Rejoignez-nous

Sport

Hockey sur glace: grands débuts pour un LHC ambitieux

Publié

,

le

Ce jeudi soir, le Lausanne Hockey Club ouvrira les feux en Ligue Nationale A en disputant le premier match de la saison contre Genève-Servette. Une saison pleine d'espoirs pour les dirigeants vaudois.

Le LHC vise haut cette année, sur tous les plans. Sur la glace les jours de matchs, mais également lors d'événements extra-sportifs.

A l'instar du président du conseil d'administration Patrick De Preux, les hommes forts du club lémanique estiment que la patinoire provisoire de Malley 2.0. , puis la nouvelle enceinte lausannoise représenteront une vraie aubaine pour la ville et sa région.

Patrick de PreuxPrésident du LHC

L’aspect marketing n’est bien entendu pas l’objectif principal des Lausannois, qui souhaitent poursuivre leur progression à l’échelle nationale.

Suite à l’arrivée de renforts à l’entre-saison, le LHC veut voir plus loin, jouer un rôle prépondérant dans l’élite cinq saisons après avoir retrouver la Ligue Nationale A. Lausanne espère ni plus ni moins qu’être candidat au titre dans un futur proche. Jan Alson, directeur sportif du club.

Jan AlstonDirecteur sportif du LHC

De leurs côtés, les joueurs trépignent d'impatience. Ce jeudi soir aux Vernets,  ils affronteront Genève-Servette (19h45) au bout du lac.

Un adversaire forcément différent de ceux que les hommes de Dan Ratushny ont affronté cet été en matchs de préparation. Etienne Froidevaux, attaquant rouge et blanc.

Etienne FroidevauxAttaquant du LHC

Pour la saison à venir, une place en play-offs serait le minimum à atteindre, idéalement dans les quatre premiers au classement selon les dirigeants. Les hommes de Dan Ratushny sont donc prévenus : il faudra garder le rythme et éviter à tout prix le trou d’air connu en deuxième partie de saison dernière.

Lors de l’exercice 2016-2017, Lausanne n’avait pas eu son mot à dire dans sa série de play-offs face à Davos, s’inclinant 4 à 0.

 

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hockey

L'Avalanche sacré pour la troisième fois, la première depuis 2001

Publié

le

L'Avalanche a remporté dimanche sa 3e Stanley Cup (© KEYSTONE/AP/Phelan Ebenhack)

Troisième finale, et troisième Coupe Stanley pour l'Avalanche!

Colorado a remporté le championnat de NHL 2021/22 en allant s'imposer 2-1 dimanche sur la glace du double tenant du titre Tampa Bay dans l'acte VI de la finale des play-off.

Un but inscrit à la 33e minute par le Finlandais Artturi Lehkonen (2-1) a permis aux Avs de forcer la décision dans cette rencontre. Le Tampa Bay Lightning, qui avait écarté une première "balle de titre" dans le match no 5 à Denver, avait pourtant idéalement démarré cette partie.

La franchise floridienne avait en effet ouvert la marque après seulement 3'48'' de jeu sur une réussite de son capitaine Steven Stamkos. Mais Colorado a renversé la vapeur dans le deuxième tiers, la superstar Nathan MacKinnon signant le but égalisateur à la 22e grâce à un "one timer" sur une pénalité différée.

Trois rookies de l'année

Déjà titrée en 1996 - pour sa première saison après son déménagement de Québec - et en 2001 - avec le gardien fribourgeois David Aebischer dans son effectif -, l'Avalanche met ainsi fin à une disette de 21 ans. Son sacre survient cinq ans après que Colorado avait conclu la saison régulière avec le pire bilan de la Ligue.

Engagé en 2016 pour assurer la lourde succession du légendaire Patrick Roy, le coach Jared Bednar n'avait donc pas entamé de manière idéale son aventure. Il a pu s'appuyer sur trois vainqueurs du Calder Memorial Trophy (le trophée récompensant le meilleur "rookie" de l'année) pour faire revenir l'Avalanche au sommet.

L'arrivée de Cale Makar, meilleur débutant de l'exercice 2019/20, fut la dernière pièce du puzzle. Il a apporté l'assise défensive dont les attaquants-vedettes Gabriel Landeskog (rookie de la saison 2011/12), Nathan MacKinnon (2013/14) et Mikko Rantanen avaient besoin pour s'exprimer pleinement.

Makar MVP des play-off

Cale Makar a d'ailleurs réalisé une saison de toute beauté. Nommé défenseur de l'année au terme d'un vote dans lequel il a devancé le Bernois Roman Josi, le Canadien de 23 ans a été désigné MVP de ces play-off. Il a réussi 29 points - dont 8 buts - dans ses séries finales, après en avoir inscrit 86 dans la phase préliminaire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Richardson éliminée du 200 m qualificatif pour les Mondiaux

Publié

le

Après le 100 m, Sha'Carri Richardson ne s'est pas qualifiée pour le 200 m des Mondiaux (© KEYSTONE/AP/Amanda Loman)

Sha'Carri Richardson, déjà éliminée jeudi sur 100 m, a échoué à atteindre la finale du 200 m aux trials américains dimanche à Eugene. Elle rate sa qualification pour les Mondiaux dans trois semaines.

L'opération rédemption, aux Championnats des Etats-Unis, s'est soldée par un échec pour l'athlète de 22 ans, qui avait été privée des Jeux de Tokyo l'an passé, après avoir été contrôlée positive au cannabis. Elle avait pourtant été la sensation des sélections olympiques, en courant en 10''64 (avec l'aide du vent) en demi-finale, avant de remporter la finale.

Dimanche, elle jouait une partie de sa saison, avec pour objectif de participer à ses premiers Championnats du monde. Et comme 72 heures plus tôt, lorsqu'elle ne put composter son billet sur 100 m, éliminée dès les séries, elle a cette fois craqué en demi-finale.

Richardson a terminé 5e de sa course en 22''47. Insuffisant pour être dans les huit premières (10e). Sa dernière chance de participer aux Mondiaux est d'être sélectionnée pour les relais.

La championne universitaire (NCAA), Abby Steiner, s'est elle affirmée comme la favorite, égalant sa meilleure performance mondiale de l'année (21''80).

Chez les hommes, les demi-finales du 200 m se sont déroulées comme prévu: le champion du monde en titre Noah Lyles a remporté la première en réalisant le meilleur temps (19''81) et Erriyon Knighton s'est imposé dans la seconde (19''97).

Fred Kerley, devenu le co-sixième meilleur performer de l'histoire sur 100 m (9''76) vendredi, s'est lui aussi qualifié (20''09).

En revanche, le champion du monde du 100 m Christian Coleman n'a pas pris le départ de ces demi-finales, abandonnant toute chance de viser un doublé 100-200 m, aux Mondiaux qui se dérouleront également à Hayward Field du 15 au 24 juillet.

Coleman avait manqué les Jeux de Tokyo l'an dernier en raison d'une suspension de 18 mois pour des manquements à ses obligations de localisation dans le cadre de la lutte antidopage.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Bagnaia s'impose, Quartararo reste leader malgré son abandon

Publié

le

L'Italien Francesco Bagnaia s'est imposé à Assen. (© KEYSTONE/EPA/Vincent Jannink)

Une semaine après sa chute en Allemagne, l'Italien Francesco Bagnaia (Ducati) a facilement remporté le Grand Prix des Pays-Bas, dimanche à Assen, bénéficiant de l'abandon de Fabio Quartararo (Yamaha).

Le Français reste leader du championnat du monde de MotoGP.

Marco Bezzechi (Ducati-VR46) et Maverick Vinales (Aprilia) complètent le podium de ce 11e Grand Prix sur 20, qui a vu Quartararo chuter deux fois et abandonner à mi-course.

Après un doublé français en Allemagne la semaine dernière, les tricolores n'ont cette fois pas été à la fête: outre Quartararo, Johann Zarco (Ducait-Pramac), parti 5e, n'a fini que 13e.

A la trêve estivale, Quartararo est leader avec 21 points d'avance sur l'Espagnol Aleix Espargaro (Aprilia), miraculé 4e dimanche, et 58 sur Zarco.

"J'ai voulu trop pousser au début, c'est avec des erreurs qu'on apprend pour le futur, mais c'est dommage" à déclarer le champion du monde en titre sur Canal + après son abandon. "Ma deuxième chute est une erreur de débutant" a ajouté "El Diablo".

Avant le prochain Grand Prix en Grande-Bretagne le 7 août, Bagnaia réalise l'excellente opération du week-end. Passant de la 6e à la 4e place mondiale, il réduit surtout son retard sur Quartararo à 66 points.

Un 25-0 que lui avait infligé la semaine dernière son rival pour le titre. Tombé dès le 4e tour en Allemagne, laissant la victoire à Quartararo, le Turinois a inversé les rôles.

Remontée fantastique d'Espargaro

Dans la "cathédrale" de la vitesse moto, l'Italien est parti en échappée et personne ne l'a revu. Il remporte son troisième Grand Prix de la saison - autant que Quartararo - et peut toujours croire en son étoile.

Sachant que l'an dernier, c'est en fin de saison que le vice-champion 2021 avait enregistré ses quatre victoires, le pilote de 25 ans pourrait retrouver son rang de favori aux côtés du tenant du titre.

A condition de régler ses problèmes d'irrégularité, avec notamment quatre abandons cette saison.

Quartararo, qui brillait au contraire jusqu'ici par sa constance, avec dix top 10 en dix courses, devra retrouver confiance pendant les vacances.

Parti deuxième sur la grille, Quartararo a chuté au 5e puis au 13e tour sur 26. Même s'il s'est vite remis debout, il a dû abandonner après ce deuxième accident.

C'est la première fois cette année que le leader du championnat abandonne.

Le Français a mal démarré et vite été doublé par Aleix Espargaro. C'est en voulant récupérer sa deuxième place, dans une tentative à l'intérieur d'un virage, que le Français a perdu le contrôle.

Quartararo a fini dans les graviers mais est remonté sur sa moto, à la dernière place toutefois.

Quelques tours après, c'est tout seul que "Quarta" est cette fois tombé. Une chute impressionnante mais sans blessure apparente.

Le Français est venu s'excuser après course auprès d'Espargaro, qu'il a sorti de piste au 5e tour.

L'Espagnol, qui n'avait pas chuté mais avait dégringolé à la 15e place, a réussi une remontée fantastique pour finir 4e.

Au pied du podium, Aleix Espargaro limite la casse et reprend même des points à son rival français. Tout reste ouvert pour la deuxième moitié de saison.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Alex Marquez signe chez Ducati-Gresini pour la saison 2023

Publié

le

Alex Marquez a besoin de changement pour se relancer. (© KEYSTONE/EPA EFE/ROMAN RIOS)

Le pilote espagnol de 26 ans Alex Marquez va quitter Honda-LCR pour rejoindre les rangs de Ducati-Gresini en 2023, a annoncé dimanche l'écurie italienne de MotoGP.

Le frère de la star de la discipline Marc Marquez (Honda) rejoindra chez Gresini le pilote italien Fabio Di Giannantonio, qui garde son guidon.

"Il était crucial pour moi de changer afin de retrouver le même type de motivation que j'avais lorsque j'ai rejoint cette catégorie" en 2020, a déclaré l'Espagnol dans un communiqué.

Champion du monde en catégories inférieures Moto3 (2014) et Moto2 (2019), Alex Marquez n'a jamais confirmé depuis son arrivée en MotoGP, finissant 14e puis 16e mondial. Il est cette année, à mi-saison, 18e.

Enea Bastianini, qui a gagné à 24 ans ses trois premiers Grands Prix cette saison avec Ducati-Gresini, va donc quitter l'écurie satellite de Ducati.

L'Italien, révélation de cette première moitié de saison avec ses victoires au Qatar, aux Etats-Unis et en France, "pilotera une Ducati d'usine à partir de l'année prochaine", écrit Gresini dans son communiqué.

Reste à savoir si cela sera dans l'écurie d'usine Ducati ou dans l'autre structure satellite Ducati-Pramac.

Si la logique est respectée, il devrait être "promu" chez Ducati-Pramac. Le jeu de chaises musicales pourrait alors envoyer l'Espagnol Jorge Martin, actuellement chez Pramac, vers l'écurie d'usine Ducati.

Quant au Français Johann Zarco, il devrait rester chez Ducati-Pramac.

"Mais s'ils (Ducati) ont une hésitation entre un Italien et un Espagnol, ils peuvent choisir entre les deux et prendre un Français!", avait plaisanté jeudi Zarco en conférence de presse.

Ducati est en quête d'un pilote pour accompagner l'an prochain Francesco Bagnaia et remplacer l'Australien Jack Miller, qui rejoint KTM.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Un nouveau record du monde pour Sydney McLaughlin

Publié

le

Sydney McLaughlin: elle a frappé un grand coup à Eugene. (© KEYSTONE/AP/Chris Pietsch)

Championne olympique en titre, Sydney McLaughlin a amélioré son record de monde du 400 m haies lors des trials d'Eugene. L'Américaine a signé un chrono de 51''41.

Elle a abaissé de 0''05 le temps qu'elle avait réalisé l'an dernier lors de la finale des Jeux de Tokyo. "Chaque fois que je viens ici, je sens que quelque chose d'incroyable va se produire, explique l'Américaine qui avait pour la première fois battu ce record du monde l'an passé à Eugene. Je vais encore travailler certains aspects de ma course pour essayer de l'améliorer."

Cette performance de taille a clôturé une journée durant laquelle la grande Allyson Felix, 21 ans après sa première participation, a livré sa dernière course dans ses championnats nationaux. Elle a échoué à décrocher un sésame pour les Mondiaux sur 400 m, terminant à la sixième place (51''24) d'une finale dominée par Talitha Diggs (50''22).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X