Rejoignez-nous

Sport

Jeux olympiques Tokyo 2020 - "Tout peut arriver"

Publié

,

le

(Image d'illustration © AP Photo/Eugene Hoshiko)

"Tout peut arriver", admet un ministre japonais au sujet des Jeux olympiques de Tokyo. Cet aveu tombe alors que le Japon subit une forte nouvelle vague du coronavirus, à bientôt six mois de la cérémonie d'ouverture des JO, reportés l'an dernier.

Taro Kono, ministre de la Réforme administrative et personnage-clé du gouvernement, n'a pas exclu que les Jeux soient annulés. Tokyo et dix autres départements japonais sont en effet actuellement en état d'urgence au moins jusqu'au 7 février.

"Vu la situation du coronavirus, tout peut arriver", a déclaré M. Kono lors d'un point de presse. "Le comité d'organisation et le CIO doivent bien sûr réfléchir à des plans de secours", a-t-il dit, tout en assurant que le gouvernement nippon préparait "fermement" les Jeux olympiques et paralympiques.

M. Kono est le premier responsable gouvernemental de haut rang à prendre publiquement ses distances avec la ligne du Premier ministre Yoshihide Suga, qui martèle que le Japon pourra organiser des Jeux "sûrs et sécurisés" comme prévu cet été.

En dépit de l'arrivée de vaccins, le soutien de la population nippone aux JO a considérablement chuté. Un récent sondage dans l'archipel a montré que 80% des personnes interrogées pensent que les Jeux devraient être reportés une nouvelle fois ou tout simplement annulés.

Le Premier ministre est, lui, convaincu que l'opinion changera d'avis lorsque le Japon commencera son programme de vaccination fin février. Le président du comité d'organisation des Jeux, Yoshiro Mori, cité mardi par l'agence Kyodo, a estimé qu'il était "absolument impossible" de reporter les JO après les lourds investissements, financiers et humains, entrepris jusqu'ici.

M. Mori a dit que le Japon devrait déterminer, en fonction de l'évolution de la pandémie, s'il acceptait des spectateurs étrangers. "Nous devrons prendre une décision très difficile entre février et mars".

Restrictions aux frontières

Vendredi, des médias locaux ont cité la ministre en charge des Jeux olympiques, Seiko Hashimoto, annonçant que le Japon avait décidé de suspendre une dérogation qui permettait aux athlètes étrangers d'entrer dans le pays pour s'entraîner, même durant l'état d'urgence. Les athlètes japonais seront toujours autorisés à revenir dans leur pays, mais ne pourront plus éviter la période de 14 jours d'isolement à leur retour.

"Nous voulons que la priorité soit de sauver des vies", a déclaré Mme Hashimoto, toujours selon ces médias. "Donc, comme mesure préventive pour éliminer les risques, nous voulons renforcer notre première ligne de défense. Nous prendrons en considération la situation infectieuse dans notre pays et à l'étranger et nous réagirons en conséquence."

L'interdiction d'accès des sportifs étrangers non-résidents au Japon devrait affecter les équipes professionnelles de baseball et de football, qui s'apprêtent à commencer leur saison. Le début de la saison du championnat de rugby japonais de Top League a été reporté cette semaine, alors que de nombreux joueurs de plusieurs équipes ont été testés positifs au coronavirus.

Le comité d'organisation des JO de Tokyo a cependant souligné vendredi que les dernières mesures antivirus faciliteraient plutôt qu'elles n'entraveraient les préparatifs liés aux Jeux. "Nous pensons que la série de mesures mises en oeuvre par le gouvernement du Japon, le gouvernement métropolitain de Tokyo et d'autres autorités départementales contribueront à améliorer la situation", a-t-il déclaré dans un communiqué.

"Nous espérons que la vie quotidienne pourra revenir à la normale le plus rapidement possible, et nous continuerons à travailler en étroite collaboration avec toutes les parties concernées dans nos préparatifs pour que les Jeux de cet été se déroulent en toute sécurité".

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Guerdat éliminé, Fuchs et Mändli en finale

Publié

le

Steve Guerdat ne disputera pas la finale individuelle (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Steve Guerdat et Venard de Cerisy ne disputeront pas la finale de l'épreuve individuelle des JO de Tokyo mercredi.

Le Jurassien a échoué dès les qualifications après avoir commis une faute sur le cinquième obstacle. Martin Fuchs, sur Clooney, et Beat Mändli, qui monte Dsarie, font en revanche partie des 30 finalistes.

Sacré en 2012 à Londres et 4e en 2016 à Rio, Steve Guerdat n'est pas parvenu à signer le sans faute qui lui aurait suffi pour briguer une médaille. Il aurait pu se permettre un dépassement de temps mais pas une perche, un handicap qui s'est avéré rédhibitoire dans des qualifications disputées sur une seule manche.

Deux jours pour rebondir

La déception est immense pour le Jurassien, qui dispute à 39 ans ses cinquièmes Jeux olympiques. Il s'est classé au 31e rang avec 4 points, à égalité avec onze autres cavaliers qui auraient tous décroché leur ticket s'ils avaient terminé au 30e rang. Or, la 30e place est occupée par le seul Daniel Meech (2 points)...

Steve Guerdat a deux jours pour oublier cet échec inattendu et rebondir avant les qualifications de l'épreuve par équipe, qu'il disputera en compagnie du "rookie" neuchâtelois Bryan Balsiger et de Martin Fuchs. Le trio rêve d'offrir à la Suisse son premier titre olympique par équipe.

25 sans faute

No 2 mondial et champion d'Europe 2019, son compère Martin Fuchs sera en revanche bien présent mercredi en finale (dès 12h en Suisse). Le Zurichois a signé l'un des 25 sans faute sur Clooney. Beat Mändli, 26e sur Dsarie, s'en est quant à lui sorti avec un point de pénalité pour dépassement de temps.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Le Suédois seul sur sa planète à la perche

Publié

le

Armand Duplantis seul sur sa planète. (© KEYSTONE/EPA/DIEGO AZUBEL)

Il n'a fallu que quatre sauts à Armand Duplantis pour s'assurer le titre olympique à la perche, à Tokyo. Le prodige suédois a ensuite échoué à deux reprises de très peu contre son record du monde.

Déjà sûr de gagner après avoir franchi toutes ses barres au premier essai jusqu'à 5m97, puis 6m02, "Mondo" a ensuite demandé une barre à 6m19, 1 cm de plus que son record du monde.

A sa première et à sa troisième tentative, il a semblé réussir mais il a fait tomber la barre avec son torse en phase descendante, alors qu'il s'était élevé bien au-dessus. Le Suédois qui vit aux Etats-Unis n'a pas été avare de ses efforts et a fait le show.

L'Américain Chris Nilsen cueille l'argent avec 5m97 et le revenant brésilien Thiago Braz, tenant du titre, le bronze avec 5m87.

A 21 ans seulement, c'est la 22e fois que "Mondo" franchit 6m ou plus. Le Suédois, invaincu l'an dernier en seize compétitions, domine dans toutes les conditions.

A côté de ses records et de ses séries de succès en meeting, il manquait au jeune champion une consécration planétaire, lui qui avait été battu aux Mondiaux 2019 à Doha par Sam Kendricks.

L'Américain exclu à Tokyo pour après avoir attrapé la Covid, Duplantis n'avait pas grand monde à craindre et aurait sans doute été de toute façon bien au-dessus du lot. Le public suisse pourra le revoir à l'oeuvre à Athletissima à Lausanne, le 26 août.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Kambundji a un peu fléchi, doublé pour Thompson

Publié

le

Mujinga Kambundji a tenu le choc. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Mujinga Kambundji a pris la 7e place de la finale olympique du 200 m. Bien placée en sortie de virage, la Bernoise a un peu fléchi ensuite dans une course survolée par Elaine Thompson-Herah.

La Jamaïcaine a fusé en 21''53, 2e chrono de l'histoire, à 0''19 du record du monde de Florence Griffith-Joyner (en 1988). Elle réalise le doublé 100-200 m à Tokyo, comme à Rio en 2016.

Mujinga Kambundji aura été d'une incroyable régularité sur le demi-tour de piste: 22''26 en séries et en demi-finales, et 22''30 en finale. Elle a ainsi égalé deux fois son record national de 2019, après avoir pris la 6e place de la finale du 100 m.

La Bernoise de 29 ans indiscutablement franchi un palier à Tokyo. Elle fut certes médaillée de bronze aux Mondiaux 2019 à Doha, mais le niveau était moins élevé. Elle avait glané sa médaille en 22''53.

A Tokyo, la 3e place, occupée par l'Américaine Gabrielle Thomas, s'est jouée à 21''87, et l'argent, qui revient à l'athlète hyperandrogène namibienne Christine Mboma, en 21''81.

"Je n'ai pas réussi la course parfaite mais je suis fière de mes performances", a dit Kambundji, seule Européenne dans cette finale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Mu irrésistible

Publié

le

Athing Mu, la révélation. (© KEYSTONE/AP/Martin Meissner)

La nouvelle sensation américaine Athing Mu a dominé la finale olympique du 800 m pour remporter un premier grand titre, à 19 ans. La longiligne athlète a mené de bout en bout et usé ses rivales.

Athing Mu succède au palmarès à la Sud-Africaine Caster Semenya, absente de ces JO en raison du nouveau règlement sur l'hyperandrogénie qui l'oblige à suivre un traitement ou à changer de distance.

L'Américaine, déjà invincible dans les réunions universitaires, est partie vite, tout en en gardant sous le pied pour se détacher plus clairement sur la fin. En 1'55''21, elle est devenue à Tokyo la 10e athlète la plus rapide de l'histoire et a précédé une autre jeune femme de 19 ans, la Britannique Keely Hodgkinson (1'55''88), le bronze revenant à l'Amérficaine Raevin Rogers (1'56''81). C'est le premier titre d'une Américaine sur 800 m depuis Madeline Manning en 1968.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Le Brésil bat le Mexique aux tirs au but et file en finale

Publié

le

Dani Alves sont en finale du tournoi olympique (© KEYSTONE/AP/Andre Penner)

Le Brésil, sacré chez lui en 2016, s'est qualifié mardi pour la finale du tournoi masculin messieurs des Jeux de Tokyo.

Les Auriverde se sont imposés à l'issue des tirs au but (0-0, 4-1 tab) face au Mexique à Kashima.

Les Brésiliens, chez qui l'ex-Sédunois Matheux Cunha est entré en jeu à la 115e, tenteront samedi de remporter le deuxième titre olympique de leur histoire. Ils se mesureront en finale à l'Espagne, qui a battu le Japon 1-0 après prolongation dans l'autre demi-finale à Saitama.

Dans ce duel alléchant sur le papier entre les deux derniers champions olympiques, l'ouverture du score n'est jamais arrivée et les deux équipes ont dû recourir aux tirs au but. Une séance lors de laquelle les Mexicains Vasquez et Aguirre n'ont pas converti leurs tentatives contre un sans-faute de Dani Alves et ses coéquipiers face au gardien Guillermo Ochoa.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Poisson

Travail valorisant avec quand même un bémol à la clé : votre belle énergie pourrait vous laisser tomber en milieu d’après-midi.

Les Sujets à la Une

X