Rejoignez-nous

Sport

Football - La Super League ne change pas de formule

Publié

,

le

Image d'illustration (KEYSTONE/Cyril Zingaro)
Il n'y aura pas de nouvelle formule en Super League dès la saison 2021-22. Les clubs de la Swiss Football League ont voté pour le maintien du mode actuel, avec dix clubs.

Votant par écrit, les vingt clubs de Super League et de Challenge League avaient le choix d'accepter ou de rejeter un format à douze équipes, s'inspirant du championnat d'Ecosse (avec un tour final entre les six premiers et un autre entre les six derniers). Résultat? Dix pour, dix contre.

Puisqu'une majorité qualifiée de quatorze voix était nécessaire, la formule à douze équipes a été rejetée. La saison 2021-22 et les suivantes se disputeront selon le modèle actuel, avec dix participants et 36 journées.

"Le Lausanne-Sport est très déçu du résultat", commente Stefan Nellen, vice-président du club vaudois. Ce dernier figurait parmi les principaux soutiens à une version à douze, au même titre que Jean-François Collet, propriétaire de Neuchâtel Xamax: "C'est la démocratie, il faut l'accepter. Je m'incline, mais si j'aurais préféré un passage à douze." Du côté de la SFL, ce vote lui permet de lancer l'appel d'offres pour les droits de télévision et de marketing, puisque le contrat actuel prendra fin au terme de la saison 2020-21.

Reste que le processus n'est pas forcément digéré par les battus. "Je ne veux pas remettre en cause la manière, mais cette consultation par écrit, sans séance plénière qui aurait facilité la tâche pour faire passer ses arguments, est dommageable", déplore Nellen. "Le sujet n'est pas réglé d'après moi, poursuit-il. Car la majorité n'a pas été écrasante." Le Lausannois regrette aussi le caractère fermé du vote: "Il est possible que certains clubs étaient pour une formule à douze, mais contre le modèle écossais." Un reproche auquel ne se joint pas Collet, également vice-président de la SFL: "Nous ne pouvions pas choisir un nombre sans choisir de mode. Le fait de soumettre cette formule au vote avait été entériné lors d'une consultation interne, avec une large majorité."

Quant à Servette, si Pascal Besnard a également voté favorablement au modèle à douze, les regrets sont moins profonds: "Nous étions partagés, explique le président grenat. Au début, nous étions contre, car nous estimions que tout n'était pas réuni par rapport à la formation, notamment l'absence de réflexion sur la Challenge League. Au final, nous avons considéré que cette formule à douze était plus supportable que celle à dix, avec le risque de faire l'ascenseur. Mais nous ne sommes pas du tout frustrés, nous nous adaptons."

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

"Cette défaite est rageante"

Publié

le

Raphaël Wicky: une défaite qu'il n'a peut-être pas vu veir... (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

"Nous avions tout dans les pieds pour gagner ce match !" Raphaël Wicky ne pouvait pas masquer son dépit. L'entraîneur des Young Boysa a quitté Genève avec une montagne de regrets.

"Cette défaite est rageante. Nous avons eu les occasions pour marquer le 2-0 et pour plier le match. Mais tant que le score était de 1-0, nous n'étions à l'abri de rien", poursuit le Valaisan. Il admet que la sortie sur blessure de Quentin Maceiras, touché à la cuisse, est survenue à un moment clé de la rencontre, à l'instant où le Servette FC a donné enfin des signes de vie.

"Tant que le 2-0 ne tombait pas, il y avait de l'espoir. J'ai dit aux joueurs à la pause que ce match pouvait encore tourner, explique pour sa part Alain Geiger. Nous avons su faire le dos rond. Les changements tactiques ont ensuite payé. Nous avons pesé davantage avec deux attaquants. Cette victoire est une belle victoire, acquise contre la meilleure équipe du pays, celle qui possède les plus grands arguments offensifs."

Alain Geiger a tenu à relever les mérites de son joker Hussayn Touati. L'introduction de l'ancien espoir de Lyon et du PSG a été une réussite. "Il a su bousculer les Bernois, lâche son entraîneur. Il a été dans les duels. On va encore le découvrir !"

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Le Bayern écrase Dortmund, soirée noire pour Kobel

Publié

le

Le portier suisse de Dortmund Gregor Kobel, ici face à Jamal Musiala, a commis une grosse bourde en début de partie. (© KEYSTONE/AP/Matthias Schrader)

Le Bayern Munich a repris la tête de la Bundesliga à la faveur de son spectaculaire succès 4-2 contre le Borussia Dortmund. Héros malheureux de ce "Klassiker" le portier suisse Gregor Kobel.

Ce Bayern a paru transcendé par l'arrivée de Thomas Tuchel sur le banc. L'ancien entraîneur du Paris St-Germain a remis ses joueurs sur le bon chemin. Ils ont complètement dominé ce choc au sommet. Les Bavarois ont été bien aidés par une incroyable bourde du portier helvétique de Dortmund. Kobel, qui blessé avait dû renoncer aux derniers matches de l'équipe de Suisse, a complètement manqué sa sortie sur une passe en profondeur de Upamecano (13e). Sorti en dehors de ses seize mètres, le gardien helvétique a shooté dans l'air au lieu du ballon, qui est allé mourir dans son but.

Les coéquipiers de Kimmich ont rapidement clos l'affaire par la suite avec un doublé de l'éternel Thomas Müller (18e/24e). Sur le 3-0, l'attaquant bavarois a parfaitement exploité un renvoi de... Kobel dont ce n'était pas le jour.

De l'autre côté, Yann Sommer a passé une fin d'après-midi presque tranquille, se contentant la plupart du temps d'un rôle de spectateur. Il n'a été battu que sur un penalty de Emre Can et encore le portier helvétique était parti du bon côté. Puis à la 90e, le Bâlois était surpris par un tir placé de Malen alors qu'il semblait être gêné par un adversaire hors-jeu de position.

Le Bayern est donc à nouveau en tête du classement avec deux points d'avance sur son adversaire du soir.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Le leader tombe à la Praille

Publié

le

Patrick Pflücke a surgi pour donner la victoire au Servette FC. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Les Young Boys ne boucleront pas la seconde phase du championnat sans perdre un match. Invaincus depuis le 4 septembre dernier, soit depuis 18 rencontres, ils sont tombés à la Praille.

Dans un choc au sommet qui aura paradoxalement attiré moins de 10'000 spectateurs la saison où la Super League est en passe de battre tous ses records d'affluence, les Young Boys se sont inclinés 2-1 devant le Servette FC. Cette deuxième défaite de la saison ne remet pas en question une seule seconde leur suprématie. L'écart sur leurs vainqueurs du jour est, en effet, de 15 points.

Raphaël Wicky et ses joueurs se demanderont encore longtemps comment ils ont pu laisser échapper les trois points de la victoire. Avec un brin de réalisme en plus et de suffisance en moins, ils auraient dû plier l'affaire à la pause déjà. Les Servettiens étaient, en effet, bien heureux de rejoindre les vestiaires à la 45e minute avec un seul but de retard à leur passif, celui de Jean-Pierre Nsame inscrit de la tête à la 25e sur un centre de Lewin Blum.

Alain Geiger, dont on ne dira jamais assez que la non-reconduction de son contrat est une douce folie, a su trouver les mots pour donner enfin un élan à son équipe. Le 1-1 tombait à la 69e minute avec une déviation magnifique de Hussayn Touati pour Chris Bedia. A la 84e, l'Ivoirien armait cette fois une frappe qu'Anthony Racioppi déviait sur sa droite. Malheureusement pour le gardien bernois, Patrick Pflücke était le plus prompt sur le renvoi.

La sortie sur blessure de Quentin Maceiras à la 66e a pesé lourd dans la balance. Elle a contraint Blum à passer sur le flanc gauche pour laisser le côté droit au nouvel entrant Miguel Chaiwa en souffrance face à Touati, ce joker qui a, sur une inspiration, changé le cours de la rencontre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Arsenal ne cède pas de terrain à Manchester City

Publié

le

Manuel Akanji intervient trop tard sur l'ouverture du score de Liverpool par Mohamed Salah. City retournera le score. (© KEYSTONE/AP/Jon Super)

Arsenal est toujours un fringant leader de Premier League en Angleterre. Les Gunners ont battu 4-1 Leeds avec un but de Granit Xhaka.

Les Londoniens conservent huit points d'avance sur Manchester City vainqueur sur le même score de Liverpool, mais avec un match de plus.

Xhaka connaît des jours heureux. Après deux succès incontestables avec l'équipe de Suisse contre le Bélarus (5-0) et Israël (3-0), le Bâlois a poursuivi une belle série avec une victoire indiscutable contre Leeds. Dans une partie où Gabriel Jesus a retrouvé les joies de marquer avec un doublé dont un penalty, Xhaka a apporté sa contribution sur le 4-1. Il a placé une tête hors de portée du portier de Leeds sur un centre précis de Martin Odegaard (84e). Il est ensuite sorti sous les acclamations du stade.

City gagne sans Haaland

Malgré l'absence d'Erling Haaland et l'ouverture du score de Mohamed Salah, Manchester City a été trop fort pour Liverpool (4-1).

Ce match entre les deux principaux candidats au titre ces dernières années aura confirmé l'écart qui existe entre les deux formations cette année, City, avec Manuel Akanji titulaire, a été en contrôle pratiquement tout le match en faisant valoir sa supériorité collective.

En l'absence de son Norvégien aux 42 buts en 37 matches, toutes compétitions confondues, le champion du monde argentin Julian Alvarez, buteur pour l'égalisation et impliqué sur deux autres réalisations, a fait mieux qu'assurer l'intérim.

Pour Liverpool, qui se déplacera à Chelsea en milieu de semaine avant d'accueillir Arsenal le week-end prochain, le rêve européen ne tient en revanche plus qu'à un fil.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Que d’agitation dans votre champ privé ! Il serait temps d'y mettre un bémol et de voir d’un peu plus près ce qui vaut la peine d’être vécu… OU PAS !!!

Les Sujets à la Une

X