi au CHUV à Lausanne. Après une phase-pilote et des mises au point sécuritaires, le lait de donneuses est désormais prêt à être administré aux nouveaux-nés à risques. Une première étape qui a permis de valider tous les processus au niveau du traitement du lait de donneuses et d'en assurer la qualité et la sécurité.

Protection supplémentaire

Le lait maternel est considéré comme un traitement de référence pour prévenir certaines complications néonatales graves des nouveaux-nés à risque. Lorsqu'il vient à manquer, le recours au lait de donneuses est unanimement recommandé, rappelle le CHUV. Une offre supplémentaire qui représente une belle étape pour le canton, mais pas seulement selon la ministre vaudoise de la santé Rebecca Ruiz :

Rebecca RuizConseillère d'Etat en charge de la santé

Pour les prématurés, les nourrissons de faible poids de naissance ou souffrant de certaines maladies, ce lait de donneuses permet par exemple de mieux prévenir l'entérocolite nécrosante, une maladie qui affecte les intestins et peut s'avérer mortelle.

Trente litres par mois

Depuis le 10 mai, plusieurs nouveaux-nés hospitalisés dans le Service de néonatologie, centre de référence pour les grands prématurés, ont déjà pu bénéficier des services du lactarium. Pour l'heure, il est destiné en priorité aux nourrissons du canton de Vaud hospitalisés au CHUV, ainsi qu'à ceux des hôpitaux partenaires romands. Après une période de déploiement, ces critères pourront être élargis.

Philippe EckertDirecteur général du CHUV

La banque du lait prévoit d'augmenter graduellement sa production pour atteindre une trentaine de litres par mois. Cette quantité sera adaptée en fonction des besoins des nouveaux-nés à risque qui ont des indications prioritaires. Ces derniers représentent environ 25% des quelque 900 bébés admis chaque année dans le Service de néonatologie. Plus globalement, c'est également un point positif en terme de santé publique :

Rebecca RuizConseillère d'Etat en charge de la santé

Quelque 20 donneuses

Parmi les nombreuses femmes qui se sont annoncées spontanément, une vingtaine ont été recrutées pour cette première phase. Un élan de générosité qui permet de couvrir les besoins à court terme du lactarium

Dre Céline Fischer FumeauxMédecin adjointe en néonatologie

D’autres recrutements seront nécessaires dans les prochains mois pour consolider la production et relayer les premières donneuses.

Modèle novateur

Afin d’assurer la qualité et la sécurité du processus, le CHUV s’est associé avec Transfusion Interrégionale CRS. Cette association entre une banque de lait et une banque de sang est un modèle novateur en Suisse, les huit lactariums qui existent déjà Outre-Sarine fonctionnant différemment.

Le Service de néonatologie et le Centre de nutrition infantile du CHUV sont en charge du recrutement des donneuses et de leur accompagnement. Une équipe médico-infirmière a été formée et dédiée au processus de banque de lait.

Collecté à domicile

Transfusion Interrégionale CRS s'occupe de la collecte auprès de la donneuse, du stockage, de la pasteurisation et de la livraison au CHUV. Des tests sont effectués avant et après la pasteurisation pour en vérifier la sécurité microbiologique. Selon la directrice générale de Transfusion Interrégionale, il existe des points communs entre le lait et le sang :

Joëlle VuignierDirectrice générale de Transfusion Interrégionale CRS

Le don concerne toutes les femmes en bonne santé qui allaitent, ont un excédent de lait, et sont prêtes à offrir leur surplus de manière volontaire et non rémunérée. Les personnes intéressées sont invitées à consulter le site internet dédié au lactarium, qui informe en temps réel des besoins.

Robin Jaunin avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Nouvelles possibilités intéressantes et juteuses dans le cadre de votre travail... Ce sera à vous de jouer et vous le ferez bien !

Les Sujets à la Une

X