Rejoignez-nous

International

Le titre européen pour la Zurichoise Julie Derron

Publié

,

le

Julie Derron a remporté le titre européen à Valence (archives). (© KEYSTONE/dpa/MARKUS SCHOLZ)

La Zurichoise Julie Derron (25 ans) a été sacrée championne d'Europe à Valence. Elle a remporté l'or sur la distance olympique avec 1,5 km de natation, 40 km de vélo et 10 km de course à pied.

Elle a précédé de 26'' l'Allemande Annika Koch et la Britannique Sian Rainsley.

Deux semaines après sa deuxième victoire en Coupe du monde à Karlovy Vary, Derron est montée sur le toit de l'Europe. A sa propre surprise, elle est parvenue à rester au contact de la tête dans la partie de natation. Elle a ainsi rapidement joint le groupe de tête en vélo. "Dès lors, j'ai su que ça se présentait bien", relevait la championne d'Europe M23 de 2018, qui en l'absence de la sextuple championne d'Europe, Nicola Spirig, a réalisé une très grande course.

Après le deuxième changement, Derron a pris la tête de la course à pied et s'est dirigée vers une incontestable victoire en solo. Les autres Suissesses ont manqué le top 20. Alissa König a terminé 24e tandis qu'Estelle Perriard a abandonné après la natation.

Après son titre européen 2019 sur la distance sprint, Derron remporte sa deuxième médaille en élite.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Le spectacle irrégulier du "désert fleuri" de retour dans l'Atacama

Publié

le

Des graines "dormantes" enfouies sous le sable, qui peuvent survivre pendant des décennies en attendant un minimum d'eau pour germer, puis fleurir, sont le secret du phénomène dans l'Atacama (archives). (© KEYSTONE/EPA/JOSE CAVIEDES)

Le désert d'Atacama dans le nord du Chili, l'un des plus secs au monde, s'est une nouvelle fois couvert d'un parterre de fleurs aux dominantes mauve et jaune à la mi-octobre, à l'arrivée du printemps austral. Il est étudié par de nombreux scientifiques.

Ce "laboratoire naturel" est en effet un écosystème complexe et "fragile" qui, en fonction des très faibles précipitations dans la région de Copiapo, à quelque 800 km au nord de Santiago, colore soudainement le sable ocre.

Le secret de ce phénomène irrégulier, explique à l'AFP Andrea Loaiza, biologiste à l'université de La Serena, sont ces graines "dormantes" enfouies sous le sable, qui peuvent survivre pendant des décennies en attendant un minimum d'eau pour germer, puis fleurir.

"Lorsqu'il y a une certaine quantité de précipitations, estimée à environ 15 millimètres cubes, cela déclenche la germination" et colore cette partie de l'Atacama, appelée le "désert fleuri".

Les mécanismes du "désert fleuri" restent mal connus. On sait qu'El Nino, le phénomène climatique balayant les côtes Pacifique de l'Amérique du Sud, apporte les pluies nécessaires à la germination des bulbes et rhizomes, qui peuvent rester des décennies en "latence".

L'écosystème du désert peut sembler "dépourvu de vie", explique Mme Loaiza, il est pourtant "très fragile", dit-elle, prévenant que "toute perturbation peut le déséquilibrer".

"Il s'agit d'écosystèmes uniques dans le sens où les plantes doivent adopter une série de stratégies très particulières pour survivre ici. Ce sont des millions d'années d'évolution dans des environnements extrêmes qui fournissent des informations pour les comprendre et nous apprendre à nous y adapter".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Arrestation du plus puissant trafiquant de drogue colombien

Publié

le

Les Etats-Unis avaient offert une récompense de 5 millions de dollars pour la capture de Dairo Antonio Usuga David, alias Otoniel. (© KEYSTONE/EPA/Colombian Presidency HANDOUT)

Le narcotrafiquant le plus recherché de la Colombie, connu sous le nom d'"Otoniel", a été capturé dans le nord-ouest du pays, a annoncé samedi le gouvernement colombien. Les Etats-Unis avaient offert une récompense de 5 millions de dollars pour sa capture.

"C'est le coup le plus dur qui ait été porté au trafic de drogue en ce siècle dans notre pays [...] seulement comparable à la chute de Pablo Escobar", s'est félicité le président Ivan Duque, dans un message diffusé sur les réseaux sociaux. Pablo Escobar, chef du cartel de Medellin qui a contrôlé jusqu'à 80% du commerce mondial de cocaïne, avait été abattu par la police colombienne en 1993.

Des images diffusées par le gouvernement montrent Otoniel, vêtu de noir, menotté et entouré de militaires colombiens armés. Le narcotrafiquant a été capturé à Necocli dans le nord-ouest du pays, près de la frontière avec le Panama.

Otoniel, qui a été inculpé par la justice américaine en 2009, fait notamment l'objet d'une procédure d'extradition devant le tribunal du district sud de New York.

L'homme de 50 ans était à la tête du clan del Golfo, formé d'anciens membres de groupes paramilitaires qui ont mené une lutte acharnée contre les guérillas de gauche jusqu'aux années 2010. Ce gang de narcotrafiquants est le plus puissant de Colombie.

Ancien marxiste

Le cartel, qui se finance principalement grâce au trafic de drogue, à l'exploitation minière illégale et à l'extorsion, est présent dans près de 300 municipalités du pays, selon le groupe de réflexion indépendant Indepaz.

Le gouvernement colombien accuse le clan del Golfo d'être l'un des responsables de la pire vague de violences qui secoue le pays depuis la signature de l'accord de paix en 2016 avec la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC, marxiste).

En 2017, Otoniel avait annoncé son intention de parvenir à un accord pour se rendre à la justice. Le gouvernement avait répondu en déployant pas moins de 1000 soldats pour le pourchasser. Selon la police, le narcotrafiquant se cachait dans la jungle et n'utilisait pas de téléphone.

Otoniel était devenu le chef du clan del Golfo après la mort de son frère Juan de Dios, "Giovanni", lors d'affrontements avec la police en 2012. Il avait pris les armes à l'âge de 18 ans comme guérillero dans l'Armée de libération populaire, une guérilla marxiste démobilisée en 1991.

Après avoir déposé les armes, il était retourné combattre dans les groupes paramilitaires d'extrême droite. Nombre de ces groupes avaient été démobilisés en 2006, à l'initiative du gouvernement de l'ex-président de droite Álvaro Uribe (2002-2010). Mais Otoniel avait décidé de rester dans l'illégalité.

Malgré quatre décennies de lutte contre le trafic de drogue, la Colombie reste le premier producteur mondial de cocaïne, dont les États-Unis sont le premier consommateur.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

GP des Etats-Unis: Verstappen devant Hamilton sur la grille

Publié

le

Max Verstappen partira en pole dimanche à Austin (© KEYSTONE/EPA/SHAWN THEW)

Max Verstappen (Red Bull-Honda) partira en pole position dimanche à Austin lors du Grand Prix des Etats-Unis. Le Néerlandais partagera la première ligne de départ avec Lewis Hamilton (Mercedes).

Les deux premiers du championnat du monde seront donc les grands favoris pour la course (21h00, heure suisse). Verstappen a battu son rival anglais de 0''209 pour signer sa 9e pole position de la saison.

L'autre Red Bull-Honda, pilotée par le Mexicain Sergio Perez, a obtenu le troisième chrono à 0''224. Il aura à ses côtés en deuxième ligne la Ferrari du Monégasque Charles Leclerc. Derrière, on retrouvera Carlos Sainz (Ferrari) et Daniel Ricciardo (McLaren-Mercedes). Auteur du 4e temps, Valtteri Bottas partira en 9e position en raison d'une pénalité.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Submergée, la Bulgarie va envoyer des patients à l'étranger

Publié

le

La Bulgarie appartient au cercle des pays européens ayant un des plus faibles taux de vaccination de l'UE (archives). (© KEYSTONE/EPA/VASSIL DONEV)

La Bulgarie a annoncé samedi être sur le point d'envoyer des malades du Covid-19 à l'étranger, Une quatrième vague submerge son système hospitalier incitant la Roumanie voisine à relever ses restrictions.

Le ministre de la Santé Stoycho Katsarov a prévenu sur la chaîne Nova TV que si la courbe des contaminations ne se réduisait pas d'ici 10 à 15 jours, il y aurait "d'énormes problèmes". "Notre capacité en terme d'effectifs et de ventilateurs est presque épuisée, nous allons devoir chercher de l'aide à l'étranger", a-t-il alerté. "Des discussions sont en cours avec l'UE pour transférer des patients dans d'autres pays, si on devait en arriver là".

Le ministre a ajouté qu'un nouveau confinement n'était pas exclu. Malgré la mise en place d'un pass sanitaire dans des lieux comme les restaurants et les centres commerciaux, des experts signalent que la vague actuelle pourrait entraîner jusqu'à 5000 à 9000 contaminations par jour d'ici deux semaines, dans ce pays de 6,9 millions d'habitants.

Hausse des vaccinations

La Bulgarie et la Roumanie ont le plus faible taux de vaccination de l'UE, freiné par la diffusion de théories complotistes et la méfiance des populations envers les autorités. Seuls 24% de Bulgares et 33% de Roumains ont achevé un parcours vaccinal complet.

La Roumanie, pays de 19 millions d'habitants, a enregistré 1,5 millions de cas, avec 15'000 nouvelles contaminations recensées samedi.

Le gouvernement renforce ainsi les mesures pour lutter contre l'épidémie, en rendant le masque obligatoire sur tout le territoire à partir de lundi et en interdisant les événements comme les mariages pour 30 jours. En parallèle, les salles de sport, les centres commerciaux et les restaurants devront exiger le pass sanitaire et les personnes non-vaccinées devront respecter un couvre-feu à 22h00.

Autant de mesures qui pourraient être à l'origine d'une accélération de la vaccination, observée récemment dans les deux pays.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Hidalgo présente son "projet de reconquête" et tente de se relancer

Publié

le

"Je suis là pour le peuple de France, je suis là, pour qu'après tant d'indifférence et de condescendance, on lui rende justice et considération", a affirmé Anne Hidalgo (archives). (© KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHE PETIT TESSON)

Anne Hidalgo a présenté samedi à Lille un "projet de reconquête", lors d'un premier grand meeting destiné à rassurer la famille socialiste. La candidate à l'élection présidentielle française veut donner un nouvel élan à sa campagne enlisée.

"Je viens porter un projet de reconquête. Cette reconquête est sociale, cette reconquête est écologique, cette reconquête est démocratique", a expliqué la maire de Paris, qui un mois et demi après s'être déclarée candidate à Rouen, végète dans les intentions de vote, autour de 4 à 7%, rétrogradée derrière l'écologiste Yannick Jadot et l'insoumis Jean-Luc Mélenchon.

Devant 1700 militants et élus socialistes, selon le Premier secrétaire du PS Olivier Faure, elle a défendu, visant la droite, "une candidature qui refuse la capitulation identitaire", et lâché ses coups contre le sortant Emmanuel Macron.

"Jusqu'au bout"

"Je suis là pour le peuple de France, je suis là, pour qu'après tant d'indifférence et de condescendance, on lui rende justice et considération", a affirmé celle qui a aussi été investie officiellement samedi par le PS, en promettant à nouveau qu'elle irait "jusqu'au bout".

"Je représente ce que beaucoup de nos adversaires aimeraient faire taire: une femme, de gauche, d'origine étrangère, profondément européenne. Je suis celles et ceux dont certains cherchent à écraser la voix", a-t-elle déclaré dans un discours multipliant les accents personnels.

Se plaçant en "héritière des combats" sociaux de Lionel Jospin, François Hollande et Ségolène Royal, elle a égrainé une longue série de propositions, et d'abord "une rémunération digne pour chacune et chacun. Digne pour les premiers de corvées en augmentant les salaires, et digne pour les premiers de cordée, qui doivent partager équitablement la valeur ajoutée dans les entreprises".

Anne Hidalgo veut aussi lancer "une politique pour encourager massivement le syndicalisme", mettre en place "une assurance chômage universelle", et faire de la santé mentale "une grande cause" de son quinquennat.

Persiste sur le salaire des profs

Elle prévoit également de généraliser "l'encadrement des loyers dans les zones tendues", de créer "un service public de la petite enfance" et de mettre en place une loi pour "le droit de mourir dans la dignité".

La maire de Paris portera aussi dans la campagne les objectifs, entre autres, d'amener "60% d'une classe d'âge le nombre de diplômés du supérieur", "atteindre la neutralité carbone en 2050", "une réforme profonde de nos institutions", et mettre en place "une loi de programmation sociale dès l'été 2022, pour atteindre l'égalité totale des salaires en 5 ans".

En matière d'éducation, elle a répété sa proposition, très critiquée par ses opposants qui la jugent irréaliste, "de multiplier par deux le traitement de toutes les personnes au contact avec les élèves, ou pour commencer, d'aligner a minima le salaire des nouveaux professeurs sur le salaire des bac + 5".

En matière d'écologie, elle prévoit notamment de mettre en place" une "ISF climatique qui pèsera sur les ménages aisés dont le patrimoine émet le plus de carbone", et de faire voter au Parlement "chaque année un budget carbone de la Nation".

"Soutien absolu"

Autour de la maire de Lille Martine Aubry, première mentor politique d'Anne Hidalgo, l'ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve est venu samedi déclarer son "soutien absolu" à "une très grande dame", et Olivier Faure l'a assurée qu'elle pouvait "compter sur tous les militants".

L'ex-chef de l'Etat, François Hollande, très critique sur l'émiettement de la gauche et ses candidatures "lilliputiennes", n'était pas présent mais assure qu'il votera pour elle.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X